Voyager NG

Le space opera nouvelle génération
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Affaires de famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Dim 20 Mar - 21:08

A toi ? Oh rien. C'est à Nétifer qu'on doit parler.

A moins que tu ne préfères te doucher maintenant ? demande innocemment la blonde à la brune.

Je crois que je vais attendre, répond la séclantie avec une moue pincée.

Oh, et si tu veux, j'ai gentiment demandé et ils vont m'installer un bac avec de l'eau chaude dans ma cabine. Si tu veux en profiter...

C'est vrai ? Oh merci !

Nétifer referme la porte.

Et vous vouliez quoi, au juste ?

Tu lui expliques, Oban ?

Un peu ailleurs, le jeune garçon commence par rassembler ses esprits ;

Alors. On a causé avec la fille au bras cassé. Elle est manipulée de long en large par son frère, mais pas pour de mauvaises raisons ; il semble qu'un petit vaurien de leur connaissance se soit fait arrêter en territoire Séclanti, et ils voulaient en gros que tu les aide à le retrouver, ou quelque chose comme ça. Tivolo, qu'il s'appelle.

Mais bref, la fille n'est pas méchante, au fond, et on lui a promis qu'on organiserait une entrevue pour que vous puissiez parler. Tu veux bien ?

Tu plaisantes ? Elle m'agresse et maintenant il faudrait que je l'aide ?

Allez, ne sois pas comme ça, Nétifer. En plus, je crois que Liaée est amoureuse de ce Tivolo, alors quand elle a appris qu'il avait été condamné à l'esclavage, elle a un peu perdu ses nerfs, c'est tout. Tu peux comprendre ça, pas vrai ?

Bon sang, vous êtes pas croyables, tous les deux. Dès qu'il s'agit de faire une bonne action, vous sautez dedans à pieds joints, hein ?

Elle soupire.

Bon, pourquoi pas. Je veux bien lui parler. Mais quand je me serai lavée et reposée, d'accord ?

oh, prends ton temps. Moi, j'ai géré. L'affaire est classée et si tu peux l'aider, même juste avec des informations, tant mieux.

Maintenant, où sont Dan, le marché et surtout : est ce qu'on peut troquer ou on est  nus comme des vers ? On a des choses à échanger ?

Je ne crois pas qu'il y ait un marché à proprement parler, mais tu peux troquer avec tout le monde, ici. Il suffit de trouver la bonne personne en fonction de ce que tu veux. Et de notre côté, Seamus a été assez sympa pour laisser la navette et tout son contenu à Maccari comme "butin de guerre". Du coup, tu as une part du... heu... du pillage ?

Et pour Dan, ne t'inquiète pas. Je suis restée en contact avec lui. Il devrait rejoindre notre position dans moins de deux heures.

Eh bien tu sais quoi, Oban ? Va donc te servir avant que tout n'ait disparu. On ira voir cette fille dans quelques heures, quand je serai mieux disposée.

Et toi, Angie, si tu me montrais où je peux prendre ce bain ?

Bien sûr !


Dernière édition par Eric le Lun 21 Mar - 18:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Dim 20 Mar - 21:30

Une fois la porte refermée, Alekseï se retrouve de nouveau seul avec la fille au cheveux bleus qui a entrepris de se rincer abondamment.

<Vous êtes vraiment étranges, vous, les terriens,> dit-elle d'un air amusé. <C'était quoi, le problème ?>


Je suis pas vraiment sûr, en fait...
De leur côté, je crois que les douches mixtes les choquent... Alors, en me voyant sous la douche en même temps que toi, j'imagine qu'il vont me juger, se moquer et blablabla...

De mon côté, je voulais être tranquille quelques minutes. Nétifer arrive, parce qu'elle veut prendre une douche... OK.
Et voilà. Dans les dix secondes, toute la troupe est là...

Alekseï se rince aussi, et va bientôt allez se sécher. Il aurait bien voulu se prélasser un peu sous l'eau chaude, mais bon... Le moment est gâché.


<Ça c'est bien les gens qui vivent sur les planètes !> rit la fille.
<Vous avez tellement de place que la promiscuité vous pose un problème ? Si vous deviez vivre en permanence dans des espaces réduits, comme nous, vous oublieriez très vite ça.>

<Enfin, c'est juste ma théorie,> dit-elle en se séchant également.

< Je pense tu as raison. Mais pas facile de perdre habitudes à soi. Je essaye.>

Dès qu'il est sec, il part enfiler sa nouvelle tenue, certainement très bariolée... Il glisse à la ceinture le poignard qu'il gardait dans la poche intérieure de sa veste.

<Tu vas à fête, ce soir ?>

<Bien sûr ! Je te présenterai des amies si tu veux. Et tu me présenteras les tiennes dans de meilleures circonstances, d'accord ?>

<Oui. Avec plaisir. > Alekseï quitte donc les douches pour le calme de sa cabine et de sa couchette.

De retour dans sa cabine, il défait le pansement qui lui entoure la main. Non seulement la douleur a disparu, mais cela le démange fortement, et il sent sa main à l'étroit à l'intérieur. Même si Maccari lui a parlé de leurs facultés à guérir, le jeune homme est tout de même surpris de constater que non seulement la plaie est entièrement refermée, mais aussi que son doigt a commencé à repousser : Il a déjà récupéré une phalange entière !

Alekseï regarde sa main comme s'il n'y croyait pas. Aussi, il vérifie dans le bout de miroir qui pend dans sa cabine l'état de son œil.
Il soulève le bandeau lentement, s'attendant à un spectacle affreux... Mais le résultat n'est pas très joli, ce n'est pas non plus aussi atroce que ce à quoi il s'attendait : La plaie qui allait de son front à sa joue a presque disparu, et le globe oculaire a déjà commencé à se reformer. Il est encore blanchâtre, vaguement transparent, et on voit le veinules qui le parcourent, mais c'est en bonne voie de guérison. En fait, il est à peu près certain que tout risque d'infection est maintenant écarté. Il pourrait se passer du bandeau si il le désirait.

Puis il se glisse dans sa couchette, remonte sa couverture sur ses épaules, et pousse un petit soupir de satisfaction.


Dernière édition par Eric le Lun 21 Mar - 21:28, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître


Messages : 6930
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 37
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Lun 21 Mar - 21:10

Oban ne demande pas son reste ; il salue Netifer d'un bisou sur la joue, en murmurant "content que tu sois en vie" et s'en va vers l'inconnu, ou plutôt vers Zeb, qui saura tout sur tout ici.

Et c'est dans la salle des cartes qu'il retrouve le capitaine du Nastrama.

Hé, mon garçon ! Vas-y, entre. Qu'est-ce que le vieux Zeb peut faire pour toi ?

Je peux demander ce que je veux ? Héhé. Alors... J'aurais besoin de nouveaux vêtements. Une robe a capuche. Et je voudrais bien voir vos moteurs... ils sont hyper silencieux, c'est normal ?

Evidemment, puisqu'on a pas de moteurs comme vous autres : On navigue à la voile !

Et pour tes vêtements, tu as une couleur préférée ?

Bah marron, vert, noir, gris... Des trucs qui camouflent un peu.

Comment ça, "à la voile" ? Les voiles célestes sont pas aussi rapides qu'un vaisseau égérian. Mes holo disent que vos navires sont les plus rapides de la galaxie. A moins que le vôtre soit d'un moindre calibre ?

Oh oui, il l'est. Le Nastrama est l'un des dix, peut-être même des cinq voiliers les plus rapides que je connaisse, et tu as raisons : Nos vaisseaux sont parmi les plus rapides qui soient !

Et sérieusement ? Du marron ou du gris ? Tu vas avoir du mal à trouver ça par ici.

 C'est à dire que des fois on doit arrêter de vivre parmi les égérians. Et être discret, c'est important. Comme d'être bien couvert, et avoir plein de poches. Vous savez quoi de mon groupe, au juste, captain ?

Eh bien j'ai entendu toute l'histoire à propos de ce qui s'est passé sur cette station où Parisse était retenue. Et je sais que vous êtes... disons... Comme Maccari. Un peu "différents". Pourquoi cette question, petit ?

Maccari n'est pas le premier qu'on aide. Et ça nous confronte souvent à des gens haut placés et influents. Pénibles à avoir comme ennemis, à vrai dire. Un peu comme des agents secrets ? En fait, on est sous équipés pour ce qu'on a à faire. Et à chaque mission on repart avec moins de matériel et plus de réparations à effectuer.

Ouais... Des agents secrets sans matériel. C'est nous.

Héhé ! Je te vois venir, petit, mais admettons. De quel genre de matériel auriez-vous besoin ?

Comms otiques. Modèles discrets. des outils discrets... je ne sais pas moi... un foreur laser miniature enchassé dans une bague, Jimmy Bondy a ça dans les holos d'espionnage. Vous voyez ?

Par exemple. Cette fois on a du aller sur le marjorie céleste. Sans armes. Avec des comms achetés dans le commerce, fréquences captables et tout. Et on en a perdu la moitié, en plus. On débarque nus sur une mission dont on ne sait presque rien, et on manque de mourir. Regardez Aleksei ! Il y a perdu un oeil et des doigts, vous vous rendez compte ?

On ne peut pas continuer comme ça, il faut s'organiser.

Je vois ce que tu veux dire, petit. Bon, évidemment, je doute que nous ayons des bagues-lasers ici... Quoique, il faudra que je demande... Mais on doit surement pouvoir faire quelque chose pour vous. Je vais causer aux bonnes personnes, et je devrais même pouvoir vous avoir quelques petites choses gratuitement. Pour le reste, j'espère que tu as de quoi échanger.

Zeb a droit à un calin, après ça. ïos Oban reprend :

Vous assurez, Captain. On doit avoir de quoi troquer, à ce qu'on m'a dit. Et J'ai quelques affaires sur mon vaisseau.

Aorès avoir discuté d'une façon de contacter Dan pour le rappatrier, Oban demande juste des directions pour trouver des mécanos et des fripiers, plus quelques outilleurs. Et il s'en va faire ses réservations et s'enquérir des besoins des vendeurs.

La visite du vaisseau commence, et l'enfant a un sourire incrusté sur le visage tant les décors, les gens et les possibilités sont colorées.


Dernière édition par Xavier le Mar 22 Mar - 0:51, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mar 22 Mar - 1:15

Après trois bonnes heures, Oban a trouvé son bonheur en terme de vêtements, d'outillage et s'est même déniché quelques autres accessoires utiles. Pour troquer, il a pioché dans les caisses et l'équipement qui ont été descendus de la navette. Apparemment, Rackham a voulu emmener avec lui pas mal d'objets de valeur au moment d'évacuer et la plupart trouvent preneur chez les égérians.
Ces derniers sont plutôt durs en affaires, mais Oban a connu aussi retors dans la Décharge et il sait comment faire. Cela ne l'empêche peut-être pas de se faire un peu arnaquer quelques fois, mais peu importe : Il est content de ses trouvailles.

Pendant son petit tour, il a aussi croisé les amis d'Alekseï, Aïsha et Bonny, qui visitent le vaisseau en compagnie de Cristal. Cette dernière a été toute émue de le revoir en bonne santé. Elle lui a aussi appris que Zeb a fait une proposition à son père : Sachant qu'il a découvert le lieu où la flotte perdue d'Arloc était cachée, le capitaine lui a proposé de venir raconter son histoire et partager sa découverte avec les Anciens. Seamus a bien entendu demandé à sa fille de venir avec lui, ce qui signifie que Cristal va passer une année entière sur des voiliers égérians. Cela retardera son entrée à l'université, mais pour elle qui se destine à l'ingénierie spatiale, l'occasion est trop belle pour la manquer.

Il voit aussi revenir Seamus dans sa navette. En effet dès qu'ils sont arrivés en orbite autour d'un monde terrien, il y est descendu pour prendre contact avec des amis de confiance et prendre les dispositions lui permettant de prendre le contrôle de la compagnie de son frère. Il en a profité pour déposer Verda et sa magicienne.


Un peu plus tard, Oban recense ses acquisitions, dont l'holo-projecteur pour Dan, une combinaison spatiale à sa taille et d'autres choses encore. Il le fait tout en discutant avec Cristal. Cette dernière est vraiment excitée à l'idée de voyager sur des voiliers pendant toute une année.

Bon évidemment, ça veut dire que je vais devoir reporter le passage du concours pour Primetech à l'année prochaine. Je ne battrais pas ta copine comme la plus jeune à avoir mon diplôme, il faut croire.

ouais. Ca doit être une belle expétience de vie. Mais au niveau professionnel, je sais pas. La mécanique de cet engin doit être géniale, mais jamais ils ne te laisseront en connaître chaque recoin secret. En plus, ce vaisseau, il a même pas de moteurs. Mais le capitaine ne me dira jamais comment un voilier peut aller si vite ; dommage.

En tous cas, tu as mes coordonnées ; quand tu as un souci, tu sais qui appeler, okay ?

D'accord. Merci, Oban. Je te dois tellement, tu sais ? Tu m'a sauvée de mon oncle, tu as retrouvé mon père qu'on croyait mort, et maintenant je vais voyager dans les étoiles.  Je...

Merci. C'est incroyable, ce que tu as fait. Je ne l'oublierai jamais. Prise d'un élan soudain, elle serre Oban contre elle. Et il profite de chaque seconde. Il prend note de son odeur, de son pouls, et du contaéct de sa peau. Il sait qu'ils devront bientot se quitter.

Viens, on se balade un peu avant que je retourne voir les autres. j'ai dormi assez pou rester debout trois jours standards.

Les deux jeunes gens flânent un temps, puis vient le temps de rentrer et tandis qu'elle se rend chez elle avec Seamus, oban retourne avec ses affairesd aux quartiers d'Angie.


Dernière édition par Eric le Mar 22 Mar - 22:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mar 22 Mar - 18:36

Alekseï ? Alekseï. Tu te réveilles ?

Le jeune homme ouvre les yeux, et trouve Angélica penchée sur lui.

Bien dormi ? Tiens, je t'ai apporté du thé.

Et en effet, l'odeur assez forte de l'infusion typiquement égérianne flotte jusqu'à ses narines.

Mhhhh... C'est gentil...
Il se redresse lentement sur sa couchette. Et dès qu'il reprend un peu conscience :

Je n'ai pas dormi trop longtemps ? Vous avez laissé Nétie se reposer tranquillement, n'est-ce pas ?
Et Oban n'a pas fait de bêtises ?

Tout va bien. Rassure-toi. Tu as dormi presque six heures. Tu te sens mieux ?

Allez, je te laisse t'habiller. Fais attention au thé. C'est chaud.

Angélica laisse donc Alekseï avec son thé et des gâteaux. L'infusion n'a de thé que le nom. Elle est en fait préparée à partir de variétés de champignons cultivées sur les navires et a un gout assez fort. Les biscuits, plutôt bons, sont évidemment faits à base de farine de vers qui eux aussi sont élevés à bord. Ce sont les deux principales ressources de nourriture sur le vaisseau.

Sa main a presque repris son apparence normale : Il ne lui manque plus que la dernière phalange de l'auriculaire. Quant à son œil, il est juste blanc pour le moment, et encore complètement aveugle.

Mais tout de même, il refait son bandage à la main, et garde son bandeau sur l’œil. Ce serait compliquer d'expliquer aux gens qu'il a régénéré. Au mieux, ils le prendraient pour un affabulateur.
Puis, il s'habille de sa combinaison bariolée et y glisse de nouveau son poignard à la ceinture.

Il avale son "thé" et ses gâteaux avant de quitter sa cabine pour retrouver Angélica.


Dernière édition par Eric le Mar 22 Mar - 22:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mar 22 Mar - 23:06

Les égérians du Nastrama n'ont pas eu tellement le cœur à s'amuser durant le dernier cycle. L'absence de Parisse leur pesait lourdement. Mais maintenant qu'ils l'ont enfin retrouvée, l'équipage est en fête, et apparemment ils aiment surtout boire, rire et danser. On sent que ce soir, ce n'est pas une fête comme les autres. C'est une grande occasion, un moment de bonheur, et ce bonheur est communicatif.

Le seul endroit assez grand pour accueillir une centaine de personnes est la soute principale. On y a fait de la place pour les danseurs au milieu, et chacun a ramené plusieurs coussins et tapis colorés venant de sa cabine pour rendre l'endroit plus chaleureux et confortable. Beaucoup ont également prix leurs instruments, et on a entendu de la musique bien avant le départ des festivités.


Les terriens arrivent dans de beaux atours colorés, plutôt sages pour des vêtement de fête égérians. Même Nétifer a renoncé au noir pour une robe rouge. Dès leur entrée, on se les arrache. Chacun semble tenir à leur montrer comme il est content de les voir. Au milieu de tous ces discours trop rapides et de toute cette musique, il devient vite difficile de communiquer, que ce soit avec ou sans traducteur. Heureusement, pas besoin de parler la même langue pour rire et danser. Angélica l'a vite compris : elle virevolte dans sa petite robe bleue depuis plus d'une heure sur la piste et a l'air de s'amuser comme une folle. Des danseuses ont même entrepris de lui montrer quelques mouvements des hanches et du ventre. Même des danseurs, qui pourrait en remontrer à beaucoup de filles, font des démonstrations...



On boit abondamment une espèce de bière de champignons verte, trop légère pour vraiment vous saouler mais assez forte pour vous émécher un peu. Ceux qui ne dansent pas jouent au dominos, font des concours d'escrime ou des tours de magie. Certains se racontent de vieilles histoires avec tant d'effets que l'on se croirait au théâtre. Évidemment, dans beaucoup de ces récits, les égérians se montrent plus malins que les autres.

Tout le monde semble beaucoup s'amuser. Même Liaée et son frère sont là, et ils semblent avoir oublié leurs griefs, au moins pour ce soir. Quant à Maccari et Parisse, ils sont au centre de toutes les attentions. On veut entendre et réentendre encore le récits des aventures de la jeune femme aux cheveux roses. Nétifer se tient un peu à l'écart, et parle avec Valissa, le médecin, qui porte une robe jaune vif. Aïsha, Bonny, Cristal et Seamus semblent aussi apprécier la soirée. Quant à Teach, il est en train de gagner à un jeu de lancer de couteau très suivi.

Oban et Alekseï, de leur côté...
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître


Messages : 6930
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 37
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mar 22 Mar - 23:20

Oban a encore profité de l'ambiance et de la foule pour aller faire de nouvelles connaissances, mais surtout, il teste ici et là les alcools égérians. Il a déjà bu ; mais avaler un vieux tord-boyaux et vomir, ce n'est pas la même chose que ça.

Il rit beaucoup, danse dans sa robe large, copie les mouvements des autres et séchappe parfois sur la périphérie de la pièce avec ceux qui veulent manger, boire, s'asseoir ou faire une pause. Puis il y retourne, finit un verre qui traînait là, danse de nouveau, et ainsi de suite.

jusqu'au moment ou sa tête se met à tourner, alors que son corps s'est arrêté... Oban repart à la périphérie, s"assied, mais le monde chavire. Il lui faut se concentrer et recentrer tout cela, aussi se met-il en quête d'eau ; direction : les salles d'eau adjacentes.

Une fois au calme, la musique étouffée par les portes, il se regarde dans le miroir mais les images tournent encore.

Oban est trop concentré sur l'idée de trouver une façon d'arrêter ça pour réaliser qu'une personne s'est glissée dans les toilettes. Aussi sursaute-t-il quand elle lui lance :


<Eh bien, terrien, on a le mal de l'espace ou celui de l'alcool ?>

Je ne suis pas originaire de la Terre. Personne ne l'est, de nos jours. Et C'est l'alcool. Pas l'habitude.

<Tu as du caractère, toi, hein ?>

Je suis juste fait comme ça, miss... ?

<Melancha. Tu ne devrais pas aller contre les effets de l'alcool. Bois un peu d'eau, trouve à manger, vomis si tu dois. Mais laisse-toi aller plutôt que de lutter.>

Je vais essayer d'y penser.

<Grosse erreur, de penser. Monsieur... ?>

Oban. Mes amis trouvent déjà que je ne pense pas assez...

<Eh bien c'est surement qu'eux pensent un peu trop, tu ne crois pas ?>

Ha, c'est vrai qu'ils sont un peu cul-serré. Mais ils ont de bonnes intentions. Oban commence à suivre les conseils de Melancha. Il cesse de lutter, et tente d'adapter son esprit à sa situation. il prend un peu d'eau. Ferme les yeux. Et il réalise que le rythme des basses de la musique d'à côté commence à le porter.

Woaaah...

<C'est un autre monde qui s'ouvre à toi, "Oban". Les drogues, et l'alcool ne fait pas exception, sont des poisons, mais en petite quantités, certains poisons ouvrent les portes de l'esprit. >

Et ca sert à quoi ?

<A te connaître mieux. A comprendre ton monde. Le microcosme. Le macrocosme. Les lignes telluriques. Les rêves de l'esprit. Les...>

Les rêves ? Même ceux qui racontent le passé ?

<Oui, ceux-là aussi. Surtout ceux-là en fait.>

Justement, je fais des rêves étranges ces temps ci.

<Étranges à quel point ?>

Des souvenirs cachés remontent à la surface, comme des bulles que quelque chose empêchait de remonter. Dans mon coma, elles l'ont fait. Et je crois que je suis mort une fois, quand j'étais plus petit. Haha, ma vie est étrange. Votre vie, à vous, elle est comment ?

<Elle est comme elle est. Et tu réfléchit trop, encore une fois.>
<Tiens, prends ça,> dit-elle en déposant près de lui deux petites sphères marrons qui ressemblent à des graines. <Cela fera partir la nausée.>
<Maintenant retourne donc t'amuser. Tu es en train de rater la fête de l'année.>

<Et si tu veux quelque chose pour le rêve, viens donc me voir demain.>

Oban, soucieux d'oublier, programme sur son smartcom une alarme au nom de "trouver melancha" pour demain.

Mais quand il relève la tête, elle n'est plus là...

Alors il se rend vers la fête, en se demandant s'il l'a révée ou pas... Et puis il suit son conseil, et arrête de penser pour danser dans son coin : pas trop près des gens qui attirent toute l'attention ; en tous cas, la nausée est passée.


Dernière édition par Xavier le Jeu 24 Mar - 19:02, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Nicolas
Source


Messages : 2852
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 36
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mer 23 Mar - 16:08

Dès qu'il entre dans la salle, Alekseï est comme hypnotisé par les danseuses, et surtout par les danseurs, pour dire vrai.
Il a souvent partagé la scène avec de nombreuses filles, en étant le seul ou un des seuls garçons sur les planches. Il est étonné et agréablement surpris de voir autant d'hommes égérians partageant sa passion.

Le jeune russe sait très bien qu'il va les rejoindre et qu'à ce moment là, ce sera très difficile de le récupérer ! Aussi, il décide de faire le tour de la fête, d'observer ce qui s'y passe, et de saluer ses connaissances avant tout.

Après s'être saisi d'un verre de "bière", il se dirige vers des visages connus. Le temps du trajet, il ne quitte pas des yeux les danseurs. Il essaye de déterminer le genre de mouvements, le rythme, les transitions. Se demande quels genre de figures issues de la danse classique, ou des autres variantes qu'il maitrise, pourrait s'intégrer harmonieusement au style égérian.

Là, il voit Veltine et son petit groupe d'amis. Il les rejoint, se présente et discute quelques minutes.

Plus loin, Vitellis assiste au concours d'escrime. Alekseï observe attentivement leurs mouvements afin de déterminer si le style de Maccari (qu'il a bien intégré !) est représentatif des techniques de son peuple. Il reste donc là un bon quart d'heure, échangeant avec l'armurière tatouée aux cheveux roses.


Ils sont bons ! A ton avis, lequel va gagner ?

<Auris. Elle cache bien son jeu, mais elle est meilleure.>
<Au fait, j'ai terminé ta lame. Tu passes après ça ?>

<Oui ! Mais après fête... Sinon je pense avoir trop envie de battre pour le jeu Auris, et faire exercice avec œuvre d'art à toi !>

Puis il passe devant Mac et Parisse. Un petit geste de la main, et il continue son chemin. Ils ont l'air si accaparé !
Tiens ? Son verre est déjà vide... Qu'à cela ne tienne, il en attrape un autre !

Et il aperçoit Aïsha et Bonny, entouré d'égérians qu'il n'a jamais vu. Alekseï en profite pour se renseigner si tout va bien pour eux.


Alors, Aïsha, la visite du Rapide s'est bien passé ? Tu me raconteras, je n'ai pas eu le temps de participer... Et tu t'es fait des amis, à ce que je vois ! C'est super !

Oui, c'est fantastique ! Je n'aurais jamais cru voir tout ça de mes yeux un jour.

Tu n'imagines pas comme je suis content pour toi ! Profites-en à fond ! Va danser !

Alors Bonny ? Les égériannes ne t'ont pas trop fait tourner en bourrique ?

Tu plaisantes ? Tout le monde est aux petits soins avec moi. Et elles sont toutes tellement belles. C'est génétique, tu crois ?

Je ne sais pas... Oui, elles sont toutes très belles, mais... C'est peut-être plus la mentalité que le physique qui te plaît, non ?

Puis il finit son petit tour vers Nétifer, qu'il complimente sur sa tenue.

Très belle robe. Tu es aussi jolie en rouge qu'en noir ! J'avoue que de mon côté, j'ai du mal à m'habituer à ma tenue... J'ai l'impression d'être déguisé !
Dis, je comptais rejoindre Angélica sur la piste de danse. Tu m'accompagnes ?

C'est gentil, mais non, désolée. Mais vas-y, amuse-toi.

Dommage, j'aurais aimé que tu viennes avec moi...  A tout à l'heure !

Et, à terme, il rejoint les danseurs. Le jeune russe essaye de "rentrer dans la ronde", d'adopter le style du coin, mais tout de même tenter quelques mouvements "classiques".

<Hé, tu as le sens du rythme.> finit par lui glisser une des danseuses. <Mais tu es trop raide. Attends, je vais te montrer. Suis le mouvement.> ajoute la fille en se collant à lui pour qu'il puisse suivre son corps avec le sien. <Tu vois ? Comme ça !>

< Oui ! Je comprends !> Il suit les conseils, et adopte un style plus souple. Ce qui n'est pas très compliqué pour lui. <Mieux ?> Néanmoins, certaines montées dans les notes, dans le rythme, lui donnent envie d'être plus "explosif". Et c'est lorsqu'il sent un de ces moment arriver qu'il pivote sur lui même pour se coller au dos de la danseuse, et place ses mains sur les hanches de sa partenaire. Il compte bien effectuer un "porté".
<Je lance toi vers le haut et faire tu tournes sur toi. Je rattrape et continuer ensemble, oui ? Vieux mouvement terrien !>

<Et pourquoi pas ? Vas-y !>

S'ensuit un porté impeccable, puis il la fait descendre avec grâce. <Époustouflant. Encore !>

<Non. Pas rythme pour... Je sais pas dire...> Un porté. <Bientôt... Si tu aimes tourner, je sais pour attendre...! >
Rassuré par l'approbation de sa partenaire, il se met en mode "rock acrobatique". Ils n'ont certainement jamais vu ça !
Il lui prend les mains, et commence à la faire bouger à son rythme, au milieu des danseurs égérians. Et pour tourner, elle tourne ! C'est facile avec le "rock", puisque la femme est entièrement guidée par l'homme.
Comme un belle anomalie tournant au centre d'une jolie corolle familière. Et bientôt le tempo revient vers ce qu'attend sa partenaire ! Un nouveau porté...

Vu qu'elle a désormais l'habitude, et qu'elle semble athlétique, Alekseï se lâche et passe à l'étape supérieure. Lancer un flip, un des mouvements les plus impressionnants. C'est donc ses cuisses qu'il saisit, un peu en dessous de sa jupe.

<Saute le plus haut que tu peux ! Confiance !> Il la fait basculer en avant lors de son saut.
Quoiqu'il arrive, il la rattrapera. Il a déjà aidé des débutantes à réaliser ce mouvement. Des dizaines de filles, des dizaines de fois... Et à chaque fois, elles ont atterri au creux de ses bras, indemnes et parfois les yeux plein d'étoiles !
Avant qu'il les repose délicatement au sol, pour continuer la danse...


Et c'est bien l'effet obtenu. Tant et si bien que très vite Alekseï est sollicité de toutes part par les autres danseuses...

<A moi !>   <A mon tour !>   <A moi, maintenant !>

...Et même par les danseurs.

<Attention, j'arrive !>

Au fur et à mesure que la fête avance, des couples commencent à se former. On s'embrasse et on s'échauffe dans les recoins. Les convives qui se sont décidés sur un ou des partenaires pour la soirée commencent à s'éclipser : Par égard pour leurs hôtes terriens, ils semblent décidés à limiter le choc culturel en se montrant plus discrets que d'ordinaire dans leurs ébats.
Seamus est tout de même passé prévenir Alekseï qu'il ramenait Cristal et Aïsha dans leurs cabines. Bonny, lui, reste et semble très populaire : Il va certainement passer une excellente nuit. Même Teach se fait embarquer par un couple de jolies jeunes femmes. Angelica attire également beaucoup d'attention mais semble décidée à continuer à s'amuser sur la piste pour le moment. Quant à Alekseï, il sent bien qu'il n'aurait qu'un mot à dire pour aller s'isoler avec certaines des danseuses (ou des danseurs, d'ailleurs.)


Ce mot, il ne le dit pas. Pas qu'il n'est pas tenté, au contraire. La jolie danseuse aux cheveux bleus, et ce garçon aux longs cheveux violet sont vraiment à son goût. Et en plus ils l'ont un peu "chauffé" !
Mais bon... Pour sa première fois, Alekseï s'imagine plus en compagnie de quelqu'un qu'il connait vraiment. Pas un coup rapide dans une cabine exigüe d'un vaisseau égérian, avec une ou des personnes qu'il ne reverra certainement jamais.
Et puis, il n'a pas vraiment envie de donner ce genre d'image de lui-même à Nétifer, Angélica et Oban. D'ailleurs, en parlant d'eux... Le jeune russe compte bien les rejoindre pour voir si tout va bien de leur côté.

Il lance quelques mots de remerciement à ceux qui ont dansé avec lui, et se dirige vers l'extérieur de la piste.
Alekseï fait une pause en passant devant Angélica, et partage quelques pas de danse et quelques mots avec elle.


Ça va, Angie ? Avec un petit sourire, il ajoute pour la taquiner : Tu as déjà choisi celui qui aura l'honneur de te raccompagner à ta cabine ?

Espèce de petit curieux, va. Occupe-toi donc de tes admiratrices, rétorque Angélica avec un sourire amusé avant de retourner danser.

Puis il quitte les planches, mais avant, profitant d'être encore légèrement surélevé, il jette un regard circulaire pour essayer de repérer Oban et Nétifer. Toutefois, il n'aperçoit pas la séclantie. Oban par contre, est en train de se trémousser sur la piste de danse, où il fait preuve d'un étonnant sens du rythme.


Dernière édition par Nicolas le Jeu 24 Mar - 18:16, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nicolas
Source


Messages : 2852
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 36
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Jeu 24 Mar - 19:35

Alekseï fait donc un petit tour pour vérifier si Nétifer n'est pas dans un coin.
Une vision d'horreur lui vient à l'esprit : la jolie Séclante emmenant un ou deux beaux égérians à sa suite hors de la salle des fêtes ! Évidemment, ce n'est pas très cohérent avec son caractère, mais le jeune russe à parfois du mal à réfléchir calmement dans ce genre de situation...

Il passe devant Oban, lui fait signe, et continue de chercher. Jusqu'à ce que...


Crétin ! Pourquoi tu la cherches avec les yeux ? Tu peux la sentir... Il prend une grande inspiration, se concentre, et tente le coup.

A force de concentration, il finit par séparer cette sensation unique de toutes les autres. Le voilà capable de sentir d'abord les plus près, Angélica, Oban et Maccari, puis de repérer Nétifer. Elle semble être retournée à sa cabine.

Aussi, l'esprit troublé par son scénario abracadabrant, il quitte la salle à pas rapides vers la cabine de Nétifer.
Pour être honnête, il craint surtout qu'elle se soit ennuyée. Et qu'elle se dise que sa disparition n'a été remarquée par aucun de ses compagnons.
Il ne fait qu'un geste à destination d'Oban et Angélica (si ces derniers le voient !) pour indiquer qu'il revient bientôt.


Les couloirs sont déserts, mais en tendant l'oreille il entend petits cris et gémissements qui résonnent. Il arrive finalement près de la cabine de Nétifer. Il ne sent qu'elle et lui. Son instinct lui dit qu'elle est seule.

Le jeune russe frappe à la porte. Juste assez fort pour qu'elle l'entende si elle est réveillée, pas assez si elle est endormie. Et il dit, sur ce même mode :

Ça va, Nétifer ? C'est Alekseï. Je t'ai cherché, et... J'étais un peu inquiet que tu aies quitté la soirée comme ça, sans nous faire signe.

Il attend, sans obtenir de réponse. Seulement le silence.

Bon. C'est parfait. Soit tu dors, et il n'y aura pas de conséquences. Soit tu ne dors pas, mais vu que tu ne réponds pas, tu pourras prétendre n'avoir rien entendu.

Je t'ai menti, tout à l'heure, devant l'armurerie. Je ne te vois pas comme "seulement une amie". Je suis fou amoureux de toi. Tu es la fille parfaite, à mes yeux.
Et j'espère de tout mon cœur que ce qui s'est passé entre nous hier arrivera encore, au bon moment.

Je retourne à la fête. Mais tant que j'aurais l'ombre d'une chance avec toi, il n'y aura jamais d'égériannes ou aucune autre entre nous... C'était avec toi que je voulais danser, tu sais ?

Dors bien.

Alekseï retourne donc vers la musique. En ce demandant si son intervention était une bonne idée. Bah... On verra bien.

Mais à peine a-t-il fait dix mètres dans le couloir qu'il entend une porte s'ouvrir brutalement derrière lui. Il se retourne pour voir Nétifer arriver droit sur lui, l'air furieuse.

Alekseï ! Où tu crois aller comme ça, abruti ?!?

Elle le repousse brutalement en arrière et il se retrouve acculé contre une paroi. Avant qu'il n'ait pu parler, Nétifer le coupe net.

La dernière fois, je t'ai ménagé, mais là tu l'as cherché.
Je suis mariée, Alekseï. MARIÉE ! Tu comprends ? Et il est deux fois l'homme que tu es ! Pourquoi est-ce que je voudrais le trahir avec un... minet dans ton genre ? Tu... Tu n'as même pas l'air d'un homme, bon sang !

Son regard se fait encore plus dur, sa voix plus glaciale.

Alors je sais que ça va briser ton petit cœur d'adolescent, mais même si tu es un bon partenaire, je ne suis pas amoureuse de toi. Je. ne. t'aime. Pas.

Et comme nous allons sûrement être coincés ensemble encore un moment, tu procèdes comme tu veux mais tu t'enlèves ces idées idiotes de la tête. Et pour de bon, sans ça on va commencer à avoir un vrai problème, toi et moi ! finit-elle en lui plantant un doigt dans les côtes.


Dernière édition par Nicolas le Jeu 24 Mar - 23:42, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Maître


Messages : 6930
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 37
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Jeu 24 Mar - 19:37

De son côté, l'enfant s'est retrouvé par hasard près des musiciens, qu'il a bien fait rire avec la danse de saint Mordo, le patron de la décharge. alekseï le voit discuter avec un type qui joue d'une sorte de long didjeridoo métallique à socle, et il ne peut s'empêcher d'carquiller les yeux quand Oban commence avec lui un duel d'instruments... Sans instrument ! L'enfant arrive à imiter convenablement le son de l'engin, mais ce n'est pas tout ! Il a en effet le sens du rythme, le bougre ! Et il s'amplifie avec ses pouvoirs...

Tour à tour, instrumentiste et enfant jouent des solos de plus en plus longs, mais l'enfant ne s'arrête pas là.

Après que le batteur-percussionniste se soit vivement lancé dans un solo pour couper court à tout ça, Oban entreprend de le suivre en utilisant l'appareil du premier ! Il n'est pourtant pas fait pour ça, mais l'instrument à vent a une bonne caisse de résonnance. Le voici qui tapotte sur l'engin, qui émet des vibrations qui votn jusqu'à surprendre les musiciens.

Bien sur, Oban triche, mais il faut avouer que le résultat est amusant. Cela le rend immédiatement très populaire auprès des fêtards qui semblent apprécier les sons nouveaux. Même Angélica lui fait signe des deux pouces que ce qu'il fait est excellent.


Oban ne sait pas bien pourquoi, mais la salle a commencé à se vider peu à peu. Il manque déjà près d'un tiers des convives. Même Maccari et Parisse finissent par s'éclipser. Ils sont tous déjà fatigués, ou quoi ?

Entre deux solos, Oban s'approche d'une des convives pour demander :


Miss ! Pourquoi tout le monde s'en va ?

Mmmm ?

Miss ! Pourquoi tout le monde s'en va ?

Oh, je crois qu'ils sont tous partis faire l'amour. Pourquoi ?

Oh.

...

Ca commence à quel âge ?

Plus vieux que toi, mon grand, rit la fille avant de s'éloigner en dansant.

"Plus vieux que toi, mon grand"... Grimace l'enfant. Le voici revenu à penser, et rapidement, ces pensées lui rappellent qu'il commence à fatiguer, finalement. Et il sait où il va siester ; au chevet de Ni. En attendant, il cherche les autres, mais sans succès : les cochons...


Dernière édition par Xavier le Jeu 24 Mar - 22:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Ven 25 Mar - 10:28

Oban finit par arriver à l'infirmerie. Celle-ci est déserte, mais il entend la voix du médecin dans la cabine d'à côté. Elle ne semble pas être seule. Le garçon traverse l'infirmerie éclairée seulement par des veilleuses, s'approche du lit de Ni et écarte le rideau.

Elle il trouve la jeune extra-terrestre assise sur son lit, débranchée et habillée. Elle lui sourit.


Bonjour, Oban. Tu vas bien ?

Oh, Ni... Je suis tellement désolé. Et tellement soulagé...  Les larmes coulent d'elles même, bien que les effluves d'alcool aident un peu.

Je voulais que tu saches qu'on va vous laisser, tu n'es pas en sécurité auprès de nous, si nous brouillons tes perceptions.

Elle pose une main sur la sienne.

Je sais. Ne t'inquiète pas pour moi, tout va bien. Mes visions se sont éclaircies. Je saurai trouver mon chemin.

Ton chemin ?

C'est une métaphore, Oban. Je veux dire aller là où je suis supposée aller et faire ce que j'ai à faire.

Je me demandais aussi...de quelle espèce tu es ? D'où tu viens ? Il y en a d'autres comme toi ? Tu es sure que tu ne m'en veux pas ... ?

T'en vouloir ? Pourquoi ?
Et pour ce qui est des miens... Je ne sais pas grand chose à leur sujet. Tout ce dont je suis sûre, c'est sur je suis très loin d'eux. Je ne sais même pas si il y en a d'autres dans cette galaxie. Avec un peu de chance, je les retrouverai. Un jour.


Je l'espère. Si jamais j'en trouve en premier, je leur parlerai de toi.

Bon. Si tout va bien, je vais aller voir les autres.

Attends. Qu'allez-vous faire, maintenant ?

On doit retrouver notre informateur. On ne peut plus le joindre, maintenant.

Mais au fait... Tu saurais regarder mon passé pour me dire qui il est.... ?

Non, désolée. Si il y avait la moindre trace de résidu psychique sur toi, je pourrais peut-être, mais là... On dirait que tout a été effacé il y a environ deux semaines.

Ceci dit, est-ce que tu permets que je te donne quelques conseils ? Sauf si tu as peur d'être influencé par des visions pas toujours très lisibles, ce que je comprendrais.


Au contraire, ce serait bien. De toute façons, si je fais tout ce qu'elle m'a vu faire, sa prédiction devrait se réaliser....

La télépathie est encore un exercice difficile pour Oban...

C'est plus complexe que cela, tu sais ? Quelle que soient mes prédictions, ou celles de n'importe qui d'autre, pour ce que j'en sait, rien n'est jamais immuable.

Ceci dit il y a des tendances. Par exemple, je te conseille de demander à Gurtuk si il veut venir avec toi. Le pauvre n'a nulle part où aller et j'ai la certitude qu'il vous serait d'une grande aide.

Mais parmi les choix que tu vas devoir faire, les plus importants seront effectué quand tu choisiras à qui accorder ou non ta confiance. J'ai vu plusieurs de ces occasions, aussi je peux te dire ceci : Tes compagnons de voyage, tu peux te fier à eux, même si ce sera parfois difficile. En fait, même quand tu seras tenté de le faire, même si tu es le dernier à leur accorder le bénéfice du doute, ne perd pas foi en eux. C'est une partie très importante de ton rôle.

Et en parlant de ton "rôle"... Il y a quelque chose de vraiment spécial à ton sujet, plus encore qu'avec les autres. Tu es encore moins prévisible, comme si... Comme si tu avais pris la place de quelqu'un d'autre de façon imprévue dans la trame du Destin. Cela te donne plus de liberté qu'à n'importe qui d'autre, mais risque aussi de te placer dans des situations où tu peux aussi bien accomplir des miracles que provoquer des catastrophes.


Elle le regarde, l'air un peu triste.

Je suis désolée. Tout cela ne t'aide pas vraiment, en fait. N'est-ce pas ?

Comment dire ça... Je trouve ce que tu dis un peu rassurant. Je sais maintenant que mes rêves ne sont pas juste des rêves. Et merci pour Gurtuk, je ne l'ai pas vu depuis que je me suis réveillé. J'ignorais même qu'il était encore dans le coin.

J'ai pris la place de quelqu'un...  Une fille, je crois. Une fille très différente de moi. Pour sauver des gens. Je crois.

Ni, avant que je parte. Tu connais des gens qui peuvent faire ça ? Manipuler le destin ?

Manipuler le destin ? Cela dépend de ce que tu entends par là. Si tu veux dire avoir une influence sur ton propre destin où sur celui des gens que tu croises, tout le monde peut le faire. Tout le monde ou presque le fait déjà, en fait. C'est juste une histoire de libre arbitre.

Par contre, si tu veux dire, influer sur le Destin à grande échelle, diriger les évènements majeurs, c'est... Je ne sais pas. En théorie, c'est possible d'avoir ce genre d'influence, je suppose, mais cela demanderait des talents très supérieurs aux miens. Et beaucoup de temps, j'imagine.


Dernière édition par Eric le Dim 27 Mar - 18:57, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Nicolas
Source


Messages : 2852
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 36
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Ven 25 Mar - 14:55

Alekseï, qui s'attendait un peu à ce genre de réaction, ne perd pas son sourire et sa sérénité.

Non, on aura plus de problèmes... Je voulais simplement que l'on soit clairs, tout les deux. Et là, pour être claire, tu l'as été... J'oublie toutes mes sottises. Promis.

Donc, voilà, tout ira bien !

A part peut-être pour un détail... Je sais que j'ai abusé, donc c'est normal que tu sois énervée. Même les insultes, j'accepte.
Par contre... Son visage souriant se métamorphose.

Si tu poses encore une seule fois la main sur moi comme ça, dit-il en montrant le doigt de Nétifer dans ses côtes, je te la brise net, et je te fais voler au sol. Compris ?

Elle redresse le menton.

Alors ne m'oblige pas à le faire. Compris aussi ?

Oui. Je ne t'obligerais plus jamais à faire ça.

Bon, le "minet" va aller se boire un verre ou deux. Dors bien.

Et il repart donc vers la fête, tirant un peu la tronche sur le chemin, mais retrouvant un visage lumineux dès qu'il passe la porte.

Mais il n'y a déjà plus grand monde. Seuls restent une poignées de musiciens et quelques fêtards un peu ivres. Tous ses amis sont partis.
Aussi, il s'arrête seulement pour boire une bière. Puis une deuxième. Et une troisième, quasiment coup sur coup.

Puis il va rejoindre Vitellis à l'armurerie, en chancelant un peu tout de même. C'est qu'il a un sabre à récupérer !


Cette fois, il se rappelle de frapper. Puis il entre.

<Hé, salut. Je commençais à me demander si tu allais venir.>

<Salut ! Désolé pour retard. Petit problème, mais trouver solution. Je... impatient, oui? de voir sabre tu as fabriqué pour moi !>

<Je veux essayer lui !>

<Bien sûr. Tiens, voilà.>

Elle sort l'épée de sous son établi. Si la poignée en électrum et la garde sont bien ce à quoi il s'attendait, il est un peu surpris par la lame : Large de plus de deux centimètres à la base, elle semble plus épaisse et plus lourde que ce qu'il a demandé à Vitellis. Alekseï la prend en main et son impression fait plus que se confirmer. Le métal doit être extrêmement dense, car elle pèse vraiment son poids. C'est dommage, car en dehors de ça la prise en main, la longueur et l'équilibre sont parfaits.

<La lame est un alliage d'acier, de tungstène et d'osmium. Très solide.>

<Pourquoi cette grimace ? Tu la trouve un peu lourde ? C'est normal. C'est là qu'intervient ta petite surprise. Tu vois la bague à la jonction de la poignée et de la garde ? Tourne-la d'un quart de tour.>

Alekseï s'exécute, et soudain l'épée ne pèse plus rien ou presque dans sa main. Elle flotterait quasiment toute seule.

<Dispositif anti-g miniature. Avec la masse de la lame, tu augmentes l'inertie de tes coups, mais en t'épargnant en partie la fatigue qui va avec grâce à l'appareil.>

<Il te faudra un peu de temps pour te familiariser avec son maniement, mais tu devrais t'y faire très vite.>

<Elle te plait ?>

<Oui ! Elle est très bien ! Mais...>

Alekseï prend un aire plus soucieux. En fait il ne sait pas trop comment aborder le sujet avec elle.

< La machine anti-g résiste pas à électricité, non ? Je ai peur de casser ton épée vite...>

<Ne sois pas idiot, dit-elle d'un air moqueur. C'est entièrement isolé. Je ne sais pas comment tu veux faire passer de l'électricité dans l'épée, avec un gant électrique ou autre chose, mais tu peux y aller. Aucun danger.>

<Parfait ! Merci beaucoup ! Il faut que j'habitue moi à utiliser l'épée. Tu sais où est la... Salle pour exercice avec épée ?>

<Juste derrière. Suis-moi.>

Passant entre les étagères et le bric à brac, elle conduit Alekseï jusqu'à une porte qui donne sur une toute petite salle, qui ne fait que cinq mètres sur dix et qui ressemble davantage à un stand de tir, avec ses cibles accrochées au mur du fond. Mais le jeune homme remarque également trois cercles concentriques tracés au sol. Il connaît bien sûr la méthode du cercle : Duncan l'a pratiquée avec lui pendant des années et il a rarement eu droit à un exercice plus difficile. En fait, il n'a jamais progressé suffisamment pour s'entraîner dans le cercle le plus petit.

<Tu fais exercices avec moi ?>

<Pourquoi pas ? Mais essaie de ne pas me blesser, hein ?>

Elle s'esquive et revient une minute plus tard avec une lame d'entraînement, courbe et moyennement longue. Elle s'étire un peu puis vient se mettre en position à la limite du cercle pendant qu'Alekseï se place à l'intérieur.

<Et enlève-moi donc cette chemise. J'ai besoin de voir les muscles bouger.>

<Si ça peut aider toi...> Alekseï retire sa chemise, la plie correctement, et s'échauffe un peu. <Grand cercle, et calme, au début. Plus rapide après. Je connais pas épée, et je ai bu un peu à la fête.
Je veux prendre aucun risque te blesser.> Il active le système anti-g.


Dernière édition par Nicolas le Sam 26 Mar - 19:58, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Sam 26 Mar - 20:38

<En garde !>

Aussitôt, elle échauffe un peu Alekseï avec quelques passes simples. Il commence à bien sentir son épée et elle accélère un peu à la fois. Sans surprise, elle est plutôt douée.

Ils sont tous les deux en nage quand Alekseï pénètre dans le deuxième cercle de Vitellis, et très vite, elle le fait transpirer encore plus. Résister à ses assauts incessants demande un énorme effort au jeune homme. Finalement, ôter sa chemise était une bonne idée.

A bout de souffle : <Alors... On sent moins l'alcool... Pas vrai ?>

<Moins. Encore un peu ! Je suis pas au maximum. Mais toi non plus. Je ai chaud. Pas trop chaud pour toi ?

Dernier cercle ? Si tu touches moi avant deux minutes, je te donne une surprise pour cadeau. Oui ?>

<Un enjeu ? D'accord ! ...Mais dans ce cas, je dois moi aussi miser quelque chose. Disons que... je te donnerai une chose de ton choix que tu désires dans cette armurerie.>

<Mais quelques secondes pour toi et moi retrouvons respiration. Si tu veux. Ton choix.
Tu es très forte. Je aime beaucoup exercices avec toi.> Alekseï se met à pratiquer un peu d'hyperventilation pour récupérer plus vite. Lame pointée vers le bas, mais toujours vigilant.
<Je suis dans dernier cercle. Je pas blesse toi beaucoup, mais peut-être petits coups si je dois. Pareil pour toi ! Oui ? Fait attention, je aime pas perdre.>

Pour cette dernière épreuve, il compte bien utiliser tout ce qu'on lui a appris. Le combat "sale", le combat "réel". Celui que lui a enseigné Duncan pour les derniers recours, bien après lui avoir appris les bases classiques... Celui qu'il n'a pas montré à Mac.
Celui qui mêle les frappes avec les jambes, les balayages, les coups portés avec la garde, associés bien sûr avec la maitrise de sa lame.
Alekseï est dans le dernier cercle, et il a un sacré désavantage, c'est de bonne guerre !
Bon... Le crachat au visage pour détourner l'attention, les coups de tête une fois les lames bloquées, et les décharges d'électricité, non. On n'en est pas à cette extrémité...

Évidemment, ne pas blesser significativement Vitellis est sa première priorité. Utiliser l'arme qu'elle a conçu pour lui faire mal serait... Indigne.


<Deux minutes, hein ? Tu crois pouvoir tenir aussi longtemps ?>

L'instant d'après, elle est de nouveau sur lui, accélérant le rythme peu à peu. Alekseï résiste à ses assauts et lance la contre-offensive. Il utilise de mieux en mieux la masse de son épée, et chaque attaque est comme un coup de boutoir pour elle. Pourtant elle ne cède pas et accélère encore, haletante. Les techniques les plus vicieuses du jeune homme font toutefois leur effet et il entre et sort plusieurs fois de sa garde, lui arrachant quelques petits cris. Il aurait pu faire glisser sa lame plus loin et porter le coup de grâce à plusieurs reprises mais ce n'est pas là l'objet du pari.

<Ah... tu veux... la jouer... comme ça ?... D'accord !> lâche-t-elle avec une excitation certaine dans le regard.

Il ne reste que quelques secondes et Alekseï a réussi à résister jusque là quand elle joue son va-tout.

<Lumières !> crie-t-elle en descendant ses lunettes.

Répondant à sa voix, l'éclairage s'éteint aussitôt, plongeant la pièce dans une obscurité totale. Profitant de son avantage, elle revient à la charge. Ses halètements permettent à Alekseï de la situer et, tous les sens en éveil, il contient de son mieux le dernier assaut de Vitellis, dont les mouvements se sont fait plus rapides que jamais. Les coups redoublés sur son épée poussent le jeune homme à sa limite. La tension monte encore, atteint son paroxysme... Et à l'ultime moment, ils poussent tous les deux un cri quand les deux armes touchent en même temps.

Vitellis : <Lumières !>

L'éclairage revient instantanément. Le sabre d'entrainement de Vitellis l'a finalement fouetté à l'épaule, mais l'épée d'Alekseï a entaillé le justaucorps de la jeune femme ainsi que la peau en dessous, au niveau des côtes. Ce n'est qu'une petite coupure, mais il y perle déjà du sang.

Elle relève ses lunettes, regarde l'entaille en souriant, puis ne semble plus y accorder la moindre importance.

<Rien de grave, ne t'inquiète pas. Et je l'ai cherché...>

<...Je ne sais même pas si les deux minutes étaient finies ou pas. C'était juste. On appelle ça un match nul ?> demande-t-elle non sans malice.

Alekseï ferme le dispositif anti-g, et s'assoit dans le cercle, le souffle court.

<Oui ! On dit égalité.
Je aime beaucoup la épée que tu as fabriqué pour moi. Je aime beaucoup le match...>

<... Mais je pas aimé quand tu as éteindre lumière... Dangereux ! Je pouvoir blesser toi très fort sans vouloir...
Tu vas à infirmerie, oui ? Blessure peut donner... Euhh... marque sur peau, si pas soin.>

Elle vient s'affaler à côté d'Alekseï, épuisée.

<J'espère bien, que je vais avoir une marque ! Ça me fera un souvenir.> dit-elle gaiement. <Et moi aussi, j'ai adoré. Il y a longtemps que je ne m'était pas autant amusée.>

<Bon, et cette surprise, alors ? A moins que tu veuilles la tienne en premier ?>

<Eh ! Personne a gagner ! Donc personne a surprise !

... Toute petite surprise chacun, ou bien ?

Je montre à toi pourquoi poignée en électrum, et donne à toi grand secret sur moi. Pas en parler, oui ? Même amis à moi pas avoir vu encore.>

Aussi, Alekseï crée un arc électrique entre ses deux mains.

Le souffle encore court, elle ouvre tous grands des yeux émerveillés.

<Par toutes les tempêtes célestes ! C'est... C'est juste incroyable !>

Fascinée, elle approche la main du flux d'électricité, juste assez pour lui hérisser la peau, puis la recule prudemment.

<C'est magnifique, Alekseï. Je... Merci. Merci de me l'avoir montré.>

Quand cessent les flashs des éclairs, elle rive son regard dans celui du jeune homme. <Et toi ? Que veux-tu ?>

Elle s'approche de lui et se penche à son oreille. <J'ai dit que tu pourrais avoir la chose que tu désires le plus ici. Tu as vu quelque chose qui te plait ?>

<Je ai vu que des choses qui plaît beaucoup à moi, ici...

Mais être pas juste de demander à toi. Tu as déjà fabriquer pour moi plus belle épée que je ai jamais vue et beaucoup aider moi pour exercices. Et moi, je ai pas laissé choix à toi pour surprise. Tu donnes surprise à moi que tu as envie donner. Oui ?

Mais petite surprise. Souvenir, par exemple. Oui ?>

<Alors ferme les yeux.>

Alekseï obéit et baisse les paupières. Dans le noir, Vitellis s'approche jusqu'à ce que leurs épaules se touchent et murmure à nouveau à son oreille.

<Tu as raison. Ce que je veux te donner, c'est un souvenir inoubliable, quelque chose qui fera en sorte que tu emporteras un peu de moi avec toi.> dit-elle en posant une main sur sa poitrine.

Alekseï garde l’œil fermé et sourit. Vitellis, comme la dernière fois, sent le cœur du jeune russe s’accélérer sous sa main. Comme à chaque fois qu'on le touche, en fait. Que ce soit de gêne, de rage ou de plaisir. Le fait qu'elle soit complétement collée à lui n'aide pas non plus, il faut bien l'avouer.

<Tu as déjà faire cette blague, Vitellis. Je pas être bête... Tu dis quand ouvrir yeux.> Mais là, il a baissé la voix.

La jeune femme rit doucement et Alekseï sent qu'elle passe une jambe au-dessus de lui. Elle s'agite un peu et il entend un bruit de tissu froissé, tissu qui tombe un peu plus loin. Puis elle pose les mains au sol de chaque côté de lui et vient murmurer si près qu'il sent de l'électricité statique se former entre leurs lèvres.

<Et pourquoi ne pas vérifier si c'est vraiment une plaisanterie, dis-moi ?>

<Je veux vérifier sans ouvrir yeux. Je peux ?> Il vient poser une main là où elle aurait dû avoir des vêtements pour recouvrir sa peau. La taille. Qui est nue.
<Je pas avoir droit de grande surprise. Petite, oui ?>
Et il avance son visage vers elle. Juste un ou deux centimètres. Juste assez pour que leurs lèvres se touchent, s'effleurent.

<Shut. Prends ton cadeau, au lieu de parler.> lui glisse Vitellis dans leur presque baiser.

Alekseï passe ses bras autour du dos et des hanches de l'armurière. Il se redresse petit à petit, jusqu'à ce que leurs torses nus soient collés l'un à l'autre. Et il accentue légèrement la pression sur les lèvres de l'égérianne.
Ce doit être troublant pour elle de découvrir l'escrimeur sûr de lui et agressif d'il y a quelques minutes aussi... doux et un peu maladroit !

Elle répond à ses mouvements de la même façon, avec douceur et tendresse, tandis que leurs bouches se mélangent. Lorsque finalement il ouvre les yeux, il découvre le corps tatoué de vitellis, qu'elle lui montre d'ailleurs avec fierté. Les dessins qui parcourent sa peau, du cou au nombril en passant par ses tous petits seins, sont une oeuvre d'art.

<Porte : Verrouillage !>

Aussitôt, l'entrée de l'armurerie se ferme automatiquement, et elle recommence à l'embrasser...


Dernière édition par Eric le Lun 28 Mar - 15:25, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître


Messages : 6930
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 37
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Dim 27 Mar - 20:28

Après avoir laissé Ni, dans les couloirs du Nastrama...

... Beaucoup de temps... moui, ça serait logique...

Ah, Gurtuk ! C'est dur de te trouver, dis donc ! J'ai du demander à la moitié du vaisseau !

Ca va mon vieux, tous tes systèmes sont ok ?

Oui. Gurtuk est en pleine forme. Et Oban ?

Gurtuk s'est installé dans un recoin des salles techniques du vaisseau. L'endroit est très peu éclairé, mais il n'a pas vraiment besoin de lumière. Il a bénéficié d'un diagnostic complet : Oban peut voir ses données biométriques sur plusieurs holo-projections. Il s'avère qu'il est à 64% biologique, mais que ses organes sont de synthèse, y compris son cerveau. Il a été entièrement créé de la main de l'homme, car la construction est terran. Le dispositif contenant le logiciel de piratage assez unique dont dispose le cyborg est une puce cristalline insérée dans son torse. Le nombre d'équipements cybernétiques dont il dispose est assez limité : Il est plus fort et plus endurant qu'un humain normal, mais aussi beaucoup plus lent. Il a une vision améliorée, des interfaces avec ou sans fil, un holo-projecteur miniature et des semelles magnétiques. Apparemment, tout les accessoires prévus n'ont pas été installés, mais les branchements sont prêts. Tout cela est alimenté par trois piles atomiques qui fonctionnent au ralenti.

Oban va... Euh, Je vais bien ; je suis soulagé que tout le monde aille bien. Je fais le tour de chacun depuis que je me suis réveillé, et je me demandais : Tu veux venir avec nous sur mon vaisseau ? On pourrait s'entraider, et si tu préfères qu'on te dépose quelque part, on peut aussi. Mais rester là tout seul, c'est dommage. Tu préfèrerais pas qu'on fasse un bout de route ensemble, en commencant par les marchands d'électronique du vaisseau ?

Sur les écrans, on voit son cerveau s'activer.

Gurtuk aimerait beaucoup partir avec Oban. Oban a sauvé Gurtuk. Gurtuk a une dette.

Et puis Oban est gentil, donc Gurtuk lui fait confiance.

Tu peux. Oban remet sa capuche et commence à marcher. Qui t'a construit, Gurtuk ?

Des humains. Ils fabriquaient plusieurs autres comme Gurtuk. Gurtuk ne sais pas où ni qui. Gurtuk se souvient seulement qu'un des humains l'a fait sortir et l'a envoyé ailleurs dans un conteneur de survie. Mais il y a eu un accident et Gurtuk s'est retrouvé libre, et seul. Après ça, ce sont les hommes de Rackham qui ont capturé Gurtuk.

Et que veux tu, toi ? Si tu viens avec nous tu auras des amis. Mais il y aura du danger. Et des gens à aider. Personne ne te laissera plus être captif bien longtemps.

Et on pourra bricoler ! J'ai dans ma sacoche un détecteur de mouvements que je comptais monter sur mon vaisseau. Mais je crois que tu es compatible. Tu veux l'essayer ?

Si Oban veut, Gurtuk va essayer.

 Si tu veux bien te baisser, je te mets ça tout de suite. C'est top, y'a une fente prévue à cet effet. Là, bouge pas.. Et clic. Et ça, ça va là...

Voilà ! Avec ce truc tu pourras même repérer les hommes invisibles ! Attends que je fasse les réglages...

En fait, il faut une vingtaine de minutes à Oban pour installer le détecteur. Il doit régler l'alimentation, configurer le port de branchement, mais au final tout fonctionne comme prévu.

Le détecteur fonctionne. Gurtuk a maintenant accès aux données du détecteur.

Merci, Oban.

Viens, on va aller voir les autres pour leur annoncer.

Oban est donc maintenant accompagné de Gurtuk, et il sent qu'il va falloir un temps d'adaptation à chacun. Il tente d'apprendre de lui s'il les connait, les lieux où il est passé et les noms de ceux qu'il a pu croiser. L'origine de ses premiers souvenirs, ses envies propres s'il en a. En tant que personne et machine à la fois, Oban l'apprécie ; après tout, Gurtuk n'est pas si différent de Dan, dans l'idée.

Il s'avère qu'en fait, Gurtuk n'a pas grand chose de plus à raconter. Le caisson de survie dans lequel il a été expédié est tombé en panne quand le vaisseau où il se trouvait s'est écrasé. Gurtuk est le seul a avoir survécu, et s'est retrouvé perdu sur une planète aride et, sembe-t-il, déserte. Ce n'est que plusieurs mois plus tard que des gens dont la description fait penser à des ferrailleurs l'ont retrouvé en même temps que l'épave. Ils l'ont ensuite vendu à Rackham.

Oban peut dire à Gurtuk où nous allons aller et ce que nous allons faire, ensuite ?

Bah justement, il faut que j'en parle aux autres ; j'imagine qu'ils ont déjà un plan. A mon avis on va chercher quelqu'un ; on cherche toujours quelqu'un. Il ou elle aura des problèmes, et on s'interposera pour les régler.

Jusque là, ça marche comme ça.

Contrairement à Alekseï, Oban n'a toujours pas eu de leçons sur ce qu'il est, aussi doit-il chercher les autres à l'ancienne : en demandant de ci de là, et en s'imaginant où pourrait bien trainer telle ou telle personne. Tout en prenant leur temps, les deux compères évoluent dans les coursives, humant, observant et écoutant pour prendre le pouls du vaisseau ; leur direction : les appartements des filles, mais chaque détour est le bienvenu.


Dernière édition par Xavier le Lun 28 Mar - 18:10, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Nicolas
Source


Messages : 2852
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 36
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Lun 28 Mar - 18:08

Alekseï est encore allongé à même le sol. En silence, il regarde la pièce exigüe. Les cercles rouges, les cibles au mur, la porte de métal anti-dépressurisation. Puis Vitellis, avec ses cheveux roses et son corps couvert de tatouages...

Si on lui avait demandé il y a encore un an comment il imaginait sa première fois, il n'aurait certainement pas décrit ça...

Évidemment, après l'incident "Anissa" avec son frère, lorsqu'il avait 15 ans, ses parents ne l'ont plus quitté des yeux.
Par contre, un peu plus tard, il y s'est souvent retrouvé avec ses parents lors de "dîners guet-apens", comme il les appelait.
C'était toujours la même chose. Son père, sa mère et lui d'un côté. Un couple d'ami fortuné et influent de l'autre côté. Avec leur fille. Toujours à peu près de l'âge d'Alekseï. Toujours le même genre. Terriennes, élégantes et distinguées, polies, et d'un ennui...

Il en a rencontré beaucoup. Souvent d'origine russe, mais pas toujours. Il se souvient de cette fille asiatique... Elle, elle avait des points communs avec lui : elle avait compris la vraie raison de ces dîners, et semblait aussi agacée qu'Alekseï de se retrouver dans cette situation, et aussi résignée... Comment s'appelait-elle, déjà ? Liên Huong ? Un truc comme ça...
Il se sont vus plusieurs fois.
Parfois, dans ses cauchemars, il s'imaginait à leur mariage. Tous les deux avec un visage désespéré.
Et la nuit de noce. La portant dans ses bras, vers une suite magnifique. Refermant la porte. Voyant son regard dégoûté et l'entendant dire "Bon, puisqu'il faut... C'est pour nos familles, hein ? Fait ça vite." Et s'allongeant sur le lit avec autant d'enthousiasme qu'une dinde à l'approche de Noël... Et lui avec autant de désir qu'un végétarien à l'arrivée de cette même dinde.

En fait, ça c'est bien mieux passé que dans son imagination ! En fait, ça c'est même très bien passé. A part peut-être pour le sol nu à la place d'un matelas... il fait un petit sourire silencieux à l'adresse de Vitellis...


...qui lui sourit en retour.

<Tu es vraiment un garçon spécial, Alekseï. Je me demande lequel va laisser le souvenir le plus impérissable à l'autre. En tout cas, moi je ne risque pas de t'oublier...>

<Moi non plus. Tu es première pour moi, tu sais ?>

Elle approche à nouveau son visage du sien...

<Non ? C'est vrai ? Et j'ai encore envie de toi.>


<Moi aussi, Vi.> , dit-il avant de l'embrasser dans le cou, beaucoup plus détendu qu'avant...

<Oh, Alec...> gémit Vitellis avant de l'embrasser avec une passion redoublée.

Décidément, la nuit risque d'être courte.


Dernière édition par Nicolas le Lun 28 Mar - 19:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Lun 28 Mar - 18:23

Oban commence donc par l'endroit le plus logique : Leurs cabines. Mais il s'avère que la seule qui s'y trouve est Nétifer. Les deux autres ne sont pas rentrés, ou du moins pas encore.

La séclantie lui ouvre après qu'il ait frappé discrètement à sa porte. Il la trouve d'humeur maussade et les yeux un peu rougis.


Hé, Oban. Salut, Gurtuk. Tout va bien ?

Nous oui. Qu'est-ce qui t'arrive ?

Moi ? Je... soupir. Rien, Oban. Rien.

Je peux t'aider ?

Bah tu pourrais te confier, mais j'en doute... Donc revenons en à pourquoi on est venus : Je veux annoncer à tout le monde qu'on emmène Gurtuk avec nous. Il est tout seul, il faut l'encadrer, et c'est un type super. Et j'ai une raison ou deux en plus, mais on verra ca en privé... Dit Oban en regardant de côté vers le cyborg, plus ou moins discrètement. J'aurais voulu voir tout le monde.

Tu vois Gurtuk, les signes caractéristiques de quelqu'un de triste : yeux gonflés et rouges, indiquant que des larmes sont passées par là. Air maussade, les levres et les joues, les yeux, tout ça "tombe".

Et le refus de communiquer, c'est surtout Séclanti, je pense. Tout en étant satirique, les yeux d'Oban ne quittent pas ceux de la jeune fille, mais ne sont pas pleins de bravado ; en fait, on sent juste qu'il aurait aimé aider. Et puis il renonce.

Je lui apprends le B.A BA des relations sociales, tu comprends...

Oh bon sang... Elle se pince l'arrête du nez, irritée.

Tu veux vraiment savoir ? Eh bien Alekseï a le béguin pour moi, et j'ai dû lui faire comprendre que ce n'était pas réciproque, et qu'en plus je suis déjà mariée. Et pour être sûre que le message passe bien, j'ai été... Une pétasse, comme vous dites. Je lui ai dit des méchancetés que je ne pensais pas, et même si il l'a bien caché, je sens que je l'ai blessé. Et comme malgré tout c'est mon ami, je m'en veux beaucoup.

Voilà ? C'est bon, comme ça ? On peut passer à autre chose ?

Là, Oban sent qu'il a poussé la jeune fille à sa limite.

Nétifer, Gurtuk croit que c'est à Gurtuk que Oban essaie d'enseigner le "B.A.BA" des relations sociales. Pas à Nétifer.

Elle regarde le cyborg, puis Oban.

Frell...

Non, mais fais pas la tête, c'est bien, on peut en parler, ou pas, mais comme ça on ne mettra plus les pieds dans le plat. Fais pas la tête...

Tu l'aimes, ton mari ?

A ce moment, on entend un sifflotement joyeux résonner dans le couloir. C'est Angélica, l'air radieuse, qui ne tarde pas à apparaître pour se diriger vers sa cabine.

Hé, salut vous !

Yo ! On va emmener Gurtuk avec nous, ça marche pour toi ?

Bien sûr, si il veut venir. Tu lui as expliqué que ça pourrait être dangereux ?

Oui, Oban a expliqué à Gurtuk. Gurtuk voudrait venir quand même.

Alors bienvenue à bord, Gurtuk.

Excuse-moi, mais... Tu ne pourrais pas parler avec des pronoms ? Ce serait plus pratique, non ?

Non, Gurtuk ne peut pas. Interface de communication trop rudimentaire. Et ses créateurs ont programmé Gurtuk comme ça.

Ton interface ? C'est tout ? On va arranger ça très vite, alors. Pas vrai, Oban ?

Ouais, ça doit être faisable. Sauf si y'a une bonne raison à ça. Ca te dirait, Gurtuk ?

Et Aleksei ? Vous savez où il est ? Ou si on comtpe rester longtemps ici ? Parce que c'est bien, mais on a une fenêtre pour agir, faut pas la louper. Je sais même pas combien de temps je suis resté out, au fait.

Quelqu'un peut me résumer tout ça ?

Bien sûr. Nétifer et moi on va te raconter tout ça pendant qu'on cherche Alekseï. Quelqu'un sait où le trouver ?

Maintenant, Angie ?

Oban a raison : On ne devrait pas s'éterniser. Donc, il faut qu'on mette au point une stratégie, en équipe. Ce n'est pas toi qui va dire non à ça.

Pfff... Pour quoi faire ? Les stratégies, il y en a toujours un pour les faire capoter.

Là elle ne se contente pas d'une allusion ou d'un regard discret. Elle point carrément Oban du doigt en disant ça.

Moi aussi je t'aime beaucoup. Bon, par exemple, on en est ou avec maccari ? Il vient avec nous ?


Dernière édition par Eric le Lun 28 Mar - 23:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Lun 28 Mar - 21:57

Après avoir fait l'amour plusieurs fois, Alekseï et Vitellis se reposent en silence, quand on entend frapper à la porte de l'armurerie.

<Ne bouge pas, j'y vais.>

Sans prendre la peine de se rhabiller, elle se lève et se dirige vers la sortie de la salle d'entraînement. Le jeune homme peut encore une fois admirer son corps de poupée couvert de tatouages, encore luisant de transpiration.

Il la voit passer dans la pièce d'à côté puis il l'entend déverrouiller la porte, et accueillir sa visiteuse :

<Hé, salut p'tite soeur. Viens, entre. Je peux faire quelque chose pour toi ?>

Une voix familière lui répond, celle de Parisse. Elle a l'air amusée.

<Les brises m'ont soufflé que si je cherchais Alekseï, je pourrais le trouver ici.>

<Oh, oui> répond Vitellis. <Il est par là.>

Пиздец, Парисc ! Vi est la grande sœur de Parisse !? Alekseï se rue vers ses vêtements, et les enfile dans la plus grande confusion.
Comme un gamin qui a peur d'être pris en faute.


Euh, oui, je suis là. J'arrive. Je veux dire... <Je dire : Je suis là, je arrive, Parisse.>

Évidemment, avec Vitellis ouvrant la porte complétement nue, ça va être difficile de trouver une explication... Bah... Après tout. Il n'y a pas vraiment besoin d'explications. Dès qu'il est rhabillé, a glissé son sabre à la ceinture, il se dirige vers l'armurerie.

<Oui ? Tu cherches moi, Parisse ? Maccari dire où trouver moi ?>

Il entre dans l'atelier en finissant de rajuster son col et y trouve Parisse, encore en tenue de fête, se disputant avec Vitellis. L'armurière a l'air qu'elle prend quand elle a joué un bon tour à Alekseï.

<Attends, Vi... Qu'est-ce que tu as fait ? Tu l'as épousé sans lui dire ?!?>

<Attends, c'est pas si grave. Ce n'est pas comme si j'allais demander une pension quand il sera parti.>

<Mais... Et tu as validé le mariage, mais tu as pensé à la cérémonie du Partage ? Il va devoir... Oh par les vents... Coucher avec toute ta famille, c'est à dire la moitié du vaisseau ! Et avec moi !!!>

Tssss... Bon. Je joue un peu le jeu pour leur faire plaisir.

Alekseï prend un air horrifié, il regarde à droite et à gauche, comme pris au piège. Puis il se calme un peu. Semble réfléchir...

< En fait, pas déranger coucher avec toi, ni avec Mac. Et beaucoup jolies filles et jolis garçons sur Nastrama qui sont famille à vous, non ? Mais plus difficile avec Zeb...>

Comprenant que leur stratagème est éventé, elles éclatent de rire.

<Bon, arrêter blagues, les sœurs... Je connais un peu coutumes égériannes. Je ai avoir amie égérianne quand petit. Grosses blagues pas fonctionner.
Petites, oui.
Je aime beaucoup grande sœur à toi, Parisse. Pas problèmes, je ai droit ?

Quoi tu veux dire à moi, Parisse ? Rien grave ? Non... Sinon, pas avoir fait blagues avant.>

<De grave ? Je ne crois pas.> dit Parisse en essuyant une larme d'hilarité. <Je comprends pourquoi tu l'aimes bien, Vi. Et son accent est délicieux.>

<Ça fait partie de son charme, oui. Mais je te raconterai tout plus tard. Qu'est-ce que tu voulais ?>

<Son avis sur quelque chose. Il se passe un truc étrange avec le journal d'Arloc, et Zeb et Melancha n'ont jamais vu ça. Comme personne chez nous ne semble comprendre, nous nous sommes dit que nous devrions vous demander votre avis. Si tu as quelques minutes, bien sûr...>

<Eh bien je vais en profiter pour faire du rangement !>

Tsss... Elle ne range jamais, en fait. Mais c'est chouette ! <Oui. Je toujours aide vous si je peux. Pas certain, mais je vais essayer.
Je suivre toi, Parisse.> Il fait un pas vers la sortie, puis s'arrête, se retourne, et vient embrasser Vi tendrement.  <Tu racontes pas tout à Parisse, oui ?>

<Allons, mon chou, on est soeurs.>

... Avant de repartir à la suite de sa petite sœur.


Dernière édition par Eric le Mar 29 Mar - 0:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mar 29 Mar - 0:20

Le gout métallique des lèvres de Vitelis encore dans la bouche, Alekseïs suit Parisse Dans le couloir.

<Vi t'aime bien, on dirait. C'est assez rare, en fait.>
<Les autres devraient être dans leurs cabines, peut-être ?>

Une minute plus tard, en passant par d'étroites coursives, ils arrivent tous deux dans le secteur des cabines. Ils n'ont croisé personne. Tout le monde dort ou presque.

<Les voilà.>

Hello, Oban. Hello, les autres. Je ne pas déranger ?

Tiens, Parisse. Tu t'es bien amusée, à la fête ? Tout le monde t'accaparait, alors...

Oui, je m'être amusée. Retrouvailles, tu comprendre ?

Je pouvoir utiliser votre temps un peu ?

En peu de temps, elle leur explique qu'il se passe un truc étrange avec le journal d'Arloc. Il est devenu impossible de le lire. Rien d'inquiétant, car c'est peut-être juste dû à la mort d'Arloc lui-même, mais Zeb et Parisse s'interrogent.

Tiens, oui, c'est bizarre.

Et maintenant on doit résoudre un foutu mystère ? Sérieusement ? C'est quoi, ces vacances ?

Allez, Nétifer ! Un bon vieux mystère à résoudre, comme dans les romans !

Je lis pas de romans.

Vous êtes surs que c'est le vrai ?

Alekseï est resté un peu en retrait du groupe. Il n'a même pas salué à la cantonnade comme il le fait souvent. Mais il dit d'un ton sûr de lui :

C'est le vrai. Maccari ne l'aurait jamais lâché. Ce que j'aimerai savoir, c'est quand c'est arrivé. Et à quoi ressemblent désormais les textes illisibles. Arloc est mort avant que l'on quitte la Marjorie-Céleste, donc le rapport avec son décès, ça ne semble pas corrélé...
Il vous reste les données numériques du scan du document ?

Oui, oui. Toujours avoir version numérique et je pouvoir la lire. Pas de problème.

Vous venir voir ? S'il vous plait ?


Dernière édition par Eric le Mar 29 Mar - 8:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mar 29 Mar - 10:06

Quelques instants plus tard, le petit groupe a rejoint Zeb, Maccari et Seamus dans la salle des cartes. Une femme aux dreads vertes sûrement presque aussi agée que Zeb se trouve en leur compagnie : Oban l'a déjà vue. C'est Mélancha.

<Salut la jeunesse.>

<Alors, cette petite fête, pas mal, non ?>

<Oui, c'était vraiment très bien.>

<Et toi ?> dit le gros capitaine en flanquant une bourrade sur l'épaule d'Alekseï. <Ça y est ? Tu es mon gendre, maintenant ?>

<C'est bon, papa. On lui a déjà fait le coup et il n'a pas marché.>

<Ah ? Bon, tant pis.>

De quoi ils parlent ?

Je ne sais pas, mais je sens qu'il va falloir creuser ça.

<Bon, et si on leur montrait le journal, Zeb ?>

<Ouais, approchez.>

Maccari pose le journal d'Arloc sur la table. Le petit livre à la couverture grise si usée qu'elle semble prête à partir en lambeaux est bien celui qu'Alekseï a déjà vu. Parisse l'ouvre et leur montre les écriture, des pattes de mouche tracées dans un rouge sombre, presque noir, si serrées qu'elles ne laissent pas beaucoup de blanc sur les pages.

Le problème être que ça ressembler à vieux égérian, mais pas en être. Ça être du... heu...

...Du charabia.

Oui, ça être le mot.

On peut avoir un extrait du charabia pour se faire une idée ? C'est peut-être un code, ou... Je ne sais pas.

Je pense qu'il faudrait d'abord avoir tous les éléments pour se faire une idée de ce qui s'est passé. Même si j'ai déjà la mienne...
C'était quand la dernière fois que vous avez vu le texte écrit en vieil égérian ? Et c'était quand la première fois que vous l'avez vu "modifié" ? Ça nous donnera une estimation du moment où ça s'est produit.

Et... Juste une intuition... Qui a approché le journal d'Arloc avant la transformation du texte ? Mac et Parisse, moi, de loin, Zeb aussi, j'imagine... Quelqu'un d'autre ?

Tous ceux qui étaient dans la navette avec nous, bien sûr, mais nous l'avons mis au coffre dès que nous sommes arrivés.

<Et je ne l'ai pas rouvert entre le moment où nous sommes descendus et le moment où nous l'avons mis en sûreté, mais... Mac l'a toujours eu sur lui, avant ça.>

Mais pourquoi croyez-vous que quelqu'un est à l'origine de ça ?

Pendant qu'ils discutent, Oban sent quelque chose d'étrange. Il peut sentir toutes les vibrations autour de lui : Les coeurs qui battent, les paroles, les pas, le vaisseau en mouvement... Mais il y a autre chose, une autre vibration, et elle n’interagit pas avec les autres. Elle vient du livre, et c'est un peu comme si elle n'appartenait pas au monde matériel.

Votre livre, là... il appelle les spectres, je crois.

Pourquoi ce serait l’œuvre de quelqu'un ? Parce que le texte d'un livre ne change pas comme ça ! C'est physiquement impossible ! Donc, la seule solution qui reste, c'est la magie. Et comme le texte était encore "bon" quand Arloc a été détruit, la magie doit venir d'autre part !

Quelqu'un connait une personne qui a accès à la magie, qui est intéressée par ce journal, qui est la reine des négociations qui tourne au mieux pour elle, et qui est partie précipitamment, avant que ce truc arrive ?

Moi oui : Verda Büçu... enfin "Long Couteau", et sa servante, magicienne et garde du corps Nesrin... Je ne les ai jamais senti, ces deux-là...

Tu as dit QUOI ?

Oh merde... lâche Angélica en entendant les derniers mots d'Alekseï avant de se tourner vers Oban.

J'ai dit que je pense que Verda est mêlée à ce problème. Je n'en suis pas sûr, mais...

Verda est LE long couteau ? Ou DU long couteau ?

Mais... ? On s'en fout !
C'est simplement que j'ai vite deviné qu'elle venait de la haute noblesse turque. Et les noms de famille des nobles permettent d'en savoir plus sur eux.
"Ivanovna", ça veut dire "fille d'Ivan". Ivan le Terrible, bien sûr.

Son nom de famille veut dire "Long Couteau", en langue turque. J'ai vérifié. Qu'est ce que c'est que cette histoire ? Pourquoi tu t'excites, Oban ?

Mais tu comprends pas... Le Long Couteau a fait assassiner toute ma famille. Et ils me veulent, moi. Mon pire ennemi était devant moi, et m'a laissé partir... Non, m'a aidé à partir.

Non, c'est pas possible, c'est une coïncidence.

Ohh... Ta famille a été... ? Je... Je suis désolé, Oban. Je ne savais pas.
Tu... Si tu as besoin d'aide pour les venger, un jour, mon sabre est à ton service. Et je ne les louperais pas, ces salauds.

Je ne sais pas si le nom est une coïncidence... J'ai juste traduit un nom de famille sur un ordinateur, tu sais ? Mais on va chercher, promis.

Sinon, votre livre là, il fait des trucs bizarres. Je crois qu'il appelle ses potes.


Dernière édition par Eric le Mar 29 Mar - 22:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mar 29 Mar - 23:24

Oh, je suis tellement désolée, Oban... On l'avait juste là, avec nous.

<Attends... Toute ta famille a été massacrée ? Par cette femme ?>

La réaction choquée des autres est évidente. Même Nétifer le regarde bouche bée.

Nooon... Ca doit être une coïncidence. Mais je vais la retrouver quand même. Pour être sur. Plus tard...

Bon, tu dis qu'elle aurait ensorcelé le livre ? Pour qu'il appelle les spectres ? Je dois pouvoir... Ecartez-vous.

Alekseï, qui devine ce qu'elle va faire, n'hésite pas une seconde et fuit dans un coin de la pièce, au plus loin...

Nétifer s'approche du livre et pose la main dessus.

Je le sens. Je peux le prendre. Comme ça !

Aussitôt, tout le monde dans la pièce ressent un vertige désagréable, comme une... traction. Oban fait un bond en arrière.

<Qu'est-ce que... ?>

Mais qu'est-ce que tu fous.... ?
Arrêtez ça !

<La fiancé du démon ! Oh Vents Sacrés, protégez-nous !>

Ta gueule, connasse... Ne l'appelle pas comme ça !

C'est bon, arrêtez, j'ai fini... Et je me sens bien mieux !

Woooow.

Et en effet, Nétifer est passée d'abattue à resplendissante en un rien de temps. Quand au livre qui est sur la table, il ne ressemble plus du tout au journal d'Arloc. Il s'agit maintenant d'un volume relié, exactement de la même taille et de la même épaisseur, mais presque neuf et sur la couverture duquel on peu lire...

"Applications macro-économiques de la théorie des formes" par Andrej Kunowski.

Bon sang, ce livre dit quelque chose à Alekseï. Il l'a déjà vu... Dans les mains de Verda. C'est l'un des livres qu'elle a feuilleté dans le bureau du directeur du casino.

On s'est fait avoir... La saloperie. Mon père m'a toujours dit qu'il ne fallait pas faire confiance aux Turcs... C'est le livre que Verda lisait lorsque je tenais en respect les "invités" de Rackham. C'est une confirmation de ce que je pensais...
Heureusement qu'il vous reste les scans du journal. Tout n'est pas perdu.

<Oui, les scans sont bons. Et j'en ai fait des copies. Mais ça ne remplacera pas le livre !>

<Attendez. Vous voulez dire que nous avons annoncé aux anciens que nous avions le journal d'Arloc, et qu'en fait, on ne l'a plus ?!? Oh misère. Il faut retrouver cette arnaqueuse. On ne vole pas Zeb Mélodine comme ça !>

<Eh bien... Techniquement, ce n'est pas un vol. Nous avons essayé de l'arnaquer en lui remettant une copie épurée du livre.>

<Quoi ! Oh par mes aïeux, on ne peut même plus l'accuser de ce méfait, maintenant !>

<Plus régler ça par accusation et lois. Elle a tuer famille à ami à moi. Elle a voler trésor à amis à moi. Elle rire de nous. Elle a prit moi pour idiot. Fini, règles du jeu gentilles. Elle est ennemie. Elle subir si je retrouve elle. >


Dernière édition par Eric le Mar 29 Mar - 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître


Messages : 6930
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 37
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mer 30 Mar - 0:25

NON.

On a pas le temps. On a probablement pas les ressources. Et elle doit s'y attendre. Je ne veux pas la voir. "Moi" d'abord.
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mer 30 Mar - 0:27

D'accord, Oban, mais ça me fait penser... Il s'est passé un truc bizarre, avec Verda. Avant de partir, elle est passée dire au revoir. J'étais avec Oban, mais il étais encore dans le coma. Elle s'est penchée sur lui et l'a embrassé sur le front. Sur le coup, je l'ai trouvée gentille. Et elle a dit quelque chose que je n'ai pas compris. Ça devait être du turc, je suppose.

Tu peux te souvenir des mots, Angélica ? On devrait pouvoir les traduire. Ça peut être important.

Houlà. Attendez que je réfléchisse. Ça sonnait comme...

Elle sort son smartcom et pianote dessus un moment.

Voilà, c'était ça. "Güle güle, küçük kardeş". Ça veut dire... Oh, mince !

Elle montre l'écran à la cantonade.

C'est bon. Je suis sur que je sais ce que ça veut dire. Je sais qui elle est.

Et c'est sans moi.

Alekseï jette un œil sur l'écran.

Oh...

Donc, c'est ton choix. Sur ce sujet là, je suivrais tes décisions.
C'est important pour toi. Mais c'est vrai qu'il y a aussi Luna. Peut-être aussi quelqu'un d'important pour Nétifer, qui sait ?

C'est vous qui voyez. Moi, il n'y a plus personne qui m'attend. Je vous suis, et je vous aide autant que je peux.

Maccari ? On ne se connait pas tant que ça, je ne veux pas vous ennuyer avec mes histoires. C'est vraiment un souci si vous n'avez pas ce livre ?

Alekseï regarde Oban l'air... désabusé, hausse les épaules, et s'éloigne un peu du cercle de la discussion. Cela ne l'empêche pas d'être très attentif à tout ce qui se dit.

Eh bien... C'est un artefact historique d'une grande valeur pour nous, il révèle de nombreux secrets que nous aurions préféré voir Verda ou d'autres ignorer et nous ignorons si l'original ne recelait pas d'informations cachées. Donc oui, c'est un problème.

Oubliez le journal, Maccari. J'ai déposé Verda et Nesrin à l'astroport en-dessous de nous il y a presque huit heures, maintenant. Elles sont parties depuis longtemps.

<Holala... Les anciens ne vont pas aimer ça. Je n'ai pas fini d'en entendre parler.>



Dernière édition par Eric le Mer 30 Mar - 8:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître


Messages : 6930
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 37
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mer 30 Mar - 10:50

Si vous voulez aider, je peux rejoindre "Moi" seul ; ou accompagné, mais ce serait peut être une bonne idée de se séparer.

Comme vous voulez. dit-il à l'attention de son petit groupe.

Ha ben non, alors ! On reste ensemble pour aller chercher Luna et "moi".

Moi aussi je préfèrerais que l'on continue à chercher nos réponses ensembles... Si personne ne veut rester, bien sûr dit-elle en haussant un sourcil à l'intention d'Alekseï.
Ce dernier, à quelques mètres de là, répond laconiquement :


On reste ensemble.

Ne vous inquiétez pas, on va se débrouiller avec ça. Et puis ce n'est pas comme si c'était la première fois que Zeb se faisait voler quelque chose d'important.

<Hé ! C'est peut-être vrai, mais ce n'est pas la peine d'insister là-dessus, hein ?>

Nous devons quand même aller voir les anciens. Cela nous prendra plusieurs semaines. Après ça, je vous rejoindrai, comme convenu. Il faut juste que je sois certain de savoir où vous retrouver.

Idéalement, il faudrait un point de rendez-vous hors de la juridiction Terrienne. Et un lieu où il y a beaucoup de passage. Puisqu'il faudra sûrement s'attendre, autant ne pas attirer l'attention... Quelqu'un connaît un endroit comme ça ?

Dan. Il suffit de nous communiquer un message. Sinon je connais un ancien astéroïde minier inexploité, à la lisière des espaces terriens.

Oui, enfin... Le problème des points de rendez-vous, c'est que rien ne dit qu'on sera capable d'y être à un moment précis. Ça peut servir de boîte aux lettres, ceci dit.

Zeb, vous me laisseriez jeter un œil à votre matériel de communication ? Il y a un tas de moyen de vous joindre, en fait, même quand vous serez loin. Comment croyez-vous que procède la Flotte pour ses missions lointaines ?

Héhé, pas de problème, ma jolie.

Bon, je vais nous bricoler quelque chose, alors.

Si vous ou nous voulons nous attaquer à elles, contactons les autres alors. Et soyons clairs : cette Verda, je dois lui parler un de ces jours. Personne ne la tue...

Oui, oui... Pas de problème pour moi. Au ton qu'il emploie, Alekseï semble n'avoir strictement rien à faire du cas "Verda". Il est plongé dans ses pensées, dans son coin, les sourcils froncés.


Dernière édition par Xavier le Mer 30 Mar - 19:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mer 30 Mar - 20:47

Bon, dans ce cas, il est peut-être temps qu'on y aille, non ? Angelica peut faire son "bricolage" le temps que Dan s'arrime et qu'on charge nos vivres et nos affaires à bord, et après ça nous n'aurons plus qu'à dire au revoir.

A moins qu'il y ait autre chose ?

C'est à ce moment qu'Oban entend des pas précipités dans le couloir. Un instant plus tard la porte s'ouvre à la volée sur Jeck Moano, le maître d'équipage, qui arbore un air concerné.

<Zeb ! Le prisonnier, il s'est évadé, et il a pris un otage !>

Zeb se redresse d'un bond, les poings sur la table.

<QUOI ! Rackham, tu veux dire ? Comment... Et il retient qui ?>

<Une des terriennes, la fille aux cheveux roux.>

CRISTAL ?!? fait Seamus en se ruant vers Jeck. Elle va bien ? Où sont-ils ?

Pour l'instant, oui, mais il dit qu'il la tuera si on ne le laisse pas prendre la navette pour partir.

<Dans ses rêves !> fait le capitaine en se hâtant vers la sortie, suivi par les autres.

Alekseï, qui s'était isolé près de la porte, ne semble pas réagir. Zeb, Jack, Seamus, et d'autres foncent devant lui pour rejoindre le couloir.
C'est lorsque Mac passe à son niveau que le jeune russe lui saisit le poignet pour l'arrêter, et laisser d'autres personne suivre le petit groupe affolé.


Je peux profiter du trajet pour te dire un mot ? En privé.
On fermera la marche...


Quoi ? Si tu veux un morceau de Rackham, je te préviens : premier arrivé, premier servi.

Justement... C'est le problème. Je t'explique, mais parle moins fort, et laissons un peu d'espace entre nous et les autres.

Alekseï et Mac ferment donc la marche de la troupe qui courent pour aider la fille de Seamus.

Il y a trop d'incidents bizarres sur ce vaisseau.
Comment Verda a eu accès au journal pour le remplacer ? Comment Rackham a pu se libérer ? J'ai vu la façon dont il était attaché... Dans les deux cas, ils ont eu de l'aide.

Et tu sais comment ça va finir, cette prise d'otage... Cristal va s'en sortir, mais Rackham va se faire tuer. Et ça avantage qui, d'avoir un Rackham incapable de parler ? Tu vois où je veux en venir ?


Non, en fait. Je suis un peu confus, je dois l'avouer. Où veux-tu en venir ?

Rackham en sait beaucoup sur Verda. Son "évasion" va le faire tuer, le réduire au silence et faire disparaitre les dernières informations qu'on aurait pu en tirer sur elle. On ne veut surtout pas ça.

Il y a quelqu'un sur ce vaisseau qui bosse avec Verda. Et qui est encore là.

Ça se passe comme des coups d'échec prévus quatre tours à l'avance. Et je sais bien jouer à ce jeu, moi aussi. Et je suis pas mauvais pour sentir arriver les coups vicieux qu'aiment planifier les aristocrates. Turques, par exemple.
Ou bien je suis juste paranoïaque, mais là, j'ai vraiment un gros doute...


Si tu as raison, ça ne peut pas être quelqu'un de l'équipage de Zeb. Ce serait forcément une personne qui était avec nous sur la navette... Et je ne vois vraiment pas qui cela pourrait être !

Ne sous-estime pas la puissance de la corruption, de l'argent et du chantage. Ou de la magie. Verda est une spécialiste dans ces domaines. Ça peut être quelqu'un de l'équipage... Si je te parle de ça en privé, c'est parce que ça peut être n'importe qui.

Mais chaque chose en son temps. D'abord, sauver Cristal en essayant de garder Rackham en vie.
Ensuite, se demander qui aurait pu avoir accès à ton coffre et à la cellule de Rackham. Recouper, vérifier tout ça. Trouver des preuves. Essayer de faire parler cette ordure, mais je n'y crois pas. Il est solide.

Et surtout, ne parler de ce que je viens de te dire à personne, pour ne pas alerter l'éventuel traître, et ne pas créer de suspicion dans vos troupes. Pour l'instant, les seuls dont je suis sûr, c'est toi, moi, Oban, Nétifer, Angelica, Zeb et Parisse...


Je me plante peut-être. Je te l'ai déjà dit : je suis trop prudent. Mais j'ai une sale intuition. Comme lorsqu'on s'entraînait dans la salle virtuelle, tu te souviens ?


Dernière édition par Eric le Mer 30 Mar - 21:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Mer 30 Mar - 22:34

Oban, lui, n'a pas cherché bien loin et s'est mis à courir.

Gurtuk, avec moi !

<Mais qu'est-ce qui s'est passé, Jeck ? Il était pourtant menotté et sous bonne garde ! Et comment a-t-il pu s'emparer d'une arme et de la fille ?>

<C'est elle qui est venu à lui, Zeb. Apparemment, elle voulait lui parler, sûrement pour lui cracher tout ce qu'elle avait contre lui. Elle s'est montrée si convaincante que les gardes de faction ont accepté de la laisser entrer. Après tout, il était attaché, et ils était là. Ils ne savent pas ce qu'ils se sont dit, puisqu'ils parlaient terran, mais à un moment elle s'est mise en colère et s'est jetée sur lui. Les surveillants ont voulu la séparer de lui, mais il s'était libéré. Il s'est emparé du poignard de l'un des hommes et a menacé la fille avec. C'est tout ce que j'ai réussi à savoir pour l'instant.>

D'un pas rapide, le petit groupe suit Jeck Moano, qui les dirige droit vers la soute où est garée la navette de Seamus. Arrivée sur place, ils découvrent une dizaine d'égérians tenant en joue Rackham avec leurs pistolets. L'oncle de Cristal tient cette dernière contre lui, à la manière d'un bouclier, tout en maintenant un couteau égérian sous sa gorge.

Lâche-la immédiatement, salopard !

Ah, Seamus, mon très cher frère. Cristal voulait vraiment te voir, tu sais ? Elle en mourrait d'envie.

Prisonnière de l'horrible personnage, Cristal n'en mène pas large : Une seule pression du couteau lui ouvrirait la gorge. Quand à Rackham lui-même, il semble jouir de la situation... Malgré ses mains brisées. En effet, les os de plusieurs de ses doigts sont disloqués.

Regarde ses mains, Alekseï. Voilà comment il s'est libéré.

Apparement, je me suis planté. Mais il reste la question du journal.

Il y a quelques avantages à être habitué à la douleur... Comme à être proche de la mort. Par exemple, je ne crains plus les menaces.

Capitaine, vous allez me laisser quitter ce vaisseau, et sur le champ.

Je ne peux pas faire ça.

La pression du poignard sur la gorge de la jeune fille s'accentue, jusqu'à faire couler un filet de sang.

Attendez ! Vous n'avez pas fait assez de mal comme ça ?

Oh mais je ne désire pas vraiment lui faire de mal. Cela ne tiens qu'à vous.

On se calme ! Tout le monde va avoir ce qu'il veut... Vous pouvez commencer par baisser vos pistolets, non ? Vous pourrez toujours tirer après, s'il la tue. Alekseï s'avance entre les égérians et l'otage, très lentement, comme un médiateur.

Ah ! Mon tortionnaire ! J'ai attendu ta visite, mon garçon, tu sais ?

Moi ! Moi, je peux vous emmener. Vous voulez aller où ? Demande Oban pour gagner du temps.

Je n'ai pas besoin d'un taxi, petit. Cristal pilote très bien et il y a une navette juste ici. Il ne me faut rien d'autre.

Pendant ce temps Zeb a fait un signe à son équipage et une dizaine de pistolets se baissent, légèrement. Le capitaine parle aussi à Jeck à voix basse et ce dernier part vers la sortie.

Alors ?

Alors un peu de patience. On ne va pas plus vite qu'il ne faut, ni plus lentement, okay ? Vous savez que votre meilleur espoir de survie est un docteur présent sur CE vaisseau ? Ou on ne vous l'a pas dit ?

Sans blague ? Eh bien amenez-le devant moi avant la fin tragique de cette discussion et nous verrons.

Euh, on ne va pas CHEZ le docteur, normalement ? Oban tente de ne pas regarder où est parti l'égérian. Il lui faut faire autre chose que gagner du temps.

Putain ! Oban et ses bluffs à la con... Il faudra lui faire perdre cette sale habitude de toute urgence. Alekseï calcule la distance. La façon dont est positionné Rackham. Il observe chaque tressaillement du bras de cet enfoiré. Il se tient prêt pour un dégainé-frappé foudroyant visant à trancher net sa main tenant l'arme. Et il active l'anti-g de son sabre discrètement.
Il sait qu'il est rapide. Très rapide. Mais là, il faudrait plus. Beaucoup plus.

Encore un petit pas en avant, l'air de rien... Rackham risque de perdre patience très bientôt.
Si la moindre diversion se présente...


Dernière édition par Eric le Mer 30 Mar - 23:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Jeu 31 Mar - 0:13

Parisse regarde faire Alekseï, puis s'avance à son tour, mais légèrement de l'autre côté, pour obliger Rackham à diviser son attention.

Vous prendre moi à sa place.

Réaction choquée des égérians, Mac en tête.

Et pourquoi ferais-je ça ? Cet otage-ci me plait beaucoup.

Mais pas être fille du capitaine. Moi si.

Rackham semble hésiter, scrutant la jeune femme pour savoir si elle est sérieuse ou si c'est un piège.

Au moment où Rackham hésite en regardant Parisse, Alekseï fonce à la vitesse de l'éclair, dégaine et frappe à l'endroit calculé.
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9198
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 41
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Affaires de famille   Jeu 31 Mar - 1:01

Pour les spectateurs, Alekseï semble soudain devenir flou. Pour lui, le temps se ralentit subitement. Il voit son épée sortir du fourreau puis décrire un arc de cercle, alors que tout le reste semble immobile. Il a le temps de percevoir des dizaines de détails : La goutte de sang qui coule sur le cou de Cristal, la sueur sur le front de Rackham, et bien d'autres encore. Et tout accélère de nouveau, brutalement.

La main de Rackham se détache, tranchée nette par la lame. Le sang gicle

Aussitôt, un horrible hurlement retentit, tandis que l'horrible bonhomme lâche son otage et recule. Ce n'est pas un cri de douleur, mais de rage et de frustration. Parisse, la plus proche, se précipite pour écarter Cristal.


Allez ! Tuez-moi donc, maintenant ! Je vous reverrai en enf...

Il ne peut finir sa phrase. Seamus s'est jeté sur lui et lui a écrasé son poing dans la figure avec brutalité, faisant voler un autre filet de sang. Rackham s'effondre, assommé.

Toi, j'en ai vraiment assez de t'entendre.

Alekseï lâche son arme au sol, retire rapidement sa ceinture, et la serre très fort au dessus du moignon de Rackham. Le jeune russe est couvert d'hémoglobine. De nouveau...

<Appeler Valissa ! Vite ! Beaucoup sang partir !>

Et il jette alors un regard autour de lui, l'air un peu hébété.
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Affaires de famille   

Revenir en haut Aller en bas
 
Affaires de famille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Topic pour parler de sa famille
» famille des Malvacées
» La petite famille
» Présentation de ma petite famille de poilus....
» COBRA splendide malamute en danger cherche famille ARIEGE 09

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyager NG :: Voyager NG :: Deuxième Âge : Roleplay-
Sauter vers: