Voyager NG

Le space opera nouvelle génération
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Star Academy : Conséquences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Eric
Maître


Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Lun 15 Mai - 21:50

15 septembre 145 PE, 15h30, Centre d'isolement de l'Institut St-Charles...

Comme il le leur avait promis, Oban est retourné plusieurs fois voir les pensionnaires du centre virtuel, mais cette fois sa visite prend des airs d'adieu. Il a à nouveau joué aux cartes avec les jumelles, leur loisir préféré, et a pu discuter de l'avenir avec Cletus. C'est avec joie qu'il a pu apprendre que non seulement ce dernier pourrait sortir très bientôt, mais qu'après sa période de probation il y aura une place pour lui dans l'équipe de grav'ball que l'Institut envoie dans le noyau. Le jeune homme au parasite ne cache pas son impatience !

Oban rend ensuite une ultime visite à Epsilom. Une fois n'est pas coutume, celui-ci n'estpas plongé dans la contemplation de ses écrans lorsqu'il fait entrer le jeune garçon.


Bonjour, Orson.

Salut, Epsylom. Tu peux m'appeler Oban. ce pour quoi je suis venu est fini ; je ne dirai pas qui je suis aux autres, mais autant que tu le saches : on se reverra, un jour.

Je suis revenu du futur pour enquêter sur la bombe qui... n'a pas explosé, du coup. Et n'a pas détruit l'école. Mission accomplie. Yay ! Fait Oban, pas convaincu.

Oui, j'ai constaté cela. J'ai cessé de ne voir que le néant comme futur probable pour les occupants de l'Institut.

Félicitations. Vous avez magnifiquement travaillé, dit-il en inclinant respectueusement la tête.

Tu savais et tu n'as rien dit ?

Ouais, enfin, bref. Je sais pas ce que tu projette de faire, mais si jamais tu as besoin d'un but, viens me voir. Ou d'aide en général. Ça, c'est mon adresse consultable quand je suis dans l'espace Terran. N'hésite pas à laisser un message.  

Mais Oban a quand même un moment de recul après avoir tendu sa carte.

Pourquoi tu n'avertissais pas les gens ?

Parce que je ne connaissais pas la cause de mes visions. Je ne vois que des potentiels, pas le chemin qui y mène.

Il a donc fallu que j'agisse autrement.

... Okay. La guerre dont tu parles, et l'école qui menace d'exploser, c'est la même chose, hein ? Que sais-tu, toi, de l'Ennemi ?

Que c'est une des menaces les plus dangereuses qui pèsent non seulement sur l'humanité, mais aussi sur tout ce qui vit. Il est aussi ancien que les Sources, mais en est l'opposé.

Heureusement, la Veille du Temps ne favorise ni l'un ni l'autre. Ses plans peuvent être déjoués, et ses moyens d'actions sont limités, sans quoi la vie aurait déjà cessé d'exister depuis longtemps.

Pourquoi cette question ?

Ben, c'est ça, l'objectif, non ? De toutes les sources, je veux dire. Lutter contre l'Ennemi. Alors je commence à me préparer. Il vient de porter un méchant coup, et on l'a paré. Je vais me préparer pour le prochain coup, jusqu'à ce que je puisse l'empêcher d'en porter.

Je ne crois pas que l'objectif initial des Sources était de lutter contre l'Ennemi, mais puisque leur but est de favoriser l'épanouissement de la vie, oui, par extension tu as raison.

Et tu as aussi raison de vouloir te préparer, mais l'Ennemi n'est pas la seule chose dont tu doives te préoccuper. La vie t'offrira de nombreuses autres situations à affronter, et je ne parle pas nécessairement de danger. Si tu tiens à être prêt à tout, tu dois devenir un individu complet.

Et comment je fais pour devenir plus complet ? Il me manque des trucs ?

Au fait, j'ai presque fini le livre Drass.

Et tu l'as trouvé intéressant ?

Et pour ce qui est de devenir plus complet... Intéresse-toi aux samouraïs du japon médiéval, si tu as le temps de lire sur le sujet. C'était un de leurs objectifs. Ils étaient formés à la guerre, mais étudiaient aussi les arts et la poésie aussi bien que la rhétorique, l'histoire, la politique et bien d'autres domaines encore.

C'était pas mal. Je me suis surtout intéressé aux moines Akhar. Les samurai c'est bien ceux qui ont inventé les katana ? Parce que je me forme sur un peu tout, même si j'ai mes préférences en ce moment.

Pour en revenir à l'Ennemi... Il y a des moyens de le reconnaître ? De lutter contre lui ? Des astuces de sources ?

Sentir une véritable créature de l'Ennemi est assez simple si tes sens sont assez développés. Ils forment comme un vide dans l'énergie ambiante. Mais méfie-toi, certaines d'entre elle sont capable d'affaiblir une partie de tes pouvoirs par leur simple présence.

Pour ce qui est de les combattre, tout dépend. La plupart sont plus résistantes que la moyenne, mais l'utilisation d'une force suffisante peut les détruire. Leur forme charnelle est leur faiblesse principale, car ils étaient vivants autrefois et il ne peuvent subsister sans leur enveloppe.

Par contre, écoutes-moi très attentivement : Si tu croisais un jour un agent de l'Ennemi sans véritable forme physique, alors tu devras fuir, car ces êtres ne peuvent être combattus par des moyens conventionnels... Et ils peuvent te corrompre à ton tour, car même les Sources ne sont pas immunisées contre la corruption de l'Ennemi. En fait, l'un de leur plus fameux agent en était une, autrefois. Il s'agit de Trimroffar, le tout premier kan'askharan. Heureusement, personne ne l'a vu depuis des milliers d'années.


Dernière édition par Eric le Mar 16 Mai - 2:53, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Nicolas
Source


Messages : 2947
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mar 16 Mai - 2:40

Le gymnase a été réquisitionné. Et aménagé. Au fond, les platines, mais aussi tout le bordel dont vont avoir besoin les musiciens "live". Sato a promis un solo de guitare, et a également parlé de quelques amis pour l'accompagner. Lethra a accepté d'offrir un intermède à base de chants lyriques...
Au centre, les "lumières". Un bar sur le côté, de l'autre quelques alcôves pour discuter ou pour se découvrir quelques affinités...

Alekseï a essayé d'organiser ça au mieux : un droit d'entrée faible afin d'avoir le plus de monde possible, sans compter les dizaines d'invités. Des affiches, les boissons, les fumigènes, les inévitables cadeaux offerts aux vainqueurs de jeux débiles, mais aussi les responsables de St Charles au guichet pour que ce soit un peu cadré. Pourtant, de nombreux professeurs ont leur entrée !

Et l'ambiance est disco ! Parfois rock ou électro... Classe mais énergique !

Oban traîne nonchalamment, même s'il vient à peine d'arriver après s'être douché, et il porte ce qu'il s'est fabriqué : de nouveaux vêtements et des équipements neufs. Il a même refait sa coupe de cheveux !


Eh, salut mec.

Oh, Ron, ça fait un bail ! Hein ? Non, je bois pas, merci. Oh, attends, j'ai vu Megan, je reviens. Peut-être.

Très vite, on se rend compte que la soirée va être victime de son succès : Trop heureux de pouvoir se défouler sans avoir à sortir de l'Institut, ce sont près de la moitié des étudiants de St-Charles qui se sont montrés, sans compter bon nombre de professeurs. La plupart ne connaissent même pas vraiment nos amis, mais peu importe, ils sont là pour s'amuser.

Quant aux gens plus proches d'Alekseï, Oban et les autres, ils sont tous là, du moins ceux qui ne sont pas en isolement. Megan est venue avec Babs et Artémis, les équipiers de grav'ball d'Oban sont au complet, Sandy est là pour couvrir l'évènement, et même si Cathy semble regretter que ce soit une soirée "sage", elle semble beaucoup s'amuser. La plupart des équipes du Jeu sont aussi présentes : Muses, Titans, Griffons, Outsiders et autres. Même les Black Kings sont venus, à l’exception de Bester et, bien sûr, de Stepjan. Jarod est scotché à côté de la fontaine de soda, et Oban remarque que même zarina est venue, cachée dans la capuche du frère de Luna. Cette dernière ne quitte pas la piste de danse, et flirte outrageusement avec plusieurs garçons, surtout si ils sont venus en couple, ce qui ne manque pas de mettre encore un peu plus d'ambiance. Même Gabriel, adossé à un mur, semble ne pas détester la soirée.

Natalia entraîne Alekseï sur la piste pour une démonstration qui leur vaut pas mal de sifflets appréciateurs, avant de retourner au bar où elle assaisonne discrètement leurs verres avec la flasque de vodka cachée dans sa poche. Quant à Oban, il est sommé de mimer la manœuvre qui lui a permis de marquer ce but d'anthologie à Xifos, et le géant théopolien se prête volontiers à la démonstration.


Alekseï papillonne un peu partout. Il est assez stressé par le bon déroulement de la fête, il veut que tout le monde passe une excellente soirée. Aussi il va vers ceux qui semblent isolés pour les entraîner dans la fête, et tenter de gérer le déroulement des "évènements" et autres "happening"...
Tout de même, le jeune russe est régulièrement sur la piste avec Natalia. Mais aussi avec toutes les filles et les garçons qui s'y font emmener !
Un mot pour Gabriel en lui disant que franchement, si lui était capable de faire de "l'anti-gravité", il serait déjà en train de danser dans les airs avec... Quelqu'un ?
Un mot à Cathy pour lui faire remarquer tous les garçons qui lui jettent des regards intéressés et pour lui suggérer qu'il a pensé à tous les petits recoins discrets spécialement à son intention.
Et de son côté, il invite évidemment Nétifer, Luna et Angélica sur la piste. Oban se débrouillera avec plaisir de Megan, Babs et Artèmis... Mais une fois que les "grands reprendront la scène, il finit par s'éclipser : il y a trop de personnes à qui il doit dire au revoir, aussi se glisse-t-il entre les gens pour les trouver, un à un.

Et il finit par trouver Gogo, qu'il embrasse avant de lui parler. Il profite du choc pour lui crier au-dessus de la musique :


Tu vas me manquer !

Vikram, son amie Jordane et Sato sont finalement arrivés eux aussi. Même Justin et Idriss se sont montrés. Du côté des professeurs, on se tient un peu à l'écart et l'ambiance est plus sage, à part peut-être pour Snowden qui tente de faire du charme à plusieurs de ses confrères de la gent féminine. Quant à Madelyne Williams, elle chapeaute la soirée du regard avant de finalement tire sa révérence alors qu'il n'est pas si tard.

Je dois y aller, mais je compte sur vous, jeunes gens, dit-elle à nos amis. Ne faites rien qui m'obligerait à vous punir, d'accord ?

Oh, et avant que j'oublie. Des objets ont commencé à réapparaître dans le labo de Brown. J'ai fait porter tout ça sur Dan.

Bonne soirée. Amusez-vous bien.

Oui, madame la Directrice ! Nous serons sages...

Petit à petit, après deux heures de musique et d'amusement, d'autres commencent à imiter la directrice. Les plus jeunes et les plus studieux sont généralement les premiers à partir : Megan avec Babs et Artémis, Gogo, Vikram, Pria, Jarod, et même Gabriel. Certains couples s'éclipsent également très vite, comme Fred et Talia ou Luna avec... la Lumière sait qui ! Les professeurs en font autant pour la plupart et de ces derniers ne restent bientôt plus que Snowden et Epzibah, le premier croyant à encore avoir ses chances avec la seconde (le pauvre !).

C'est vers ce moment aussi qu'Oban s'éclipse avec des amis pour aller traîner dans le parc.


Alekseï commence seulement à se détendre. La soirée s'est bien passée, c'est tout ce qu'il voulait. Aussi, il commence à se lâcher un peu... Il va sortir la bouteille de vodka qu'il avait caché et la confie à Natalia pour qu'elle gère la consommation. Le nettoyage, ce sera pour après.
Histoire d'embêter le professeur Snowden (qu'Alekseï déteste depuis qu'il l'a rencontré !), il invite également Epzibah à danser. Celle-ci ne se fait pas prier, trop heureuse d'échapper aux attentions du bellâtre.


Une des suivantes à s'éclipser est Nétifer, qui n'est pas vraiment une fêtarde. Angélica, au contraire, semble vouloir continuer à danser jusqu'au bout de la nuit. Natalia finit par suggérer à Alekseï que eux aussi pourraient aller se trouver un endroit plus intime.

Oui, oui, on y va Natacha... Attends juste cinq minutes, je n'ai pas encore dansé avec Veronica, et puis il faut aussi que j'aille féliciter Sato... Évidemment, tout cela dure plus de cinq minutes. Un quart d'heure plus tard, Natalia revient à la charge, les sourcils un peu froncés.

Ah ah ah ! Oui, désolé, je n'ai pas vu le temps passer... On y va, je dis au revoir aux gens... Et donc encore un petit quart d'heure !


Dernière édition par Nicolas le Mer 17 Mai - 20:34, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mer 17 Mai - 22:28

Oban traîne un peu dans le parc avec certains de ceux qui sont partis plus tôt, et ils discutent un moment jusqu'à ce que un à un, ils retournent à leurs dortoirs. Finalement, il ne restent que lui et Gogo, assis sur un banc, non loin de l'arène de gravity ball.

Alors, tu ne m'as pas dit... Tu comptes partir où, maintenant ?

J'ai un rendez-vous qui me dira certainement quelle est la suite selon lui.  Je crois que je pars de l'espace Terran pour un petit moment. J'en ai des trucs à faire si je veux sauver le monde, un jour !

Et toi, tu restes ici encore combien de temps ?

Oh plusieurs années, je suppose. Je vais passer mes diplômes et puis...

Mais avant que Gogo ne finisse sa phrase, un hululement commence à se faire entendre, une sirène diffusée par les hauts-parleurs de l'Institut.

Hein ? fait la jeune fille en se levant. Ils font encore un exercice ? A cette heure ?!?

C'est peut-être pas un exercice. Il se passe de drôles de trucs dans cette école, et ça ne m'étonnerait pas si c'était grave. Restons à deux, pour le moment. Viens ! Et Oban, qui n'est pas connu pour respecter les consignes, évite la foule pour aller se trouver un point d'observation plus élevé.

De toute façon, à cette heure, la plupart des élèves sont soit couchés, soit encore à la fête, assez loin de là. Dès qu'il est dans un espace plus dégagé, c'est la traînée de lumière dans le ciel qui attire avant tout son attention.



Il reconnaît immédiatement un vaisseau de petite taille en descente atmosphérique incontrôlée... Qui devrait frapper le dôme de l'Institut au niveau de l'entrée dans moins de quinze secondes !

Gogo ! Rentre dans l'arène tout de suite ! Lui-même descend en sautant, et se rue vers le stadium.

Gogo voit immédiatement que Oban ne plaisante pas et commence à courir avec lui. On peut lire un début de panique dans ses yeux. Oban réalise qu'Angélica avait raison ; ses pressentiments seront à l'avenir pris beaucoup plus au sérieux. Mais en attendant, un vaisseau qui se crashe, ça n'est pas bon signe.


Okay, alors... quelque chose veut passer le dôme. Je dois aller trouver Dan. dit-il pour lui-même,
avant de suggérer à Gogo :
Je dois passer quelques appels, on en profite pour souffler et réfléchir, okay ?

D'ac... D'accord, fait Gogo, plus qu'inquiète.

Dan ? Tu peux me montrer ce...

Mais il ne finit pas sa phrase. Une explosion massive secoue le sol sous ses pieds. Il peut en situer l'épicentre au niveau du portail d'entrée du dôme. La détonation s'accompagne d'une puissante onde électro-magnétique. Toutes les lumières s'éteignent, la sirène se tait, et son com en fait autant.

Bon, c'est trop prémédité pour être un hasard malencontreux, donc autant se préparer à tout. Je sais que tu encaisses, mais fais attention, on va tomber sur un truc inattendu et brutal ou sur rien, mais c'est la guerre, maintenant. Tu veux ton armure de Grav' ?

Quoi ? Tu crois ? Eh bien... Elle doit être dans mon vestiaire, mais...

Pendant que Gogo lui parle, Oban peut voir à travers les baies vitrées qu'il y a maintenant une lueur au niveau du portail d'entrée du dôme, à environ neuf cent vingt mètres de là. Un grand nuage de fumée commence à s'en élever et à cacher les étoiles.

Bon, le dôme a tenu, un EMP a tout niqué sur... disons un kilomètre de rayon... ptet plus...  Ça a du effacer la patate d'archives... plus de comm, plus de salles holo... mais certains matériels seront protégés contre ce genre d'attaques. Mon vaisseau l'est. Et certains électroniques vitaux se coupent par sécurité pour les éviter dans les systèmes à fortes tempêtes stellaires. Ce qu'il nous faut, c'est une radio. Au pire ça se fabrique.

Oublie l'armure, elles ne marcheront pas de toutes façons. Je veux contacter mon vaisseau pour avoir une idée de ce qui se trame en orbite. Mais il faudrait aller voir si y'a des survivants... Dans tous les cas, les bâtiments scientifiques sont sur la route, alors autant y aller, maintenant qu'on sait que le dôme a tenu...

Et puis je vais bien regarder le ciel le temps qu'on se fasse nos 500 mètres...

Les deux jeunes gens quittent l'arène de gravity ball et prennent rapidement la direction du nord, vers les bâtiments scolaires. Ici et là des lumières commencent déjà à se rallumer : Les systèmes de secours semblent prendre le relai assez vite pour assurer un minimum d'éclairage.

Tout en avançant, Oban scrute le ciel. Ils ont fait deux cents mètres et arrivent près du plan d'eau qu'ils vont devoir contourner quand un trio d'étudiants allant dans la même direction arrivent à leur hauteur.

Orson ? lui lance Chumani, la seule des trois qu'il connaisse. Quelqu'un sait ce qui se passe ? On allait vers les portes pour l'évacuation quand tout s'est éteint d'un seul coup !

Tiens, vous  êtes là, vous ?

Un vaisseau s'est crashé pile à l'entrée du dôme du complexe. Ça a créé une  onde électro-magnétique localisée.

On nous attaque. Dis, tes esprits pourraient apporter un message à quelqu'un que tu connais ?

Oui, bien sûr ! répond hâtivement la jeune femme, tandis que ses deux compagnes voient leur inquiétude grandir après avoir entendu Oban parler d'attaque.

Cool ! Je dois dire à Véronica que l'attaque est un vaisseau et que je vais aux bâtiments scientifiques pour savoir ce qui se passe en orbite.

Tout le monde doit rester sur ses gardes, et se regrouper autour de la directrice. Je peux compter sur toi ensuite, pour s'assurer que tout le monde arrive sans heurt ?

Depuis tout à l'heure, Oban ne cache pas la réalité, mais il tente malgré tout de cacher ses craintes en souriant.

Facile, dit-elle avant de prononcer une brève incantation. Elle ouvre alors la main sur petit esprit-oiseau translucide. Elle murmure quelques mots à son oreille et il s'envole aussitôt.

Voilà, c'est fait. On va...

Hé ! Regardez ! l'interrompt l'une des deux jeunes filles qui l'accompagnait en montrant le ciel.

Oban lève les yeux dans la direction qu'elle pointe du doigt et aperçoit au nord plusieurs petits objets en mouvement dans le ciel au-dessus des bâtiments de l'Institut, mais sous le dôme. Il doit plisser les yeux pour les distinguer plus clairement dans l'obscurité, mais c'est le son qu'il produisent qui lui permet de reconnaître de petits appareils antigrav, au moins une dizaine. Certains commencent à faire des cercles à trois cents mètres de là, au-dessus du bâtiment administratif au pied duquel plusieurs petits groupes d'étudiants affluent pour répondre à l'ordre d'évacuation... Et il voit alors les premiers traits lumineux : Depuis les glisseurs antigrav qui volent à cinquante mètres du sol, on tire sur les élèves !

Les autres speeders des envahisseurs se dispersent dans le ciel, et au moins deux viennent dans la direction du petit groupe d'Oban.


On se sépare ! Je vais courir vers eux, barrez-vous hors de portée ! Trouvez-vous des couverts, et arrivez à destination saufs ! Gogo, protège-les !

Aaaaaaaaaah !! Fait Oban, de plus en plus fort afin qu'on ne le loupe pas.

Très vite, l'un des deux appareils, une moto-jet portant un pilote et un passager, le prend en chasse. Elle décris une courbe assez sèche avant de l'élancer à sa poursuite en descendant jusqu'à trente mètres du sol. Le second homme ouvre le feu avec son fusil vers Oban, envoyant plusieurs rafales de particules frapper le sol tout autour de lui, faisant exploser la pelouse dans des gerbes d'étincelles et de fumée, tandis que le garçon coure, saute et louvoie de son mieux pour les éviter. Heureusement, le tireur ne semble qu'assez moyennement doué : A part quelques projections de terre, rien n'a touché Oban au moment où il se jette finalement dans le bâtiment abritant les laboratoires de physique, forçant ses poursuivants à abandonner et à partir se chercher d'autres cibles.

Malheureusement, impossible de savoir ce qu'il est advenu du groupe de gogo et Chumani pendant ce temps.


Dernière édition par Eric le Dim 21 Mai - 23:32, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mer 17 Mai - 22:31

Lorsque finalement Natalia et Alekseï quittent le gymnase, elle l'entraîne vers une salle virtuelle avec des intentions très claires.

Tu sais ce qui est bien avec les simulations privées ? C'est qu'elle sont vraiment privées, surtout depuis que nous n'avons plus l'Analyste.

Oui, c'est une idée qui me plaît ! Vu qu'à cette heure-ci, je n'aurais pas accès à ta chambre...

Par contre, il va falloir choisir une simulation. Et c'est toi qui t'y colles ! Tu sais ce que j'aimerais bien ? Un scénario bien agressif, bien conflictuel... Mais on s'en moque, et on va se cacher et s'isoler tous les deux ! Tu sais, genre "rien à foutre" de vos épreuves...

Oh, ça me plaît, ça.

Ils prennent donc la direction de la salle virtuelle la plus proche, qui se trouve tout à côté du gymnase où les dernier fêtards se trouvent encore.

En chemin, ils croient un trio d'étudiants, parmi lesquels Martin, l'assistant du Pr Brown, qui n'ont pas l'air pressés de se coucher. En les dépassant, Alekseï voit qu'il sont en train de regarder un programme holo sur le smartcom de l'un d'entre eux. Il fait quelques pas de plus avec Natalia... et son sang se glace dans ses veines quand il réalise ce qu'il vient de voir. Le programme que les trois jeunes gens regardent, c'est une diffusion d'un certain Vargas qu'il a déjà vue presque à l'identique... juste avant une certaine explosion.

Et c'est à ce moment que les hauts-parleurs de l'Institut commence à émettre une sirène d'alerte.


Nan... Sérieux ? Ils nous refont une sim d'évac maintenant ? fait Martin, blasé.

C'est pas un exercice... Ecoutez-moi bien. Vous aller sortir de l'institut le plus vite possible, en courant, sans vous retourner. Ne vous arrêtez pas avant d'être en centre ville. Évitez le portail central, faites plutôt le mur si vous pouvez. Ton mortellement sérieux.

Courrez ! Je vous rejoins.

Et lui-même s'apprête à foncer vers le gymnase tout proche. Epzibah et Angélica sont là-bas, et agir de façon coordonnée est souvent la meilleure chose à faire... Mais Natalia l'arrête en lui attrapant le bras et lui montre le ciel.

Regarde !

Alekseï voit alors la traînée lumineuse dans le ciel. Il ne sait pas ce que c'est, mais cela tombe vers eux.



Eh merde ! On a pas le temps de fuir l'Institut ! L'endroit le mieux protégé à distance de course, c'est la salle virtuelle !

Allez, allez, allez ! Courez dans la salle virtuelle !

Natalia échange un regard entendu avec Alekseï et pousse Martin pour lui indiquer la direction. Ses deux amis suivent et tout le petit groupe se rue dans les salles d'entraînement. Quelques secondes plus tard, le bruit d'une explosion massive accompagne une forte secousse qu'ils peuvent sentir à travers le sol.

Alekseï perçoit aussi la puissante onde d'énergie électromagnétique qui accompagne la détonation... Et toutes les lumières s'éteignent, tandis que la sirène d'alerte se tait.


Putain ! C'est quoi cette merde.

Cherche pas à comprendre et cours dans la salle virtuelle, Martin... Vite, putain ! Toi aussi, Natacha ! Alekseï, sur les nerfs, se surcharge en électricité sans même s'en rendre vraiment compte. Très violemment.

L'EMP, Alekseï l'a senti. Pourquoi faire sauter les systèmes si la barrière reste en place ?

Martin et ses deux amis ne demandent pas leur reste et s'exécutent, entrant dans la pièce holographique encore alimentée en énergie, mais pas Natalia.

C'est pas en se terrant dans un trou comme des rats qu'on va savoir ce qui se passe, lui lance la jeune fille en repartant vers l'entrée.

Evidemment...

Alekseï la suit. Arrivés à l'extérieur, ils constatent de loin que d'autres petits groupes d'étudiants sont sortis également pour contempler le spectacle : Quelque chose s'est écrasé sur l'entrée de l'Institut, à trois cents mètres de là. Le dôme lui-même a tenu bon, mais toute la structure du portail a été pulvérisée. Au milieu des flammes qui y font rage, on constate qu'il n'en reste plus rien que des débris. La bêche créée fait près de cinquante mètres de large, et le vent qui s'y engouffre fait monter le panache de fumée de l'incendie à l'intérieur du dôme, masquant peu à peu les étoiles. Dans le parc et sur tout les bâtiments proches ont voit les effets de l'onde de choc : arbres couchés, façades endommagées, etc.

Merde alors ! fait Natalia avant de sortir son com. Elle pousse un nouveau juron en constatant que celui-ci ne fonctionne plus.

Ça sent le véhicule bélier pour créer une brèche dans l'enceinte... Plus une EMP pour paralyser l'Institut. En gros, une attaque planifiée.

Epzibah est responsable de la sécurité, et elle n'est pas loin : ce serait bien d'avoir son avis avant d'aller voir là-bas...

Oui. allons-y.

Les deux jeunes gens prennent la direction du gymnase tout proche au pas de course, et ne tardent pas à apercevoir Epzibah. Celle-ci vient de sortir avec Snowden et la vingtaine d'étudiants qui étaient encore à la soirée, dont Lee, Matemba ou encore Allen. Par contre, aucune trace d'Angélica.

Vous foncez jusqu'à la salle des portes, intime-t-elle à Snowden, et sans vous retourner. C'est votre porte de sortie. Allez !

Le professeur à la barbe blonde, aussi paniqué que ses élèves, acquiesce sans hésiter.

D'accord. Allez, les jeunes, on a répété ça, déjà. Avec moi !

Le petit groupe suit Snowden et ils commencent à courir vers le bâtiment administratif. Celui-ci, à trois cents mètres de là, est bien repérable car les lumières commencent à s'y rallumer, tout comme dans le gymnase et à bien d'autres endroits : Les générateurs de secours commencent déjà à prendre le relai.

Ah, Natalia, Alekseï ! leur lance la femme blanche quand ils arrivent à sa hauteur. Vous tombez bien. Je...

Oh, putain de merde ! s'interrompt-elle en regardant vers le trou béant qui a remplacé le portail d'entrée.

Les deux jeunes russes voient la même chose qu'elle : Un petit appareil vient de passer en trombe à travers l'incendie qui fait rage au point d'impact, bientôt suivi d'un deuxième, puis d'encore plusieurs autres. Ils commencent aussitôt à se disperser en reprenant de l'altitude sous le dôme.

Par télépathie ! , annonce Alekseï en prenant la main d'Epzibah.
On a vu le début... Un objet, vaisseau ou missile, est tombé sur le portail pour créer la brèche, et c'est également ça qui créé l'EMP.
J'ai envoyé Martin et deux de ses amis dans la salle virtuelle quand on a vu ce truc tomber. Je ne savais pas ce que c'était ou l'endroit de l'impact, donc je leur ai indiqué la structure la plus solide, la proche.

C'est une attaque... Et j'ai l'intuition qu'il vont essayer de récupérer Snow dans le bâtiment de détention, là où se trouve aussi le "Caveau".

Vos ordres ?


Epzibah fait entrer Natalia dans la conversation.

Si ils sont après le caveau, il va falloir compter sur les défenses de l'endroit, et heureusement elles sont considérables. Pour l'instant, la priorité est de protéger les étudiants. Il va falloir défendre le bâtiment de l'administration, où se trouvent les portes. Ça, je m'en charge. Mes armes sont dans le bureau de Madelyne, de toute façon.

Pour vous deux, j'ai autre chose. Pour évacuer les étudiants qui se sont abrités, il nous faut Megan. Sa chambre est dans le bâtiment juste là. Dépêchez-vous de la récupérer.


Très bien, on y va.
On vous retrouve où avec Megan ? A l'administration ?
Et si on rencontre des étudiants sur le chemin retour, on les évacue où avec les portails de Megan ? Le centre-ville ?


Oui, ou en rase campagne. N'importe où loin d'ici.

Allez, go !


C'est parti !

Epzibah part comme une flèche vers le sud tandis que Alekseï et Natalia commencent à courir vers le dortoir où loge Megan, à une centaine de mètres de là. Au prix d'un instant de concentration, il peut sentir la source de la jeune errenne là-bas. Au moins, il est sûr qu'elle s'y trouve bien.

Tandis qu'ils filent vers leur objectif, Alekseï peut voir que d'autres appareils continuent d'affluer à travers la brèche. Plusieurs passent à cinquante mètres au-dessus d'eux. Il distingue vaguement des glisseurs portant cinq ou six personnes, mais aussi des moto-jets avec seulement un pilote et un passager. Tous semblent porter des armures de combat et des fusils.

Un peu avant d'arriver au pied du dortoir, il peut jeter un dernier coup d’œil vers le trou dans le dôme, et voit un vaisseau plus gros que les autres, un cargo d'une quarantaine de mètres de long, qui manœuvre pour se poser juste après l'entrée.


Меня это заебало !!! s'exclame Natalia en lui montrant ce qui se passe loin derrière eux, au niveau du bâtiment administratif.

Alekseï voit alors que les premiers speeders ont commencé à tourner autour du bâtiment... et à ouvrir le feu sur les élèves qui comptaient s'y réfugier, y compris sur le groupe de Snowden.

J'ai vu... Les lâches... Tirer sur des étudiants désarmés !
La sortie par la salle des portes est bloquée, par le portail aussi... On va devoir faire passer Megan par tous les dortoirs, pour évacuer tous ceux qui y sont resté. 'Faut faire vite.

Prochain objectif : entrer dans ce dortoir qu'il connaît bien, barricader la porte pour se donner un peu de temps en plus, rassembler les élèves, filles ou garçons, puis ce sera à Megan de jouer...


Dernière édition par Eric le Dim 21 Mai - 8:28, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Dim 21 Mai - 21:07

Alekseï franchissent rapidement les portes du dortoir. Là, dans le hall d'entrée, ils tombent nez à nez avec plusieurs étudiants. A l'évidence, ils se sont habillés à la hâte pour se préparer à évacuer, et certains ont même eux le temps de jeter quelques affaires dans un sac. Parmi eux, Alekseï reconnaît Sandy, portant encore ses vêtements de la soirée. La jeune femme est en train d'essayer de convaincre les autres de ne pas sortir.

C'est trop dangereux, dehors ! vous devez rester ici !

Si on reste là on est faits comme des sguelts !!! lui rétorque un jeune homme lui aussi connu d'Alekseï.

Taisez-vous et écoutez-moi ! La voix d'Alekseï tonne, sans pourtant être agressive. C'est mademoiselle Alaster, responsable de la sécurité, qui nous envoie ici. Natalia et moi.

On vient de l'extérieur, on a vu... Aucune chance pour vous de passer sans vous faire allumer : ce sont des mercenaires qui tirent à vue sur les étudiants, avec des armes militaires. Ils contrôlent déjà les voies de sorties classiques.

Alors, on va barricader les entrées pour les ralentir. Travail pour les plus costauds. Et on évite au maximum de rester visible derrière des fenêtres.

Pour se mettre à l'abri, on a de la chance. Il y a quelqu'un qui peut nous faire sortir facilement d'ici, dans ce bâtiment. Je vais la chercher.

Vous, dit-il en désignant les garçons les plus musclés, les barricades. Avec les tables, les chaises, les lits...
Zacchary, va vérifier que tout le monde est sorti de sa chambre chez les mecs et ramène les retardataires. Sandy, pareil chez les filles.
Rendez-vous dans le hall dans trois minutes maximum.

Je vais chercher Megan qui va nous créer pour tous un portail de sortie, et Natalia gère les barricades. Ceux qui ont un pouvoir permettant d'aider à tenir le temps de réunir tout le monde se signalent à Natalia et obéissent à ses ordres...

Allez, allez, allez ! Et il fonce chercher Megan, suivant ses sens de Source. Il fonce vraiment. Courant au maximum de ses capacités, équivalente à un champion olympique de 100m. Sûrement plus...

Il monte les escaliers quatre à quatre, enfile les étages et arrive bientôt au dernier niveau, où loge la jeune errenne. Encore une vingtaine de mètres et il s'approche de sa porte. Il sent aussitôt quatre présences à l'intérieur. Ou deux seulement ? Ce n'est pas très clair. Mais il perçoit surtout l'énergie mystique typique d'un portail.

Megan, c'est Alexandre ! Viens m'ouvrir ! C'est urgent ! , hurle-t-il pour la dissuader de partir, si c'était son plan. En tout cas, il n'en dit pas plus, ne sachant pas qui est avec elle. Et il continue de courir vers la porte. En essayant de sentir les mouvements des différentes personnes dans la pièce.

Il a presque la main sur la poignée quand un tir de particules transperce la porte, passant à quelques pouces de sa tête seulement et projetant des éclats brûlants sur son visage. Il n'a qu'une demi-seconde pour rouler au sol avant qu'une dizaine d'autres faisceaux tirés en rafale ne passent à travers la porte et le mur à hauteur de poitrine, manquant de peu de le couper en deux. Le temps qu'il se rétablisse sur ses pieds, à quelques mètres de là, les tirs ont cessé... Mais l'énergie du portail disparaît, ainsi que deux des présences, dont celle de Megan !

Il se précipite dans le couloir, ouvre la porte d'un coup de pied, et découvre une scène d'horreur. Les deux présences à peine perceptibles étaient celles de Babs et d'Artémis. La première gît au sol sur le dos, un trou fumant dans la poitrine, les yeux encore grands ouverts dans la mort. La seconde est affalée contre le mur. Elle semble avoir été frappée à plusieurs reprises au visage, avant d'être abattue à bout portant d'un tir à l'abdomen.

A peine vivante, la petite sélénite lève un regard implorant vers le jeune russe, qui comprend immédiatement qu'elle n'en a plus pour longtemps.


...

Alekseï vient se mettre juste à côté d'elle et lui caresse doucement la joue et les cheveux.

Ceux qui vous ont fait ça ne vont pas s'en tirer comme ça, ma puce. Je te le promets...

Le jeune russe réfléchit à la liste des étudiants présent ici, dans ce dortoir. Et leurs pouvoirs, qu'il a mémorisé lors de l'enquête. S'il y en a un capable de faire régénérer quelqu'un, ou un truc comme ça. Parce que ce n'est pas avec des premiers soins réalisés sans matériel qu'il va pouvoir stabiliser ce genre de blessures... Et en la voyant de plus près, il réalise que même si il trouvait un soigneur, il n'aurait pas le temps d'aller le chercher : les énergies d'Artémis sont déjà en train de s'éteindre.

Dans un ultime effort, la jeune fille mourante place sa main sur celle d'Alekseï.

Megan... Elle...

Incapable de tenir un discours, même par télépathie, elle lui envoie un flot d'images issues de ses souvenirs. Alekseï voit les trois jeunes filles discuter joyeusement au retour de la soirée. Artémis dit aux autres qu'elle craque vraiment pour Alexandre. Dommage qu'elle soit trop jeune. Elles sont interrompues quand une fille aux cheveux violets en armure phase à travers le mur, un phaser à la main. D'un aller et retour de crosse, elle envoie la sélénite au tapis, puis pointe son arme vers Megan, avant de lui ordonner d'ouvrir un portail au sud de l'Institut, près du centre d'isolement. Megan refuse tout net. Kat, car c'est bien elle, sort alors son com et lui montre l'holo d'une femme aux cheveux blancs ligotée et bâillonnée. Elle dit à Megan que si elle n'obéit pas, sa mère va mourir. Megan hésite encore. Kat lui demande en criant si elle croit qu'elle plaisante, puis tire froidement sur Artémis et sur Babs. Hurlement de désespoir de Megan. Kat menace à nouveau sa mère, alors Megan finit par ouvrir un portail en pleurant. On entend alors un cri d'homme dans le couloir. Kat tire à travers la porte en poussant Megan à travers le portail, puis envoie une rafale avant de traverser aussi. Le portail se referme, et Alexandre entre dans la pièce. Artémis se dit qu'elle rêve, qu'il est venu la sauver.

Je... Je ne veux pas mourir...

Ça va aller, ma puce. , dit-il en la prenant délicatement dans ses bras. Je m'occupe de tout, je vais arranger la situation. Tu peux te détendre, Artémis.
Je reste avec toi...

Alekseï contient au maximum ses pensées négatives et sa colère. La jeune fille se laisse aller contre lui. Elle a un dernier pauvre sourire avant de rendre son dernier souffle. Quand Alekseï s'écarte d'elle, ses yeux sont vides, sans vie.

Il prend alors conscience d'un peu de chahut dans le couloir. Les derniers locataires de cet étage qui n'avaient pas encore quitté leurs chambres sont sortis voir ce qui se passait, mais ils sont vite chassés par Natalia qui arrive en courant sur la pas de la porte.

Dégagez, vous autres !

Alek, que... Elle se fige en découvrant le spectacle morbide qui s'offre à elle dans la chambre.

D'une voix monocorde :

Kat est arrivée avant moi. Elle a forcée Megan à ouvrir un portail vers la détention. Et elle a abattu Babs et Artémis de sang-froid.
Alekseï ferme les yeux des deux gamines, et place le drap du lit sur leur corps.

Je vais les massacrer.

Natalia approuve de la tête avec le plus grand sérieux, avant d'ajouter...

On dirait que tu vas en avoir l'occasion.

Elle lui montre la fenêtre de la chambre. Alekseï tourne la tête et voit à l'extérieur passer au ralenti un glisseur portant plusieurs hommes. Il s'apprête de toute évidence à se poser sur le bâtiment. Il peut d'ailleurs clairement sentir les énergies de ses occupants comme du moteur antigrav tandis qu'il descend vers le toit, juste au dessus d'eux. En effet, le dortoir n'a que cinq niveaux et ils sont au dernier.

Pendant ce temps, Natalia choppe un des étudiants par le col.

Toi ! Il y a des télépathes en bas. Tu leur dit de contacter miss Alaster. Elle est au bâtiment de l'admin. Qu'ils lui disent que Catryn Cirrus a enlevé Megan et qu'elle est partie à l'isolement. Tu as compris ?

Le garçon fait oui de la tête avec insistance.

Et les autres aussi, on descend ! Et au pas de course !!!

Le petit groupe ne demande pas son reste et obtempère aussitôt.

Je monte pour les empêcher d'investir le bâtiment. Et récupérer leurs armes et leur véhicule, on va en avoir besoin.

Tu devrais redescendre et faire le tri parmi les étudiants. Ceux qui peuvent aider à défendre, ceux qui doivent se trouver une planque... Ils vont paniquer et faire n'importe quoi s'il n'y a pas quelqu'un comme toi pour les tenir.

Elle hésite, puis semble convenir que c'est la chose à faire.

D'accord, mais le temps que tu t'occupes de ceux-là. Ne t'avise pas de partir sans moi, ok ? dit-elle en reculant, avant de prendre les escaliers à la suite des autres jeunes.

Alekseï lève alors les yeux vers le plafond. Au prix d'un petit effort de concentration, il peut sentir les présence des cinq personnes au-dessus de lui, tandis que le moteur antigrav s'arrête, signe qu'ils se sont posés. Quatre des envahisseurs partent vers l'est du bâtiment. Si toutes les résidences sont construites de la même façon, c'est par là que se trouve la porte d'accès au toit.


Dernière édition par Eric le Mar 23 Mai - 9:30, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Dim 21 Mai - 23:37

Oban ne s'arrête pas avant d'arriver aux laboratoires d'électronique ; il s'y trouve plusieurs modèles de radios, de vieux moyens de communication utilisés comme base d'histoire de la science, et des appareils plus récents. Un d'eux aura survécu, espère-t-il.

Il a d'autant plus d'espoir qu'il sait qu'une bonne partie du matériel destiné à la recherche et aux cours est stocké dans des salles anti-électrostatiques, pour augmenter sa durée de vie. Il doit défoncer plusieurs portes pour y arriver, mais il a maintenant tout ce qu'il lui faut pour bricoler un émetteur... en théorie, du moins. L'électronique n'est pas son point fort et en ce moment il regrette que Angie ne soit pas là : Elle lui aurait fait ça en un tour de main !

Mais durant les trajets, ils ont eu le temps d'en réparer ensemble. Et il travaille avec des modèles et les cours affichés sur les murs. Ce n'est qu'une question de temps... et pendant qu'il enroule une bobine à la lueur de l'éclairage de secours, il jette un œil au dehors. De là où il est, il voit clairement le bâtiment administratif tout proche, vers lequel les étudiants avaient commencé à se précipiter pour évacuer et où ils ont été pris pour cibles en premier. Plusieurs débuts d'incendies, provoqués par les armes à énergie des envahisseurs, se sont déclarés dans le parc. Cela permet au garçon de voir que plusieurs corps gisent déjà au sol, mais il sont trop loin pour qu'il puisse identifier quelqu'un. Les appareils antigrav des assaillants continuent de tourner dans le ciel, et les tireurs continuent de prendre pour cibles les élèves qui n'ont pas encore pu se trouver un abri sûr et qui tentent d'échapper à la mort en se réfugiant derrière des couverts de fortune. Oban voit aussi plusieurs rayons lumineux monter du sol : Quelques uns des jeunes métas tentent de répliquer avec leurs pouvoirs, mais sans grande efficacité pour l'instant. C'est déjà un véritable carnage, et cela ne va faire qu'empirer.


Mais soudain il voit une grande gerbe de feu blanc venue du ciel engloutir d'un des speeders, le vaporisant sur place avec ses occupants. L'instant d'après une grande silhouette ailée entre en trombe dans son champ de vision.



Lethra vient de se jeter dans la mêlée. Au milieu des tirs ennemis qui ne semblent guère l'affecter, le dragon fond ensuite sur une moto-jet et la broie avec ses passagers entre ses griffes puissantes. Bientôt d'autres silhouettes, humaines celles-là, s'élèvent à leur tour dans le ciel et attaquent également les véhicules volants. Oban sent la Source de Gabriel parmi eux, et il reconnaît également l'un des Rapaces ou encore Carmen Da Costa.

La bataille pour St-Charles vient réellement de commencer !

Tout en se disant que Snow et compagnie doivent être mortes maintenant, Oban continue son travail en se disant qu'il n'aurait pas changé grand chose s'il avait été en bas.

Et puis son assemblage terminé, il commencepar régler son appareil sur les fréquences du Sélénium : après tout, avec un peu d'espoir, le Voyager qui les survole a le même genre de fréquence de communication que celui qu'ils ont croisé au-dessus de Solitude.


Mayday ! Mayday ! L'école St Charles est attaquée par des mercenaires armés ! Je répète : St Charles est attaqué par des mercenaires armés ! C'est la boucherie ici, nous demandons de l'assistance !

Pourvu que cette antenne soit assez puissante... De toutes façons, j'enchaîne avec Dan.

La communication s'établit rapidement et Oban entend la voix familière de Dan.

Oui, Oban ?

Dan ! J'ai besoin que tu retransmette un message, que je vais te dicter, aux autorités locales et au Sélénium, et fissa !

Oban répète donc son S.O.S. pour que son I.A. la transmette, y ajoute quelques détails sure le vaisseau crashé et l'impulsion électro-magnétique, puis il demande :

C'est bon ? Okay. Est-ce que tu peux me dire ce qui se passe en orbite ? Un vaisseau s'est quand même crashé sur l'école où je suis, et on nous tire dessus depuis de petits appareils anti-grav. Est-ce qu'ils viennent de la planète ou non, tu peux me trouver ce genre d'info ?

Dan répond aussitôt.

Facile. Grâce à Gurtuk, je suis déjà connecté au réseau des services d'urgence et de la police de Neo Salem. Le vaisseau qui s'est écrasé sur vous avait commencé une approche normale vers l'astroport avant de dévier sa course vers l'Institut. De ce fait, aucune autre approche planétaire n'est autorisée pour le moment. Ceux qui vous attaquent devaient se trouver sur la planète avant l'impact.

Il faut que tu saches que plusieurs impulsions électro-magnétiques ont frappé la ville. La moitié de Neo Salem est dans le noir en ce moment même. Une d'entre elles a touché l'astroport, mais mes systèmes sont presque intacts, rassures-toi. De plus, des rapports commencent à arriver disant que des individus armés et masqués ont abattus plusieurs personnes en ville. D'après les premiers recoupements faits par la police, les victimes sont des étudiants externes de l'Institut. Les autorités viennent de dépêcher le peu de patrouilles encore disponibles pour tenter d'appréhender leurs assassins.

Dernière chose : Il y a eu deux explosions signalées. La première au niveau de l'Institut St-Charles, quand un vaisseau s'est écrasé, la seconde sur les hauteurs de Vinewood Hills, quand un missile a frappé une résidence.


Vinewood Hills ? Oban se souvient aussitôt que c'est le quartier où se trouve la villa de Madelyne Williams !

Dan, tu peux aller sur place ? Et contacter ce numéro ? C'est la ligne privée de miss Williams. Tu vas aller l'aider ou la récupérer ou les deux, s'il te plaît. Gurtuk si tu m'entends tu vas aller sauver la dame qui ramène le matériel ces temps-ci. Faîtes vite et protégez-la. Je vous recontacterai, je dois rejoindre les autres.

Oban attend juste que les interlocuteurs acquiescent et s'informe de leur bien-être personnel, et il range sa radio dans un sac poubelle de la maintenance, faute de mieux. Il lui faut retrouver ses équipiers. Il monte à l'étage, sort par le toit, et observe ce qui se passe, en se concentrant sur ses amis.

De là où il est, il peut voir l'ampleur de la bataille qui fait rage tout près de lui. Sur une vingtaine de speeders et de motos-jets antigrav, les envahisseurs combattent à coup de fusils à particules une dizaine de métas volants et un dragon, tandis que depuis le sol les élèves ayant des pouvoirs permettant d'attaquer à distance apportent un soutien depuis leurs couverts. Une demi-douzaine de véhicules envahisseurs se sont déjà crashés, mais de nouveaux corps jonchent également le sol. Les tirs fusent dans tous les sens, et les quantités d'énergies déployées sont impressionnantes. Heureusement, personne ne semble faire attention à lui dans la bataille, même si il doit baisser la tête et s'abriter pour ne par recevoir un tir perdu..

Il peut aussi voir que, loin des combats aériens, des véhicules se sont posés sur le toit des résidence universitaires. C'est justement là que se trouvent certains de ses compagnons.

En dehors de Gabriel qui se bat dans le ciel près de Lethra, la source la plus proche est celle de Luna. Elle est en mouvement, tout prêt du bâtiment sur lequel il se tient, et elle semble essayer de se faufiler vers l'ouest plutôt que de rejoindre les Portes pour évacuer. Alekseï se trouve dans la résidence n°3, tout au nord, tandis que Angélica est dans la n°1, un peu à l'est de là. Megan a l'air d'être au centre d'isolement, tandis que Nétifer est dans la résidence où se trouve sa chambre, la n°2, assez loin au sud.

Oban sait bien qu'il devrait rejoindre ses amis, mais le fait que Megan soit au centre d'isolement le fait tiquer ; il doit s'y passer des choses étranges, à moins qu'on y ait réuni des élèves, mais ce n'est pas le meilleur des endroits... Cependant, c'est loin, et il ferait clairement un demi-tour. Oban se dirige Donc vers Luna, la seule qui puisse contacter les autres. C'est même le moment pour lui d'ouvrir son esprit et de tenter de projeter ses pensées, comme on vient juste de lui apprendre, pendant son déplacement.


Dernière édition par Eric le Mar 23 Mai - 9:43, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Nicolas
Source
avatar

Messages : 2947
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 36
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mar 23 Mai - 14:57

Alekseï se dépêche de rejoindre la sortie menant vers le toit, tout en surveillant l'avancée des ennemis.

Il réfléchit à un plan d'action.

Ce sont des mercenaires entraîné et bien équipés, il est inenvisageable de foncer dans le tas... L'objectif est de se les faire un par un, par surprise.
Le premier, ce sera facile : il va poser la main sur la clinche métallique de la porte...

Mais ensuite, les autres vont canarder. Il faudra partir à toute vitesse. Où ? Impossible de rester dans le couloir. La seule option restante est de se réfugier dans une chambre, mais à terme, c'est se piéger. Il en aura peut-être un deuxième par surprise, mais les mercenaires utiliserons la tactique habituelle quand un individu dangereux se trouve dans une petite pièce : les grenades.

Non, il faut apparaître là où ils ne s'y attendent pas : le toit. Passer par une fenêtre et escalader le plus vite possible. Il n'a guère de mal à passer sur le balcon d'une chambre, puis à atteindre une corniche avant de se hisser vers le toit. Une fois suspendu sous le rebord, il n'a qu'à se soulever à la force des bras pour jeter un oeil discrètement.


Les occupants du glisseur ont fini de débarquer. L'un d'eux s'est éloigné vers le côté opposé du toit, un fusil de précision à la main, tandis que les quatre autres se dirigent vers la porte d'accès aux étages inférieurs. Alekseï est presque déçu en les voyant, car ils n'ont rien des mercenaires surentraînés auxquels il s'attendait, à part peut-être celui qui donne les ordres. L'un deux est clairement en surpoids, une autre boite, et ils se déplacent de façon plutôt désordonnée. Pour ce qui est de leurs fusils et pistolets à particules, il s'agit d'armement paramilitaire bas de gamme, du genre que l'on trouve facilement au marché noir ou entre les mains d'agents de sécurité au rabais. Quant à leurs tenues de protections, elles sont plutôt vieilles, quand elle ne sont pas trop grandes pour eux. Toutefois, il ne se fait pas d'illusions : Même si ils ne sont pas impressionnants, il restent dangereux. Un seul tir bien placé, et c'en est fini de lui.

Ils vont se mettre en position près de la porte et celui qui commande sort une petite charge explosive de son sac avant de commencer à la mettre en place. Il y a moins de dix mètres entre eux et le jeune homme, qui se trouve dans leur dos, et il peut les entendre parler.


Ça y est, c'est notre moment ! On va pouvoir casser du méta ! fait avec excitation celui qui porte des lunettes à vision augmentée.

Ouais ! Il vont enfin payer pour mon frère, ces monstres...

P'quoi est-ce qu'on doit s'contenter de nettoyer c't'endroit, d'jà ? J'veux allez m'bat' pour d'vrai, moi !

Parce que vous êtes des bleusailles. Commencez par faire vos preuves.

Et n'oubliez pas que chacun d'eux peut être une arme vivante, alors vous posez pas de question. Si quelque chose bouge, vous l'allumez ! dit l'homme en train de poser l'explosif. Notre boulot, c'est de les forcer à sortir.


Parfait. , pense Alekseï. Configuration optimale.
Le sniper vient de se mettre en position, il doit inspecter les angles de tirs pour quand les étudiants sortiront. Et son arme est inefficace si je suis en mêlée avec ses potes, si je m'approche de lui ou si je suis rapide. Il en profite pour observer le genre d'arme dont il s'agit. Les fusils de sniper qu'il a testé étaient relativement long à recharger. Mais c'étaient des armes à projectiles balistiques, alors que celui-là est une arme à énergie, capable de tirer sans temps mort.

Les quatre autres sont concentrés sur la porte et l'explosif... Il ne savent pas se battre au corps à corps et il ne tireront pas en mêlée. En plus, j'ai la surprise, et ce ne sont pas de vrais mercenaires. Avec mon électricité, un simple contact, un mort. Je devrais pouvoir tous les toucher ou me faire toucher en deux secondes. Maximum. Il se "charge" discrètement.

Ils sont à 10 mètres. Une seconde de moi si je suis en bonne position pour foncer. Ils n'arriveront pas à réagir. Donc le truc, c'est de réussir à remonter sans que l'on me voit, puis bondir. Facile.

Trois secondes au total, mettons quatre pour la sécurité. Ensuite, faudra me remettre à couvert immédiatement pour ne pas me faire sniper...
Il inspecte les couverts, détermine les distances.

Bon. Quand faut y aller... Sainte Vierge, je m'en remets à toi. Il prend une bonne inspiration, mais évidemment très silencieuse, jette un coup d’œil pour vérifier que personne ne regarde dans sa direction. Passe discrètement la petite rambarde...

En un éclair, il a franchi la distance qui le sépare des quatre envahisseurs. La seule à l'apercevoir avant qu'il ne frappe est la femme à l'oeil bionique, mais bien trop tard; Alekseï est déjà sur eux.

Que...

Le premier à mourir est le gros latino moustachu. Un effleurement des doigts sur la nuque et l'électricité fait le reste. Il ne pousse même pas un cri, foudroyé sur place dans un crépitement violent d'étincelles, et une odeur de chair brûlée emplit l'air instantanément. La femme porte la main à son fusil, inutile à cette distance, tandis que les deux autres se retournent à peine.

Toujours sans un mot, sans un bruit, Alekseï vient frapper de sa main la tempe de cette femme et la foudroie à son tour. Nouveau crépitement, suivi de l'explosion de son oeil bionique qui s'accompagne d'un giclement de fluides corporels hors de son orbite.

Aucun remords, aucune émotion.

En restant en mouvement comme il se l'est promis plus tôt, afin d'ajouter à la confusion et de rester une cible compliquée, il se retourne vers le "chef". Sa cible précédente n'a pas encore touché le sol. Il compte bien ne pas utiliser l'électricité pour celui-là, vu qu'il tient l'explosif... Lui écraser la trachée d'une frappe du tranchant de la main, immédiatement enchaînée d'un coup de genou dans les parties devrait suffire.


L'autre a juste le temps de baisser le menton pour bloquer le premier coup, mais le second à l'entrejambe lui coupe le souffle malgré ses protections. Le dernier homme tente alors de frapper Alekseï d'un coup de crosse...

Crève, sal... !

...mais le jeune homme esquive facilement d'un pas en arrière...

... Puis revient, en projetant ses doigts vers l'appareillage de vision améliorée. Frappe aux yeux, un grand classique du Systema. Sauf que là, il n'y met pas la force nécessaire à les crever. La décharge suffit à faire exploser ses lunettes dont les éclats blessent certes Alekseï à la main, mais pénètrent aussi jusqu'au cerveau déjà grillé de son adversaire.

Alors que le jeune russe reste silencieux, ce pauvre type n'a même pas eu le temps de finir sa phrase...

Il s'enroule alors derrière le gars sonné pour se donner un couvert. Attrape de chaque main un côté de sa tête. Le menton et l'arrière du crâne. Et tire d'un coup sec dans des directions opposées. Ce mouvement, Alekseï l'a longuement répété. Mais il ne l'avait jamais exécuté "en vrai"... Et il découvre que ce n'est pas si facile de briser la nuque de quelqu'un, surtout si ce quelqu'un a un cou de taureau. L'homme réagit alors en se jetant en arrière, écrasant le jeune russe entre lui et la porte et lui coupant le souffle à son tour.


Presque par réflexe, mais aussi parce qu'Alekseï l'a vu lâcher l'explosif, il s'électrise de nouveau pour le finir. Mais en le gardant contre lui. Le temps de reprendre son souffle et de récupérer une arme, puis de se mettre derrière un vrai couvert pour s'occuper du dernier, le sniper. S'il a eu le temps de voir la scène, il doit être paniqué... Sinon, en fait, c'est même plus choquant de ne voir que le résultat. En à peine quelques secondes d’inattention...

Et c'est ce qui s'est passé. non seulement l'affrontement n'a duré que quelques secondes, mais avec le bruit que produit le combat aérien en cours au-dessus de l'Institut, les crépitements électriques à trente mètres derrière lui n'ont pas attiré immédiatement l'attention du sniper. quand il se retourne finalement, Alekseï s'est déjà caché grâce à une sortie de gaine d'aération, non loin des corps encore fumants.

Fukran ! dit-il en apercevant finalement le carnage.
Leader, ici groupe 7 ! ajoute l'homme en portant la main à son cou pour activer son com.

Tant que ce type est concentré sur sa communication, Alekseï vérifie rapidement l'arme qu'il vient de récupérer, vise et tire.

Groupe 7... ? Et merde. Il y a beaucoup trop de commandos. Il y a des bâtiments qui vont se faire avoir...

Le pistolet qu'il a tiré du holster du chef de l'escouade émet une puissante décharge de protons qui vient frapper l'homme au torse, laissant une marque rougeoyante sur son armure. Il lâche son fusil et tombe au sol en râlant de douleur, sérieusement blessé.

Alekseï se dépêche de le rejoindre, avant qu'il ne puisse se remettre.

...

Sans un mot, sans l'ombre d'une émotion, il lui tire dans la tête. En faisant attention de ne pas toucher le communicateur qu'il récupère séance tenante, tâché de sang et de matière cérébrale. Il le règle en "communication entrante uniquement", afin de de savoir ce qui se dit entre les différentes unités ennemies. Il ne prend qu'un moment pour s'assurer que tous sont bien morts, prendre un fusil et pistolet supplémentaire, et enlever l'explosif de la porte, ce qui ne pose pas de problème. Il s'agit d'une toute petite charge, commandable à distance grâce au détonateur qu'il a trouvé sur le corps du chef du commando. Il a aussi découvert que chacun des cadavres a encore autour du cou une chaîne où est suspendu un boitier de la taille d'un smartcom. Toutefois, ce ne sont pas des appareils de communication mais des générateurs de bouclier psychique.

Cela lui laisse le temps de voir la bataille qui se déroule au-dessus du bâtiment administratif, où un dragon et une dizaine d'élèves combattent encore une bonne vingtaine de véhicules ennemis. Il peut aussi apercevoir ce qui se passe près de l'entrée du dôme, où l'incendie commence à se calmer. Le cargo des envahisseurs a ouvert sa soute arrière, laissant descendre une vingtaine d'hommes supplémentaires, mais pas seulement. Il y a aussi deux machines montées sur plate-formes antigrav, qu'il identifie immédiatement comme étant des batteries anti-aériennes légères équipée de missiles.

C'est à ce moment que lui arrive le message mental de Epzibah.


Alekseï, je vais devoir aider les autres à nettoyer le ciel et les bâtiments alentour pour garantir le passage vers la salle des portes afin que les élèves puissent évacuer. Ça veut dire que je dois envoyer certains d'entre vous au centre d'isolement, si possible ceux comme toi qui ne risquent pas de se faire tuer là-bas. Il faut que tu y ailles le plus vite possible.

Oui, madame !

Pour information, de petits groupes paramilitaires tentent de se poser sur les toits des dortoirs afin de créer la panique et faire sortir les étudiants. Puis pour les tirer comme des lapins d'en haut. J'ai neutralisé ceux du dortoir n°3, je suis encore sur le toit et j'ai un visuel :
Un transport s'est approché du portail principal. Vingt hommes supplémentaires, et deux batteries de missiles anti-aériens mobiles en sortent. Prévenez nos volants !

Je poste des étudiants armés sur notre toit pour protéger le bâtiment et sniper les ennemis, ainsi que pour garder une vue d'ensemble. Un télépathe y sera en relais pour vous et les autres bâtiments.

Je pars en antigrav vers la détention dans une minute...
Mais je ne pourrais pas entrer, avec toutes les protections ! Alors qu'avec les portails et le phasage dont dispose Kat, c'est simple pour elle !


Ce message mental n'a duré qu'une seconde, mais Alekseï descend déjà les escaliers quatre à quatre. Dès qu'il sera à meilleure distance, il hurlera ses ordres à Natalia pour perdre le moins de temps possible.

Je vais tâcher de vous trouver un moyen d'entrer le temps que vous y arriviez. J'y envoie aussi toutes nos autres Sources : Gabriel, Oban, Nétifer et Angélica. Luna est blessée et ne se préoccupe que de son frère alors vous devrez faire sans elle. Dépêchez-vous.

Arrivé en bas, Alekseï prend une minute de plus pour expliquer aux élèves ce qu'il attend d'eux. Tout en remontant avec Natalia, le télépathe et les quatre étudiants sélectionnés pour leur connaissance des armes à feu, Alekseï en profite pour donner ses dernières instructions.

... Et n'oubliez pas d'enfiler les tenues de protections des mercenaires. L'explosif télécommandé pourra vous servir de grenade si des fantassins essayent de forcer les barricades du bas...

Natalia, il va falloir que tu me conduises à la détention et que tu reviennes ici... Je suis désolé, je n'ai jamais conduit un anti-grav de ma vie, je n'ai aucune idée de la façon dont ça fonctionne...

Sérieusement ? Ah, ces aristos... dit-elle avec air narquois.

Ils remontent avec les étudiants qu'il a chargé de récupérer le matériel. Natalia ramasse un pistolet sans sourciller, mais les autres sont horrifiés par le spectacle qu'offrent les cadavres sur le toit.

Je crois que je vais vomir, fait Zacchary avec un haut-le-cœur.

Ces mecs étaient là pour vous tuez, alors attrapez vos couilles et prenez ce qu'il vous faut pour vous défendre ! lui lance la jeune femme en s'installant au commandes du glisseur antigrav.

Courage, les gars. N'oubliez pas de rester attentifs au sol mais aussi au ciel, de bien vous mettre à couvert, et de communiquer entre vous.
Et surtout, ne paniquez pas : avant de tirer, identifiez votre cible. Natalia revient ici avec l'anti-grav, n'oubliez pas...

Un pistolet à la ceinture et un fusil au creux de l'épaule, Alekseï monte dans le véhicule et se positionne pour ouvrir le feu sur toute menace.

Natalia, il va falloir voler relativement bas. Ces salopards sont en train d'amener des batteries anti-aériennes. Elle ne doivent pas encore être en position, mais on ne sait jamais...



Dernière édition par Nicolas le Jeu 25 Mai - 21:01, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mar 23 Mai - 21:14

Oban se direge d'un pas rapide vers le bord  nord du toit, d'où il pourra voir Luna et d'où il pourra lui faire signe pour qu'elle entre en communication avec lui.

Cependant, à mi-chemin, un hululement strident de moteur antigrav lui fait tourner la tête. Il voit alors une moto jet descendre du ciel nocturne droit vers lui. Il a été repéré, et le passager braque déjà son fusil vers lui... Mais avant qu'il n'ait pu tirer, un des métas volants vient violemment percuter le véhicule, qui part aussitôt en vrille.

La moto aérienne percute le bord du toit, éjectant son passager qui part s'écraser vingt mètres plus bas en hurlant. Le reste de l'épave ricoche, et lui fonce droit dessus en tournoyant ! Il a tout juste le réflexe de se jeter de côté et sent un souffle passer sur son visage quand la masse de métal le frôle avant d'aller se crasher contre une sortie de gaine d'aération, une dizaine de mètres plus loin.

En se relevant, il voit que le pilote, resté accroché aux commandes, a été tué net, proprement écrasé par son engin. Un peu plus loin, la méta qui a envoyé la moto-jet au tapis est venue percuter le parapet du toit après avoir roulé au sol, fissurant le muret. Il reconnaît Carmen Da Costa, assommée pour le compte. Sa force est au plus bas, ce qui signifie qu'elle a dû épuiser toute son énergie solaire. Elle a subit plusieurs tirs, que son invulnérabilité a transformés en simples brûlures... mais celui qui l'a touchée au visage laissera forcément une horrible marque : Elle ne sera plus jamais la beauté qu'elle était. Oban comprend également pourquoi il a pu la voir voler : Elle a encore sur le dos un propulseur antigrav individuel, un équipement sportif très coûteux que seuls les étudiants fortunés comme elle peuvent se payer.

Un peu ennuyé, Oban tente de voir si elle est blessée en premier lieu. Comme elle semble en plutôt bon état et qu'il n'est franchement pas un soigneur, il lui retire l'équipement superflu et enfile le jetpack - un rêve va bientôt se réaliser -  avant de la soulever pour aller la placer à l'intérieur, en sécurité.

Etant donné qu'elle ne se réveille pas, il repart - toujours à pieds, pour le moment du moins - et se dirige de nouveau vers Luna.

La nuit risque d'être longue et compliquée...


Il aperçoit la jeune femme en contrebas du bâtiment, en train de se traîner de couvert en couvert. A la façon dont elle boîte, elle a l'air blessée. Il finit par attirer son attention et elle entre en contact avec lui par l'esprit.

Oban ! Il faut que j'aille chercher Jarod ! Aide moi, je t'en supplie...

J'ai pile ce qu'il te faut. Je te résume mon aventure mentalement pendant que je t'emmène. Allez,
viens là, magne-toi !


Et pendant qu'il se dirige vers sa colocation avec Jarod, ou quel que soit l'endroit qu'elle vise, il enchaîne apprentissage du pilotage de jet-pack, en essayant d'avoir l'air de savoir ce qu'il fait, et échange mental. Le propulseur dorsal à antigrav, fixé grâce à un harnais, se pilote avec une télécommande gyroscopique placée à la base de la main. Il suffit de l'orienter dans la direction voulue et d'appuyer plus ou moins fort sur le bouton pour accélérer. tout est dans le poignet. Oban est encore un peu hésitant, et ne pourra pas faire de voltige avant un moment, mais il comprend vite le truc tout de même.

Accessoirement, il tente de cacher le fait que son excitation du moment est bien plus agréable que tous les moments calmes et civilisés qu'il a pu vivre jusque là. Étrangement, Oban est à son aise dans ces moments de panique générale...


Il finit par se poser près de Luna...

Alors si je comprends bien, il ne faut pas attendre d'aide de l'extérieur pour l'instant...

Oui et non, un type intelligent a quand même contstruit une radio et a fait prévenir le Sélénium et les forces de l'ordre locales. Mais ils ont leurs propres emmerdes, alors on verra.


Maintenant qu'il est près d'elle, il constate que Luna a été sérieusement blessée à la jambe. Elle ne peut faire autrement que de se traîner tant bien que mal.

Allez, on doit aller chercher mon frère ! Pars devant. Il faut faire vite !

Mais ferme-la et laisse-toi porter...


Et Oban l'emmène. Peu importe que ce truc soit fait pour une personne. A pleine vitesse ou presque, il doit bien pouvoir l'aider à accélérer assez. Et au pire, Oban serait assez fort pour porter Luna, même sans compter sur la décharge d'adrénaline qui le caractérise actuellement...

Avant même d'arriver au dortoir, Oban et Luna peuvent voir et entendre que des combats s'y déroulent déjà. On entend des cris, des tirs de blaster, et un faisceau d'énergie traverse même une fenêtre.

Et c'est à ce moment qu'il reçoit un message mental de Epzibah.


Oban ! Kat a kidnappé Megan après avoir tué ses colocataires. Elle va l'utiliser pour entrer dans la zone d'isolement. C'est presque certainement leur objectif principal. Moi je dois rester ici pour limiter nos pertes et assurer le passage vers la salle des portes. J'ai besoin que tu t'y rendes aussi vite que possible : tu connais les lieux et tu ne risques pas de t'y faire tuer. Je t'envoie d'autres renforts.

Bien reçu. Je dépose Luna et J'y vais ; je me disais bien que c'était bizarre qu'elle soit là-bas.

Luna, t'as entendu ? J'vous laisse, avec Jarod. Soyez prudents. Juste le temps de prendre quelques affaires...


Quoi ? Non non non ! J'ai besoin de toi ici ! On doit protéger mon frère. Je ne peux pas le faire toute seule !

Oban expire longuement, ce qui rend la tirade qui suit plus étonnante, parce que ça ne l'a manifestement pas calmé.

Non mais tu te fous de ma gueule ?

Ecoute-moi bien ; j'ai protégé ton frère contre tout, même contre mes camarades, pendant DES MOIS. Et là, vous avez juste à rester ensemble, en intérieur. Sans compter qu'il sait se défendre, se cacher, et qu'il y a des centaines de gens en train de se faire tuer, là !

Donc Tu es une source immortelle et une télépathe qui peut faire oublier qui ils sont à ces cons alors maintenant, tu vas arrêter de faire bosser les gens à ta place et te sortir les doigts du cul ! Dans les chambres, j'ai des armes. Je t'amène à ton frère, je prends mes affaires et vous vous cachez, si vous voulez pas aider. Il est où, là ?

Il est en danger, tout de suite ?


Luna fait une moue dégoûtée pour toute réponse. Mais la question est rhétorique : Oban a déjà commencé à faire l'inventaire des présences locales, en tentant de déduire lesquelles sont celles des inconnus. Il identifie deux concentrations principales de personnes : au deuxième étage, un groupe d'élèves affronte les mercenaires qui descendent du toit, et au rez-de-chaussée les étudiants qui ne peuvent ou ne veulent se battre.

Quant à Jarod, ils le trouve dans sa chambre, en train de se disputer avec zarina, qui refuse de le laisser sortir.


Non, non et non ! Tu restes ici, jeune homme, fait l'entosienne en volant devant lui pour le harceler afin de l'empêcher d'aller vers la porte que viennent de franchir Oban et Luna.

Jarod ? tu vas bien ! Qu'est-ce qui se passe, ici ?

Ce qui se passe ? il se passe que la nuisible ne veut pas que j'aille aider les autres ! Elle veut que je reste terré là comme un lâche !

Tu devrais l'écouter, alors !

Oban, très content d'avoir eu raison, va prendre ses affaires sans se mêler de leurs embrouilles. Il jette juste au frère de Luna ce regard quotidien qui dit : "respecte l'Entosienne, Jarod", avant de se rendre dans son fatras. Il en ressort une série de lames et de billes de métal, son tube incassable, et range le tout dans les étuis de la combinaison qu'il porte déjà et qu'il a confectionnée lui-même. Et il sort de son casier personnel la fameuse unité floutante qu'il avait demandé à récupérer sur les gangsters. Avec le Jetpack, il est un peu obligé d'improviser, alors il se la met à l'envers, sur le ventre. Il lui faudra penser à se changer, plus tard.


Allez, salut les Fitzroy et bon courage, clochette. Oh, et Luna, si tu ne bouges pas d'ici, tu pourrais peut-être aider avec Jarod quand même : mettez les élèves proches en relation télépathique, qu'ils sachent quoi faire, où aller, et qu'ils puissent repérer le danger. Allez, ciao.

Et le voici reparti, légèrement soulagé. Il arrive dehors, met la flouteuse en tension, puis accélère vers le haut avant de foncer aussi fort que possible vers Megan.


Dernière édition par Eric le Jeu 25 Mai - 20:45, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Jeu 25 Mai - 21:31

Natalia fait décoller le glisseur pendant que zacchary et les autres tirent les corps à l'intérieur pour mieux les dévêtir. L'appareil s'élève lentement quand les deux jeunes russes reçoivent un nouveau message télépathique de Epzibah.

Alekseï, Natalia, il faut que vous récupériez Angélica au passage. Elle vient de sortir de la résidence nord. Alekseï, vous devriez pouvoir la localiser. vous allez avoir besoin d'elle : Elle a pensé à un moyen de vous ouvrir la zone de confinement.

D'accord, répond Natalia en changeant de direction pour aller vers les dortoirs en questions.

Dis-moi... C'est qui, cette Angélica ? demande la jeune femme à Alekseï. Je la connais ?

On va devoir passer pas loin de l'entrée... Attention. Alekseï, près à ouvrir le feu, reste vigilant. Il ne compte pas tirer afin de ne pas attirer l'attention, mais s'il faut sauver un étudiant de l'attaque d'un assaillant...

Et oui, tu connais Angélica : c'est Véronica. Je n'étais pas le seul sous fausse identité. Et si tu entends parler de Nétifer, c'est Kriss.

D'accord... Tu m'expliqueras ça plus tard et sans faute !

Promis, Natacha.

Tandis qu'ils volent en rase-motte, les deux jeunes gens peuvent voir une ligne de lumière bleue traverser brièvement le ciel, puis une seconde. A chaque fois, un véhicule volant est coupé en deux et explose. On dirait que epzibah a finalement récupéré ses armes.

Très vite, Alekseï peut lui pointer du doigt la direction dans laquelle se trouve Angélica. Son amie blonde est en train de courir vers le sud, un sac sur l'épaule. Natalia manœuvre avec adresse pour arriver à côté d'elle et la jeune femme n'a qu'à attraper la main d'Alekseï pour se faire hisser à bord avant que le glisseur ne réaccélère.

Alek ! La Lumière soit louée !

Ça va, Angie ? Il lui glisse son pistolet à proton, et se remet en position de tir, fusil appuyé sur la carlingue. Du côté le plus dangereux a priori : le nord.
Alekseï est discipliné, à part quand il pète les plombs...


Pas vraiment. On a pu capturer ceux qui ont attaqué notre dortoir, mais on a des blessés. Et puis... Epzibah m'a dit ce qui s'est passé de votre côté, ajoute la jeune femme d'un air triste.

Avant que Alekseï ne puisse répondre, il entend une série de sifflements au-dessus de sa tête. En levant les yeux, il voit les traînées laissées par une demi-douzaine de missiles qui foncent vers le sud, dans la direction où la bataille aérienne se déroule. Impuissants, les trois passagers du glisseur voient les engin de mort se diriger vers les défenseurs de St-charles.

L'arme au rayon bleu de Epzibah en intercepte deux en plein vol, un troisième est dévié de sa trajectoire par un pouvoir quelconque et va s'écraser au sol, et un quatrième est détruit par un souffle de feu... Mais les deux derniers viennent frapper le dragon. L'un explose sur les écailles de son poitrail et la détonation du second lui transperce une aile.


Lethra !!! crie angélica en voyant la théopolienne chuter.

Elle va bien... Il vient de passer son œil sans émotions sur le viseur. Bientôt, ils seront hors de vue du portail, et Alekseï a encore envie de tuer ces salopards d'envahisseurs. Le plus possible...
Il cible le bout visible d'un des missile encore sur les rails de la batterie DCA. S'il touche, ce sera un beau feu d'artifice sanglant.


Le premier missile n'a pas pénétré ses écailles, et le deuxième est passé dans "le gras". Elle est solide, tu sais, souviens-toi de la falaise...
C'était pire ! En fait, il n'en sait rien. Juste une supposition. Mais il veut garder le moral d'Angélica aussi haut que possible.

"On a pu capturer ceux qui ont attaqué"... Sacrée Angie... Je me demande ce qui est arrivé à ceux qui ont attaqué la position de Nétie et d'Oban. Sourire sans joie.

Et son doigt presse la détente. Une fois, et une deuxième presque immédiatement. "Double tap"... Malheureusement, ses tirs ne parviennent pas à faire mouche -cela aurait tenu du miracle- et il perd sa fenêtre dès qu'ils s'éloignent un peu plus. Natalia pousse le véhicule au maximum de sa vitesse, et ne fait qu'un léger détour pour éviter le gros des combats. Au passage, les passagers peuvent voir que le dragon se redresse péniblement sur le sol, probablement sérieusement blessée. Heureusement, l'arme de Epzibah fait des ravages dans les rangs ennemis pour la couvrir.

Et dire que tout ça n'est qu'une diversion, dit Angélica avec colère. Ils perdent des hommes plus vite que nous. Ces salauds ne peuvent pas l'emporter, juste gagner du temps.

Je sais.
Ils tentent une "victoire à la Pyrrhus". Ce sont des malades, des animaux... Je vais tous les massacrer. Toujours aucune expression sur le visage. Angélica ne l'a jamais vu comme ça. Souvent souriant, parfois hautain ou condescendant, oui... De temps en temps fou de rage, plus rarement les larmes aux yeux. Mais là, c'est pire.
Effrayant.


Ils sont égarés... Et on leur a menti.

Ils peuvent maintenant distinguer le petit bâtiment où ils se rende. On peut déjà y voir Gabriel et Oban, face à l'entrée.

En réponse aux propos pacifiques et lénifiant de la gentille petite blonde, il répond :

Je sais.
Et j'en ai rien à foutre pour l'instant.

A toi de jouer, Angie. Epzibah m'a dit que tu as de quoi entrer. , et dès qu'il est à proximité, Alekseï saute du véhicule. Juste le temps de donner un baiser à Natalia.

Reste en vie, Natacha... Sinon, je... Je vais devenir un monstre incontrôlable.
Reste en vie. C'est tout...

Ne t'inquiète pas, je ne suis pas si facile à tuer. Ce serait plutôt à ces salauds de s'inquiéter !

Ils vont regretter de s'en être pris à nous et à nos amis, c'est certain.

Alekseï met un genou au sol, dos tourné à la porte de confinement, arme épaulée. Sécuriser les arrières le temps que les "petits génies" ouvrent la porte blindée. Juste un regard à Oban et à Gabriel.


Dernière édition par Eric le Ven 26 Mai - 3:28, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Jeu 25 Mai - 21:49

Oban commence à se diriger vers le sud-ouest tant bien que mal, tentant de maîtriser au mieux son propulseur dorsal. Même à basse vitesse, le dispositif de camouflage optique ne fonctionne pas très bien, mais dans la mesure où il fait nuit c'est suffisant pour qu'il attire moins l'attention que... admettons un dragon. C'est donc sans être inquiété qu'il quitte la zone où ont lieu le gros des combats.

Deux choses attirent son attention tandis qu'il se déplace. D'abord, il sent au sud un gros déploiement d'énergie spirituelle, à peu près là où se trouve Nétifer, mais serait bien en peine d'en identifier la nature. Ensuite, un faisceau d'énergie bleutée, différent de tous les autres, balaie le ciel au-dessus de lui, avec assez de portée et de puissance pour laisser une traînée incandescente sur la paroi du dôme. D'un coup d’œil par-dessus son épaule, il aperçoit un second tir du même genre, venant du toit du bâtiment administratif, qui coupe en deux un autre speeder et ses occupants. Il se demande alors qui peut bien avoir un émetteur positronique ici : Même dans le Noyau, ce genre de technologie est rarissime.


Oban continue d'avancer sans encombre quand soudain une série d'explosions lui fait à nouveau tourner la tête. Il voit alors le dragon chuter vers le sol dans un nuage de fumée...

Mais Oban a sa propre "mission" et il compte bien venir en aide à Megan. Il regarde autour de lui, bien sur, mais plus pour sa propre protection. Ce soir, quoi qu'il advienne, il y aura des morts et des blessés. Et il ne peut pas être partout.


Oban est le premier à se poser près du petit bâtiment qui sert d'entrée à la structure souterraine qu'est le centre d'isolation. D'après la position des autres sources, Gabriel ne devrait pas tarder à le rejoindre en volant et Alekseï et angélica devraient suivre de peu étant donné la vitesse à laquelle ils se déplacent. Quant à Nétifer, elle a déjà quitté la résidence sud et arrive à pied, mais elle n'est déjà plus très loin.

Le jeune garçon constate très vite que le courant n'a pas été coupé dans le Centre. Le système de reconnaissance qui verrouille la porte d'entrée est toujours actif. Heureusement, il est enregistré, et de plus, avec un peu d'espoir, peut-être que les envahisseurs n'ont pas eu accès aux pénitents.

Oban sourit comme un fou à l'idée de lâcher ne serait-ce que Cletus sur ces bouseux, et tente d'ouvrir la porte après avoir analysé les lieux. Le système de reconnaissance le scanne, et une voix synthétique lui répond...


Verrouillage de sécurité en cours. Accréditation insuffisante.


C'est à ce moment que Gabriel vient se poser près de lui. Il a l'air pressé... et inquiet.

Ils sont déjà entré ?

De cela au moins Oban est sûr : Il peut sentir la Source de Megan plusieurs dizaines de mètres en-dessous de lui.

On dirait oui,et ils ont réécrit les autorisations, je crois. Meg est à dix mètres, par là. Tu saurais creuser ? Oban tente de se souvenir. Après tout, il a déjà essayé de sortir de là par des moyens non-conventionnels. Peut-être que ça pourrait lui servir à rentrer...


Dernière édition par Eric le Ven 26 Mai - 2:57, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Ven 26 Mai - 3:33

Déposés par le glisseur que pilote Natalia, Alekseï et Angélica ont mis pied à terre. L'italienne court immédiatement vers Oban et ouvrant le sac qu'elle avait à l'épaule pour en sortir une radio sub-spatiale bricolée, assez proche de celle qu'a fabriqué le garçon plus tôt.

Oban, tiens, j'ai de quoi communiquer avec Dan, mais je n'avais pas sa fréquence ! Entre en contact avec Gurtuk, s'il te plaît !

On va raccorder ça au port numérique de l'entrée, et il va pouvoir établir une connexion à distance pour nous ouvrir !

Excellent ! On a eu la même idée ! Ment Oban en montrant sa radio, tout en utilisant celle d"Angie.

Dan ? On a besoin que Gurtuk se connecte à cette adresse pour nous ouvrir la porte ! Et pendant qu'il fait ça, vous avez trouvé la directrice comme je vous l'avais demandé ?

Dan répond aussitôt.

Connexion en cours. Gurtuk sera en ligne dans quarante secondes.

Nous survolons actuellement la zone que tu nous a indiqué. Il y avait bien une maison, mais elle a été entièrement rasée. Les services d'urgence de la ville viennent d'arriver et commencent leurs recherches. Je ne sais pas si il trouveront quelqu'un : mes scanners n'ont repéré aucun signe de vie sous les décombres.


Qu'est-ce qui s'est passé avec Williams ? demande Gabriel à Oban.

Sa villa a été rasée, pas de signes de vie. Ca peut vouloir dire que deux choses : elle a été kidnappée, ou alors... Elle est temporairement décédée.

Dan ? Fais demi-tour et trouve-toi une position sûre, mais pas là où on t'a mis dernièrement. Reste dans le coin de la Villa jusqu'à nouvel ordre, mais pars si quelqu'un d'inconnu approche.

Quelle merde....

Pendant ce temps, Alekseï surveille le parc tout autour, sans détecter de présence ennemie proche dans la lunette à vision augmentée de son fusil. Il repère par contre assez vite Nétifer, à une centaine de mètres d'eux. Elle arrive en courant, une paire de fusils sur l'épaule.

Un infime sourire d'Alekseï en voyant Nétifer arriver avec deux fusils sur elle. Et un soupir de soulagement tout aussi discret.

Angie, Gurtuk va devoir faire ça devant chaque porte ? Parce que lorsque je suis venu la dernière fois, il y en avait des dizaines et des dizaines...

Ça m'étonnerait, à moins que chaque porte soit connectée à un système autonome. C'est très peu probable.

Et... Oban, la villa de Williams a été rasée ? Tu sais comment ?

Grace à mes amis : Angie m'avait montré comment construire une radio, alors j'ai fait ça, puis j'ai contacté Dan et je l'ai envoyé chercher la directrice, mais pas de signes de vie : soit elle a été kidnappée, soit elle est temporairement morte, ou alors elle est partie ou cachée.

Alors qu'il ne reste que vingt secondes avant que Gurtuk ne puisse leur ouvrir, l'holo-interphone émet soudain un grésillement, puis affiche une projection holo près de la porte.

Gabriel ? C'est toi ? fait l'avatar de Anne Adley d'une voix pressante.

Anne ! Tu vas bien ?!?

Oui, rassures-toi. Des intrus ont pénétré dans le complexe, mais je suppose que vous le saviez déjà ? J'ai pu me réfugier dans une salle virtuelle inoccupée.

Je ne sais pas combien de temps j'ai, alors écoutez moi bien. Il sont deux groupes de quatre, plus Katryn Cirrus et Megan Ariandel, qui a l'air d'être là sous la contrainte. Je ne crois pas qu'ils soient du Sang de la Terre. Ils ressemblent plus à des professionnels recrutés pour l'occasion. Ils ont de l'armement lourd et une tonne d'équipement. Ils sont arrivés au dernier niveau de l'isolement, mais n'ont pas encore pu pénétrer dans le caveau. Les protections spirituelles empêchent Megan d'y ouvrir un portail. Un des deux groupes est en train de tenter de forcer l'entrée, l'autre de libérer Snow, et les deux réussiront sûrement dans peu de temps.

Bien compris. Nous allons bientôt pouvoir entrer, alors tiens bon, d'accord ?

Tu ne comprends pas Gabriel. Il ne faut faut pas qu'ils entrent dans le Caveau. Ce qu'il y a là-bas, c'est... Bon sang, il viennent par ici.

Je vais essayer de gagner du temps. Dépêchez-vous !

Anne ! Non, reste à l'abri ! Je...

Mais l'avatar de Anne Adley disparaît avant qu'il ne termine sa phrase.

La porte d'entrée s'ouvre à ce moment, tandis que Nétifer arrive à portée de voix.

Oban laisse passer Gabriel et passe en second. Sa main reste posée sur la paroi et il émet en permanence une onde dans le métal pour éviter toute surprise. Connaissant à la fois les lieux et leur position, il essaie d'anticiper toute éventualité. Dans son autre main, il a une bille de métal.

Alekseï laisse passer tout le monde, continuant de sécuriser l'arrière, afin d'attendre Nétifer. Il lui fera un résumé de la situation actuelle apprise grâce à Adley, tout en recollant ensemble au petit groupe, par la suite.


Dernière édition par Eric le Sam 27 Mai - 18:08, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Lun 29 Mai - 16:28

Gabriel, suivi de peu par Oban et Angélica, traverse à grands pas le hall d'entrée, droit vers les ascenseurs.

L'italienne a laissé branché son émetteur-récepteur sur la borne près de l'entrée, pour que Gurtuk puisse garder le contact avec le système, et a emprunté celui d'Oban pour rester en liaison avec le vaisseau.


Gurtuk ? Tu as accès aux élévateurs ? Et aux portes des étages inférieurs ?

Cette fois c'est la voix du cyborg qui leur répond.

Gurtuk a vérifié. Gurtuk a le contrôle des systèmes dans la majeure partie de la structure. Gutuk peut aussi voir l'existence de réseaux différents dédiés aux salles virtuelles et au dernier sous-sol, mais Gurtuk ne peut pas y entrer. Et Gurtuk a déjà envoyé un ascenseur, qui devrait arriver à votre niveau dans trois... deux... un...

La porte de l'élévateur s'ouvre à ce moment, sur une large cabine.

Super boulot, Gurtuk. Tu peux aussi accéder aux capteurs vidéos ?

Après deux secondes de silence...

Gurtuk y a accès, mais n'a pas d'images : le centralisateur de données vidéos a dû être débranché du serveur.

Chez Gabriel, l'étonnement le dispute à l'inquiétude quand il demande à Oban...

Vous avez un hacker capable de pirater le Centre ? Et aussi vite ?!?

Wow, dans le genre "repère les évidences"... Je comprends pourquoi tu parles pas beaucoup. Chut, maintenant. Avance, chuchotte Oban, qui se concentre.

Un peu derrière, Nétifer a rejoint Alekseï, à peine essoufflée. Le jeune russe voit immédiatement qu'il y a quelque chose d'inhabituel chez elle : Ses énergies spirituelles sont anormalement élevées, et cela se traduit par une présence assez imposante, qui lui donne un frisson dans le dos. Bien sûr, le fait que ses yeux aient pris une teinte rouge sang ajoute à l'étrangeté de son aura.


Epzibah m'a expliqué l'essentiel, dit-elle immédiatement. Et vous ? Vous en êtes où ?

Angélica et Oban ont réussit à ouvrir la porte en utilisant Gurtuk. Quasiment à l'instant. Normalement, ça devrait être bon pour toutes les autres sécurités également.
Anne Adley est à l'intérieur est a pu nous faire parvenir des infos sur ce qui se passe en bas.
Catryn n'a pas à réussi à passer le Caveau avec les portails de Megan, mais c'est une histoire de temps, de peu de temps, avant qu'elle n'y arrive. Il y a deux groupes de quatre mercenaires, lourdement équipés qui sont avec elle. Un des groupes tente de sortir Snow. Eux aussi vont y arriver bientôt.
D'après ce que j'ai compris, eux ne sont pas des branquignols comme ceux qui ont attaqué les différents dortoirs.

Évidemment, il explique tout cela en rejoignant le groupe.

Toi aussi tu as tué pas mal de ces salopards, pour être dans cet état, j'imagine ?

Crow avait besoin d'énergie pour ouvrir un portail pour évacuer les élèves du dortoir sud. Elle a créé un lien avec moi et je la lui ai fournie. Le plus dur a été de prendre ces salopards vivants.

Ah ? J'avais l'impression que tu avais pris de l'énergie, pas donné. Donc, je suis le seul à m'être lâché sur ces types...

Hahaha ! Et tu crois qu'elle venait d'où, l'énergie que j'ai donnée à Crow ? Sans ça, aucun intérêt à les prendre vivants...

Oh. D'accord. J'avais mal compris... Tu m'expliqueras comment tu as fait, quand on sera au calme ? Ça m'intéresse.

Oban, qui entend tout, ne peut s'empêcher de s'inquiéter pour sa camarade. Mais ça aussi, ça devra attendre.

Shhhhhhh.

Angélica regarde le panneau de contrôle de l'ascenseur.

Bon, on a accès à tous les niveaux jusqu'au -7. Je suppose que c'est là qu'ils doivent se trouver si ils veulent accéder au Caveau, au -8.

Ok, donc direction -6. Si on prend l'ascenseur ils vont savoir qu'on arrive, et si ce sont les pros qu'on nous a dit, autant les avoir par surprise. Du niveau d'au-dessus, je peux les repérer facilement au travers du sol. J'imagine que Gabriel peut leur faire tomber un plafond sur la tête ? Ça nous donnerait un avantage pas piqué des vers.

Pour une fois, c'est pas bête...

Tu dis "pour une fois" à chaque fois....

Hum... en fait, le groupe qui tente d'ouvrir un passage vers le caveau sera au -7. Ceux qui sont partis libérer Snow, par contre... Quelqu'un sait à quel étage elle est enfermée ?

Quelque part dans une salle virtuelle.  Dans les niveaux supérieurs, il n'y a que de l'infrastructure : salles techniques, bureaux, cuisine, etc. Les salles d'isolement, elles, sont disposées du -5 au -7. Anne doit être dans l'une d'elles...

Dans ce cas... Avec un regard gêné vers Oban et Alekseï, Angélica parle dans son émetteur. Gurtuk, tu peux nous faire descendre au niveau -4. Et nous envoyer un plan de l'installation ?

Le "-4" s'allume sur le panneau de contrôle de l'élévateur tandis que les portes se referment.

Gurtuk rassemble les données. Gurtuk vous donnera les plans dans vingt deux secondes.

Désolée, mais si on descend au -6, on risque de se faire prendre à revers par ceux qui s'occupent de Snow. Et si on peut les affronter avant, on peut peut-être les empêcher d'accroître leur nombre et accroître le notre en trouvant Miss Adley...

C'est toi le chef, chef. Tu peux faire en sorte que l'ascenseur n'affiche pas l'endroit de notre arrivée, Gurtuk ?

Ce serait bête de se faire tous descendre dans un ascenseur...

Si on passe suffisament près, on sentira ses énergies psychiques...


Dernière édition par Eric le Mar 30 Mai - 16:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mer 31 Mai - 21:07

L'ascenseur descend jusqu'au niveau -4. Gurtuk leur a assuré que personne à l'extérieur ne pourra s'en rendre compte et leur a affiché un plan en 3D de l'installation.

A l'intérieur de la cabine, c'est le silence, tandis que chacune des Sources se concentre pour ressentir les énergies et, surtout, les présences à l'intérieur de la structure souterraine.

Oban est celui qui perçoit le mieux et le plus loin, mais même lui ne peut déterminer qui se trouve dans quelle salle virtuelle. Au mieux il peut dire lesquelles sont occupées et lesquelles sont éteintes. Celles qui sont en fonction sont, d'après le plan, les numéros, 5/2, 5/3, 5/5, 5/7, 6/1, 6/3, 6/6, 6/8, 7/4 et 7/7.

Il y a deux autres groupes de présences dans le bâtiment, mais seul Oban peut les situer avec une réelle précision. Les plus proches dans l'espace vide entre la colonne centrale et les salles virtuelles, entre les niveaux -6 et -7. Le garçon identifie cinq personnes, humaines, et il reconnaît clairement Kat parmi eux. Megan est là également. Le second groupe est sous le niveau -7, d'au moins trente mètres, et ils descendent à la verticale, quasiment sous ses pieds. Ils sont probablement en train de progresser vers le Caveau en utilisant le puits de l'ascenseur.


C'est purement intuitif, mais je suis près à parier que Snow se trouve au plus profond... Sûrement au -7.

L'ascenseur s'arrête au niveau -4 et les portes s'ouvrent. A peu près au même moment, Oban sent que l'une des salles virtuelles, ce dont être la 6/8, vient de cesser de fonctionner.

Gabriel est le premier à sortir, suivi de près par Nétifer qui a confié son second fusil à Angélica. Alekseï reconnaît ce niveau pour y être allé avec Luna et Williams la semaine précédente.



Alekseï sort à son tour, et couvre son côté, fusil braqué. L'air calme, presque distant. Beaucoup trop calme vu la situation, et le caractère que ses amis lui connaissent.

C'est ici que je suis venu. Quelqu'un sent une présence ? Moi, non...

Kat est là-bas, avec d'autres gens et Megan. On commence par là ? Demande Oban, très calmement, en revêtant son nouveau gant "spécial grip".

Quelle perte de temps, toujours avoir à demander la permission pour chaque chose, putain...

On va vers ceux qui essayent de sortir Snow. Avant qu'ils ne la sortent si possible. C'est où, "là bas", précisément ?
Une distance, un étage, une direction ?

Les présences se tiennent environ vingt-cinq mètres en dessous d'eux, dans l'espace vide et autour de l'entrée de ce qui doit être la salle 6/8, celle qui vient d'être désactivée. Oban peut sentir que Kat et un autre intrus y sont entrés. Il a toutefois perdu leur trace dès qu'ils ont passé la porte, incapable de percevoir l'intérieur des cellules virtuelles dont les parois bloquent quasiment toutes les formes d'énergie.

Là où se trouve la petite Ariandel ? demande Gabriel, apparemment aussi impatient que Oban d'aller en découdre.

S'ils défendent les entrées, autant arriver en même temps par deux accès... Je suis le plus rapide, je prends les escaliers. Si Gurtuk en a déverrouillé les serrures. Gurtuk ? Alekseï fonce vers les escaliers dès qu'il a la réponse du cyborg.

Attends, au nom des saints ! Toi, tu ferais bien de t'occuper de Kat, tu es le mieux placé avec euh, Kriss, pour la neutraliser, Alec. Elle est peu sensible à nos pouvoirs.

Elle ne l'est pas plus à l'électricité. Mais oui, autant que toi et Nétie vous leur coupiez l'accès au caveau en descendant jusqu'au -7, dit Angélica, qui a l'air d'avoir décidé d'abandonner les noms de code.

Oban, Gabriel et moi on va tâcher de les rabattre vers vous.

C'est parti.

Oh, moi je ne viens pas avec vous. Je vais tâcher de trouver un accès au réseau qui commande les cellules virtuelles pour y brancher Gurtuk. Il pourra vous ouvrir les portes vers le corridor extérieur et vers les salles d'isolement.

D'ailleurs... Oban, tu crois que je devrais libérer certains résidents, si j'en ai la possibilité ?


J'y ai pensé mais... reste sur tes gardes. Si ca tombe on ferait leur jeu... Écoute ton intuition. Cletus serait un atout majeur, et il devrait y avoir une source ici... mais je ne sais pas s'il interviendrait.  Et je ne le sens pas. C'est bizarre d'ailleurs. Oui, libère-les. Mais reste vigilante.

Oban regarde le chauve pour avoir son avis. Après tout il connaît mieux les isolés que lui.

Cletus nous aidera, je pense. Libère aussi Epsylom et Epiphany. Les autres sont trop jeunes ou seraient inutiles.

Et ils repartent vers l'action. Tandis que Alekseï et Nétifer s'engagent dans les escaliers, Gabriel se dirige vers une salle annexe, située à l'aplomb de la section vide qui isole les salles virtuelles de la colonne centrale.

Je vais nous ouvrir un passage dans le plancher.

Oban acquiesce. Il reste là à regarder comment Gabriel utilise ses pouvoirs, et se demande quelles faiblesses en découlent. Il l'a déjà vu à l'oeuvre, mais cette fois ils affrontent des gens armés qui ne rigolent pas, et il doit savoir quand protéger le grand chauve si le besoin s'en fait sentir.

Il tente aussi d'assourdir le bruit en créant un son blanc, chose qu'il n'a encore fait qu'en entraînement, mais la théorie existe, et ça ne peut pas vraiment faire de mal...


Dernière édition par Eric le Mar 6 Juin - 17:00, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Nicolas
Source
avatar

Messages : 2947
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 36
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mer 7 Juin - 23:55

Alekseï prend les devants dans l'escalier, rapide, vigilant, et concentré sur ses perceptions "surnaturelles". Fusil braqué en avant.

Sainte Vierge... Nétie... Si on croise Catryn, prends son âme avant que je puisse la tuer. Ou fais-le après...
Perdre son âme, c'est ce qu'il y a de pire. Et elle mérite cent fois le
pire, cette salope...

Un bref grognement presque bestial.

Mais toujours ce visage sans émotion, comme un masque. Un masque effrayant fait d'un faux calme, de détermination, et de soif de meurtre.

... Que la séclantie aux yeux rouges voit pour la première fois sur le visage du jeune russe, si souvent dans le compromis, la négociation, parfois le simple agacement.
Un faux calme qui peut exploser en fureur destructrice à tout moment.
Seule Luna a eu le malheur d'expérimenter cela. De ce qu'il sait du passé...

Mais Nétifer a parfaitement conscience de la situation. Depuis le temps qu'elle côtoie Alekseï...


Je ne vais pas me gêner, répond laconiquement la séclantie.

Celle-ci semble davantage concentrée sur leur avancée dans les escaliers. Fusil pointé vers l'avant, elle progresse rapidement mais prudemment, comme dans un exercice tactique, en examinant chaque recoin. En arrivant en bas des marches, au niveau -7, elle se positionne sur le côté de la porte coulissante et se concentre.

Personne dans le hall. C'est bizarre. A leur place, j'aurais posté une sentinelle.

Moi aussi. Ils ont peut-être piégé la porte. Et je n'y connais rien en déminage...
Par contre s'il y a un déclencheur électronique, je devrais pouvoir le sentir et le mettre hors tension.
Alekseï se concentre pour ressentir l'énergie qu'émettrait une pile ou un équivalent, collée à la porte ou sur le chambranle.
Ou peut-être qu'ils ne sont pas encore arrivés à cet étage.

Le jeune homme sent de nombreux flux d'énergie électrique courant tout autour de la porte, mais impossible de faire la différence avec un quelconque dispositif étranger.

Contente-toi d'envoyer une décharge au cas où ce serait piégé. Pas grave si tu grilles les moteurs de la porte : Il y a une ouverture manuelle, ajoute-t-elle en montrant une poignée sur le côté.

OK. Recule, au cas où ça explose. Alekseï attend une ou deux secondes pour que la séclantie se mette à distance, puis pose la main sur la porte. Une bonne décharge va suivre.

Quelques gerbes d'étincelles jaillissent quand l'électricité traverse la porte et la paroi. Sitôt après, Nétifer fait coulisser la porte avec la manivelle et les deux jeunes gens peuvent entrer dans le hall, fusils prêts à tirer. L'endroit est cependant vide. Un regard leur suffit pour voir la charge qui étaient posée sur le panneau coulissant. Heureusement, elle a grillé sans détoner. Deux autres explosifs sont fixés aux portes des ascenseurs.

Mmmm... trop difficiles à désarmer. Je ne m'y risquerais pas.

Ouais... Et on a déjà eu de la chance pour la porte de l'escalier. La surcharge aurait très bien pu tout faire péter.
Par contre... Alekseï observe rapidement les explosifs restants. ... Si j'assèche les batteries de ce truc ? Ça devrait désactiver le piège. Qu'est ce que tu en penses ? On ne peut pas laisser ça en place. Imagine que Anne passe par ici...

Ça prendrait trop longtemps, à mon avis, dit Nétifer en se dirigeant vers la porte menant au corridor extérieur. Tu crois qu'il y a des capteurs audios, ici ? Que Gurtuk peut nous entendre ?

Comme en réponse, la lumière vacille légèrement.

Tu as ta réponse, Nétie.
Gurtuk, essaye d'avertir les autres que l'ascenseur est piégé au niveau -7, mais que l'escalier est nettoyé à cet étage...
On va rapidement sécuriser et repérer l'étage -7.
Alekeï suit la séclantie. Vu qu'il passe derrière, c'est à lui de se focaliser sur les présences ennemies. Ce qu'il fait.

Une rapide vérification leur montre que les deux portes menant à la partie technique du complexe sont toujours verrouillée. De plus, Alekseï n'y sent aucune présence vivante. Les seules qu'il perçoive sont dans l'espace entre la colonne centrale et les salles virtuelles, au même niveau qu'eux. Il peut également sentir Oban et Gabriel, dans ce même espace. Le premier est plus loin sur sa droite et le second s'approche des envahisseurs en prenant de l'altitude.

La porte automatique menant au corridor extérieur s'ouvre toute seule dès qu'ils en approchent. Le corridor circulaire en question est vide. Alekseï peut maintenant voir les portes numérotées menant aux cellules virtuelles.

On les prend à revers, fait Nétifer en s'approchant de celle portant le numéro 1.

Ça marche. Fusil braqué, légèrement décalé par rapport à Nétifer afin d'avoir un angle de tir.

Maintenant, Gurtuk. Tu peux ouvrir.

La porte numéro 1 s'ouvre devant les deux jeunes gens. Derrière, il fait sombre. Seules quelques lampes marquant l'emplacement des ouvertures menant aux salles virtuelles, à leur niveau et aux deux étages supérieurs, diffusent une faible lumière. Nétifer passe la tête et le fusil par l'ouverture, utilisant le coin du mur comme couvert. Quant à Alekseï...

... Il entre en roulant sur son épaule pour ne pas passer devant la ligne de tir de Nétifer, puis reste à plat ventre (pour l'instant) afin de ne pas être une cible trop facile. En position de stabilité, fusil dirigé dans la direction d'où devraient venir les mercenaires, pour couvrir à son tour l'avancée de la séclantie. Évidemment, il n'est pas resté dans la traînée de lumière que la porte projette !
Et il recherche un "esprit" ennemi pour le mettre en joue.

En fait, il essaye simplement de reproduire les phases d'approches tactiques "à deux, passage de porte" qu'il a parfois travaillé avec son précepteur... Alekseï ne réfléchit pas trop et fait confiance aux enseignements d'un ancien officier des "cпецназ" terrestres. Ça évite de trop penser et de se perdre en conjectures. Parce que là, il n'est pas vraiment en état de penser.


Dernière édition par Nicolas le Jeu 15 Juin - 3:17, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Jeu 8 Juin - 10:05

Gabriel se concentre et les plaques métalliques qui forment le plancher se tordent et s'écartent bruyamment, formant un trou de deux mètres de large. Oban peut alors voir que le sol n'est pas fait de matière pleine mais d'une structure en poutrelles d'acier, avec des espaces assez larges pour qu'un homme puisse s'y glisser sans problème. C'est ce qu'ils font, passant au milieu des barres métalliques et des câblages enfermés dans des gaines isolantes.

Arrivé plusieurs mètres plus bas, Sabba recommence l'opération, plus lentement cette fois, révélant le grand espace qui sert de vide isolant entre les salles virtuelles et la structure centrale. Le précipice, d'une trentaine de mètres de haut, n'est éclairé que par les lampes situées au-dessus des portes de chacune des salles. Autant dire qu'on y voit pas grand chose. On peut toutefois distinguer les faisceaux des lampes que portent les intrus. Ceux-ci semblent se trouver au niveau du sol, bien plus bas, et juste hors de vue.

En-dessous des deux jeunes gens se trouve le sas mobile, à trois mètres seulement sous leurs pieds. Gabriel se laisse souplement tomber dessus avant de faire signe à Oban de le suivre. Ce dernier a pu prendre le temps de mieux sentir les présences en bas, mais ne perçoit en plus de Megan que trois étrangers. Le quatrième, ainsi que Kat, on disparu dans la salle 6/8, qui vient d'être désactivée.

Oban saute en prenant appui sur le mur pour limiter la hauteur de chute et le bruit. Il va dans ses poches, et donne deux protections auditives à Gabriel Sabba.  


Au cas où. Si on arrive à sauver Megan, on a quasiment gagné. Y'a Kat et un type isolés dans la salle 6/8, mais je comprends pas pourquoi ils la désactivent. Je crois qu'ils en ont après toutes les alimentations, pour ouvrir le caveau. Autour de Megan, il en reste trois. Je pense que si l'un de nous fait diversion, l'autre peut les gérer en solo. Tu saurais niquer leurs lampes ? Je m'en sortirai probablement mieux qu'eux, dans le noir (j'ai un sonar intégré).

Et si on laissait tomber les subtilités et qu'on se contentait de les démolir ? demande Gabriel en commençant à faire léviter Oban et lui-même pour les amener vers le sol. Au plus vite on se sera débarrassé d'eux, au plus vite on pourra partir à la poursuite de ceux qui descendent vers le caveau... et au plus vite Anne sera en sécurité.

 Mmm. Okay... Trois, deux, un...

Oban utilise son sonar dans la descente pendant son décompte, pour localiser les mercenaires et cherche un angle de tir intéressant. Il finit par entrevoir un rebond qui, d'après leurs lampes et leurs énergies, pourrait toucher plusieurs personnes, et jette la bille de métal de toutes ses forces.

CLANG ! CLANG ! PAF ! fait la bille en touchant une cible hors de vue après deux rebonds. Un cri étouffé s'ensuit.

Gabriel en profite pour s'élancer en volant vers le haut, comptant sûrement profiter de la diversion créée par Oban. Ce dernier reste en retrait, pioche deux autres billes, et décide de couvrir son partenaire. Il se positionne, sachant que quelqu'un va dégainer. Oban sera là pour l'empêcher de tirer.

Gabriel s'est maintenant assez avancé pour entrer dans le champ de vision des envahisseurs. Un premier tir fuse mais est dévié par la sphère d'énergie invisible que le jeune homme a dressé autour de lui. Oban calcule d'instinct d'où venait la riposte et lance. Ses billes claquent à nouveaux sur les murs avant de toucher leurs cibles, provoquant de nouvelles exclamations de douleur. L'instant d'après, Gabriel émet une puissant vague de force et les deux présences les plus proches sont balayées vers l'arrière, loin de Megan. Le jeune garçon sprinte vers la fille aux oreilles pointues dans l'espoir de s'interposer entre elle et ses ravisseurs. Il ramasse une bille en glissant sur le mur l'espace d'une seconde, et atterrit prêt à saisir une occasion, mais on dirait que Sabba a les choses en main.

Quant à Megan, elle a immédiatement couru vers lui dès que ses ravisseurs ont été projetés loin d'elle et le retrouve juste hors de vue de ces derniers. Oban lui dit juste (et sans réellement attendre de réponse) :


Ils t'embêtent ?

Orson ! Je...

Elle ne semble pas vraiment savoir par où commencer. Outre son air déconfit et ses yeux rougis, Oban remarque immédiatement le collier explosif qu'elle porte autour du cou. La première chose qu'il fait alors, en décrispant chaque muscle de son visage, c'est de vérifier s'il y a un capteur à distance sur le collier, un senseur ou quoi que ce soit du genre, avec ses yeux bien sur, mais aussi en essayant de sentir de l'énergie à l'intérieur.

Okay, alors écoute-moi bien : Tu es immortelle. Donc cette bombe, on va l'empêcher d'exploser mais rappelle-toi que si elle explose quand même, tu ne mourras pas. Et nous non plus.

Et autre chose : Je suis VRAIMENT désolé d'avoir dû te mentir : je ne m'appelle pas Orson, mais Oban. J'étais infiltré dans l'école pour empêcher une bombe d'exploser. Donc tu vois, tu peux me faire confiance.

En parlant, il achève d'analyser l'appareil. Il espère que ça la rassurera, mais il ignore totalement si la petite Megan sait ce qu'elle est.

Le dispositif est assez simple, et pas très robuste. Oban pourrait facilement l'ouvrir à la main... Si ce n'était le câble de sécurité qui court autour du cou. Si la charge est activée, elle détonera. Elle ne risque pas de le blesser gravement, mais tuerait aussitôt la jeune fille.

Ils... Ils ont tué Babs et Artémis... Et ils ont ma mère en otage. Je....


Dernière édition par Eric le Jeu 15 Juin - 18:44, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Jeu 15 Juin - 18:42

Alekseï et Nétifer se retrouvent face à un homme de haute taille, en armure cybernétique complète. Alors qu'ils le braquent de leurs fusils, il en fait autant de son côté. A vingt mètres de distance, tout le monde risque de faire mouche !

Ne bougez plus !

Alekseï ne peut sentir son esprit, à cause de son bouclier psionique, mais peut dire que sa tenue a un générateur de très forte puissance. Il est lourdement équipé, porte de nombreux armes et gadgets, et se tient comme un professionnel.

Dans son dos, deux autres membres de son commando, en armures eux aussi sont en train de se relever en braquant leurs armes vers Gabriel, qui vient vers eux en flottant. Megan et Oban sont plus loin, hors de vue.

A l'étage supérieur, juste à côté de Gabriel, la porte de la cellule 6/8 est ouverte... Et Alekseï comme Oban sentent à nouveau les présences de leurs occupants quand ils s'avancent pour se tenir près du bord : Le quatrième commando, une femme, brandit aussitôt un pistolet vers Sabba. A ses côtés se tiennent Anne Adley et, dans son dos, Kat.


Ça suffit, fait la jeune fille assez fort pour que tout le monde l'entende. Vous vous rendez tout de suite ou la psy meurt !

Anne ! crie Gabriel en se figeant instantanément.



Oban suit les conseils d'Adley, et tente d'appliquer ses méthodes de méditation pendant la crise. Son poing vibre encore de rage, mais la rage et les ondes se limitent alors à l'intérieur de son corps, et plus à l'extérieur. Une chose qu'il n'avait jamais pensé à faire auparavant.

Son esprit soudain éclairci, il lance à Kat :


Et après ? Non, parce que j'espère que t'as pensé à ce qui se passera dans les prochaines minutes : je vais vous défoncer la gueule à coup de poing.

Là d'après tes conneries, tu tues Adley. Et après ? Tu crois que je vais m'arrêter ?

Eh merde... Oban n'a pas compris que c'est une vraie psychopathe. Elle va tuer Anne...
Et en plus, là, ce sont de vrais mercenaires sur-entraînés. Laisser entrer pour mieux contre-attaquer...

Moi, je me rends...

Alekseï se relève lentement, sans gestes brusques, ôte le doigt de la gâchette et pose son fusil. En fait, s'il fait ça, c'est surtout parce qu'il estime les armures des ennemis capables d'encaisser plusieurs coups de son arme de mauvaise qualité. Pas lui. Et qu'il a mieux. Alekseï aurait peut-être fait un autre choix s'il avait eu son revolver "gros calibre" à effet Gauss sur lui.
Il commence à se charger. Au maximum. Les adversaires sont presque dans le même axe. S'il arrivait à faire jaillir un éclair comme sur la Marjorie-Celeste... Et qu'il arrivait à lui faire suivre la bonne trajectoire...


Moi aussi, se hâte de dire Gabriel, en levant les mains. Ne lui fais pas de mal !

C'est peut-être bien la première fois que l'on peut lire une peur bien réelle dans ses yeux.

On pose nos armes, ok ? ajoute Nétifer en faisant glisser son fusil au sol, mais sans quitter son abri.

Sérieux ? On se rend ?

Moi, oui. , dit-il en continuant de se charger, et en dressant les mains, doigts écartés, devant lui.
... Comme en posture de réddition ?
Vous savez bien que je suis le "calme" du groupe, pas du genre à m'énerver pour un rien...

Et il fait revenir devant ses yeux l'exécution de Babs et Artémis. "Je ne veux pas mourir", lui a-elle dit.
Et elle est morte dans ses bras.
Et les dizaines d'autres morts qu'il a vu ce soir. La colère monte. Fortement. Accompagnée d'une ou deux larmes naissantes.


Je veux juste avoir une chance de prendre dans mes bras celle que j'aime, encore une fois. Regard appuyé vers Gabriel...

...Qui répond d'un "non" imperceptible de la tête, avant de reporter son attention sur Kat et Adley.

Gabriel ! Tu...

Tais-toi, pute ! fait Kat en faisant un mouvement dans son dos.

Quand la pointe d'une longue lame ressort par la poitrine de Adley, cette dernière pousse un cri de surprise, et Gabriel manque de s'étrangler.

Tout doux, tout le monde ! C'est intangible... pour l'instant, fait Kat avec un sourire mauvais. Par contre, si je lâche...

On a compris. Qu'est-ce que tu veux ? demande le jeune homme, les mâchoires crispées.

Juste libérer Snow. Bien sûr, là, nous nous retrouvons dans une impasse.

Pourquoi on se contente pas de les envoyer ad patres ? fait un des mercenaires.

Parce qu'ils ont beau avoir posé leurs armes, ils ont toujours leurs pouvoirs. Si ça tourne au combat, ce sera un massacre des deux côtés, et personne ne veux cela, n'est-ce pas ?

Oban a vu l'échange entre Gabriel et Alekseï, aussi essaie-t-il de capter l'attention.



Dernière édition par Eric le Dim 18 Juin - 21:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Dim 18 Juin - 20:27

Vu tes méthodes, je dirais que c'est toi qui a peur. Les menaces et la guerre... C'est ça, le "Sang de la Terre" ?

De quoi as-tu peur, Kat ? De qui ?

De tous les monstres comme vous ! Vous ne devriez même pas exister, et vous êtes une menace pour tous les vrais humains ! Mes parents sont morts à cause d'une aberration dans votre genre, et je ne suis pas la seule à avoir souffert de votre existence ! fait Kat d'un air rageur.

Mais tu es des nôtres. Ils t'ont quand même pas dit que les effets étaient réversibles ? Le truc qu'ils t'ont donné, c'est le même qui a créé les mutants.

Et puis on est des humains. Autant que toi. S’entre-tuer ne résoudra pas le problème, tu en rajoutes juste.

Tu n'y connais rien, imbécile ! Je suis toujours humaine, moi ! Pas vous !

Bon ça suffit, maintenant !

Elle dit quelque chose à la femme en armure intégrale à côté d'elle. Cette dernière acquiesce du chef et saute un étage plus bas, au niveau de nos amis.

Le seul monstre que j'ai croisé dans l'école, c'est toi.

Oban continue de vibrer de l'intérieur. Il attend le bon moment, guette les réactions des gens, et tente de repérer les sources d'Angie et Epsylom. Il sent la première trois étages au-dessus de lui, immobile, mais pas la seconde.

Le premier mercenaire continue de menacer Alekseï et Nétifer, le deuxième a son arme braqué sur Gabriel et le troisième s'est avancé juste assez pour avoir une bonne ligne de tir vers Oban et Megan.

Quant à la femme en armure, elle s'est dirigée vers la porte 7/1 et a posé une sorte de boîtier circulaire sur le côté. Le dispositif commence à afficher des chiffres qui défilent.


Dès que ce sera ouvert, vous entrerez là-dedans.

Gabriel, les poings serrés, échangent des regards avec Anne Adley, cherchant une échappatoire. Sachant que tant qu'elle reste intangible, Kat n'entend rien, Oban passe sa main devant sa bouche avant de s'adresser aux mercenaires.

Dîtes, les gars, vous savez qu'on peut vous payer plus qu'elle, pas vrai ? Vous vouliez une grosse paie, vous, c'est tout, non ?

Mais une fois qu'il a fini de parler, il envoie une voix plus étouffée directement à l'oreille de Saba : Alec attend juste que tu la vire de l'épée. Je ferai du bruit pour que Kat ne puisse pas se solidifier. Ils vont nous tuer de toutes façons, il faut se bouger.

... Oui, on peut payer beaucoup plus qu'elle. Sauf que ce ne sont pas des amateurs de troisième zone, mais de vrais mercenaires. Une fois embauchés, il vont jusqu'au bout. C'est la seule petite pensée parasite qui passe par la tête d'Alekseï. Il reste mortellement vigilant au plus petit geste des ennemis, à leurs placement et leurs mouvements, à la moindre erreur.
En particulier du côté d'Anne.


Dernière édition par Xavier le Mer 21 Juin - 21:08, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Sam 24 Juin - 23:03

La tension est palpable dans l'air, et l'attente interminable. Les doigts sur leurs gâchettes, les mercenaires continuent de tenir en joue nos amis avec nervosité. Mais c'est l'échange de regards entre Adley et Sabba qui est le plus intense.

...

En silence, la psychologue hoche la tête de façon imperceptible à l'intention du jeune homme..

...

...qui répond de la même manière.

Le dispositif posé par la mercenaire émet un son bref et la porte de la cellule virtuelle sous celle où se tient Kat s'ouvre d'un coup. C'est comme un signal pour Gabriel. Dans la fraction de seconde qui suit, son pouvoir se déploie brusquement, chassant Cirrus vers l'arrière avec la force d'un tsunami. Elle n'a pas le temps de lâcher sa lame assez vite pour blesser Adley et elle disparaît brusquement dans la cellule sur le bord de laquelle elle se tenait.

Oban se rue vers la mercenaire le plus proche avec l'intention manifeste de mettre à exécution sa menace précédente...


Un peu plus loin, Alekseï était tout du long tendu comme la corde d'un arc, prêt à décocher sa flèche. Voir Anne libérée de l'emprise de Cirrus agit comme un déclencheur quasi-automatique. Le jeune russe est resté mains levées, faces au mercenaires. Et ces-dites mains sont "surchargées", puisqu'il a essayé de concentrer son pouvoir dedans...

Il lâche tout, dans l'espoir un peu fou que tout se passe comme sur la Marjorie-Céleste, et que la foudre en jaillisse, bondissant vers les trois mercenaires lui faisant face.


Et l'électricité surgit de ses mains, accompagnée d'un puissant coup de tonnerre... mais la sensation est très différente. Cette fois, c'est comme si l'éclair était une extension de lui même !

Comme au ralenti, il voit l'arc électrique incandescent toucher le mercenaire le plus proche avant qu'il ne puisse tirer, traversant sa poitrine comme une épée en faisant exploser son plastron dans une gerbe d'étincelles. La ligne de foudre suit ensuite son regard vers le second, qui subit le même sort. Avant que les deux premiers n'aient même commencé à tomber, c'est le dernier qui est frappé à son tour.

Quand à Oban, il n'a que le temps de faire quelques pas vers la femme en armure la plus proche, mais il est encore à une dizaine de mètres d'elle quand il la voit être foudroyée dans le dos par un éclair qui lui fait mal aux yeux !

Éblouis et assourdis par la décharge de foudre, nos amis voient les quatre mercenaires qui s'effondrent, tués sur le coup. Une fumée à l'odeur âcre s'échappe des jointures de leurs armures et des trous noircis qui traversent leurs torses.


Kal te vesh ! s'exclame Nétifer dans sa langue.

Oban reste ébahi un instant. Mais à voir la tête d'Alekseï, lui-même est surpris, et ça remet les pieds de l'adolescent sur terre.

Brulez en Enfer, bande d'ordures...
Alekseï n'a pas bougé d'un millimètre, restant les mains brandies devant lui. Il est resté concentré sur le déroulement de la situation.
Oban, la porte de la cellule ! Emprisonne Cirrus !



Sans même prendre le temps de penser, Oban cherche une console. Mais chacun ses urgences, aussi lâche-t-il en regardant :

Si tout le monde va bien, on peut enlever le collier de Megan ? Alec, vu que t'es chaud... ?

Je vais essayer... , dit-il en allant vers Megan, les jambes un peu flageolantes.

Heu... Vous êtes sûrs ?!? Et puis... Ma maman... Vous avez un plan pour la sortir de là, hein ?

Pas encore, mais on va trouver. Chaque chose en son temps.
Empêcher ces mercenaires d'atteindre le caveau, sécuriser le campus. Ensuite on mettra toutes nos ressources, celles de l'institut et du Sélénium, les tiennes aussi, pour retrouver ta mère... Ça va peut-être mettre du temps, mais on y arrivera, ma puce.

Pendant ce temps, Gabriel a reçu Anne Adley dans ses bras, et descend avec elle vers le sol.

Oban est toujours en train de chercher comment actionner la porte de la cellule où Kat a été projetée quand celle-ci se ferme toute seule.

On a le contrôle des salles virtuelles, fait la voix de Angélica depuis les hauts-parleurs.

Bien joué, Angie !

Oui... Pile au bon moment ! Snow est encore captive, Angie ?
Alekseï s'est approché de Megan, observe le collier, et jette un regard vers Oban, comme pour lui demander ce qu'il attend de lui.
Je peux surcharger, ou absorber les batteries. A ton avis ? Je m'y connais moins que toi en électronique... En tout cas, vous devriez reculer, au cas où...

Je pense qu'une petite décharge, juste ici, ferait sauter le fusible. Ça me donnera au moins le temps d'arracher cette merde.

Ici ? Ampérage et voltage moyen ? OK...
Je lance ça dans deux secondes. Alekseï se concentre pour obtenir le bon équilibre, et toucher précisément le point qu'Oban lui a indiqué.

Angie, tu m'entends ? Comment fait la salle, pour retenir Kat ?

Champs de force, répond la voix d'Angélica. Elle est piégée, ne t'inquiète pas. Et Snow est toujours dans sa cellule. Ils n'ont pas eu le temps de la faire sortir.

Pendant ce temps, Alekseï a eu le temps de faire griller le collier qui enserrait le cou de Megan, arrachant juste un couinement de surprise involontaire à la jeune fille. Oban lui arrache le collier explosif,
sort un outil de son sac, et commence à le modifier.


Ouf ! Merci. Et maintenant ?

Maintenant, vous descendez au caveau le plus vite possible. Il faut arrêter les autres.

Vous ne venez pas avec nous ?

Non. Non seulement je serais un handicap pour vous si vous devez veiller à ma sécurité, mais quelqu'un doit rester négocier avec Snow et Cirrus pour tâcher de trouver un moyen de libérer la mère de Megan.

Vous croyez que vous pouvez les décider à relâcher ma mère ?

Je ne vais pas vous mentir : Ce n'est pas gagné. Mais je vais faire mon possible.

Anne fera de son mieux. Si quelqu'un peut faire quelque chose pour ta mère, c'est elle, dit Gabriel à Megan.

Nous, on fonce... Mais avec des renforts. Angélica ? Tu as la liste des occupants des cellules ?

Oui, j'y ai accès, répond la jeune femme dans les haut-parleurs.

Et il faut encore planifier notre arrivée...
Parce qu'un portail qui s'ouvre et nous qui en sortons à la file indienne, face à des mercenaire hautement entraînés et équipés...
Eh bien, je le tente pas, personnellement !

Dis, Megan, avant de savoir ouvrir des portails, tu pouvais simplement regarder, sans te faire repérer. Tu nous montres ce qui se passe, devant la porte du caveau ?

Je ne peux pas. Ils m'ont déjà demandé d'essayer, mais il y a quelque chose en bas qui bloque mes portails.

On peut y jeter une bombe, avant d'y aller nous-mêmes. Il est encore en train de bricoler le collier.

Sans savoir ce qu'il y a en bas ? dit Nétifer en examinant les armes des mercenaires.

Kresh ! Verrouillage génétique. Il va falloir qu'on se contente de nos flingues au rabais.

Bah ouais. Si une bombe pouvait ouvrir le caveau, on aurait déjà entendu une explosion. Sinon, on peut faire apparaitre une porte plus haut, et descendre via Gabriel ou mon jetpack. Oban fait rouler ses sourcils en disant ça ; puis il appuie sur le déclencheur de la tenue furtive.

Oui, si c'est possible. Si "plus haut", ce n'est pas du béton... C'est pour ça que je voulais que Megan nous montre ce que font les mercenaires, et comment se présente l'antichambre du caveau. D'ailleurs, tu sais comment sont descendu les mercenaires qui sont là-bas ? Pas par l’ascenseur, j'imagine...
Ce qui me fait penser que le temps de libérer les détenus, je devrais peut-être désarmer les charges qui y sont collées.

Et Alekseï va récupérer son fusil, en attendant.


Dernière édition par Eric le Ven 7 Juil - 12:37, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Dim 9 Juil - 20:47

Ils sont descendus par la cage d'ascenseur, mais sans utiliser la cabine, dit Angélica en rejoignant le petit groupe par la même porte que celle utilisée par Nétifer et Alekseï.

Pardon... Oui, Gurtuk ? ajoute la jeune femme en portant la main à son oreillette improvisée. Oh... Parfait !

Gurtuk dit qu'il peut nous y faire descendre en prenant normalement l'ascenseur. Il a pu craquer la sécurité qui l'empêchait de descendre sous ce niveau.

Adley semble surprise, mais s'abstient de poser des questions.

Alekseï, qui vient de récupérer son fusil, propose :

OK. Donc toi et moi, Angie, on s'occupe de désamorcer les explosifs situés sur la porte d’ascenseur pendant que les autres libèrent les résidents et leur expliquent la situation. Ça vous va ?

... On ferait bien de trouver une bonne tactique, aussi. Parce que tous sortir par la porte de l’ascenseur à la file indienne, c'est encore pire qu'en sortant d'un portail. C'est le seul point d'entrée "classique", il sera piégé et... ou surveillé.

Je ne vois pas le problème : On a Megan pour évoluer en toute prudence, et je peux faire des diversions qui, jusqu'ici, fonctionnent très bien. Je jure, demande à Netifer.  

Elle sait. Vous devriez peut être laisser faire les petits sur ce coup. Avec un renfort si vous voulez.

Je crois que Megan n'arrive pas à ouvrir des portails aussi près du caveau... Quant à moi, je refuse d'être dans la cabine d’ascenseur quand elle va s'ouvrir. Au dessus, s'il y a une trappe, je veux bien.

Après tu fais ce que tu veux. C'est pas comme si il restait des mortels parmi nous, n'est-ce pas ?

Et, sous les instructions d'Angélica, il se met à siphonner ou à faire disjoncter les batteries de l'explosif.
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mer 12 Juil - 21:57

Alekseï triomphe sans grand mal du détonateur, et le petit groupe commence à se préparer.

Mieux vaudrait éviter d'utiliser les cabines, de toute façon. On va passer directement par les cages d'ascenseur.

Il faut que l'un de nous descende devant, quelqu'un qui pourra détecter un piège ou des sentinelles sans ouvrir la porte.

Alors il faut que ce soit Oban.

L'enfant opine du chef, et rajuste les sangles de son jetpack.


Tu vas me porter, Gabriel ? Ou j'utilise le jetpack, au risque de faire du bruit... ?

Je vais te descendre le plus bas possible, mais après tu devras finir la descente avec ton appareil. En même temps, ces modèles-là ne font presque pas de bruit.

Okay. Je suis prêt quand vous voulez, ajoute Oban. Puis il demande : Angie, on échange nos radios pour pouvoir communiquer ? J'aurai besoin de mes mains.

Tiens, dit la jeune femme en lui donnant son oreillette. Tu pourras parler directement à Dan et Gurtuk, si besoin, mais ils ne te seront pas très utile en bas pour le moment.

Oban sourit en pensant qu'Angie a tort. Mais im acquiesce et s'equipe. Une fois les portes des deux cages d'ascenseurs ouvertes, Oban peut jeter un oeil dans un des deux puits sombres qui plongent vers les entrailles de la terre. Sa lampe ne lui permet pas de voir le fond, ce qui n'est guère surprenant : Quoi qu'il y ait en bas, c'est hors de portée de ses sens. Les rails électro-magnétiques qui guident les cabines vibrent d'énergie, et il devra faire attention à ne pas les toucher en descendant.

Gurtuk, je ne sais pas si tu peux accéder aux lumières du sous sol, ici. Mais prépare toi à les éteindre à mon signal, si tu peux. Over. A toute, les gars.

Puis Oban se laisse aller pour faciliter la tâche à Gabriel. Une fois arrivé hors de portée de la lumière,  il active sa combinaison floutante, saute et se laisse tomber bien au centre du conduit. il active son propulseur au minimum une fois la chute bien entamée, pour profiter de l'élan tout en pouvant s'adapter en compensant avec les gaz.

Alekseï regarde Oban s'enfoncer seul dans la cage d'ascenseur. Angélica et Nétifer, qui commencent à bien le connaître, remarquent qu'il est loin d'être serein quant à ce plan.


Dernière édition par Eric le Sam 15 Juil - 21:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Lun 17 Juil - 21:29

Pendant que Oban descend dans le puit obscur et que sa présence s'éloigne jusqu'à devenir quasiment imperceptible, Anne et Angélica se concertent avec Gabriel pour savoir quelles cellules ouvrir. La psychologue sait quels en sont les occupants et peut fournir les numéros des chambres mais semble en désaccord avec Gabriel sur au moins un point.

Epsylom et Cletus, je suis d'accord, mais pas Epiphany. Elle est trop dangereuse.

Il nous faut du dangereux, Anne !

Ils ne sont plus que quatre. Ensemble, on devrait pouvoir se les faire, même avec des armes de fortunes. Surtout si l'on a l'avantage de la surprise...

Mais... C'est qui cette Epiphany ? Et qu'est-ce qu'elle sait faire ?

C'est une mutante dépourvue de corps. Elle doit occuper des corps d'emprunts... Et elle n'est pas très stable psychiquement.

Ce qui n'est pas étonnant quand tu dois en permanence survivre dans des corps en décomposition. Mais elle me fais confiance, et c'est réciproque.

Et là, on a les corps des camarades des mercenaires d'en bas. Équipés de pied en cap. Elle passera le verrou génétique de leurs armes et aura l'effet de surprise. Surtout si elle leur fait croire qu'elle nous a capturé !
Epiphany peut aider... Si tu lui fais confiance, Gabriel, je lui fais confiance.

Alors c'est décidé. Anne, tu connais leurs numéros de cellules.

Oui, dit Adley dans un soupir. Ce sont les 5/3, 6/1 et 6/6.

Tu as entendu, gurtuk ? demande Angélica dans son communicateur.

Gurtuk a entendu, répond la voix du cyborg. Gurtuk les aura ouvertes dans une minute.

Au même instant, plusieurs centaines de mètres plus bas, Oban commence à sentir des émissions d'énergie assez massives sous ses pieds, dans tous les domaines. Sa descente est régulière et assez facile, finalement. Heureusement pour lui qu'il n'est pas claustrophobe, c'est tout. Avoir vécu dans un vaisseau devait bien porter ses fruits à un moment ou à un autre.

Il identifie leur position et transmet l'information par radio à Angélica avant de descendre par à-coups. Il ferme les yeux pour se concentrer. Son jetpack émet assez d'ondes pour sonder physiquement les lieux; à portée de sonar, il ne distingue encore que le puits dans lequel il descend. Mais à quelle profondeur ont-ils bien pu enterrer ce fichu caveau ?!?


Quelques instant plus tard, il sent qu'il traverse une sorte de barrière spirituelle, probablement celle qui bloque les portails de Megan. C'est à peu près au même moment, il perçoit enfin la fin de la cage d'ascenseur sous ses pieds, à une bonne centaine de mètres. Il recommence ses mesures d'analyse en arrivant à la fin de son couvert, vérifie si le trou s'arrête ou se poursuit, et cherche des couverts et des formes d'énergie. L'idéal serait une planque  proche de l'ascenseur, et leurs hommes occupés...

Mais il ne sent qu'une seule présence vivante, et continue donc sa descente. Ses pieds se posent en silence sur le sol, tout en bas du puits de la cage d'ascenseur. Face à lui, les portes coulissantes sont fermées. Il sent l'énergie du dispositif d'ouverture/fermeture, celle du panneau de contrôle... et une autre, assez faible, comparable à celle des détonateurs qui étaient posés sur les même portes au niveau -7.

De l'autre côté des dites portes, il sent toujours ces énergies massives dans les trois domaines, mais elles semblent concentrées en un point se situant à une cinquantaine de mètres de lui. En dehors de cela, il n'y a que du vide, en dehors de la présence d'une être humain équipé comme les soldats de fortune qu'ils ont déjà croisés, à environ cinq mètres de la sortie de l'ascenseur. Un des mercenaires doit être resté là pour monter la garde, ce qu'il fait en marchant de long en large : Oban peut entendre le claquement de ses bottes métalliques tandis qu'il fait les cent pas. Il semble ne pas être spécialement en alerte.


Les gars, on n'a qu'un garde. Vous pouvez descendre.

légèrement plus tard...

Euh, on a aussi un détonateur, même modèle qu'au -7. Je préfère ne pas y toucher...


Dernière édition par Eric le Sam 22 Juil - 12:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Sam 22 Juil - 16:33

Oban dit qu'il n'y a qu'un garde et que l'on peut descendre, dit Angélica après avoir reçu la communication du jeune garçon.

Parfait. Approchez-vous, je m'en occupe, dit Gabriel en se plaçant près des portes grandes ouvertes donnant sur le puits de l'ascenseur.

Allons-y, ajoute Nétifer en se positionnant près du bord elle aussi.

Alekseï se prépare à son tour à s'engouffrer dans la cage d'ascenseur.


C'est profond, quand même... et tout noir !

Ça va bien se passer, Megan. Allons-y.

Laissant derrière Anne, dont la mission sera à la fois de tenter de raisonner Kat et snow pour faire libérer la mère de Megan et d'informer les renforts quand Gurtuk les aura libérés, le petit groupe amorce la descente. Gabriel les fait léviter, maintenant tout le monde le plus loin possible des parois et des rails électromagnétiques.

Pendant ce temps, Oban continue de surveiller les va-et-vient de la sentinelle mais ne détecte rien de nouveau.


Après quelques minutes de plongée assez rapide vers les entrailles de la terre, alekseï sent qu'ils traversent une espèce de barrière spirituelle. encore une centaine de mètres, et les voilà arrivés au-dessus de Oban. Après quelques explications à voix basse, Gabriel prend la parole.

Mieux vaut le neutraliser en silence si possible. Tu dis qu'il y a un grand vide de l'autre côté, Oban ? Comme une grande salle, haute de plafond ?

Oban acquiesce et le jeune homme continue.

Megan, tu peux ouvrir des portails, maintenant ?

Je vais essayer.

Elle ouvre les mains et deux petits cercles de lumière blanche aux bords tremblotant apparaissent devant chacune de ses paumes.

Ça marche.

Oban retire son jetpack et le laisse à disposition de qui veut. Il retire aussi ses chaussures et les replie pour les ranger dans son sac, dont il resserre la sangle avant d'activer la flouteuse.

Alors ouvre un portail pour voir de l'autre côté du mur, mais à notre hauteur et dirigé vers le bas. Tu peux faire ça ?

Je vais essayer.

Elle se concentre, et très vite un nouveau cercle apparaît, mais bien moins lumineux. Nos amis connaissant plutôt bien les pouvoirs de Megan, ils savent que lorsqu'elle ouvre une simple fenêtre d'observation, la lueur émise est très faible. Il n'y a presque aucune chance pour que la sentinelle se rende compte de quoi que ce soit.
L'homme en armure est maintenant clairement visible dans le portail créé par la jeune fille, malgré la luminosité relativement faible de l'endroit. On le voit en plongée, dix mètres en dessous, en train de faire les cents pas. Il porte une armure comparable à celles de ses équipiers et tient son fusil en bandoulière. Il a également un appareil de communication à la main, qu'il surveille avec insistance. Depuis l'ouverture, on aperçoit également le dispositif explosif fixé à la porte, identique à ceux qu'ils ont déjà vu.


Tu peux le faire tourner pour qu'on voit le reste de la pièce ?

Non. Je ne peux pas les faire bouger. Il faut que j'en ouvre un autre.

Elle fait disparaître son portail puis en crée un nouveau, cette fois dirigé vers l'intérieur de la salle. Celle-ci est colossale, et assez faiblement éclairée par quelques lampes éparses fixées au sol. En fait elle est si grande que l'on ne distingue pas les autres murs, ni même le plafond. Dans ces ténèbres il y a pourtant une chose qui saute aux yeux : à une cinquantaine de mètres de la porte de l'ascenseur se trouve une espèce cube aux contours flous, haut comme trois hommes. Les éclairages venant du sol forment un chemin vers l'étrange structure, d'où viennent les puissantes énergies que tous peuvent maintenant sentir.

Il n'est guère surprenant que l'homme laissé là pour monter le garde semble nerveux : Ce caveau porte bien son nom tant l'endroit tend à donner la chair de poule.


Je vais désamorcer l'explosif à travers la porte, comme pour celui de l'escalier. Ça nous laissera deux portes d'entrée, en comptant le portail de Megan...
Mieux pour une attaque surprise coordonnée.

D'accord, tant que tu n'attires pas son attention. Megan, à mon signal, tu vas ouvrir un portail à la même hauteur, vers le bas, et assez large pour que Oban et moi puissions lui tomber dessus en même temps. En attendant, continue de l'observer.

Compris.

Elle ouvre à nouveau une fenêtre tournée vers l'homme en armure lourde, qui continue de surveiller son communicateur en marchant, tandis que Alekseï et Nétifer se posent au sol près de la porte.

Mettez-vous à distance en hauteur, au cas où ça explose. Nétie, le plus loin possible de moi.
Et pas grave si ça attire l'attention, ce sera une parfaite diversion pour vous. Vous pourrez lui sauter dessus quand il regardera l'ascenseur...

Dès qu'Alekseï voit ses compagnons à bonne distance, il reprend le même processus que lui a indiqué Angélica, en haut. Le jeune russe s'est simplement mis légèrement sur le côté, pour éviter de se prendre un éventuel souffle en pleine face...


Dernière édition par Eric le Lun 24 Juil - 16:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Lun 24 Juil - 23:41

Megan, continue de l'observer et tiens-toi prête à ouvrir le passage à mon signal.

La jeune fille opine du chef et crée à nouveau une simple fenêtre d'observation à la verticale du mercenaire, dix bons mètres au-dessus de sa tête. Oban enlève ses chaussures,
et les range.


Oban, tu sauteras le premier. Il va falloir que j'ouvre les portes pour Alek et Nétifer.

Oban acquiesce silencieusement, et active sa flouteuse. Pendant ce temps, Alekseï se concentre et envoie un courant à travers la porte pour légèrement surcharger la batterie et griller les connections du dispositif explosif, comme il l'a fait précédemment. Toutefois, travailler à travers une paroi métallique s'avère plutôt difficile. il fait monter la tension petit à petit, en se fiant uniquement à sa perception du flux d'énergie électrique.

Après une petite minute, Oban voit à travers la fenêtre de Megan une gerbe d'étincelles jaillir de la mini-bombe... qui par chance n'explose pas.

Hein ? Que... s'exclame le mercenaire, ce que seul Oban peut entendre à travers la porte, la fenêtre immatérielle ne transmettant pas les sons.

Maintenant !

Megan fronce les sourcils tandis qu'elle se force à ouvrir son portail le plus rapidement possible. Celui-ci s'ouvre sous Oban, et dix mètres au-dessus de l'homme en armure lourde, répandant une lueur assez notable dans la pièce où il se trouve.

Dans le même temps, Gabriel donne une impulsion à Oban vers le bas, l'envoyant tomber droit vers la sentinelle, puis serre les dents et commence à forcer l'ouverture des portes, ce qui prendra deux ou trois secondes.

Le jeune homme bascule le poing en avant, et arme son coup. Il n'est plus question de vivre ou tuer, mais de sauver le futur de la galaxie. Sans retenue, l'enfant fait vibrer l'intérieur de son poing pour limiter le bruit, et donne tout ce qu'il a :



Merde !

Le mercenaire n'a pas le temps de pointer son fusil vers Oban mais lève le bras gauche et un champ de force circulaire bien visible se déploie juste à temps pour bloquer le coup. Les servo-moteurs de sa lourde armure grincent tandis qu'il ploie légèrement les genoux, mais il se redresse en chassant le garçon de son bouclier, l'envoyant faire une roulade à plusieurs mètres de lui.

Au même moment, les portes de l'ascenseur s'ouvre bruyamment sur Alekseï et Nétifer. Les deux jeunes gens ouvrent immédiatement le feu et les rafales d'énergies fusent autour de l'homme en armure. Beaucoup sont déviées par le champ de force, mais plusieurs le touchent aux jambes, laissant plusieurs marques rougeoyantes sur son blindage. Quant à Oban, il fait rouler plusieurs billes au sol vers lui avant de se jeter au sol, comme il l'aurait fait si ç'avait été des grenades.


La réaction du mercenaire laisse penser qu'il y a cru : Il fait un bond en arrière. Son saut est aidé par l'allumage soudain de micro-réacteurs dans son dos, qui lui permettent d'atterrir à une petite vingtaines de mètres de là, où il s'accroupit derrière son bouclier.

Maintenant qu'il a un couvert, Oban réactive son camouflage et contourne le mercenaire : il lui faut arriver au contact sans trop de danger s'il veut l'empêcher d'activer son communicateur...


Quant à Alekseï, il poursuit rapidement son avancée vers la gauche, afin de se retrouver vaguement sur le côté du mercenaire après son saut, à moins d'une dizaine de mètres de lui. Un ou deux tirs vers les jambes en passant, histoire de maintenir la pression. Mais le but, c'est avant tout son positionnement futur... Nétifer fait la même chose en s'écartant de lui vers la droite pour amorcer un encerclement.

Mais soudain l'homme en armure se retrouve soulevé dans les airs, bras et jambes écartées, comme écartelé par une force invisible.

Aaarrrrhhhh....

Ça suffit, maintenant, fait Gabriel après avoir passé le portail à son tour.

Une main tendue vers le mercenaire, le jeune homme augmente la force de son pouvoir et l'armure commence à grincer de toutes parts tandis que l'homme à l'intérieur crie à nouveau de douleur.

Saba ! Il a son compte. On a compris : tu pourrais le tuer. Tu peux aussi le rendre inapte au combat et le poser, maintenant. C'est ton choix.

Pense à Megan, putain.

Alekseï voyant le mercenaire neutralisé et n'ayant strictement rien à faire de la survie de ce type, le braque par réflexe. Mais son regard va vers l'étrange structure qui trône dans le caveau.

Ne t'inquiète pas. Je ne tue pas par plaisir... mais il faut être certain qu'il ne nous causera plus de problèmes.

Les forces qui s'exercent sur l'homme dans l'armure se modifient et bientôt on entend ses membres se briser en saccade. Après un nouveau cri, le mercenaire sombre dans l'inconscience, et Gabriel le laisse lourdement retomber sur le sol.

Tandis que Nétifer s'approche de l'homme évanoui dans son armure, Alekseï s'est avancé vers le cube flou. C'est comme si il était entouré d'une espèce de déformation dans l'air, comme un mirage, ou un effet de prisme. Il s'aperçoit alors que sous un certain angle, ses contours deviennent plus nets, et que de nombreux détails sont visibles. Haute de plus de cinq mètres, la structure renferment de puissantes énergies dans tous les domaines... quasiment autant que si il s'agissait d'une petite ville.


On dirait... un tesseract. Un hypercube !

Un quoi ? demande Nétifer en ramassant l'arme de la sentinelle pour l'examiner.

C'est... heu... un espace dilaté. Ou contracté, de notre point de vue.

Et c'est là que se trouvent nos trois prochaines cibles.
Un coup d’œil vers la structure, suivi d'une petite grimace.
Il va bien falloir entrer dans ce truc pour les prendre en chasse... Une idée de la façon de faire, Angie ?

Il doit y avoir un moyen d'y entrer, c'est sûr, mais je ne sais pas encore. Je vais regarder ça.

... Et une arme sans verrouillage génétique, Nétie ?

Non. Je vérifiais juste. Par contre, ce truc peut servir, dit-elle en reposant le fusil pour prendre un poignard fixé à la ceinture du mercenaire, une vibro-lame.


Dernière édition par Eric le Mer 2 Aoû - 12:28, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mar 1 Aoû - 23:06

Oban, de son côté, se pose bien trop de questions pour les vocaliser. Aussi  décide-t-il juste d'enquêter lui-même. Il commence par taper dans ses mains et sonder le reste de la pièce pour trouver des choses cachées ou des gens à l'affût. Pure précaution. Comme il ne trouve rien, il approche sa main du cube et le sonde, lui, avec ses sens.

Mais dès que ses doigts s'approchent de la paroi de métal, à vingt centimètres environ, il ressent un picotement... Puis un vertige. Tout devient blanc autour de lui, il perd tout sens de l'orientation pendant un moment, puis ses pieds se posent sur un sol métallique. Pendant une seconde, il est dans le noir, puis des lampes s'allument, des plafonniers éclairant un grand couloir gris. Sols, murs et plafonds sont tous fait de métal, et des tas de tubes et de gaines courent le long des parois.

Oban sent toujours les Sources de ses compagnons, mais elles semblent maintenant très lointaines.

Euh... okay.

En se concentrant un peu plus sur ses sens, il constate qu'il est dans une immense structure technologique, de plusieurs kilomètres de haut comme de long. Les énergies autour de lui sont presque exclusivement physiques. Par contre, il sent clairement des énergies psychiques et spirituelles au centre du cube dans lequel il se trouve.

En ouvrant grand les oreilles, il entend principalement le bourdonnement des équipements électriques. Après quelques minutes, il est presque sûr qu'il n'y a aucune forme de vie dans les environs immédiats...

...Et soudain, la Source de Nétifer apparaît dans son champ de perception, suivie de peu par celle d'Alekseï, puis celles de Angie et de Gabriel. Ils sont tous loin de lui, et dispersés dans le cube, à plusieurs kilomètres les uns des autres.


Dernière édition par Xavier le Mer 2 Aoû - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mer 2 Aoû - 12:39

Oban ! Attends...

Mais l'intervention d'Angélica arrive trop tard. Le garçon a approché sa main du cube et a soudain disparu dans un flash.

Eh bien au moins on sait que ce ne sera pas difficile d'entrer là-dedans, maintenant.

Oui. J'espère juste que ce sera aussi facile pour en sortir...

Tout le monde est prêt ? Alekseï se met en position, fusil en joue, en face du cube.

Oui. On y va.

Megan, tu restes ici pour le moment. Quand Epsylom et les autres renforts arriveront, tu leur expliqueras.

D'accord, fait la jeune fille avec un certain soulagement.

Nétifer s'avance la première, tend la main comme l'a fait Oban, et disparaît de la même manière.

C'est maintenant le tour d'Alekseï. Ses doigts le picotent quand il les approche du cube et il est pris d'un vertige. Tout devient blanc pendant une seconde, puis c'est le noir complet. Il peut voir de nouveau quand des plafonniers s'allument pour éclairer un couloir métallique parcouru de nombreux conduits.

Il est seul, et ne peut sentir aucune présence, pas même d'autres Sources.


Dernière édition par Eric le Mer 2 Aoû - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Nicolas
Source
avatar

Messages : 2947
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 36
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mer 2 Aoû - 22:48

Alekseï observe immédiatement son environnement. Métallique.

Bien.

Il ferme un œil afin d'habituer l'un des deux à l'obscurité. Très bientôt, le jeune russe aura peut-être à couper les éclairages.
De plus, il se concentre sur les esprits conscients qui pourraient être proches de lui. Par expérience, le côté qu'il perçoit du plus loin.


En route...

Alekseï avance sur le chemin tracé. Ses sens ne perçoivent aucune présence vivante, ni aucun esprit. Il est totalement seul, dans une structure qui doit être absolument immense.

Ses pas l’emmènent très vite jusqu'à un embranchement en T. Dans le couloir de gauche, un peu plus loin, se trouve également un escalier allant vers le haut. Cela fait donc trois voies possibles à suivre. Il n'y a aucun repère pour s'orienter... Si ce n'est peut-être une suite de chiffres écrits sur le mur en face, mais qui n'ont aucun sens pour lui.

Rassuré par l'absence de forme de vies dans le coin, Alekseï repasse son arme en bandoulière. Puis il va observer le mur portant le code, et mémorise ce dernier.
Il prend son temps. Après tout, il ne sait pas où il est, et, plus inquiétant, ne sait pas où il doit se rendre...
Autant y aller tranquillement, sans prendre le risque de louper une trace des mercenaires restants, ou un indice sur la localisation du "caveau" à proprement parler.


Malheureusement, le jeune homme comprends assez vite qu'il est perdu. Le labyrinthe qui sert de première défense à cet endroit semble vraiment très efficace dans son rôle pour qui n'en connaît pas les secrets, et il n'a aucun point de repère.

Il erre pendant un moment, tâchant de se souvenir de son trajet, sans grand succès, tant tout se ressemble, par ici. Mais un élément détonnant dans le décor finit par attirer son attention : Un signe en forme de flèche, gravé sur une des parois. Cela a dû être fait avec une vibro-lame, mais difficile de dire depuis combien de temps.

Une vibro-lame. Un mercenaire est passé par ici...
Et lui doit savoir où se rendre. J'espère. Il n'y a plus qu'à suivre la piste discrètement.


Alekseï essaye de déterminer si celui qui a gravé la marque voulait la dissimuler, à part pour lui, ou si ça sent le traquenard.
D'un autre côté, vu les mesures déjà prises, ce serait un piège mis en place par un vrai paranoïaque.


Alekseï continue donc de suivre les traces gravées au couteau, empruntant de nombreux couloirs et escaliers... jusqu'à un embranchement où il hésite forcément. En effet, une série de marques identiques arrivent d'un couloir sur sa gauche, tandis que deux autres séries de marques repartent vers des escaliers, l'un montant et l'autre descendant. Celui qui a laissé cette piste a donc dû tourner en rond et passer deux fois par ici...

Il a tourné en rond. Dans ce cas, il ne connait pas plus le chemin que moi.
Ou pire, il a retrouvé un de ses hommes qui est venu de la gauche.

En tout cas, il faut aller vers les escalier. En haut ou en bas ?


Alekseï s'arrête devant les marches, et écoute afin d'entendre un éventuel bruit de pas. Écouter... Ça lui rappelle qu'il a pris le communicateur d'un soldat, sur le toit. S'ils utilisent la même fréquence, peut-être qu'il peut espionner ce qu'il se dit.
Aussi, le jeune russe s'en équipe. Puis il choisir aléatoirement de prendre par le haut.


Dernière édition par Nicolas le Dim 6 Aoû - 21:47, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   Mer 2 Aoû - 23:45

Ailleurs dans le cube...

Oh cool, ils sont là. Entrées multiples. Okay. Pas besoin de les attendre, alors. Espérons que l'ennemi n'ait pas piégé la zone...

Oban s'avance sur le seul chemin. On verra bien par la suite, se dit-il. Toujours sur ses gardes, il sort son bâton creux. Surtout pour se rassurer.

Très vite, alors que le couloir continue, Oban arrive près d'un double escalier. Le premier s'enfonce vers le bas et le second monte. Il remarque également une série de chiffres sans signification connue de lui sur le mur juste à côté. Il photographie le tout sur son communicateur, tente d'évaluer sa position par rapport aux autres en terme de hauteur, et s'engage sur l'escalier correspondant.

Le jeune garçon comprend très vite que la première défense de cet endroit est le labyrinthe de couloirs et d'escaliers dans lequel il tente de retrouver son chemin. Les chiffres sur les murs doivent servir à se repérer pour qui en connaît le secret, mais bien qu'ils lui soient inutiles, il continue de tous les photographier, ne serait-ce que pour pouvoir faire demi-tour. Heureusement pour lui, il peut se repérer aux Sources des autres. Ses compagnons se sont mis en mouvement, eux aussi, et les plus proches sont Nétifer et Gabriel. La première doit être à environ huit-cent-cinquante mètres de lui, à plusieurs niveaux au-dessus, et le second à un kilomètre, à peu près à son niveau sur sa gauche.

Comme tout ça est trop long, Oban se met simplement à courir ; il marque des pauses et marche dès qu'il sent qu'il s'essouffle. Il n'aime pas Saba. Nétifer sait se défendre. Alec aussi. Il aimerait donc aller vers Angie. Mais Saba sera sûrement utile et pourra accélérer le mouvement... et il est plus près.


Retrouver Gabriel s'avère plus compliqué que prévu : Il n'y a pas toujours de passage allant dans la bonne direction, et il se déplace lui aussi. Il faut plusieurs dizaines de minutes à Oban pour s'en approcher suffisamment pour que Saba repère sa présence lui aussi et s'arrête, avant de tenter de le rejoindre.

Encore un quart d'heure plus tard, ils finissent par se trouver à un embranchement.

Eh bien... sacré endroit.

Tu as une idée de où sont les autres ?

Netifer est la plus proche, là-bas. Les autres sont là, ici et là, ajoute-t-il en précisant hauteur, noms et distances. oban sait qu'il est bon à ça, et en tire une certaine fierté, mais il réalise que ses amis ne sont en fait pas nuls : Saba n'est pas particulièrement perceptif non plus. Et le jeune homme sait maintenant exactement à quelle distance le chauve peut le percevoir... ou pas. Et il en prend note.

Puis il repart au pas de course.


Go !

Gabriel suit le garçon en volant tandis qu'ils prennent rapidement la direction de Nétifer. Oban a dû s'éloigner d'elle pour trouver Saba, et elle se trouve maintenant à environ un kilomètre et deux cent cinquante mètres, pas mal d'étages au-dessus d'eux. Etant donné le temps que Oban a mis à trouver son premier compagnons et les nombreux détours et cul-de-sacs qu'ils risquent de rencontrer, il réalise qu'ils risquent de mettre une bonne heure à la rejoindre... Si par chance elle ne s'éloigne pas d'eux en cherchant son propre chemin.

Tu as découvert des choses sur cet endroit, jusque là ?

J'étais plutôt occupé à vous trouver, tous. Tu sens les énergies, là-bas ? Dans les trois domaines classiques, comme si c'était vivant et massif... Et puis y'a ces chiffres, mais j'ai pas encore fait le lien. Angie l'aura fait, à coup sur.

Et tu n'as pas senti la présence des mercenaires du Sang de la Terre ?

Nan. J'ai une bonne oreille, mais elle ne couvre pas des kilomètres. Par contre, te sentir toi, ou les autres sources, c'est une autre affaire. Vous émettez tellement d'énergie... Même Angie. Les humains normaux, je peux les sentir sur quelques centaines de mètres maximum. Faudra s'en contenter. Il n'empêche, Oban utilise son sonar de temps en temps, après cette conversation.

Dis, là-bas, quasiment tout droit, les énergies super fortes que je ressens... C'est clairement l'objectif de nos lascars. Je peux trouver les autres, et les y envoyer un par un, mais ça prendra du temps... Tu ne voudrais pas aller là-bas sans moi, en attendant ?

Tu as raison. Je vais essayer. Nous sommes assez proches pour que je le sente, maintenant.

Toi, hâte-toi de trouver les autres.

Attends ! Tu risques de rencontrer nos adversaires avant moi, et il faut que tu sois plus que prêt. Prends ma flouteuse.

L'ado se dévêt alors et passe son matériel au chauve ; Gabriel et Oban se séparent donc et le jeune garçon continue de tenter de rejoindre Nétifer...



Dernière édition par Xavier le Dim 6 Aoû - 19:36, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Star Academy : Conséquences   

Revenir en haut Aller en bas
 
Star Academy : Conséquences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Résultats pour la "Smiley Academy"
» Star Academy
» Grégory Lemarchal (Star Academy 4) vient de mourir
» Star Academy
» Star Wars Pocket Models TGC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyager NG :: Voyager NG :: Deuxième Âge : Roleplay-
Sauter vers: