Voyager NG

Le space opera nouvelle génération
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pavillon noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Eric
Maître


Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Mer 23 Déc - 23:01

De son côté, Oban est finalement arrivé à sa chambre. Cette dernière ne saurait être aussi spacieuse que celle de l'hôtel, car il est tout de même sur un vaisseau spatial, mais une cabine de 50m3, c'est le grand luxe tout de même. L'employé en blanc dépose ses bagages et Oban lui laisse un pourboire honnête avant qu'il ne s'en aille. Autant ne pas passer d'emblée pour le radin de l'étage.

Il découvre sur la table basse de son salon des dépliants détaillants les activités possibles durant la croisière. Une corbeille de fruits frais trône juste à côté. L'atmosphère est agréable et sent le frais. C'est bien la première fois qu'Oban monte dans un vaisseau qui sente bon !

Plusieurs grands hublots lui offrent une jolie vue sur l'espace et il peut voir approcher les toutes dernières navettes de transport. Toutefois, il a le sentiment que Nétifer, Angélica et Alekseï sont déjà tous à bord... Si ce n'est que c'est plus qu'un sentiment. Il en a étrangement la certitude. En fait, après avoir passé près de huit jours en leur compagnie, se séparer d'eux pour faire le voyage jusqu'ici lui a inexplicablement laissé comme une impression de vide.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] En même temps, si je cours après eux à la première impression de solitude, c'est louche. Et pathétique.

En plus, y'a un bain ici. On va commencer par ça. Et puis faire un tour. Il y a tellement de choses que je dois tester. Dont les jeux d'argent. Le coup du verre. Mais je ferai ça dans le bain. Et puis je vais aller fureter du côté des boucliers, d'une façon ou d'une autre. Si j'étais un pirate, j'essaierai de faire entrer mes potes. Et avec les boucliers en fonction, il n'y a que le téléporteur qui puisse aider. Donc... Boucliers d'abord. Ma couverture me donne une bonne raison de m'y intéresser.


Oban prend donc son bain. Teste le "coup du verre".

C'est pendant ce temps-là qu'il reçoit sur son com des messages des filles disant qu'elles sont bien arrivées dans leurs chambres.

Une fois l'eau froide et le verre toujours intact, il se décide à se rendre aux boucliers du vaisseau. Il remet son costume, et s'en va fureter avec sa sacoche et ses instruments de mesure. Dans les couloirs du vaisseau, il croise principalement des employés, qui le saluent tous très poliment au passage. D'après le plan mis à disposition des passagers qu'il a téléchargé sur son smartcom, il lui faut prendre l'ascenseur pour arriver dans la partie technique du vaisseau. Malheureusement, lorsqu'il appuie sur le bouton permettant d'aller au bon étage, un code d'accès lui est demandé.

Oban teste les fameux 1234 et 0000. Et l'année de construction du vaisseau. Soit il y a deux ans. Et puis l'année de naissance de l'intendant. On ne sait jamais. Mais comme il s'y attendait, aucun de ces nombres ne fonctionne.


Alors qu'il se demande comment procéder, une autre passagère entre dans l'ascenseur resté ouvert. La jeune femme, dans la vingtaine et vêtue d'une robe noire assez stricte, lui sourit gentiment.

Tu as du mal à t'y retrouver, mon garçon ? C'est normal dans un vaisseau aussi grand. Moi je descend manger au restaurant, dit-elle en appuyant sur un bouton. Et toi ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Et moi ? Moi, j'accepte l'invitation.

Quoi, ne me regardez pas comme ça, j'ai douze ans. Sur Terra Secunda, c'est presque la majorité.

Enchanté, miss. Oliver. Oliver Bannister.

Elle semble amusée par l'audace du garçon.

Pourquoi pas, après tout ? Je n'aime pas déjeuner seule, de toute façon.
Je m'appelle Verda Uzun Biçak, mais tu peux m'appeler Verda.

Tu voyages seul, mon garçon ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Oui, miss Verda. Je suis en vacances... forcées, disons. Mon père pense que je devrais passer plus de temps à m'amuser. Mais il semble que les secteurs vraiment amusants du vaisseau soient restreints à l'équipage.

Ils organisent des visites, tu sais ? Tu n'as qu'à t'inscrire.

Un peu plus tard, les voilà assis dans un restaurant trois étoiles. Arrivés parmi les premiers, ils ont une excellente place, près de la grande vitre offrant une vue superbe sur la planète. Verda est plutôt surprise de l'intérêt que porte "Oliver" à la mécanique.
Elle lui offre de choisir ce qu'il veut sur le menu, mais il ne connaît pas les noms de la plupart des plats. Il pose donc le menu, et se risque à copier son "rencard".


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Je vais vous laisser choisir et vous imiter, si ça ne vous dérange pas. De toutes manières, je suis sur de faire une découverte. Autant pouvoir la partager. Alors, et vous, d'où venez-vous ?

Je suis née sur New Jerusalem, mais je n'y reste pas beaucoup. Je voyage énormément pour mes affaires. J'achète et je vends des œuvres d'art et des antiquités.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] D'ailleurs, maintenant que j'y pense, votre nom a des consonances qui me parlent... Vous savez ce que veut dire le mot "küçük" ?

C'est du turc. Cela signifie "petit", ou encore "gamin". Pourquoi ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Eh bien il y avait cette dame, à l'arrivée. Dans la cohue, elle et moi on s'est heurtés, et elle m'a appelé comme ça. Peut-être une amie à vous. C'était bizarre, parce qu'après, elle m'a dévisagé, choquée, comme si... Comme si elle me reconnaissait. Mais je n'ai jamais rencontré de turcs auparavant. Je crois que ma colonie descend principalement d'américains et d'hispaniques. Et puis ça colle avec ma tête, se dit l'enfant.

Tu n'en es pas sûr ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] C'est juste hors du champ de mes intérêts personnels.

Pendant qu'elle discute avec "Oliver", son regard parcourt la salle où peu à peu d'autres clients sont venus s'installer, seuls ou en groupe. Oban et son hôte sont parmi les rares à porter une tenue plutôt sobre. La plupart des autres donnent soit dans l'étalage de richesse soit dans le provocant. Cela semble vaguement irriter Verda.

Affligeant, murmure-t-elle pour elle-même.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] La décadence ? Le signe d'une société qui s'épuise, dit mon père. Que voulez-vous...

Oh, mais la société ne s'épuise pas. On pourrait le croire en voyant cela, mais ces gens ne forment qu'une petite minorité au sein de la nouvelle humanité. Et qu'ils profitent donc de leur argent jusqu'à s'étouffer avec. Pendant ce temps, ils laissent en paix ceux qui prennent les décisions importantes.
...
Pardon, Oliver. Je ne devrais pas parler comme ça devant toi. Et puis d'un autre côté, ils font de bon clients : La plupart sont incapables de distinguer de la verroterie sélucéenne de pièces authentiques. Cela augmente mes marges !

Elle consulte son smartcom, puis ramasse son sac à main.

Bon, désolée, Oliver, mais je vais devoir y aller, dit-elle en se levant. Tu n'as qu'à prendre un dessert sur ma note, si tu veux. Je suis ravie de t'avoir rencontré, jeune homme. Tu as été d'une compagnie très agréable. Je te souhaite un excellent séjour.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Au plaisir, miss Verda. Mais avant... qu'entendez-vous par "pièces authentiques" ?

J'aime bien ça, les pièces, comme vous le savez... Toutes sortes de pièces. Vous seriez surprise de ce que l'on doit parfois faire pour mettre une bonne pièce à la bonne place. Vous parliez de bijoux ?

Parfois, tant que c'est ancien. Et cher.

Au revoir, Oliver.


Dernière édition par Eric le Ven 25 Déc - 23:55, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Jeu 24 Déc - 0:29

Dans le secteur VIP...

La jeune mademoiselle Drake, prénommée Aïsha, semble reconnaissante auprès d'Alekseï de ses tentatives de la mettre à l'aise. A l'évidence, elle n'est pas très extravertie et ici elle évolue complètement hors de son milieu. Les allusions salace de Bonny lui font ouvrir grand les yeux, car ce dernier ne semble pas plus gêné par sa présence que par celle de la femme officier pour continuer sur sa lancée et ils ont droit à un nouveau florilège de vantardises de la part du "mâle".

L'officier Flint a conduit nos trois gagnants vers leurs quartiers, après s'être assurée que leurs bagages étaient bien pris en charge. Une fois sur place, elle leur distribue leurs cartes d'accès.

Voici vos clés. Tout ce secteur vous est réservé, à vous et à l'équipe de production du concours. Des repas ont été montés dans vos chambres. Vous avez le temps de vous restaurer avant la réunion prévue dans une heure.

La réunion ?

Avec la production, mademoiselle Drake. Dans une heure. On viendra vous chercher.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Très bien. Merci, Officier Flint.

Et si nous prenions le temps pour nous présenter, Aïsha, monsieur Bonny ? Comment êtes-vous arrivés ici, que faites vous dans la vie ? Et voyons voir si la nourriture est à la hauteur de la réputation de cette croisière...

Manger ensemble ? Heu... Oui, pourquoi pas ? D'accord.

Sans moi, les tourterelles, dit-il en faisant "non" de la tête. Sans doute voulait-il dire "les tourtereaux" ?
J'ai pas fait mes deux cents pompes, ce matin, alors je dois faire gaffe à ce que je mange.

Alekseï emmène donc Aïsha vers sa chambre pour partager son déjeuner. Mais à peine celle-ci a-t-elle le dos tourné que Bonny fait un clin d'oeil au jeune homme en la désignant avant de faire un geste évocateur et rythmé avec les bras et le pelvis qui ne peut signifier que "Vas-y. Bourre-la bien, mec !"

Alexseï lui renvoie un regard mi-exaspéré, mi-amusé, mi-affligé. Un de ceux qui veulent dire : " Mais tu ne penses qu'à ça ? Tu ne prends donc jamais de vacances ? Sérieusement... Prend une douche froide, mec."

Il invite donc miss Drake à entrer dans sa cabine. Immédiatement, il la met à l'aise.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Je t'en prie, assied-toi... Tu veux boire quelque-chose ? Je découvre le bar en même temps que toi... Et je ramène les repas !

Sinon, tu viens d'où ? Tu fais quoi dans la vie ?

De Seamus III, une petite colonie fermière. Tu n'en as jamais entendu parler, je parie. Et je ne fais pas grand chose : Je suis encore au lycée et j'aide mes parents sur l'exploitation. Rien de spécial.

Tu me crois si je te dis que jusqu'à il y a deux jours, je n'étais même jamais montée dans un vaisseau ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Huuuum... Sourire. On va dire que je te crois ! J'espère que tout va bien dans l'espace, pas trop de stress ?
Moi, je suis étudiant au conservatoire de Danse de Gaïa Prime. Ce n'est pas la première fois que je suis sur un vaisseau, mais sur un engin de ce genre, si ! Je suis un peu stressé aussi...

Surtout que je ne m'attendais pas à une équipe de production, des réunions, et tout le reste.

Tu vis sur Gaïa Prime ? Et tu fais de la danse au conservatoire ? Wahou. Tu as dû en voir, des choses, toi !

La conversation avec Aïsha Drake s'avère plutôt agréable. C'est une fille toute simple, pas bête mais un peu naïve, un peu timide et impressionnable. Ceci dit, sa compagnie est plutôt rafraichissante.


Dernière édition par Eric le Ven 25 Déc - 23:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Ven 25 Déc - 23:41

Environ une heure plus tard, l'officier Flint vient chercher les trois gagnants du concours pour la réunion avec la production. Elle les emmène jusqu'à une autre chambre du même secteur, frappe et les fait entrer. A l'intérieur, deux personnes les attendent, un homme et une femme.
Le visage du premier est très vaguement familier à Alekseï. Il a dû le voir sur une holo-chaine quelconque mais n'a pas retenu son nom. L'homme est bien habillé et fait plus jeune que son âge, probablement grâce à la chirurgie. Il leur fait un salut sans se lever reposer son verre de vodka. De toute façon, vu le peu qu'il reste dans la bouteille en face de lui, il vaut probablement mieux qu'il reste assis.


Ah, bonjour les jeunes ! Approchez. Je suis Jed Silver, de canal 81... Mais vous le savez forcément déjà !

Couvrant la réponse des trois nouveaux arrivants, il continue...

Alors, Ms Hawkins ? Qu'en pensez-vous ? Ces petits jeunes me semblent parfaits, non ?

La femme, une asiatique d'une beauté très artificielle, habillée d'une robe très chère et très minimaliste, se lève et s'approche en leur lançant un regard inquisiteur. Elle commence à leur tourner autour en les détaillant de la tête aux pieds.

Mmmmm...

Et Alekseï la suit des yeux, la détaillant de la tête aux pieds. Sans un mot. Il observe discrètement la réaction de Bonny et Aïsha. Le premier bombe le torse comme un paon, tout en reluquant la femme. La seconde baisse les yeux.

Toi, tu es parfait, dit-elle avec un accent français un peu exagéré en repassant devant Bonny. Athlétique, fashion, séduisant. Exactement ce qu'on recherche.

Le "mâle" est des plus content et lui lance même une œillade entendue, à laquelle elle ne répond pas.

Toi, c'est pas mal, fait-elle à Alekseï. J'ai lu que tu étais danseur ? C'est bien. Et joli garçon, avec un genre. Parfait pour notre image auprès de la clientèle gay. Par contre, il va falloir te rhabiller. Le costume fait bien trop ringard.

Et toi, ma fille... dit-elle à Aïsha avec un air désespéré. Holala ! Où est-ce que tu as trouvé ces frusques ? Et puis il va falloir te faire passer par la salle de sport... Encore que trois jours pour perdre ces kilos en trop, ça va être juste. Nous vendons des boissons pour sportifs, pas des gâteaux à la crème, bon sang ! Enfin bon, ne t'inquiète pas, on te retouchera directement à l'image.

Aïsha blêmit et reste la bouche ouverte.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  Mais vous n'êtes qu'une connasse, sauf votre respect, miss Hawkins ? C'était un concours ouvert, pas une sélection de modèles. De toute façon, miss Drake est bien plus jolie que vous. Ce n'est pas le silicone dans vos joues, lèvres, seins, fesses, et j'en passe... qui changeront ça.

Alors vous allez vous calmer, et montrer un peu plus de respect. Votre spectacle n'autorise pas tout.

Jed Silver manque de s'étrangler avec sa vodka. Difficile de dire si c'est de rire ou d'indignation. Ms Hawkins, par contre, balaie la remarque d'Alekseï d'un revers de la main, comme on éloignerait une mouche.

Bien sûr que si, mon chou. Vous avez tous signé un contrat, ce qui signifie que vous avez des obligations. Personne n'a lu les petites lignes, pas vrai ? En attendant, vous avez le droit de vous rétracter, c'est sûr, mais si vous le faites, tous les frais de ce voyage seront à votre charge. Vous comprenez, n'est-ce pas ?

Là, Aïsha devient carrément blanche comme un linge. Bonny, lui, s'en fiche complètement. Intéressé comme il l'est par la poitrine de la productrice, il n'a peut-être même pas entendu.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Je comprend parfaitement, miss Hawkins.
Je comprend même tellement bien que je vais vous demander de faire venir votre conseiller juridique, histoire qu'il me donne un double du contrat que j'ai signé. Les petites lignes, je vais les lire soigneusement cette fois...
Et bien sûr, je n'aurais aucun remord à vous rembourser ma place si votre show ou votre comportement est dégradant pour l'un de nous.

En parlant de ça, j'aimerai aussi disposer du programme détaillé de ce que vous comptez nous faire faire, mon chou.
J'imagine que je peux aussi vous appeler "mon chou", puisque vous ne vous privez pas de le faire pour moi ?

Alekseï annonce tout cela calmement, fixant de son regard qui ne cille pas les yeux de la productrice. Bande d'amateurs en coercition... Pfff... Ce sont des requins, mais ils ont encore besoin d'apprendre. Mon père leur ferait donner le fouet pour cette prestation. Je leur ai déjà retourné la tête en dix secondes.

Surtout à la jolie asiatique un peu refaite et un peu limitée.


Fais attention, Bonny, je crois que tu es en train de baver...

Comme vous voudrez, mon cher. Comme vous voudrez, dit-elle d'un air contrarié, cette fois.

Allons, vous pouvez y aller. J'ai vu ce que je voulais voir.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Parfait, ma chère. N'oubliez pas de faire parvenir les documents que je vous ai demandé dans ma cabine.
Monsieur Silver, miss Hawkins, passez une agréable journée. Un grand sourire.

Bonne journée, les jeunes. Et soyez sages, hein ?

Ainsi congédiés, nos trois gagnants se retrouvent quasiment mis à la porte.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Bon, on va se faire une virée dans le vaisseau à trois, histoire de repérer les lieux ? On va quand même passer presque trois semaines ici...

D'accord.

Pourquoi pas, mec. On n'a rien de mieux à faire pour l'instant, de toute façon.


Dernière édition par Eric le Dim 27 Déc - 5:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7259
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Sam 26 Déc - 0:24

De son côté, après le départ de Miss Verda, Oban passe un temps à se demander s'il est différent de la masse en mangeant la fin de cette fameuse "île flottante".

Il se sent plutôt en phase avec ces gens. Ils se laissent porter, ce n'est pas vraiment condamnable. Il les observe un par un, détaille leurs relations. Mais Oliver, lui, doit surement se sentir un peu au-dessus.

Il finit par quitter la table en demandant à ce qu'on félicite le chef.

Puis il sort, et demande à un officier de bord comment faire pour pouvoir avoir une visite guidée des salles des machines, des systèmes de protection, "par intérêt mécanique mais surtout pour se sentir plus en sécurité".

Lorsqu'on lui dit qu'il faut programmer la visite, il demande à ce qu'elle le soit, et dans l'intervalle, il se met à errer, se fiant son instinct. Il semble qu'il y ait moyen de traverser une sacrée zone à pied, et les commerces et facilités sont légion.

Il prend la tempréature de la station, avec un pad à la main, téléchargeant de  ci de là les informations réservées aux touristes, et finit par arriver à un des vivariums. Des plantes et des vitres donnant sur l'espace. Il admire la vue. Il continue de prendre le pouls de la station. Il en sort, après avoir parcouru près d'un cinquième de l'anneau. Il croise un des ponts vers le corps principal du vaisseau : Il y en a quatre.

Puis il se dit que, si les quatre se trouvaient coupés d'un coup, on pourrait kidnapper une sacrée partie des invités. Il se met donc en route pour cet endroit, en se demandant comment et où l'idéal emplacement pour une bombe se trouverait. Et il erre ainsi.


Au fil de son périple, il passe devant une plage artificielle où il est possible de se baigner au-dessus du vide spatial, mais qui est encore presque vide. Il arrive ensuite dans le secteur des boutiques, mais rien n'attire vraiment son regard, du moins jusqu'à ce qu'il arrive devant une salle de jeux virtuels. Jusque là, Oban ne l'avait pas vraiment remarqué, mais quelques clients sont venus faire la croisière en famille. Apparemment, certains ont eu vite fait de se débarrasser de leurs adolescents et un certain nombre d'entre eux se sont retrouvés ici. A l'intérieur, des attractions proposent des jeux de combat, de tir ou de course extrêmement réalistes.

Toutefois, c'est un simulateur de combat spatial qui est le centre d'attraction : Une dizaine de gamins de dix à quinze ans sont regroupés devant l'écran tridéo géant pour admirer la performance des deux joueurs actuellement en session, et il comprend pourquoi : Si l'un des deux se débrouille très bien, l'autre est vraiment exceptionnel. Peut-être même meilleur qu'Oban, qui n'est pourtant pas manchot ! La façon dont il évolue avec son chasseur au milieu d'un champ d'astéroïde tout en évitant les tirs des appareils ennemis est vraiment stupéfiante. Les jeunes spectateurs poussent des cris d'encouragement qui vont crescendo... Jusqu'à ce que le second joueur soit touché et se retrouve pulvérisé. Maintenant seul contre le jeu, le surdoué continue de briller pendant une bonne minute, mais finit pas succomber sous le nombre, provoquant la déception du public.

Pas très intéressé, Oban passe son chemin. Pas assez de filles, trop de compétition. Et puis il ne s'est jamais frotté à un simulateur, alors que ce gosse a l'air de le connaître par coeur... Il note pour plus tard qu'il lui faudra revenir se baigner face au vide, sans vraiment se décider : est ce que l'expérience l'effraie ou le fascine ?

Bref, il repart vers les couloirs rattachant l'anneau à la station.


Dernière édition par Xavier le Sam 26 Déc - 20:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Dim 27 Déc - 5:29

Chacun de leur côté, en compagnie ou seul, nos deux amis passent donc l'après-midi à visiter le Marjorie-Céleste. Cela fait quatre heures qu'ils ont embarqué lorsqu'ils reçoivent tous, ainsi que l'ensemble des passagers, un message sur leur smartcom indiquant que le vaisseau quitte l'orbite de Caldéron IV et s'apprête à passer en hyperespace. Oban aurait pu le prédire, ayant senti une légère vibration quelques minutes avant lorsque les moteurs gravitationnels se sont mis en route.

Ils reçoivent également un programme détaillé des festivités : Le soir même, la croisière fera un arrêt près des anneaux de glace d'une géante gazeuse. Le spectacle est supposé être magnifique. Une grande soirée sera organisée à cette occasion par le président de Célestial Tour où tous les passagers sont conviés.
On les informe aussi que toutes les activités permanentes sont accessibles, tels la plage, l'exposition d'art universelle, le xéno-zoo, le casino, les salles à gravité zéro et autres attractions. En attendant, plusieurs manifestations sont organisées : Concerts, spectacle de "vraie" magie, etc.


Oban comme Alekseï reçoivent à plusieurs reprises des messages de Nétifer ou Angelica les informant que tout se passe bien pour elles. Elles jouent leurs rôles respectifs sans problème, mais n'ont pour le moment rien de bien neuf à leur apprendre.

De son côté, Alekseï découvre les lieux avec Aïsha et Bonny. La première s'extasie de manière assez rafraichissante sur le luxe de l'endroit, mais surtout sur les magnifiques vues de l'espace. Le second joue les blasés, mais ne peut s'empêcher d'être impressionné malgré tout lui aussi.

Quant à Oban, il remarque qu'en général, on ne fait guère attention à lui, ce qui finalement l'arrange. Il a le loisir de traverser plusieurs fois les ponts qui l'emmènent du centre du vaisseau, où sont situés les secteurs résidentiels et les machineries, vers l'anneau extérieur où se trouvent la plupart des "centres d'activité". L'ensemble lui paraît extrêmement solide et bien conçu. Quant à l'opportunité d'un sabotage, elle est possible mais difficile : Il a en effet remarqué que presque toutes les sections du vaisseau sont sous video-surveillance et que de nombreux détecteurs sont installés.


Dernière édition par Eric le Dim 27 Déc - 8:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7259
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Dim 27 Déc - 18:10

Il s'avère que la visite guidée n'était pas si intéressante que ça. Pas de bombes apparentes, pas de pirates flagrants cachés parmi les passagers. Oban prend une pause, aujourd'hui.

Une fois de retour à la "plage", il se délasse. il reluque les maillots de bain féminins, il regarde dans son maillot neuf (heureusement qu'il y en a en vente dans le coin) les gens qui s'amusent. Il imagine leurs relations. Allongé sur un matelas gonflable, un verre de sirop de Schöm à la main, il repense soudain à l'incident du verre : Et si ça lui arrivait ici ? Et si le verre éclatait ? Pire, et si les vitres éclataient ?

Léger instant de panique. Mais heureusement, rien ne se passe.

Peu à peu, la plage s'est remplie de jeunes gens ayant à l'évidence fait le voyage pour s'amuser. Ils se sont installés tout autour de lui sans se préoccuper de sa présence.




Et puis dans un coin, toute sêche, se trouve la plus belle créature qu'Oban n'ait jamais vue.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Et toutes ses peurs prennent fin. Il plonge, nage jusqu'à la rive, et "prépare son texte".


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Hey, Je suis Oliver. Tu vas à la soirée, tout à l'heure ?

La jeune fille, un peu plus vieille qu'"Oliver", lève les yeux de son livre.

Pardon ? demande-t-elle un peu surprise par l'apparition d'Oliver. La soirée ? Bien sûr. Tout le monde y va, non ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Si tu m'avais dit non, je n'y serais pas allé, en tous cas. Et puis, penses-y... si tout le monde y va, le reste de la station est désert. ça ouvre des possibilités...

Mais qu'est-ce que je raconte, moi...  Quoi que. C'est un moment parfait pour faire... un tas de trucs, en fait !

Déserte ? Il y a des employés, tu sais ? Des gens qui travaillent dur, eux.

Elle soupire et replonge le nez dans son livre virtuel, un truc intitulé "Architecture Spatio-Navale : Principes Mécaniques".

Bon, maintenant excuse-moi, mais je dois réviser.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Oh ! C'est marrant que tu lises ça. C'est celui de Herbert Dün ? Il est vieux, mais toujours d'actualité. Mais si tu veux le comprendre, tu ferais mieux de demander à aller visiter la base de l'anneau ; c'est là que se trouvent tous les mécanismes nécessaires pour la gravité artificielle, et c'est plus simple à appréhender quand on les a sous les yeux.

Bon, je ne t'embête pas plus. A bientôt.

Et "Oliver" tourne les talons.

Tu connais vraiment ça ? lui lance-t-elle alors qu'il s'éloigne. Ou c'est juste pour frimer ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Non, il y avait plein de bons bouquins dans déch... Bibliothèque de mon père. Mais vraiment, on ne comprend réellement les systèmes qu'en les voyant tourner. Ils ont tous leur ronronnement particulier. Moi c'est comme ça que je repère la plupart des pannes. Parfois, avant même qu'elles n'arrivent !

Oh, mais je m'égare. Révise bien. Je vais aller me sêcher de toutes façons.

Et Oban s'en va réellement ; il parait que toutes les femelles, de toutes les espèces, ne désirent que ce qu'elles ne peuvent pas atteindre avec facilité. Du moins c'est ce que disait le vieux sélucéen, Mitchel Jackié. Malgré tout, Oban a du mal à aller jusqu'au bout, et se retourne avant de partir pour de bon :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Oh, et euh... Je sais qu'on a pas le même âge mais... Tu es vraiment la plus belle fille que j'aie jamais vu. Il fallait que je te le dise.

L'enfant récupère ses affaires, et lance directement un message aux autres pour savoir où ils en sont.

Plus loin dans le vaisseau...

Alekseï continue son petit tour en compagnie d'Aïsha et de Bonny. Il montre une attitude assez protectrice envers la lycéenne de Seamus, et s'efforce de prendre avec le sourire les remarques du "queutard" tant qu'elles sont discrètes et ne mettent pas dans l'embarras ses cibles. En faire une sorte d'élément de comique de répétition.
En parlant de lui, Alekseï n'a que peu discuté avec Bonny. Il a l'occasion de lui demander d'où il vient, ce qu'il fait... au cours de la visite.

En résumé, il essaye de créer un lien d'amitié.

Le trio passe devant la plage, les salles de sport, le casino, plusieurs boutiques et bars, et même devant le xéno-zoo.
A chaque fois, il détermine si l'endroit semble un lieu de rendez-vous des 16-20 ans. C'est cette catégorie qu'il désire infiltrer.

Le jeune russe vérifie régulièrement l'heure. Il ne compte pas arriver en retard à la réception, et il veut se garder une petite heure avant l'événement afin de lire les documents qu'Hawkins ne manquera pas de lui avoir fait parvenir.

Il propose d'entrer dans un bar et y repère une femme élégante. Il se fige.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  Eh merde. Je l'ai déjà vue, elle... Mais où ? Impossible de la remettre. Bon, si je ne me rappelle plus, il y a peu de chance qu'elle se souviennent de moi, non plus.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] En fait, si on allait plutôt dans ce bar là ? dit-il en désignant un autre établissement. C'est ma tournée.


Dernière édition par Xavier le Lun 28 Déc - 15:08, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Lun 28 Déc - 16:02

17 septembre, 21:00 TTS

Le soir même tous les voyageurs sont conviés à la soirée d'ouverture, dans la grande salle de réception du Marjorie-Céleste. C'est donc vêtus de leurs plus beaux atours que nos amis s'y rendent.

La grande salle est des plus impressionnante : On se croirait dans un château davantage que dans un vaisseau spatial. Les dimensions en sont impressionnantes et les murs et colonnes sont de véritable marbre. Il y aurait là de quoi loger dix fois plus d'invités qu'il n'y en a effectivement. A l'entrée, Alekseï, puis Oban quelques minutes plus tard, descendent une grande volée de marches pour arriver au milieu des autres invités. Leur entrée est plutôt discrète, même si ce n'est pas le cas de tout le monde : Les participants les plus importants sont annoncés avec bruit.

Alors qu'Alekseï attend en compagnie d'Aïsha, Bonny ayant jeté son dévolu sur un groupe de jeunes femmes au rire facile, et qu'Oban a commencé à se servir au buffet, ils entendent arriver deux de leurs connaissances :



C'est vêtues de leurs robes de soirée que Nétifer et Angélica descendent les marches à leur tour, attirant tous les regards.



Aïsha est admirative elle aussi.

Oh ! Ce qu'elles sont belles !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Oui. Elles sont très belles...
Et elles le savent.

Alekseï a une boule au ventre en voyant ses amies descendre ainsi en grand pompe les escaliers. Un sentiment dérangeant qu'il n'arrive pas à s'expliquer.

Peut-être parce qu'elles représentent une image de son ancien monde entremêlée avec celle de son nouveau monde. Comme s'il était devenu un étranger dans ce genre de réception. Désormais bien au dessus de tout cela, ou au contraire tombé bien en dessous...

Ou bien c'est encore autre chose. En tout cas, il a blêmi, perdu le sourire et il déglutit péniblement.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] On essayera d'aller leur parler, si tu veux ? Mais sans Bonny. J'ai trop peur de ce qui risque de se passer avec lui !

Leur parler ? Oh non. Je n'oserais jamais.

Qu'est-ce qui se passe ? Tu n'as pas l'air bien.

Alekseï retrouve quasi-instantanément son sourire, comme un réflexe.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Non, tout va bien. Simplement des pensées... Parasites. Ne t'inquiète pas. Et je te remercie de te soucier de moi. Merci. Vraiment.

Mais il va plutôt falloir te soucier de toi.

Si, tu vas oser.

Tu es une star maintenant, tu es l'élue d'un concours. Il faut que tu t'y habitues, sinon tu vas te faire manger. Tu es une fille intelligente, emplie de morale, sportive, et beaucoup plus jolie que tu ne penses. Bon, c'est vrai, Hawkins n'avait pas tort sur un point, tes fringues ne sont pas au top. Mais ça, c'est l'histoire de 30 minutes dans une boutique. On y va demain !

En attendant, on va oser !
Mais on passe au buffet avant. Une coupe de champagne, ça nous fera du bien, non ?
Oh, tiens, justement, Silver et Hawkins, là-bas !


Dernière édition par Eric le Lun 28 Déc - 21:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Lun 28 Déc - 21:55

Peu à peu, la salle se remplie. En attendant les derniers arrivants, une armée de serveurs en livrées s'est mise au travail, circulant dans la salle avec du champagne grand cru ou alimentant les buffets sur lesquels les invités se sont déjà jetés. Nétifer et Angelica étant le centre de nombreuses attentions, impossible de les approcher pour le moment.
Une fois qu'Oban a ses réserves de faîtes, il les emmène et se faufile entre les gens, quitte à les pousser ; mais sa taille l'emmène progressivement jusqu'à la turque de la veille. Elle ne va pas s'en tirer comme ça.

En observant les personnes présentes sur place, nos amis peuvent reconnaître quasiment toutes les personnes qu'ils ont déjà croisées. Oban a aperçu Verda, et également l'inconnue qu'il a bousculée en débarquant, ainsi que de nombreuses personnes qu'il a déjà vu dans les allées de la station ou sur la plage. Par contre, il n'a pas réussi à trouver du regard la fille au livre de mécanique. Il continue donc à piocher dans le buffet pour le moment.

De son côté, Alekseï a reconnu Ms Hawkins et a retrouvé Jed Silver fermement accroché au bar, un verre à la main. Il a aussi vu la femme croisée plus tôt dans l'après-midi... Et c'est en la voyant avec son mari qu'il la reconnaît : Ce sont les Van Noort. Lui, Jan Van Noort, homme distingué mais au visage dur d'une soixantaine d'années, est un ancien attaché de l'ambassade terrienne sur Babylon. Heureusement, il a quitté ses fonctions (et la station) suite à un scandale il y a plus de trois ans, maintenant. Alekseï l'a déjà croisé mais il est peu probable que l'homme soit en mesure de se souvenir de lui. Par contre, il se souvient que sa femme venait souvent voir sa mère. Est-ce qu'elle pourrait le reconnaître ?

Finalement, Oban arrive jusqu'à la femme. Contrairement à la majorité des invités, elle reste à part, ne cherchant pas à se mêler à la foule ou aux conversations, mais observant l'assistance avec attention. D'ailleurs, elle le voit arriver de loin...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Miss, je tiens à m'excuser de mon comportement cavalier lorsque nous sommes arrivés. Je propose qu'on profite de l'occasion pour faire plus ample connaissance. Et puis... j'ai une question pour vous. Hier, après m'avoir bousculé, vous avez changé drastiquement de comportement.

Pourquoi ?

Parce que je me suis emportée pour rien, jeune homme. J'accepte vos excuses. Veuillez accepter les miennes et restons-en là, si vous le voulez bien.

Si les mots peuvent sembler un peu secs, le ton ne l'est pas. Elle n'est pas très expressive, mais semble tout de même sincèrement regretter l'incident. Maintenant qu'il a l'occasion de la voir de près, Oban distingue mieux les tatouages sur son visage, ses bras, et même ceux qui se devinent sous sa robe. Ils sont un peu étranges, pas vraiment tribaux mais primitifs et complexes à la fois.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Comme vous l'entendez. Mais je ne sais pas pourquoi, j'ai l'impression que... comment dire. Qu'en cas d'attaque de pirates, être près de vous serait une bonne idée. Vous voyez ce que je veux dire ?

De pirates ? fait-elle en haussant un sourcil. Vous lisez trop de romans, jeune homme.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Allons, vous ne faîtes pas partie de ces endimanchés qui attendent avec impatience le rush d'adrénaline de l'intervention du pirate ? Je ne sais même plus son nom, là...

J'ignore de quoi vous parlez. Si vous voulez bien m'excuser.

Elle salue brièvement Oban de la tête avant de s'éloigner pour se trouver un autre poste d'observation. Étrangement, le jeune garçon a l'intuition qu'elle ne savait vraiment pas à quel pirate il faisait allusion. Ce serait bien une des seules à bord !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Bon ; elle était chiante, en fait, c'est tout. Allons espionner près des filles. Si je monte l'escalier, je suis sur que je les repèrerai facilement à la troupe de badauds autour d'elles. Et Oban monte l'escalier, se poste près du pilier de marbre, et cherche du regard Angie et Netifer.

A quelques mètres de là, se croisant puis s'éloignant...

Alekseï propose son bras à Aïsha, et mène le chemin vers les producteurs et le buffet. En prenant soin de passer devant les Van Noort.
Une sorte de test. Mais aucun des deux ne le reconnaît. Après tout, ils ne s'attendent sûrement pas à le voir ici. De ce fait, il est peu probable qu'ils fassent le rapprochement si il n'attire pas particulièrement leur attention sur lui.

Il se procure un verre au bar et en propose un à sa compagne du moment.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Oh, miss Hawkins, monsieur Silver ! Comme par hasard !
Si je pouvais profiter de ce moment pour m'excuser pour tout à l'heure... Il y a certaines valeurs avec lesquelles je ne transige pas, et je me suis sûrement emporté. Mais je suis sûr que nous ferons du bon travail, tous ensembles. J'espère que vous ne m'en voudrez pas, et que je n'aurai pas à vous en vouloir de nouveau.

Jed Silver vacille déjà alors que la soirée ne fait que commencer. Il ne s'est pas changé depuis le midi.

Hahaha ! Ne t'inquiète pas, mon garçon ! En fait, c'est plutôt rafraichissant de rencontrer quelqu'un comme toi, avec du caractère. Je suis ravi que tu sois un de nos gagnants. Et vous aussi, mademoiselle, bien sûr, ajoute-t-il avec une œillade pour Aïsha. N'est-ce pas, Ms Hawkins ?

Je suis extatique, lâche-t-elle d'une voix qui charrie des glaçons.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Je suis aussi extatique que vous, miss Hawkins. Sourire trop mielleux pour être honnête. C'est presque étonnant cette façon que nous avons d'être sur la même longueur d'onde et de parler le même langage, miss Hawkins.
Magnifique robe, si je puis me permettre. Elle vous met en valeur de manière... subtile, vous êtes "ouvertement" magnifique. Et je suis heureux que nous soyons redevenus amis. Puisqu'à l'évidence Hawkins maîtrise le langage "diplomatique" et "je me fous de ta gueule", autant l'utiliser. Étrange comme cette pratique revient naturellement à l'esprit du jeune russe.

Chère mademoiselle Drake, je suis sûr qu'il nous reste des gens à rencontrer. Puis-je vous inviter ?

Un peu plus loin...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Tu me présentes les prochains, si tu le veux bien, Aïsha ? N'importe lesquels, je m'en moque. C'est l'effort qui compte. Ensuite, on va vers les "belles" nobles, et je m'en occupe. Clin d’œil. Alekseï se transforme en "wingman" pour une paysanne de Seamus II. Invraisemblable. Mais il faut dire qu'Alekseï est un excellent wingman, et, à vrai dire, il aime bien ce rôle. Autant que celui de leader alpha. Ça dépend des moments.

Vraiment ? Bon, si il faut que j'ose...

Elle parcourt la salle des yeux, prend son courage à deux mains puis se décide. Elle entraîne Alekseï vers un homme noir portant une toge verte émeraude et qui se tient un peu à l'écart.

Heu... Bonjour, monsieur. Nous n'avons pas été présentés, je crois. Je m'appelle Aïsha Drake, et voici mon ami Alexis Irinov, dit-elle d'une traite en lui tendant la main.

Un peu surpris, l'homme lui serre tout de même la main et lui répond avec un sourire bienveillant.

Bonjour, jeune dame. Je m'appelle Lucius Bellamy. Qu'est-ce qui me vaut le plaisir ?

Eh bien... Mon ami me dit que je dois vaincre ma timidité et me présenter aux gens, alors... voilà.

Haha ! Excellent conseil. C'est un ami avisé que vous avez là.
Enchanté, jeune homme, ajoute-t-il en tendant maintenant la main à Alekseï.

Très heureux, monsieur Bellamy, dit-il en lui serrant la main. Après tout, cette soirée est justement destinée à ce que les passagers se rencontrent n'est-ce pas ? Mais c'est sûr que ce n'est pas très facile pour nous deux...
Nous sommes, Aïsha et moi, les gagnants d'un concours. En fait, nous ne sommes que de simples étudiants. Et cette salle est remplie de gens tellement fascinants ! Il englobe la pièce d'un geste du bras. Nous n'avons pas l'habitude parler à des notables comme vous. J'imagine que vous devez être un homme important, sur votre planète ?

Moi ? Hahaha ! Non, je vous assure. Je ne suis qu'un conservateur de musée.

Mais ce qui fait de vous quelqu'un de fascinant ! Un musée de quel genre ? D'art moderne, d'archéologie ? Sur quelle planète ?

Le musée de xéno-archéologie, sur Bellérophon.

Même Alekseï en a entendu parler. Il faut dire que peu de musée terriens en ont fait leur spécialité.

Vous êtes donc ici en vacance. Avec votre famille ?

Oh non, je suis seul. A dire vrai, je viens assister à des enchères. Certaines pièces rares vont être mises en vente ici même et je suis mandaté pour en acquérir certaines.

Le problème, c'est que dès qu'il commence à aborder son sujet, Alekseï commence à comprendre deux choses : Lui-même n'y connaît rien, et cet homme par ailleurs charmant devient vite un raseur de première catégorie quand il est lancé. Lui et Aïsha finissent donc par s'éclipser dès qu'il leur en donne l'occasion.

En tout cas, nous sommes très heureux d'avoir eu la chance de discuter avec vous. Nous nous recroiserons au cours du voyage, j'espère ! Et de nouveau il offre son bras à Aïsha pour poursuivre leur route vers les "nobles". Sur le chemin :

Tu vois, c'était facile, non ? Tu as désormais une connaissance conservateur de musée ! C'est chouette !
Quand tu veux alimenter la conversation, pose des questions sur la personne à qui tu parles. Les gens adorent parler d'eux même... Sourire. Évidemment, pour les hommes et femmes de haute naissance, ce n'est pas si facile. Ils connaissent le truc, tout le monde leur fait le même genre de cinéma. Là, il faut montrer que tu es naturelle, "rafraichissante". Ils n'ont pas l'habitude de rencontrer des gens comme nous, donc ils aiment ça si nous restons respectueux. Mais ça, ça fait parti de toi, ce sera facile.


Dernière édition par Eric le Mer 30 Déc - 0:05, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Mer 30 Déc - 0:16

Oban commence à se diriger vers le centre de la salle en louvoyant dans la foule pour se rapprocher de Nétifer et Angelica. Il en est encore loin quand une main l'agrippe soudain par la manche. Il se retourne... Et se retrouve face à la fille de la plage !

La jolie rousse a troqué son bikini pour une petite robe noire mais n'en est pas moins captivante. Et en plus, elle sent bon.


Oliver ? C'est bien Oliver, n'est-ce pas ? lui demande-t-elle hâtivement.

Mais avant qu'il soit sorti de son hébétude et ait pu répondre, un homme surgit derrière elle.


Ha, Cristal, ma chérie, te voilà ! Allons, viens avec moi, s'il te plaît.

Elle jette à Oban un regard désespéré.

Désolée, mon oncle, mais mon ami Oliver et moi nous allions justement... heu...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Réviser la conception des boucliers anti radiations. On peut les voir, de ces fenêtres, c'est l'occasion rêvée. Enchanté, monsieur. Oliver Bannister, des industries Bannister. Mon père a conçu une partie des pièces qui composent cette station, et j'allais les montrer à votre nièce, je lui ai promis cet après midi.

Je suis très à cheval sur les promesses.

Oban parle très vite, pour asseoir le mensonge, mais surtout pour ne pas bloquer sur le visage horrible de cet homme horrible.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Surtout, ne pas prononcer le mot "horrible" tout haut.

Oh, comme c'est contrariant, fait-il d'un ton mielleux qui ne lui va pas du tout. Vous êtes sûr de devoir faire cela maintenant ? Je voulais te présenter à quelques amis.

Vraiment désolée, mon oncle, mais je lui avais aussi promis de le laisser me montrer, alors...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Et puis, la soirée ne fait que commencer. Rien d'horrible ne peut arriver, pas vrai ? Eeeeeh merde. A tout à l'heure, monsieur ! Oban saisit la main del a jeune fille, et l'emmène à travers la foule, sans vraiment attendre de réponse ; il faut s'éloigner de cet horrible bonhomme. Direction n'importe quelle fenêtre, de toutes manières on ne voit pas les boucliers anti-radiations, d'ici.

Une fois plus loin...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Qu'est ce que c'est que ce type ? C'est vraiment ton oncle ? Tu peux dire merci aux saints de ne pas lui ressembler... Bon, par contre, j'ai senti qu'il fallait mentir, j'espère que tu ne m'en voudras pas, on ne voit aucun bouclier anti-radiations, d'ici...

C'est pas grave. Tu me sauves la vie.

Mon oncle, il est vraiment horrible, tu sais ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Ouais. C'est le mot qui m'est venu à l'esprit aussi. Il émet de drôles de vibrations... Comme un moteur défaillant. Et tes parents ? Ah... Si seulement je pouvais ne pas te mentir. Je suis sur que ce schnock les a tués ou un truc atroce dans le genre.

Elle se mord la lèvre.

Ils sont morts. Du coup, je suis obligée de vivre avec lui.

C'est pour ça que je dois absolument réussir mon examen le mois prochain, comme ça je serai prise à Primetech et je pourrai partir d'ici.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Primetech, hein. Ecoute, voilà un numéro où tu peux me joindre. Si jamais tu as un souci. Sur la station, ou à un autre moment...

Oban.. Non, "Oliver" semble ennuyé, il pense pour lui-même un instant, puis regarde autour d'eux, se tourne à nouveau vers Cristal, relève les yeux et demande :

Il fait quoi dans la vie, ton oncle ? Et pourquoi tu le trouve horrible ? A part... à part pour ce qui est évident, je veux dire.

C'est le propriétaire du vaisseau. Le président de Celestial Tour, entre autres. Tu ne savais pas ?

Et il vaut mieux que tu ne saches pas ce qu'il fait. Tu serais horrifié.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Si tu savais qui je suis... Tu le serais peu-être aussi. J'ai un syndrôme bizarre, qui me donne des réactions inattendues face à la peur. Ne fais pas l'erreur de penser que tu m'as cerné ! Viens, faisons semblant de regarder par la fenêtre. Il commence à montrer d'hypothétiques machineries extérieures. Et après... On pourrait se faufiler et aller rencontrer des gens, boire un verre peut-être ? Gagner un peu de temps...

D'accord. Je te dois bien ça.
Mais... Dis-moi, Oliver, tu as quel âge, toi ? Excuse-moi de demander, mais à la façon dont tu parles, on dirait que tu es plus vieux que tu en a l'air.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] A vrai dire j'ai douze ans. Mais j'ai été dans le coma pendant près d'un an, et... Je ne vois plus le monde de la même façon. Tout est nouveau, et chaque jour, je me demande si ce sera le dernier. Mais ça me permet de faire des trucs que je n'aurais jamais osé faire avant. Comme ça, par exemple.

Oban prend la mais de la jeune fille, et l'entraîne délicatement vers la foule. En fait, il cherche les filles, et n'est pas surpris de voir Alec là-bas. D'en haut, il voit les mouvements de foule et les groupes formés. Ensemble, ils se glissent dans la foule, saisissent un verre sur le plateau d'un serveur, et se dirigent petit à petit vers les autres, l'air de rien. Oban a le sourire aux lèvres, et il ne manque pas une occasion de croiser le regard de Cristal. Sans jamais lâcher sa main.


Dernière édition par Eric le Mer 30 Déc - 22:03, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Mer 30 Déc - 0:32

Alekseï et Aïsha s'approchent de "la baronne" et de "l'héritière". Le jeune homme découvre alors une scène étrange. Les deux jeunes femmes sont en grande conversation avec un invité, un homme d'une vingtaine d'années extrêmement séduisant : Carrure athlétique, cheveux noirs de jais et sourire ravageur.  Autour d'elles et lui se joue comme un étrange ballet. D'autres invités, hommes et femmes, attendent à l'évidence de pouvoir leur être présentés mais se donnent beaucoup de mal pour ne pas avoir l'air de faire la queue. Il en résulte un jeu de faux-semblants au cours duquel ils et elles font mine de faire tout autre chose mais en guettant l'occasion propice pour s'approcher en premier du trio.

Il va être difficile de les aborder sans s'attirer quelques foudres de ces sycophantes en herbe. Toutefois, la baronne de Valnec les court-circuite sans hésiter en apercevant Alekseï, à qui elle fait un signe ostentatoire, pendant qu'Angelica rit à une plaisanterie du jeune homme.


Vous, là-bas. Oui, vous deux. Approchez, je vous prie.

D'une légère pression sur le bras et en ralentissant le pas, Alekseï invite Aïsha à ne pas approcher trop vite.
Une fois à proximité de Nétifer, il incline la tête. Et, contrairement à la règle en vigueur dans la noblesse, il lui adresse la parole en premier. Quoique selon l'usage, le fait de leur demander de s'approcher puisse être considérer comme une entrée en matière.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Baronne de Valnec, veuillez accepter mes hommages. Je me nomme Alexis Irinov, votre humble serviteur, et j'ai le plaisir de vous présenter mon amie, Aïsha Drake.

Enchantée, baronne.

De même, mademoiselle Drake.

Elle se tourne vers Angelica et le jeune homme.

Laissez-moi vous présenter Mr Irinov et mademoiselle Drake. Ils ont gagné ce voyage. N'est-ce pas merveilleux ?

Oh si. Comme c'est "rafraichissant".

Alekseï constate avec plaisir que son amie a bien retenu ses leçons sur la façon de se comporter en bonne aristo.

Justicia Borgès. Enchantée. Et voici monsieur Astérionis. Maccari Astérionis.

Le jeune homme prend la main d'Aîsha pour la baiser.

Je suis ravi. Mais appelez-moi Mac, je vous en prie. Et quel est votre prénom, belle demoiselle ?

Aïsha. Enchantée également, heu... Mac, fait la lycéenne en rosissant lorsqu'il lui lance un sourire a faire fondre une banquise.

Il se tourne ensuite vers Alekseï, main tendue.

Bonjour, monsieur Irinov.

Bonjour, monsieur Astérionis. Alekseï lui sert chaleureusement la main.
Vous savez que vous faites beaucoup d'envieux parmi les hommes de l'assistance, d'avoir la chance d'être en si bonne compagnie ? Certains, autour, vous jettent même des regards peu amènes, dit-il avec le ton de la confidence. Et j'imagine que si je me retournais maintenant, il y aurait désormais ce même genre de regards sur Aïsha et moi. Franc sourire.

Il rit de bon coeur.

Comment ? fait-il d'un ton faussement surpris. Vous voulez dire que non seulement je partage la compagnie des deux... non, des trois plus charmantes demoiselles présentes ce soir, mais qu'en plus je me fais des ennemis mortels ? Je suis décidément le plus chanceux des hommes !

Angelica éclate de rire à son tour, et même Nétifer ne peut retenir un sourire.

Et en plus, vous venez de trouver quelqu'un pour combattre dos à dos avec vous si les "ennemis mortels" se font pouss... Hum... prennent les armes et leur courage à deux mains.
Donc oui, vous êtes effectivement très chanceux ! J'espère que vous n'êtes pas joueur professionnel ? Si c'est le cas, je ne mets pas les pieds dans le casino du vaisseau tant que vous êtes dans un rayon d'un kilomètre.

Il porte la main à son coeur, comme si on venait de le poignarder.

Ah ! Un coup fatal !
Je ne suis pas un "professionnel", mais avec l'escrime et les jeux de l'amour, le black Jack et le pocker sont mes grandes passions, justement. Mais vous ne vous défilerez pas comme ça, jeune homme.

C'est une invitation ?

Et comment ! Demain soir, et j'y tiens.

Allons, Mr Irinov n'a sûrement pas les moyens de participer.

Oh, ce n'est pas un problème. Je miserai et il jouera pour moi. N'est-ce pas ?

Ce serait un honneur pour moi de vous représenter, ma Dame. Et une honte de me "défiler".
Pour dire la vérité, je ne partage qu'une seule des trois passions de monsieur Astérionis. Et peut-être pas à son niveau. Je ne dirais pas laquelle, bien sûr, je ne veux pas révéler toutes mes cartes. Permettez-moi de garder un peu de mystère...

Mais s'il s'avère que notre loisir commun n'est pas le jeu, j'ai peur de vous décevoir, Baronne.

Êtes-vous prête à prendre ce risque en ma compagnie ? Alekseï plonge son regard dans celui de la "baronne", et un sourire discret mais charmeur se dessine sur ses lèvres.
Bien joué. Elle sont vraiment formidables, toutes les deux. Et là, il repense au quatrième de la bande. Tout aussi formidable à bien des niveaux, mais tellement moins prévisible et fiable. Une petite pointe d’inquiétude se dresse lorsqu'il s'imagine ce qu'il a pu faire depuis tout ce temps, seul dans le vaisseau. Et ce qu'il fait en ce moment, au milieu du "gratin".

Il ne sera pas dit qu'une De Valnec aura reculé devant le risque, mon cher, dit-elle en lui renvoyant son regard sans ciller.


Dernière édition par Eric le Mer 30 Déc - 22:48, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Mer 30 Déc - 22:42

Avant que le dialogue ne puisse se poursuivre plus avant du côté d'Alekseï, ou qu'Oban ait eu une chance de s'approcher de lui et des filles, une voix s'élève. Légèrement amplifiée de façon artificielle, elle couvre sans peine le brouhaha ambiant.

Mesdames et messieurs, chers invités. Votre attention s'il vous plait.

L'homme qui vient de s'exprimer porte un uniforme de l'équipage du Marjorie-Céleste. A ses galons, il s'agit probablement du capitaine du vaisseau. Peu à peu, les conversations se font plus discrètes et les regards se tournent vers lui et il poursuit sur un volume sonore plus normale.

Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis le commandant Maxwell Morgan, capitaine de ce vaisseau.

Il marque une pause puis continue quand il est sûr d'avoir l'attention générale.

Au nom de l'équipage et la compagnie Célestial Tour, je tiens à vous souhaiter à tous bienvenue à bord. Vous pourrez constater dans les semaines à venir combien le Marjorie-Céleste est un appareil exceptionnel...

Il se lance ensuite dans un grand discours, mais tout le monde ne semble pas avoir la patience de l'écouter :

Holà. Ennui mortel en vue. C'est le signe qu'il est temps que je tire ma révérence.
Mesdemoiselles, monsieur, si vous voulez bien m'excuser... Et n'oubliez pas. Demain soir, le casino.

Il s'incline avec grâce, lance un dernier sourire charmeur et s'éclipse discrètement vers l'arrière. Angelica fait discrètement signe pour savoir si elle doit le suivre, mais Nétifer lui fait "non" de la tête.

C'est environ une minute plus tard, alors que le commandant Morgan vante encore les mérites de son vaisseau, qu'Oban arrive enfin près de Nétifer, Angélica, Alekseï et Aïsha, tenant toujours la main de Cristal.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Hey, mais vous êtes... Alexis Irinov ??? Le danseur ? Je suis un grand fan. Oliver Bannister Jr, sir. Et voici mon amie Cristal.
Je suis soufflé de vous voir ici. Mesdames.

Angelica et Netifer saluent en réponse, avant de faire mine de s'intéresser au discours du commandant Maxwell, qui commence à s'éterniser.

Oh, vous êtes un amateur de danse classique ? Heureux de faire votre connaissance, jeune homme. C'est tellement rare de rencontrer des gens éduqués dans ces arts !
Mademoiselle Cristal, soyez la bienvenue. Très heureux.
Voici la baronne de Valnec, Dame Borgès, et mon amie mademoiselle Drake.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Tout à fait ravi de vous rencontrer, mesdames. Monsieur Irinov, vous pensez que je pourrais avoir un autographe sur mon pad ? Il est un peu old school, mais j'aurais besoin d'un coup de pouce. C'est pour moi. Et Oban sort l'appareil de contact de sa sacoche.

Euuuh... Oui, bien sûr. Alekseï fronce les sourcils. Qu'est ce qu'il a encore en tête cet énergumène ? Il pose le pouce au bon endroit, puis mime une signature sur l'écran de l'appareil.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Yes ! Merci beaucoup, il FALLAIT que je fasse ça dès que je suis monté sur ce vaisseau, je le sentais. J'espère que je pourrai vous revoir pendant le voyage. Grand fan, vraiment.

Cristal, je peux te laisser avec eux une minute ? Juste une pause toilettes. Surtout, ne retourne pas avec ton oncle avant mon retour, ça ne prendra pas longtemps. J'insiste, dit-il en se retournant vers les filles, leur jetant un air important et sévère. C'est important.

Il s'apprête à s'excuser auprès de Cristal et à partir quand son smartcom se met à vibrer. Celui d'Alekseï fait la même chose exactement au même moment. Ils y jettent un œil par réflexe et voient qu'ils viennent de recevoir un message textuel de Nétifer.

Net  Evil or Very Mad  Pas maintenant ! Nous devons parler d'abord. Discrètement.

C'est à peu près à ce moment que le capitaine finit son discours.

Mais je ne voudrais pas vous ennuyer plus longtemps. Je vais donc laisser la parole à Sir Rackham, notre hôte.

Sir, si vous voulez bien...

Il s'écarte pour laisser la place à un homme d'une soixantaine d'années, habillé dans un style très XVIII ° siècle. Il y a un je ne sais quoi de... venimeux et hypnotique à la fois dans le personnage.

Merci, commandant Maxwell.

Mes très chers amis !...

Alors que son oncle commence à son tour à discourir, Cristal lâche la main d'Oliver.

Il faut que j'y aille, glisse-t-elle à "Oliver". Si je ne pars pas maintenant, il va revenir me chercher dès qu'il aura terminé.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Oh. Bon. N'oublie pas le numéro, d'accord ? Et mets le mot "super" dans tes messages, que je sache que c'est bien toi. Lui glisse-t'il à l'oreille. Puis il la regarde s'éloigner, le coeur serré. Une fois qu'elle est loin, il parle à ses amis.

Le mec qui fait son discours, c'est son oncle, et ça a l'air d'un sacré salopard, aussi. Il possède celestial tours.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Eh bien, Mr Bannister, j'allais vous répondre que c'est une mauvaise idée de juger les gens sur leur apparence, et qu'il faut toujours éviter d'insulter quelqu'un sans raisons avérées.
Mon côté rationnel.
Mais... Je ne peux m'empêcher d'avoir la même impression que vous.
Après tout, "On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux", disait un ancien poète et pilote de chasse Terrien.
Je trouve ces mots tellement justes... Alekseï plonge son regard dans le vague et se tait. Sûrement un moment d'introspection.

C'est à ce moment que l'oncle en question conclue son discours.

Sur ce, mes chers amis, je n'ai plus qu'une chose à vous dire : Passez un excellent voyage !

Une partie des invités applaudit timidement, mais dans l'ensemble la plupart semblent soulagés que ce soit enfin terminé : La soudaine ruée sur les petits-fours et le champagne est un signe qui ne trompe pas. Quant aux "admirateurs" de la baronne de Valnec et de Justicia Borgès, plusieurs semblent se préparer à faire leur approche. On dirait une bande de vautours, se dit Alekseï.

Peut-être aurons-nous le plaisir de nous revoir très bientôt, fait la baronne. En attendant, profitez de la soirée. Mr Irinov, Melle Drake, Mr Bannister, J'ai été enchantée de vous rencontrer.

Et moi de même. Vous venez, baronne ? J'ai très envie d'un verre.

Et les deux jeunes femmes commencent à s'éloigner. Elles n'ont pas fait dix pas que d'autres invités s'approchent déjà et c'est entourée de flatteurs qu'elles arrivent au buffet.

Je ne l'aurais jamais cru, mais... Elles sont plutôt sympa, dans leur genre, finalement. Et on penserait qu'elles ont mon âge !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Chirurgie esthétique et autres, sans aucun doute....

Bonne soirée, messiaurs-dames. J'espère vous recroiser sous peu.


Dernière édition par Eric le Ven 1 Jan - 12:19, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7259
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Ven 1 Jan - 18:04

Oban se retire mais reste dans l'assistance. Il commence par envoyer des messages aux autres  : "rdv ou quand ?"

Et pendant ce temps, il renfile sa veste, range sa sacoche dans son dos, et refais ses cheveux pour passer inaperçu. Il sirote son verre, l'air solitaire, et oeille de temps à autre l'entourage du vieil oncle...


Ce dernier va d'invité en invité, faisant la conversation d'un ton mielleux. Apparemment, il a de nombreuses connaissances parmi les voyageurs, et Oban se fait un devoir de mémoriser leurs visages, juste au cas où : Certains sont peut-être bien les amis à qui il voulait présenter Cristal et qu'elle ne tenait pas à rencontrer. De plus, si vraiment il fait des choses "horribles", quoi que ce soit, il a peut-être des complices.

Au bout d'une heure, Oban finit par recevoir un message de Nétifer sur son 'com.

Bain de minuit ? Séparés sur la plage, mais on se retrouve dans l'eau, au large ?

Cela lui laisse environ une demi-heure, car il est déjà 23h30.

L'enfant répond vite fait "convenu. Si absent, s'inquiêter." et il commence à se demander où la jeune fille peut bien se trouver. En attendant, il continue d'étudier les participants de cette mascarade sociale, et les range mentalement selon leur envie de participer. Puis ils se rend sur place à contrecoeur.

En arrivant sur la plage artificielle éclairée par des lampes feutrées, il constate qu'à cette heure il n'y a que très peu de gens présents. Le bleu artificiel du faux ciel s'est effacé et il a maintenant droit à une magnifique vue de l'espace à travers l'immense demi-sphère de plastacier transparent qui retient le bout de mer. Très loin de lui, il aperçoit Angelica et Nétifer, seules, déjà en maillots de bain et se dirigeant vers l'eau. Alekseï n'est nulle part en vue pour le moment.

Il s'apprête à entrer dans une cabine de plage pour se changer à son tour quand il entend le crissement de pas sur le sable derrière lui, juste avant qu'une voix l'interpelle :

Oliver Bannister ?

En se retournant, il se retrouve face à un homme pâle et élancé qui n'a rien d'un baigneur, habillé tout de noir y compris la chemise et les gants

Vous êtes bien Oliver Bannister, jeune homme ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Ca dépend de ce que vous lui voulez... Monsieur.... ?

L'homme ne donne pas son nom mais son regard froid reste rivé dans celui d'Oban.

Je suis juste un ami, venu vous donner un conseil précieux : Ne cherchez pas à revoir mademoiselle Cristal. Elle ne désire plus votre compagnie. En d'autres termes, il serait préférable pour vous que vous l'oubliiez.
Avez-vous bien compris mon conseil, jeune homme ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Oh, Ooooooh, ça fait du bien. Dîtes à votre commanditaire qu'il est ridicule. Je ne fais que l'aider avec ses cours de mécanique. Je ne compte pas l'emmener au loin avec mon vaisseau personnel, ment-il.

L'homme a rictus satisfait, comme si il espérait la réaction d'"Oliver Bannister".

Donc, vous n'avez pas compris le sérieux de ce conseil. Bien. Mettons les points sur les i.

En trois rapides enjambées, il est sur Oban, qui n'a jamais vu quelqu'un se déplacer aussi vite. Ses doigts le frappe au plexus, lui coupant complètement la respiration et le faisant tomber à genoux.

Je n'aime pas faire mal, monsieur Bannister, ment-il, mais je le ferai jusqu'à ce que vous ayez compris. Avez-vous compris, monsieur Bannister ?

Oban peut à peine parler, aussi utilise-t-il la fameuse "technique de l'opposum", qui consiste à amplifier la force perçue du coup, et à faire le mort après le premier impact.

Complètement sonné, face contre terre, Oban attend la réaction suivante du harceleur en récupérant comme il peut.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Xavier le Sam 2 Jan - 0:16, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Ven 1 Jan - 22:53

De son côté, Alekseï continue de jouer les ailiers pour Aïsha et a l'occasion de parler à d'autres voyageurs. Pour la plupart, ils semblent être tout à fait à leur place ici : Des dilettantes, de riches épouses, des hommes d'affaires, etc. Rien de spécial ne vient le frapper à leur sujet. Il constate aussi que Bonny a de la suite dans les idées : Il reste maintenant accroché aux basques de Ms Hawkins, et finit par quitter la soirée en sa compagnie. Il est aisé d'imaginer la suite.

Il finit, au bout d'une heure environ, par recevoir un message de Nétifer.


Bain de minuit ? Séparés sur la plage, mais on se retrouve dans l'eau, au large ?

Il est déjà 23h30, ce qui laisse à peine une demi-heure à Alekseï.

Il répond : J'y serai.

Bon, Aïsha, je dois y aller. On se voit demain matin ? Amuse-toi bien ! Alekseï lui fait la bise, et retourne rapidement dans sa cabine pour prendre son maillot et une serviette de bain.
Il arrive sur la plage presque à l'heure dite, et s'installe en repérant les environs. C'est là qu'il aperçoit Oban, près des cabines qui se trouvent à une trentaine de mètres, en train de converser avec un homme vêtu de noir qui semble déplacé sur cette plage.


Il s'enroule dans sa serviette afin de se changer, en surveillant discrètement ce qui se passe du côté d'Oban. Et aussi en parcourant la mer artificielle du regard afin de trouver les filles.


Dernière édition par Eric le Ven 1 Jan - 23:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Nicolas
Source
avatar

Messages : 3004
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 36
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Sam 2 Jan - 0:31

Alekseï, qui a à peine eu le temps de mettre son short de bain, lâche sa serviette sur le sable et se dirige vers Oban et ce type.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Eh merde. Un gars en costard, avec des gants, aussi rapide et frappant instinctivement au plexus solaire... C'est un professionnel. Il a sûrement aussi une arme sous sa veste.
Bon, il n'y a pas grand monde ici, mais suffisamment pour que ce type ne fasse pas n'importe quoi. Faut que je me montre, et que j'attire l'attention.


Il se dirige donc d'un pas juste assez rapide pour être naturel vers les cabines, ses affaires sous le bras.


Messieurs, cette cabine est libre ? ... Oh !
Tout va bien, jeune homme ? Vous faites un malaise ? Je suis secouriste !

Oban ne bouge plus.

Quant à l'homme en noir, il jette à Alekseï un regard dénué d'expression. Seule sa bouche exprime une satisfaction malsaine.


Oui, je crois que ce jeune homme souffre de quelque chose. Vous devriez l'aider.

J'espère que cela n'est pas un problème récurrent, dit-il avec un regard vers Oban.

Sur ce, il rajuste son col et fait demi-tour sans un mot, laissant Alekseï seul avec Oban, qui commence à reprendre sa respiration mais souffre encore terriblement.

Le jeune russe fait basculer Oban pour le mettre en position latérale de sécurité, et place deux doigts sur sa carotide. Ce qui est parfaitement inutile puisqu'il vient de l'entendre respirer, mais il colle à son rôle de secouriste débutant. Évidemment, il reste sur ses gardes et suit le départ de" l'homme de main" du regard. Tout bas, cachant le mouvement de ses lèvres :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Ça va ? Putain, Oban, qu'est ce que tu as foutu pour avoir un tueur sur le dos en même pas une journée passée seul ! T'as de le chance que j'étais là...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Merci. J'aurais bien voulu voir la suite ; il n'était pas là pour me tuer mais pour m'effrayer. pour l'instant, en tous cas. Quand je te disais que le vieil oncle est un malade, eh bah ce n'était qu'une impression, mais je crois que je vais leur faire confiance maintenant, à mes impressions. Et c'est toujours Oliver, Alexis.


Tant bien que mal, Oban se relève, et se prépare à aller à l'eau, un peu excédé par sa propre faiblesse...

Alekseï dépose ses affaires, et compte bien, lui aussi, se mettre à l'eau. Mais un peu après Oban. Au cas ou ce dernier aurait présumé de ses forces, et qu'il faille l'aider. Inutile de lui proposer avant, à cette tête de mule.


Dernière édition par Nicolas le Sam 2 Jan - 16:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Sam 2 Jan - 19:12

Oban puis Alekseï entrent dans l'eau et nagent vers le "large", soit à une centaine de mètres du rivage, distance à laquelle ils arrivent près de la paroi transparente qui les séparent de l'espace. Oban a quelques difficultés à cause de la douleur qui continue de lui vriller l'abdomen, mais il y parvient néanmoins. C'est sans mal qu'ils repèrent les filles dans la demi-pénombre. En fait, c'est presque comme si ils savaient exactement où elles étaient. Cela paraît étrange au premier abord, mais ils se font probablement des idées.

Angelica porte un bikini minimaliste alors qu'au contraire la combinaison de Nétifer ne laisse dépasser que la tête, les bras et les mollets. Toutes deux excellentes nageuses, elles flottent sans mal en les attendant.

Hé, salut les garçons. Elle est bonne, hein ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Elle est parfaite ! Heureusement d'ailleurs, parce que l'on a beaucoup de choses à se dire... Et c'est une idée géniale de se faire la réunion ici, en "pleine mer" ! Il y a un petit côté comique à voir Alekseï avec ses cheveux mi-longs trempés lui collant au visage, en short de bain à fleur, et arborant un grand sourire. Après tout, tous ici sont habitués à le voir toujours "tiré à quatre épingles", le visage assez souvent renfrogné ou du moins sans émotions.

D'un ton moins amène, Nétifer interpelle Oban.

Je peux savoir ce qui t'as pris de vouloir contacter "moi" tout seul dans ton coin sans qu'on puisse se concerter ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Bah c'étaient les ordres. L'appeler dès qu'on est sur la station. On peut plutôt parler des autres trucs avant ? Genre le fait que je vienne de me faire menacer puis tabasser par un assassin professionnel, ou parler de la cible. Par exemple.

Quoi ?!? Tu t'es fait attaquer ?

Même chez Nétifer, l'irritation laisse place à l'inquiétude.

Qu'est-ce qui s'est passé ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Oui, bon, c'est sûr que le type qui t'a mis un petit coup dans le torse il y a cinq minutes semblait être un "pro". D'un autre côté, juste avant ça, je t'entendais lui rire au nez. Et de ce que tu m'as expliqué quand je t'ai récupéré sur la plage, il est venu parce que tu draguais la mauvaise fille, non ?
Moi aussi, j'ai déjà "un peu bousculé" des types qui s'approchaient trop de ma sœur.
Rien d'alarmant si tu gardes tes distances... C'est pas un vrai problème, ça.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Le proprio, là, le vieil oncle sadique propriétaire de Celestial Tours. Il ne veut pas que j'approche de sa nièce, visiblement. Alors il me fait battre. Enfin j'imagine que c'est lui, je ne vois pas qui d'autre ça pourrait être.

La fille, Cristal... Elle a l'air dans la merde. Et je sais, c'est pas la mission... Mais si on peut l'aider entre temps, je compte bien le faire.

Oui, Netifer, tant que ça ne remet pas en question la mission.

Mais on pourrait faire d'une pierre deux coups, j'en suis sur....

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] On est sensés être des terroristes, je te le rappelle. Je me demande si le meilleur moyen d'aider Cristal ne serait pas de la laisser tranquille.
Qu'est ce que tu veux y faire, l'emmener en cavale avec nous, et anéantir toutes ses chances d'avenir ? On est encore plus dans la merde qu'elle. Maintenant, si on a une chance de lui filer un coup de pouce discrètement, évidemment oui... Ça a l'air d'être une gentille fille.
Bon, l'ordre du jour ?

Maccari Astérionis. Il est à bord et on l'a rencontré. Une des choses qu'il valait mieux que tu saches avant d'appeler "moi", hein, Oban ?

Et en fait, je l'ai trouvé plutôt sympa, pour un pirate.

Il t'a tapé dans l'oeil, tu veux dire ?

Quoi ? Pfff... Alors là, pas du tout. C'est pas mon genre.

Et toi, Alekseï, tu en as pensé quoi, de "Mac" ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]Sympathique, distingué, et très séduisant. J'aime beaucoup son style. Beaucoup plus malin que ce qu'il laisse paraître. Je ne serais pas surpris qu'il se pose déjà des questions sur nous.
Ce qui m'a étonné, c'est ses cheveux. Noirs. Il a le comportement d'un égérian, mais les égérians n'ont jamais les cheveux noirs.
En tout cas, je suis presque sûr qu'il ne ment pas sur ses "passions" : C'est un joueur, il aime séduire, et c'est un bon bretteur. Sa façon de bouger...


Dernière édition par Eric le Sam 2 Jan - 22:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7259
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Sam 2 Jan - 22:51

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Hein ? J suis le seul a pas l'avoir vu ? Il a attaqué personne... Et personne ne le suit ? Vous ne savez pas où sont ses appartements ou un truc ?

Non, il a été très sage. Ça ne devrait pas être trop dur à trouver, où il loge, et il faudra le faire avant demain soir. Nous savons qu'il n'y sera pas dans la soirée, et ce serait peut-être judicieux d'aller fouiller chez lui à ce moment là. Non ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Donc, maintenant. Et le seul qu'il n'aie pas vu, c'est moi...

La soirée de demain, Oban. Il doit m'affronter au poker, au casino. Et d'ailleurs, Netifer, vas-y mollo sur les mises. Je vais tenter de sauver les meubles, mais je ne parierais pas sur moi.

Vraiment ? Je t'aurais cru doué pour ce genre de choses.

Je sais jouer au poker, Netifer. Très correctement. Mais je pense que lui est très bon... Donc prudence, c'est tout. Je faisais parti de l'aristocratie terrienne, mais pas celle que tu imagines, Net, pas celle qui se repose sur l'argent de papa et maman pour "faire le beau" dans les soirées ou au casino.

En tout cas, ça nous laisse la journée de demain pour préparer l'intrusion d'Oban. Merci de te porter volontaire, au fait.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Oui bah de rien, c'est juste logique.

Et on pourra aussi essayer de le faire parler pendant la partie, non ? Je veux dire... Il est ici incognito, mais... Non, c'est idiot. Il est forcément prudent.

Cela ne coûte rien d'essayer. Et puis nous ne sommes pas là pour l'empêcher d'attaquer le Marjorie-Céleste. Il faut juste trouver un moyen de s'assurer qu'il viendra avec nous, de gré ou de force.

Exact. Et il faut déterminer une tactique d'approche pour le mettre dans notre poche. Ça passe par le fait de savoir pourquoi il est là. On pourrait même l'aider...
Deux suppositions : C'est un acteur, présent pour apporter des frissons aux voyageurs. Je croyais ça, mais j'en suis moins sûr maintenant.
Ou la vente au enchères d'objets xeno-archéologiques.

En tout cas, Angelica, s'il y a une personne parmi nous qui peut le faire parler, c'est toi. Il t'adore, tu sais ? Comme nous tous.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Bon, on le contacte, "moi", ou pas ? Qu'il soit au moins prévenu.

Et sinon, si on pousse Maccari vers Cristal, il aura des emmerdes dont on pourra le sortir.

Ce n'est pas une mauvaise idée en soit, mais... Tu aimes bien Cristal, non ? Tu ne vas pas pousser un séducteur comme Maccari vers une fille qui te plaît ? Alekseï semble éberlué.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Pourquoi pas ? Elle me plaît, mais si jamais elle tombe pour un pirate amateur de casinos, bah elle était pas pour moi.

En plus, je lui plais. Enfin j'espère.

J'espère pour toi. Et je veux te dire que tu es plus courageux que moi à ce niveau. Quand une personne me plaît, je suis prêt à... Silence. Puis soupir. Si tu as besoin de l'aide d'un "grand frère", je suis là.
Enfin, bref, passons... Étrange comme Alekseï prend pour la première fois une relation entre une fille qui semble avoir dans les 15 ans et un môme de 12 ans au sérieux. La première fois qu'il considère Oban comme un homme et pas un gamin.

Oui, il va falloir contacter le coordinateur. D'autres choses à se dire avant ?

Attends. Oban, je sais que tu ne réalises pas forcément à ton âge, mais... Mac doit avoir vingt ans environ et Cristal à peu près quatorze ? Quinze maximum ? A moins que ce soit vraiment un pervers, il ne marchera jamais !

Elle réfléchit deux secondes.

...Sauf si nous omettons de lui dire son âge quand nous glisserons dans la conversation que le très antipathique oncle a une magnifique nièce qu'il garde enfermée pour quelque odieuse raison. Du coup il nous aidera peut-être même à la délivrer, parce que je suis désolée mais mission ou pas, pirate ou pas, on ne va pas laisser cette jeune fille dans les ennuis ! finit Angelica d'un air décidé.

Ça, j'aime bien !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Eh bah voilà, vous me comprenez maintenant !

Oui, mais il faut aussi prévoir la suite. On en fait quoi, après, avec Cristal ? Hors de question de l'emmener avec nous. Pour sa sûreté. Alors ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Alors rien, on l'emmène. Je pourrais te dire comment tout ça va se finir, mais j'en sais rien. On verra au fur et à mesure, mais je te parie que tu vas changer d'avis vite fait.

Non. Je veux au moins son approbation. Et être sûr qu'on ne va pas lui pourrir la vie en l'associant à des "terroristes". Même ma sœur, je ne l’emmènerais pas avec nous. Pour son bien. Je veux un plan bien ficelé. Tu as pensé à ses ressources ? Si on l'enlève, et qu'on la lâche quelque part, comment va-t-elle subvenir à ses besoins ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Tu penses trop. On a un plan, ce qui est mieux qu'avant qu'on en aie un. Si vous n'avez rien d'autre, je propose qu'Angie m'aide à trouver l'appart' de Maccari. Et tous les trois, vous devriez vous en faire un pote sincère. Moi je pense que je devrais le filer pour trouver ses complices. Il ne peut pas être seul ici. On sort de l'eau maintenant ? J'ai les doigts tous plissés, j'ai l'impression d'avoir quatre-vingt dix ans.

On n'a même pas le début de l'embryon d'un plan pour le sujet "Cristal". Je pense trop, et toi, pas assez.
Oui, on va se faire un ami de Maccari. C'est en cours. Oui, il faut trouver son appartement. Oui, il n'est pas seul. Et non, on ne finit pas la conversation parce que tu en es arrivé à un point ou tu penses avoir obtenu ce que tu veux. Tu me prends pour un débutant en négociation ? Sérieusement...

Si tu n'as pas de projet sûr, sérieux et approuvé par Cristal, elle reste ici.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Bon, bah vas-y, finis la conversation.

C'est fini pour moi. Je pense que ce que je viens de dire est assez clair. On fait quelque chose pour Cristal si l'on a les garanties que ce soit bon pour elle. A toi d'apporter les éléments, et s'ils sont bons, je te soutiendrai. Et n'essaye pas de noyer le poisson, je ne suis pas le genre de type que tu peux manipuler. Même si tu avais 30 ans d'expérience de plus...

Pour le reste, on est bon, à part la communication avec le coordo...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] J'espère juste qu'il va reconnaître nos pouces ! Dit Oban avec un sourire.


Dernière édition par Xavier le Dim 3 Jan - 12:05, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Dim 3 Jan - 22:25

Pendant que les deux garçons ont laissé une conversation assez intense dériver, les filles en faisaient autant de leur côté :

...Donc tu veux dire que tu m'as fait choisir ces fringues parce que...

...Parce que l'une de nous deux devait être habillée comme une aguicheuse et que ça ne pouvait pas être la séclanti, ma chère. Cela n'aurait pas été crédible.

Et du coup, c'est moi la "distraction" ? Ah ben merci !

Réalisant soudain que Oban et Alekseï ont fini de parler, elles se tournent vers eux.

Ah. Vous avez fini.
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Lun 4 Jan - 10:42

Il est donc convenu que le lendemain Angelica sera chargée de découvrir où loge Maccari Astérionis et qu'Oban tentera de s'introduire chez lui pendant la partie de cartes, dans la soirée. Il est également décidé qu'Oban contactera "moi" pour lui exposer les développements récents. Une fois de retour sur la plage, Alekseï fournit discrètement la seconde empreinte de pouce pour ce faire.

Oban envoie donc une série de messages pour relater les dernier évènements, mais n'obtient pas de réponse immédiate. "Moi" n'est probablement pas disponible pour le moment.

Chacun retourne donc se coucher. La journée ayant finalement été plutôt fatigante, aucun d'eux n'a de mal à trouver le sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Lun 4 Jan - 11:17

Oban rêve...

Le soleil, à peine visible à travers les nuages, achève de se poser sur la décharge qui prend des allures sinistres...



Oban traine en attendant son frère, qui est en retard.



Il commence sérieusement à s'inquiéter. Dan ne le laisse jamais seul aussi longtemps, d'habitude. Et puis la décharge est complètement déserte, ce qui accentue encore la déplaisante impression de solitude.

Mais soudain, il entend du bruit : Une pièce métallique qui vient de tomber. Ouf ! Dan doit finalement être de retour. Sautant de son perchoir, Oban va à sa rencontre dans la semi-pénombre, mais... Personne.

Il a pourtant le sentiment d'être observé.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Dan ? Veut-il dire. Mais la pression l'empêche d'articuler. Il parcourt quelques dizaines de mètres, fait un ou deux détours, et à un coin...

Si c'est Dan, se dit-il, il saura me trouver si je me cache. Il connaît mes cachettes. Et il ouvre la porte du vieux réfrigirateur, y rentre, coince une cale dedans pour avoir une vue sur l'extérieur... Et attend.


Sa respiration résonne dans l'espace confiné du réfrigérateur et la nuit achève de tomber. Bientôt, il ne voit plus qu'avec la lumière de la lune, juste assez pour apercevoir une ombre tourner dans la décharge. Il y a quelque chose, là-dehors, et "ça" le cherche.

Oban reste là un temps indéfini. Une éternité, peut-être deux. Il sait qu'on finira par le trouver. S'il fuit, il a une chance. Il ne veut pas vraiment savoir qui le chasse. Il n'a jamais voulu. Mais le problème, c'est Dan. Il peut partir. Mais qu'adviendra t'il de son frère ? Pire, est-il déjà trop tard ?

Il reste là encore un moment à penser. Et puis, finalement, il pousse la porte, et longe la paroi de débris, jetant son regard partout où on pourrait l'espionner. Il lui faut retourner au hangar, et savoir si Dan y est. C'est à tatons qu'il avance, dans l'obscurité maintenant presque totale. Il bute dans divers objets, manque de tomber à plusieurs reprises, mais ne peut s'empêcher de hâter le pas, sentant toujours cette présence qui le cherche.


Bientôt ses mains rencontrent un mur. Fébrilement, il tente dans faire le tour, mais il réalise bientôt qu'il est dans un cul-de-sac. C'est à ce moment qu'il entend un souffle à quelques mètres derrière lui. Un frisson incontrôlable lui parcourt l'échine. Lentement, presque malgré lui, il se retourne, et c'est la qu'il la devine dans la pénombre...


Grrrrrr....

Piégé, paralysé, les jambes tremblantes, Oban sent la sueur froide qui coule dans son dos. La bête le fixe, avant de se mettre à parler d'une voix rauque venue d'outre-tombe qui résonne autour de lui.

Rrrrr... Qui cherches-tu, petit garçon ? Qui ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Personne. Je cherche juste à partir. Je veux juste fuir. S'il vous plaît... Laissez moi vivre.

Un rugissement de colère lui répond.

ALORS REPONDS ! QUI ? QUI CHERCHES-TU ?

Acculé contre le mur, Oban cherche de toutes ses forces à reculer alors que le monstre de cauchemar avance sur lui... Et le mur cède. Il bascule en arrière.

SPLASH ! Il tombe dans l'eau. Tout est noir autour de lui. Il boit à moitié la tasse et lutte pour remonter, en proie à la panique. Il finit enfin par jaillir à la surface et reprendre une grande bouffée d'air, mais c'est à ce moment qu'il entend un bruit d'éclaboussures tout près : La bête a plongé elle aussi.

Oban nage frénétiquement vers les lumières qu'il aperçoit au loin. Il bat des bras et des jambes jusqu'à ce qu'il lui fassent un mal de chien. Et finalement ses pieds touchent le sable. Il sort de l'eau le plus vite possible et regarde autour de lui. Il reconnaît cette plage. Il est sur le Marjorie-Céleste. Un peu au-dessus de lui, quelques lampadaires vacillants éclairent la promenade bordée d'arbres, mais il n'y a pas âme qui vive.

Il jette un œil derrière lui et voit le dos puis les yeux du monstre qui émerge de l'eau...


QUI ? REPONDS ! fait la bête noire comme la nuit. Oban, las, dérouté, regarde autour de lui. Tout se mélange dans sa tête... Il commence à reculer vers la lumière. Autant voir cette chose, quitte à  mourir de sa patte. Et puis lui vient une idée étrange...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Rackham ! Je cherche Sir Rackham ! Laisse-moi tranquille !


POURQUOI ? fait le monstre, qui semble... légèrement surpris. Pourquoi ? Qu'a-t-il que tu veuilles ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ... Qui es-tu ? La peur vient de céder la place à... autre chose.

LA MORT ! fait la bête en bondissant sur Oban.

Il est projeté en arrière, puis plaqué au sol par une patte griffue qui lui broie les côtes ! C'est à peine si il peut respirer. L'haleine fétide du fauve le frappe au visage. Ses crocs se rapprochent.


REPONDS !!!

Mais à ce moment une autre voix vient couper la parole au monstre, à la fois calme et tranchante comme l'acier, tandis que l'image d'une femme s'immisce dans le rêve.

Laisse-le !

Et Oban ouvre les yeux, propulsé hors du cauchemar...

...Pour se retrouver dans un autre ! Il vient de se réveiller dans son lit, dans sa chambre de luxe, qui est sans-dessus dessous. Tout est en train de se renverser autour de lui. Un vrai tremblement de terre. Et ce vacarme ! C'est comme un bruit de réacteur d'avion qui lui vrille les tympans. Une vibration intense secoue le lit, les tables et les chaises, brise les verres dans le bar, décroche les cadres du mur, et commence même à fissurer la baie de plastacier qui donne sur l'espace.


Il lève la main et voit qu'elle tremble elle aussi, comme le reste de son corps d'ailleurs, au point d'en devenir floue. C'est lui qui est en train de faire ça !!!

Sa première réaction est de s'éloigner de la fenêtre. Puis, rapidement, de sortir de la chambre. Il faudrait contenir tout ça, et il ne voit que l'eau pour faire ça. Il s'empare de ses vieux vêtements et court en caleçon vers la porte, le couloir, et sprinte de toutes ses forces vers la "plage".


Pendant qu'il court dans les couloirs, le phénomène continue de se propager autour de lui, provoquant un bruit terrible, faisant trembler les portes des chambres et éclater les néons. C'est sous une pluie de verre qu'il traverse le vaisseau. Heureusement, il ne croise quasiment personne, si ce n'est deux ou trois employés trop éberlués pour tenter de l'arrêter. Il finit enfin par plonger dans l'eau après plusieurs minutes de course.

Mais la vibration ne s'arrête pas pour autant. Heureusement, elle se contente maintenant de créer des vaguelettes inoffensives autour de lui. Il est temps d'essayer de contrôler cette horreur. La dernière fois, c'était juste sa main. Ce serait bien que ça redevienne comme ça. Oban observe sa main, et tente de canaliser les ondes à cet endroit. Il faut qu'il contrôle ça, sinon... qui sait les ravages qu'il pourrait occasionner ?


Tout en flottant, il se concentre de toutes ses forces... Et petit à petit, il repousse la vibration. Bientôt, il la sent quitter ses pieds, puis ses jambes, traverser ses tripes et refluer vers ses doigts. Au bout de quelques minutes d'intenses efforts, le bruit a presque disparu et seule sa main droite vibre encore.

Exalté, Oban se rend vers le bord et commence à se demander s'il peut jouer avec ça. Il commence par utiliser sa main pour se sêcher... Et ça marche ! L'eau reflue et s'éloigne de lui. Il pose la main sur la surface de l'eau, plus bas... et crée de petites vagues. Tout à son amusement, il finit par réaliser qu'il est en petite tenue, et s'habille de la main gauche.  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Il faut quand même que j'arrive à arrêter ça. A savoir si ça peut être dangereux, aussi... Allez. Il faut que je contrôle ce truc.

Assis en tailleur, il commence à faire passer les vibrations d'une main à l'autre. Puis à les faire diminuer. Puis à les augmenter. Tout à l'air de marcher. C'est dingue, se dit-il. Au moins, pour le verre, je n'étais pas fou. Mais qu'est-ce que je vais dire pour ma chambre... ? Bah, j'irai gueuler, ils n'iront pas s'imaginer que j'ai vibré trop fort, héhé.

Allez, faisons des tests....


Et les tests s'enchaînent. Oban fait vibrer ses mains. Son corps entier. Il tente de garder les vibrations sur lui. Il tente de faire vibrer une cabine sans vibrer lui même. Et tout marche ! Il fait éclater le bois, le verre. Il apprend à s'arrêter. Et au bout de quinze minutes de tests, il a sur le visage un regard et un sourire vicieux. Oh, il ne sait pas comment, pourquoi ni d'où. Mais ses os sont intacts. Le danger semble minime. Et c'est fini, d'avoir peur. L'homme en noir n'a qu'à bien se tenir. Il y aura un test sur les os, bientôt.

Il se remet en tailleur, après une pensée inachevée. Et si... Et si j'apprenais à les sentir ? C'est vrai, ce que je disais à Cristal. Je sens les vibrations des moteurs. Pourquoi pas plus ? La station doit être remplie de ces vibrations. Battements de coeur. Pas. Machines. Au lieu d'émettre, est-ce que je peux recevoir ?

Et un monde nouveau s'ouvre soudain. Tout est vibration, en fait. La matière a une vibration particulière. Le bois, le métal, sont des choses différentes. L'eau aussi. Certaines laissent passer une onde. D'autres moins. L'eau, en fait, les véhicule bien mieux. Le son n'est qu'une vibration.

Oban reste ainsi, fasciné, pendant un temps fou. Et puis ses amis finissent par lui revenir en tête. Il se rend dans les quartiers chics, là où Angie se trouve. Il faut qu'il lui parle, peu importe qu'il porte ses guenilles. Oban se lève et se dirige vers son appartement.


Dernière édition par Eric le Mer 6 Jan - 13:40, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Lun 4 Jan - 11:29

De retour à sa chambre, Alekseï a finalement trouvé un double virtuel du contrat qu'il est censé avoir signé. Il commence par regarder la signature numérique, qui est plutôt ressemblante avec celle d'Alexis Irinov, son identité d'emprunt. Il ne lui faut pas très longtemps pour parcourir l'essentiel du document et vérifier les clauses plus ou moins cachées. Là il constate qu'en effet il est tenu de se produire lors de l'émission prévue dans trois jours, mais rien n'indique qu'il doive absolument se conformer aux exigences de la production en terme de tenue tant qu'il reste décent. Par contre, il ne doit ni donner d'interview, ni rien faire qui vienne entacher gravement son image et celle de la marque. Quant au remboursement des frais de voyage, cela n'est prévu qu'en cas de manquement grave ou de refus de participer.

Dans l'ensemble, le contrat semble plutôt contraignant pour un néophyte, mais Alekseï est plutôt rodé à ce genre de choses et il a tout le temps de faire des recherches sur hypernet pour déchiffrer les passages plus obscurs rédigés en langage de juriste. Il est donc plutôt serein quand à sa capacité à envoyer se faire voir Ms Hawkins et ses exigences délirantes.

Il prend ensuite une nuit de sommeil fort reposante, quoique finalement assez courte : Réveillé très tôt sans raison particulière, il sent qu'il ne se rendormira pas...


Aussi, il commence ses petits rituels du matin plus tôt que d'habitude. Un peu d'eau froide sur le visage. Dix minutes à genoux, silencieux, les mains jointes et entourées par la chaîne de son médaillon, à prier. Quelques assouplissements, un petit-déjeuner léger.
Il enfile alors son survêtement en coton, et se lance pour faire son petit jogging autour de l'anneau du vaisseau sur les coups de 6 heures, temps équivalent terrien. Une grosse demi-heure, pas plus.
Ce petit moment quotidien lui permet de faire le vide dans sa tête et de réfléchir à ce qui le tracasse. Dans le cas présent, un problème qu'ils n'ont pas encore abordé sérieusement : comment quitter la Marjorie-Céleste avant la fin de la croisière. Plusieurs scénarii lui viennent rapidement en tête.

De retour dans sa cabine et après quelques étirements, il prend une douche rapide et s'habille. Il est 7 heures, le vaisseau s'éveille...

Et Alekseï referme la porte de sa chambre pour aller se balader.

Le jeune russe fait quelques pas, puis se ravise. Un oubli et un manque de savoir-vivre datant d'hier soir. Il rentre dans sa cabine, prend une carte et un stylo, et y écrit :
"J'ai passé une excellente soirée en ta compagnie. Si ça te tente, n'oublie pas la séance de shopping que je t'avais promise ! Signé : Alexis." Son numéro de smartcom y est joint. Il glisse le message sous la porte d'Aïsha.

Puis il déambule dans le vaisseau, et ne croise presque personne, à part des employés de la Marjorie-Céleste. La soirée d'hier s'est terminée tard pour lui, certainement bien plus tard encore pour la majorité des vacanciers qui doivent encore roupiller. La solitude ne le dérange pas. Un peu de calme et d'espace après tant de promiscuité dans Dan, c'est agréable. Il en profite, le sourire aux lèvres.

Ses pas le mène jusqu'au Xeno-zoo. Il a en effet vu beaucoup de choses, mais jamais ça. Il n'y a pas ça sur Babylon II. Cette satanée loi sur l'embargo d'espèces animales et végétales vivantes Xeno dans la station...
Il pose ses écouteurs sur ses oreilles. "Blowing In The Wind" de Bob Dylan, et "The Boxer" de Simon. Plus personne n'écoute ça depuis cent cinquante ans, désormais. Quel dommage. Heureusement qu'Anastasia, sa tutrice, lui a fait découvrir ces pans de la musique terrestre ancienne.

Et c'est ainsi qu'il traverse les allées du zoo, les oreilles baignées de musique, observant des espèces fascinantes. Pauvres bêtes emprisonnées, si loin de chez elles.

Jusqu'à ce qu'il croise un vieil homme assis sur un banc, l'air perdu dans ses pensées. Il se trouve en face de la cage d'un des terribles félins géants au pelage blanc rayé de noir originaire de Tartarus IV...

"Archontarex Leonidès". La notice indique qu'ils étaient au sommet de la chaîne alimentaire de leur monde. Leur capacité à sentir les influx électriques de leurs proies leur permettaient de ne jamais perdre les traces de leurs cibles, et, en émettant ces mêmes influx, de communiquer entre eux par un mécanisme encore peu compris, voir inconnu des xénozoologues.
Leur rapidité, leur agilité, leur ruse, leur sens de la famille permettant de chasser en meute avec des stratégies complexes, leurs dents et leurs griffes retractibles acérées... Tout ça les rendaient incomparables aux autres espèces de leur biotope.
Les seigneurs incontestés de Tartarus IV, avant l'arrivée des Humains, il y a de cela 100 ans ! Les régulateurs historiques de leur planète.
En continuant à lire les explications, il apprend que désormais des bovins destinés à l'alimentation humaine ont été implantés sur cette planète fertile mais dangereuse, et que les "Archontarex Leonidès" sont gardés dans des réserves.

Il s'assoit au côté du vieil homme, le premier voyageur rencontré se trouvant être aussi matinal que lui, juste le temps d'admirer la magnifique bête.

... Qui s'assoit derrière les barreaux et fixe Alekseï de ses yeux bleus, aux pupilles rondes peu typiques des félins terriens. Ils ont presque quelque chose... d'humain.



Le jeune russe lui rend son regard, comme s'il la comprenait.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Un jour, tu sortiras de là. Et tu retrouveras ta famille. Je l'espère, en tout cas. Et il réprime des larmes en baissant la tête, sachant que ce qu'il pense est un mensonge adressé à lui même. Cet animal n'a rien à faire là, loin de tout, loin des siens. Mais elle restera dans cette cage, à part si...

C'est... C'est un spectacle assez triste... Vous ne trouvez pas, monsieur ? Elle est tellement belle... Et seule. Quelques larmes perlent tout de même, qu'il camoufle assez vite. Mais il n'arrive pas à en faire de même pour le léger tremblement secouant chaque partie de son corps, ce qu'il n'arrive pas à s'expliquer.

Une étrange envie de combattre, qu'il pensait oubliée depuis plusieurs années (à son souvenir), renaît petit à petit en lui. Il arrive à la contenir par la force de sa volonté.


Si... En effet, répond l'homme en jetant à Alekseï un regard un peu surpris.

Son interlocuteur est plutôt grand et massif, mais il a les épaules tombantes et si il doit être dans la soixantaine, il accuse sérieusement son âge. Lui aussi transpire la tristesse, à l'unisson avec le fauve.

C'est bien la première fois que je vois ici quelqu'un qui le comprenne.

Pourtant, ça crève les yeux... Si on passe ne serait-ce qu'une seconde à regarder les siens. En tout cas, puisque vous dîtes que c'est la première fois que vous voyez ça et que c'est le deuxième jour du voyage, j'imagine que vous êtes un employé du vaisseau.
Oh, excusez-moi... Alexis Irinov, dit-il en lui tendant la main, encore un peu tremblante.

Et malin, en plus. Je suis Thadéus Teach, le gardien en chef. Elle, c'est Houyo. C'est... comme une vieille amie.

Houyo. D'accord. C'est vraiment étrange, vous savez. Je ne suis pas le genre de personne passionnée par les animaux. J'ai bien un chat, chez moi, mais bon... Petit sourire qui exprime la vacuité de son propos.
C'est la première fois que je ressens ça. J'ai presque l'impression que Houyo... vient de communiquer avec moi. Je sais que ça parait fou, et je vous assure, je suis sain d'esprit. Mais ses yeux, la façon qu'elle a eu de s'assoir quand je me suis assis, le fait que je sache que c'est une femelle alors que c'est la première fois que je croise cette espèce...
On dirait presque une humaine, dans son comportement. Je suis sûr que ça doit beaucoup vous coûter, de la maintenir enfermée, même si c'est votre travail de gardien en chef. Si vous en aviez le pouvoir, vous la ramèneriez sur Tartarus IV, je me trompe ?

Vous pouvez me parler d'elle ? Alekseï converse avec Thadeus sans rompre le contact visuel avec l'animal.

Bien sûr. Avec plaisir, même.

Et Alekseï apprend que Thadéus Teach était traqueur avant d'être gardien : C'est lui qui a capturé Houyo pour le zoo, après l'avoir suivie et observée pendant des mois. Quand il a vu le résultat sur elle, il a été si bouleversé qu'il a tout lâché pour la suivre. Il explique au jeune russe que Houyo a déjà eu deux portées, qu'elle est encore jeune, et que c'était une chasseuse vraiment rusée, même pour son espèce.

J'imagine que vous devez entrer dans sa cage, parfois. Est-ce que vous pensez que ce serait possible de vous y accompagner, la prochaine fois ? Je sais que c'est dangereux, et je vous promets de respecter toutes vos instructions ! Première étape, ma belle, soit patiente. Je vais te sortir de là, même si ça prend des années. Les tremblements du jeune homme s'accentuent, pour ce calmer immédiatement après.

Je ne dirais normalement jamais oui, mais vous... Il y a une condition, cependant. Vous devez lui demander son accord avant.

Oh, merci beaucoup, monsieur ! Et oui, bien sûr, je vais m'assurer qu'elle m'accepte, avant. Je ne rentre jamais dans la demeure des demoiselles sans y être invité. J'ai un peu de savoir-vivre...

Aussi, Alekseï s'approche doucement de la cage, et... Et en fait, il ne sait pas vraiment quoi faire. Mais il sentira peut-être une réaction.

Salut, Houyo. Ça te dérangerai si je venais te voir de plus près ?

Le grand félin se relève et s'approche de la paroi vitrée qui la sépare d'Alekseï. Elle le regarde à nouveau droit dans les yeux et il ressent comme un picotement au bout des doigts. Les poils sur sa nuque se hérissent. Puis Houyo baille, dévoilant des crocs plus qu'impressionnants, avant de faire demi-tour et retourne s'allonger en lui tournant le dos.

Ah. Désolé, jeune homme, je crois qu'elle vous aime bien mais ce ne sera pas pour aujourd'hui. Vous devriez revenir à un autre moment. Ceci dit, je vous préviens, il faut de la patience avec elle : Houyo peut être une vraie tête de mule quand elle veut.

C'est normal. On n'accorde pas sa confiance à une personne que l'on voit pour la première fois. Mais je suis une vraie tête de mûle, moi aussi ! Je vais revenir. Au plus tard demain matin. J'ai été très heureux de vous rencontrer, monsieur. Et elle aussi, bien sûr !

Oh, une question avant de partir. Celestal Tour a déboursé combien d'argent pour faire venir ce spécimen ici ?

Des millions...

Et le jeune russe continue sa promenade matinale dans le zoo, puis dans les coursives du vaisseau. Il évite les gens. Il sent qu'il a encore les nerfs à fleur de peau, et toujours cette violence sourde qui le prend à chaque fois qu'il est dans cet état.

Bourrer de coups un sac de frappe jusqu'à ce que ses phalanges soient en sang lui fera sûrement le plus grand bien.

"Jamais avec des gants", comme lui disait Duncan lorsqu'il avait 10 ans. "On n'a jamais de gants lors d'un vrai combat, et ça renforcera tes petits poings de fillette, Ivanovna. Et si je te vois baisser ta garde entre deux frappes, ce sera cinq coups de fouets. Pour chaque erreur." Alekseï sourit en repensant à ses mauvais moments qui lui manquent tant désormais.

Il faudra vraiment que je pense à apprendre à Oban à se défendre, lors de notre prochain voyage sur Dan. C'est un tel aimant à emmerdes qu'il en aura bien vite besoin. Commencer par de la gymnastique n'était peut-être pas la bonne idée. Mais il faudra que je sois plus gentil que Duncan ne l'a été avec moi. Il ne comprendrait pas, il n'a pas encore assez de discipline.
Peut-être aussi y inclure Angelica.
...
Non, Netifer s'en chargera. Entre filles, ça passera mieux. Et elle est bien plus forte que moi... Et plus intelligente. Et si belle.


Il doit bien y avoir ce genre d'équipement dans une des salles de sport du vaisseau... Passer reprendre son survêtement dans sa cabine. Même s'il arrive encore à penser clairement, il sait comment ça risque de se finir s'il ne se défoule pas très vite.
"Si tu perds le contrôle, tu blesseras des gens qui ne méritent pas ta colère, et tu vas perdre lamentablement contre ceux qui la méritent. Tu ne veux pas ça, n'est ce pas ? Alors, tu fais le vide ! Reste stoïque. Aucune émotion. Reprend ta position." Encore les mots de sagesse de Duncan qui lui reviennent en mémoire. Il avait une épée à la main, ce matin là. C'est tout ce dont Alekseï se souvient, ainsi que d'un d'un déluge d'attaques et de parades dont il connaît aujourd'hui le déroulement par cœur. "Tierce. Bien... Prime, octave ! Très bien... Quinte italienne. Oui. Seconde, marchez et fente ! Trop lent... Beaucoup trop lent ! Une parade nette, suivie quasi-instantanément d'un fouetté de la lame dans ses côtes flottantes. On reprend encore une fois, gamin. Ma grand-mère est plus rapide que toi, même en chaise roulante. Tu as de la chance que les sabres soient émoussées. Tu serais mort, à l'heure actuelle. Ton foie est touché. Protège toujours ton foie, Ivanovna. Tête, trachée, plexus, cœur, foie, parties génitales. Combien de fois faudra t-il que je te le rappelle ? Tu connais les cibles. Les autres endroits, on peut survivre et rester conscient assez longtemps pour tuer l'ennemi en contre-attaque. Fais confiance à ta lame.
En garde, Ivanovna. Tierce... Prime..." Ces enchaînements ont été tellement répétés qu'ils sont désormais gravés dans la mémoire musculaire du jeune homme.

Où se trouve son maître d'arme, à cette heure précise ? Sur Babylon II ? Peut-être qu'il entraîne ses sœurs, en ce moment même...

En tout cas, Alekseï se presse vers sa cabine, puis vers la salle de sport. Cet afflux de souvenirs désordonnés n'est pas de bon augure quant à son self-control actuel. Ça fait très longtemps que ça ne lui est pas arrivé. Il réprime l'envie de hurler.
C'est Houyo. Je ne sais pas pas comment c'est possible, mais c'est Houyo, c'est certain... Des tremblements lui parcourent encore l'échine.


Dernière édition par Eric le Mer 6 Jan - 19:44, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Jeu 7 Jan - 3:14

Oban arrive rapidement jusqu'à la suite d'Angelica. Il lui aura suffit de lui envoyer un message pour qu'elle lui renvoie aussitôt le code d'accès par l'ascenseur. Il toque à sa porte quelques minutes plus tard, et la jeune femme lui ouvre déjà habillée et bien réveillée.

Bonjour, Oliver. Entre, je t'en prie.

Sitôt qu'il a passé la porte, elle lui indique la table où trônent des viennoiseries encore tièdes et du thé.

Tu as faim ? Tu veux un petit déjeuner ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Non ! Je... Un coup de narine suffit à le raviser Enfin je veux dire oui, mais il se passe des choses... importantes. Du genre, vraiment bizarres. Je te montre. J'me permets...

Oban s'avance d'un pas décidé vers les armoires, y trouve un verre, et le pose sur trois doigts. Regarde bien, mais ne reste pas trop près. L'enfant fait appel à la sensation de tout à l'heure, et sa main recommence à vibrer. Le verre finit par trembler, puis émet un son... Avant de partir en éclats ! Angelica sursaute en poussant un petit cri de surprise.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Alors ? Tu vois ? J'ai fait ça à toute ma chambre, cette nuit ! Sans le faire exprès !

A toute ta chambre ? Mais... Attends... Comment fais-tu ça, exactement ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] C'est le truc ! Je n'en sais rien ! Je ... C'est comme si je tremblais super fort. Et je peux, je peux... le faire passer d'une main à l'autre, ou vibrer tout mon corps, ou faire des vagues, éclater un verre, une vitre... Je peux sentir les vibrations des machines, des gens... Il y a tellement de trucs qui vibrent, ici ! Toi, par exemple. Tu as une vibration personnelle... douce. Et unique. Mais comment je fais ? Aucune idée.

Je crois que "moi" nous a fait quelque chose. On guérit vite. Et maintenant je vibre, et ... je parle trop vite, hein ? Y'a rien eu de bizarre pour toi ? Tu vibres pas ?

Non, pas du tout. Mais tu as raison. C'est vraiment étrange. Et ça va ? Ça ne fait pas mal ? Et ça ne t'effraie pas trop ?


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Bah j'aurais tous les os cassés si ça m'atteignait. Et au début j'avais peur. Mais il semble que la peur me fait plutôt perdre le contrôle, alors que la concentration me permet de gérer. Je n'irai pas jusqu'à dire que j'ai un contrôle parfait, mais... J'ai compris comment l'arrêter et le relancer. Comment l'écouter et le diriger. Un peu ; là, c'est plutôt excitant qu'effrayant.

En tous cas merci, j'avais vraiment besoin d'en parler à quelqu'un.

Hé, les amis c'est fait pour ça.


Dernière édition par Eric le Jeu 7 Jan - 20:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Jeu 7 Jan - 4:51

Après sa séance d'échauffement, Alekseï a le temps d'évacuer et de transpirer pendant environ une demi-heure dans la salle de sport du secteur où il loge : Il y en a pas moins d'une dizaine dans le vaisseau, ce qui n'est guère surprenant quand on sait l'importance que beaucoup de jeunes privilégiés accordent à leur apparence. L'essentiel de l'équipement est plutôt dédié au fitness, mais il trouve tout de même son bonheur.

Il est seul et en train d'user un sac de frappe lorsqu'il est rejoint par un Bonny en survêtement et sirotant un breuvage bio à la couleur indéfinissable.


Hé ! Salut, mec. T'es matinal, dis-donc !

Tu boxes ? J'aurais pas cru.

Oh non, pas lui... Heureusement que je me suis un peu calmé.

Immédiatement, Alekseï baisse le niveau. Ses frappes se font plus lentes, moins puissantes, et beaucoup plus désordonnées. Alexis Irinov n'est pas sensé savoir se battre.

Salut, Bonny !

Non, non, je ne boxe pas. J'aurais trop peur de me faire mal ! Je tape simplement un peu sur un sac pour me défouler. Il ne rend pas les coups, heureusement pour moi !

Tu as passé une bonne soirée, hier ? Je ne t'ai pas beaucoup vu...

Oh, tu sais ce qu'on dit à propos des vieux pots ? Eh ben c'est vrai, mec ! dit-il avec un clin d’œil. Et vorace, avec ça, la vieille !

Non, mais je te parlais de la soirée, pas de ta nuit, je... Bah, c'est pas grave, laisse tomber... Hawkins t'a fait des confidences sur l'oreiller, à propos de ce que la production nous réserve ? Je suis assez curieux !

Nan, elle l'a bouffé, l'oreiller ! Et puis on a pas beaucoup causé, mec.

A ce moment, deux jeunes femmes plutôt canons en tenue de gym passent la porte à leur tour, sac de sport en bandoulière et bouteille d'eau à la main.

Oh putain. Des perdrix en vue, mec. Le rapace prend son envol ! lance-t-il à Alekseï avec un clin d’œil avant de se diriger vers elles.


Dernière édition par Eric le Jeu 7 Jan - 20:35, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Jeu 7 Jan - 21:05

Oban reste chez Angelica un moment, le temps de lui faire une démonstration plus complète de ce qu'il arrive déjà à faire. Il est loin d'avoir un contrôle parfait de ses nouvelles capacités, aussi la jeune femme lui conseille de continuer à pratiquer.

Elle lui apprend aussi qu'elle a eu le temps de trouver où logeait Maccari Astérionis. Cela n'avait en fait rien de compliqué, car il y a des messageries plus ou moins privées et des forums de discussions sur le réseau du Marjorie-Céleste. En consultant les sujets consacrés aux célibataires les plus "hot" de la croisière, elle n'a pas mis de temps avant de trouver des messages de passagères ayant repéré et pisté "Mac" et donnant son numéro de chambre, à savoir le 15-26. La seule difficulté restante sera de se procurer une carte magnétique permettant d'entrer. Il faudra donc "emprunter" celle de Maccari ou celle d'un employé, mais au dernier moment pour que la disparition passe inaperçue.

...

Le reste de la journée s'écoule sans histoire pour nos amis. Alekseï emmène Aïsha faire le tour des boutiques et lui donne quelques conseils de mode. La jeune femme en ressort transformée et enchantée. Elle est vraiment reconnaissante envers Alekseï pour ce moment. Lui-même en est plutôt surpris, mais cela s'est finalement révélé être un moment agréable.

Quant à Oban, lorsqu'il retourne à sa cabine, il y trouve plusieurs employés de la station dans leurs tenues blanches. Tandis que deux employés de la maintenance examinent l'endroit avec leurs appareils, un troisième l'accueille avec de plates excuses. Il lui explique qu'il y a eu un "incident technique" et encore inexpliqué et que malheureusement sa chambre est inutilisable. Il lui offre une autre suite plus grande en compensation, avec une augmentation gratuite de son statut à celui de VIP.
C'est donc dans un luxe encore plus important qu'il aura passé l'essentiel de son temps à s'entraîner à tenter maîtriser ses pouvoirs, avec un succès encore limité. Il se concentre beaucoup sur ses perceptions ; sur la résonnance des matières et des personnes. Les rythmes biologiques, les bruits des pas. Il réalise vite qu'il peut, en se concentrant très fort, utiliser une vibration par lui émise comme un sonar pour réaliser où se trouvent les choses et les gens. Il réalise que la matière a un degré de rupture qu dépend de ce qui la compose.

Et il est fasciné par toutes les possibilités.


Dernière édition par Eric le Ven 8 Jan - 8:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Ven 8 Jan - 10:41

Le soir, au casino...

Alekseï arrive dans l'immense salle de jeu en début de soirée. Il découvre un immense espace où il y a déjà foule. D'un côté s'alignent des machines à sous, tandis que le reste du casino est empli de tables de jeu : Roulette anglaise ou américaine, baccara, black jack, craps, mais aussi d'autres jeux plus exotiques comme le mah-jong, ou même empruntés à diverses civilisations extra-terrestres, comme le double-mort sélucéen, le jeu des voiles égérian ou la chasse à cinq jäger.

Bonsoir, monsieur Irinov, fait une des nombreuses hôtesses en s'avançant vers lui. C'est votre première visite, n'est-ce pas ? Dans ce cas, vous avez droit à des jetons gratuits et les boissons sont offertes ! Si vous voulez bien me suivre.

Elle l'emmène vers les caisses en marchant avec un déhanché un peu exagéré mais pas désagréable à regarder. Là on lui donne pour 1000 crédits de jetons. (édite si tu en achètes plus !) Cela lui laisse le temps de mieux observer les lieux et de repérer les gros joueurs, particulièrement soignés par les hôtesses et les directeurs de salles, mais aussi plusieurs agents de sécurité discrètement postés ainsi que tout un réseau d'holo-caméras de surveillance.
Quelques minutes plus tard, le voilà déambulant dans le brouhaha ambiant entre les tables où les paris vont déjà bon train. Il comprend très vite que les sommes échangées ici sont assez faramineuses. Il est évident que le casino doit rapporter bien plus à la compagnie que le prix des billets.


Très vite, il repère Nétifer, un verre à la main et accoudée à la rambarde de l'un des balcons privés qui surplombent la salle. La séclantie a dû faire les boutiques, car elle porte une nouvelle robe, toujours noire. Comment fait-elle pour porter une tenue aussi stricte de manière aussi sexy ? Mystère.
Elle croise son regard et lui fait un signe discret pour l'inviter à la rejoindre. Alekseï gravit donc l'un des grands escaliers menant à l'étage. La jeune femme fait signe à la sécurité de le laisser les rejoindre et le voilà bientôt près d'elle. Juste derrière, il aperçoit Maccari Astérionis déjà attablé avec plusieurs autres joueurs et avec Angélica à ses côtés. Apparemment, il est en train de rincer quelques hommes d'affaire : La pile de jetons en face de lui en témoigne.


Monsieur Irinov ! Je suis ravie de vous voir enfin, dit-elle en lui tendant nonchalamment la main.

Alekseï s'incline et effectue un baise-main distingué.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Baronne de Valnec, vous revoir illumine ma journée. Vous êtes éblouissante... J'espère ne pas vous avoir fait attendre ?

Juste ce qu'il faut, mon cher.

Cher amis, voici Alexis Irinov. Il va nous rejoindre, si vous le permettez.

Ah ! Alexis. Soyez le bienvenu, fait Astérionis. Prenez place, je vous en prie. Laissez-moi vous présenter monsieur Erlingsson, monsieur Bogatchev et monsieur Brower.

Enchanté, jeune homme, dit Erlingsson, un vieil homme guindé qui est le seul à avoir encore pas mal de jetons devant lui, mais toujours moitié moins que "Mac".

Ah ! Un compatriote ! Bien, bien. fait Bogatchev avec un accent slave prononcé. Il a encore de quoi jouer mais a déjà pas mal perdu.  

Bonsoir, dit sobrement Brower avec un air un peu las. Il faut dire qu'il ne lui reste vraiment pas grand chose pour miser et qu'il a certainement déjà un peu trop bu.

Ravie de vous revoir, Alexis, ajoute enfin angelica qui à l'évidence sert de "porte-bonheur" à Astérionis.

Alekseï salue poliment et chaleureusement chaque personne de la table, avant de rejoindre sa place, toujours souriant.
Il prend connaissance des données chiffrées de la partie, et calcule rapidement à la blind près la valeur du tapis de chaque adversaire.

Il a déjà déterminé sa stratégie de base. Un style "serré/agressif", souvent utilisé par les bons joueurs de tournoi, plus rarement en "cash game". Le but est de donner une image "solide" et sérieuse de son jeu, sans bluff, comme si les montants affichés l'incitaient à la plus grande prudence. Puis, il compte étendre petit à petit son "range" de mains d'attaque. Il sait très bien par habitude qu'un style trop serré le fera mourir à petit feu sur ce genre de table, ou les joueurs sont très "large/agressif".

Le jeune russe couchera ses premières mains, à part s'il tombe sur une "premium" (A-A, K-K, A-K suited). Cela lui permet d'observer le style de jeu de chacun de manière passive, et de mieux comprendre leur mentalité de manière active, en discutant un peu avec eux.


Eh bien, ça me changera des pauses-déjeuner du conservatoire, où je jouais avec mes amis des parties à 50 crédits ! Surtout le fait de ne pas devoir se cacher des professeurs...
Si je jette parfois des regards inquiets derrière moi, ne m'en veuillez pas. Juste la force de l'habitude ! , dit-il en souriant.
Et voilà, je viens de leur faire passer l'idée que les grosses sommes m'effrayent, que je suis jeune et inexpérimenté, et que je fonctionne de manière machinale. Il faut leur confirmer ça par mon jeu pendant au moins un quart d'heure...


Dernière édition par Eric le Ven 8 Jan - 19:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Ven 8 Jan - 10:45

Au même moment...

Oban et Angélica ayant bien coordonné leurs mouvements, il est prévenu dès que Maccari Astérionis s'est rendu au casino avec la jeune femme. C'est donc le moment pour lui d'aller payer une petite visite à la chambre de leur pirate.

C'est sans grande difficulté que le garçon parvient à subtiliser la carte d'accès magnétique à une femme de ménage dans les couloirs de la station. Il a soigneusement repéré le moment où celle-ci prenait sa pause et lui prend l'objet juste avant. Si il la remet en place avant qu'elle ne reprenne son service, elle ne s'apercevra même pas de sa disparition. Il glisse Une barre de plastique flexible récupérée dans les débris de sa "défunte" chambre dans l'encadrement pour bloquer le système de fermeture, et va remettre la carte. Puis il retourne , ses chaussures à la main, dans les appartements de Maccari.


Cette zone a l'air plutôt déserte pour le moment aussi il espère que personne ne passera dans le couloir pendant sa fouille et ne remarquera la porte coulissante laissée grande ouverte. A l'intérieur il découvre un agencement assez proche de celui de la chambre qu'il a dévastée et dû quitter le matin, avec les mêmes commodités. Une fouille rapide des placards lui apprend qu'Astérionis voyage plutôt léger : Seulement trois costumes, des chemises et des sous-vêtements pour moins d'une semaine et très peu d'affaires personnelles, comme un livre numérique avec quelques romans de gare en mémoire. Sa trousse de toilette est très complète et indique qu'il prend bien soin de son apparence. Mais à part ça, rien d'autre : Tout devait tenir dans une unique valise. En parlant de valise, Oban vérifie la sienne. Il envoie une légère onde pour sentir l'intérieur, savoir si un compartiment caché abrite quelque chose. Puis il s'attaque aux cloisons. Vérifie la salle de bains. Sous le lit, dans les ampoules...

Et quand rien de particulier n'apparaît, il écrit aux autres.  


R.A.S. parlez de Cristal.

Et puis il s'apprête à partir. C'est à ce moment qu'il "sent" des pas de deux personnes dans le couloir : Impossible de sortir sans être vu. De plus, qui que ce soit, ils vont bientôt être suffisamment près pour voir que la porte est bloquée et grande ouverte. Forcément, Oban a pour réflexe... De se réfugier dans la salle de bains. Ca ne peut pas être Astério-truc, donc ce sont soit des membres de l'équipage, soit d'autres intrus...

Il passe la porte de la salle d'eau juste avant d'entendre une exclamation : "hé, regarde, c'est ouvert !" fait une voix masculine.

C'est une femme qui répond : "Et la porte est bloquée par... Ce bout de plastique."

L'homme reprend : "Merde ! Quelqu'un a sûrement visité la chambre avant nous."

Et la femme : "Mais... Qui ça ? C'est..."

Et l'homme : "...vraiment bizarre, hein ?"

Les deux individus sont maintenant à l'intérieur. Oban entend le bruit du morceau de plastique que l'on déloge puis de la porte qui se referme en chuintant.

Avec l'espoir qu'ils n'essaieront pas sa cachette en premier, Oban se prépare à courir vers la sortie...


Heureusement, ils se cantonnent au séjour pour le moment. Il entend le bruit d'un sac qu'on dépose et qu'on ouvre.

L'homme : "Tu crois qu'il faut dire au boss qu'on a trouvé la porte ouverte ?"

La femme : "Allons, tu sais comment il est. On fait notre job et on lui dira que tout s'est bien passé. Le moins il nous pose de questions, le moins il y a de chance qu'il nous passe un savon."

L'homme : "Mouais. T'as pas tort. Bon, par quoi on commence ?"

La femme : "Trouve où mettre les holo-cams. Je m'occupe des micros."

L'homme : "Ok."

Oban se rend dans la chambre, qui doit être équipée comme la nouvelle chambre d'Oban, et donc, d'une penderie. Il l'ouvre, et se réfugie derrière les manteaux de Maccari.


Dernière édition par Eric le Sam 9 Jan - 10:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Ven 8 Jan - 22:50

Le début de partie se passe comme Alekseï l'avait prévu : Nétifer allonge les jetons et il perd, mais très peu, et il installe l'image qu'il veut donner tout en ayant le temps de bien observer les autres.

Le moins bon joueur, car le plus émotif, est Brower. De toute façon, il est presque à sec. Bogatchev est un joueur plus sérieux, plus difficile à lire, mais c'est un impulsif au jeu agressif qui réagit facilement à la provocation. Les deux derniers sont par contre presque impossibles à percer à jour en aussi peu de temps : Erlingsson est aussi expressif qu'une pierre, joue avec les statistiques et calcule systématiquement le rapport risque/gain. De ce fait, il met rarement de grosses sommes sur la table, ce qui arrange Alekseï car cela pondère les mises des autres joueurs. Maccari Astérionis en est l'exact opposé : Exubérant, volubile, charmeur, il joue en permanence la comédie, fait mine d'être distrait par les charmes d'Angelica, lance de bons mots, mise apparemment à l'instinct et pour ménager des effets dramatiques. De ce fait, si il a probablement des tics révélateurs ou une stratégie précise, impossible de les discerner pour le moment.


Pendant ce temps, les serveuses reviennent souvent à la table leur servir un excellent vin offert par le casino. Erlingsson ne boit pas, mais tous les autres si. Même les deux jeunes femmes avalent quelques verres.

Bon, je crois que c'est fini pour moi, dit Brower alors qu'il vient de perdre son dernier jeton. Messieurs, mesdemoiselles, ce fut un plaisir.

Oh, déjà monsieur ?

Oh oui. Je sais quand je suis surclassé et m'entêter ne rime à rien. Je vous souhaite une très bonne soirée, fait-il avant de se lever.

Les autres le saluent en retour et il s'éloigne en chancelant légèrement, tandis qu'une hôtesse leur apporte une nouvelle bouteille de vin pétillant.

Ah niet. Assez avec ce vin !

Vous voulez autre chose, Dragomir ?

Da ! Vodka ! Ce n'est pas Alexis qui va contredire moi, n'est-ce pas ?

Вы правы ! [V' prav' : vous avez raison/vous dites vrai.] L'intonation d'Alekseï se fait plus sourde et plus dure dès qu'il reprend sa langue maternelle. Hum, excusez moi. Je disais à Mr Bogatchev je suis d'accord avec lui. Mais je n'ai pas l'habitude de l'alcool, alors je ne vais pas boire à la russe, désolé, je vais plutôt siroter. Personne ici ne veut me voir danser torse nu sur la table, n'est-ce pas ? Surtout pas les agents de sécurité, ça j'en suis certain... Mais une petite vodka, si elle n'invite pas ses petites sœurs à la fête, ne pourra pas me faire de mal ! Un nouveau sourire. Et si je pouvais avoir un verre d'eau pétillante, en plus ?

Alekseï fait très attention à ne pas jouer Dragomir hors de position. Pas envie de jouer sa partie sur un pile ou face provoqué par l'impétuosité de son compatriote. Il sait aussi que tout le monde l'attend au tournant sur la première main qu'il va révéler. Aussi, il patiente pour aller jusqu'à la "river" qu'une bonne main, cohérente sur le flop, le turn et la river soit montrable. Qu'il perde ou qu'il gagne. Le principal est qu'il aient confirmation qu'Alekseï ne joue que les bonnes mains.
Contrairement aux deux leaders, il n'utilise pas de trucs pour camoufler ses émotions, que ce soit la "poker face" d'Erlingsson, ou la distraction permanente de Mac. Il sait être capable de ne pas tiquer au bon moment. Le mensonge et l'impassibilité est une des premières choses qu'on lui a appris lorsqu'il se mit à fréquenter les relations de son père.


Et ensuite, petit à petit, il capitalise sur son image pour gagner quelques mains sans révéler ses cartes, en augmentant l'éventail de ses mains d'attaque. Comme si la chance tournait. Et, évidemment, s'il faut provoquer Dragomir alors qu'il a une "premium", il ne se gêne pas.
Et s'il faut agresser un grand coup, ce sera sur Erlingsson.


Sinon, messieurs, que faite-vous dans la vie ? C'est surtout vers Erlingsson et Bogatchev que se tourne cette question.

Je suis dans le sucre, fait laconiquement Erlingsson.

Et moi dans transport en gros. Toutes sortes de marchandises. ajoute Bogatchev. Et toi, mon garçon ?

Oh, Alexis est danseur. Classique, je crois ? fait la "baronne".

Exact, Kriss. Oh ! Excusez-moi, puis-je me permettre de vous appeler Kriss ?

Je vous en prie. Après tout, vous êtes mon chevalier servant, ce soir, non ?

Ah, Da ! Grande tradition russe ! C'est très bien ! Et que font tes parents ? Peut-être je les connais ?

A ce moment, l'hôtesse revient avec la bouteille d'une excellente vodka. En fait, c'est la marque préférée du père d'Alekseï.

Ça m'étonnerait, Mr Bogatchev. A part si vous fréquentez les petites galeries d'art ou les bancs de l'université, section littérature pré-exode ! Mais seul Mac semble être dans la bonne tranche d'âge pour ça !

Alekseï ne se laisse pas déconcentré pour autant. Faire parler les gens est son objectif, pas l'inverse.
Quant à la vodka, il note mentalement d'y faire très attention. Hors de question de passer pour un pet-sec en refusant de trinquer, mais hors de question de devenir le nouveau Brower de la table ! D'ailleurs, il fait mine d'utiliser cette pause afin de recompter la valeur de son stack, qu'il connait déjà au jeton près. Mais aussi afin de créer un silence incitant les autres à relancer la conversation.


Dernière édition par Eric le Sam 9 Jan - 17:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9566
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Pavillon noir   Sam 9 Jan - 17:50

Ce que fait Angelica d'un air naïf.

Excusez-moi si je suis indiscrète, mais... Vous ne ressemblez pas aux autres voyageurs de cette croisière, messieurs. Je veux dire... Vous n'êtes pas là pour les paysages ou pour le spa, n'est-ce pas ?

Niet ! fait Bogatchev en servant tout le monde en vodka. Nous sommes grands collectionneurs, Erlingsson et moi. Nous sommes là pour vente aux enchères d'objets rares. Rackham va mettre sur le marché pièces uniques. Très rares !

Erlingsson acquiesce sans se déconcentrer.

C'est vrai ? Il faudra absoôolument que j'achète quelque chose, alors. Dommage que ce soit ce Rackham qui soit le vendeur. Je dois dire que je n'aime pas beaucoup le personnage.

Pardon ! Vous n'êtes pas de ses amis, au moins ?

De lui ? Hahaha ! Pas vous inquiéter, jeune dame. Nous trouvons aussi qu'il est très déplaisant personnage. Pas vrai ?

Oui. Très déplaisant.

Tas de vilaines rumeurs à son sujet, dit Bogatchev en se penchant en avant avec un air de conspirateur. Et pas seulement parce que collection a été obtenue de façon pas légale. Non non. On dit que parfois il ne vend pas que des objets !

Des esclaves, vous voulez dire ? répond la séclantie sur le même ton. Je croyais que cela était parfaitement hors-la-loi, chez vous ?

Pas des esclaves, non, intervient Maccari qui a perdu son sourire pour la première fois ce soir. Des personnes aux capacités... hors du commun.

Mais... C'est répugnant !

Oui.

Bon, et si nous nous concentrions sur cette partie ? Je double ma mise et je veux voir !

Et Astérionis perd cette partie avec une paire de valets devant un brelan posé par Dragomir Bogatchev, qui en profite pour se refaire avec un rire tonitruand. Alekseï jurerait que "Mac" l'a fait intentionnellement pour couper court à cette conversation.

Joli coup ! Za vas ! [à vous !] Alekseï s'humecte les lèvres. Il commence à mieux cerner le style de jeu de ses adversaires, et s'engage désormais un peu plus dans la partie.
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pavillon noir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pavillon noir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Actualité Pavillon Noir
» Sous le Pavillon Noir.
» quelques navires
» Pour créer un personnage :
» Pavillon Noir, Mains Rouges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyager NG :: Voyager NG :: Deuxième Âge : Roleplay-
Sauter vers: