Voyager NG

Le space opera nouvelle génération
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Solitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Eric
Maître


Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Solitude   Jeu 26 Nov - 9:27

Bellock avait raison, hein, petit ? Tu causes beaucoup, et pour raconter des conneries en plus.

Quelque chose semble attirer son attention au dehors.

Ah ! En parlant de Bellock, le voilà, avec le Doc.

Une minute plus tard, il ouvre la porte pour laisser entrer le lieutenant de police. Il est suivi du médecin local qui, comme la première fois, amène avec lui sa "civière" antigrav.

Lieutenant ! On a un problème...

C'est bon, Sam. Le chef m'a appelé pour me raconter ça.

Pendant ce temps, le Doc s'approche d'Alekseï. Il dépose sa trousse près de lui et examine la blessure.

Bon, cela n'a pas l'air trop grave. L'artère est intacte. Pas besoin de vous évacuer, finalement.
Une chance pour vous que Sato n'aime pas les armes à feu.

Sans prévenir, il attrape le manche du poignard et tire d'un coup sec, arrachant la lame de la jambe du jeune homme, qui manque de tourner de l'oeil.

Et maintenant, ne bougez plus.

Il sort de son sac un pistolet à injection et, sans attendre, enfile l'extrémité directement dans la plaie. Il appuie sur la détente et une espèce de mousse vient remplir la blessure. Alekseï reconnaît sans peine la méthode, pour l'avoir déjà vue appliquée à son frère après que ce dernier ait reçu un coup d'épée il y a des années : Ladite mousse contient de puissants coagulants, un antidouleur, des antibiotiques, mais aussi une charge de nanites qui vont immédiatement commencer à réparer la chair. Cette technologie médicale est devenu plutôt standard depuis une trentaine d'années, mais elle n'en reste pas moins impressionnante d'efficacité.

Et voilà ! Vous pourrez vous appuyer dessus dans une dizaine de minutes. Ceci dit, je vous recommande une journée de repos avant d'essayer de courir à nouveau.

Parce que vous imaginez que j'aurais l'occasion de courir avant demain ? Alekseï tire sur ses menottes pour générer un bruit de métal. Tssss... Imbécile !

Doc, vous auriez de quoi faire un scan cérébral ?

Evidemment. Et pourquoi donc ?

Cherchez pas, Doc. Il essaie de nous faire croire qu'ils ont perdu la mémoire.

Ah ! Elle est bonne, celle-là ! Mais on me l'a déjà faite.

Eh bah tant mieux, comme ça ça ne vous coûte rien. S'il vous plaît, Doc... Scannez-moi. J'ai perdu un an. Et j'avais onze ans dans mon dernier souvenir. Ca fait que j'ai perdu un douzième de ma vie, c'est violent, ça devrait se voir...

Oban en profite pour jeter un oeil vite fait à cette "civière". Un superbe moyen de s'échapper... Si les choses devaient en arriver là.


Dernière édition par Eric le Jeu 26 Nov - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître


Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: Solitude   Ven 27 Nov - 20:34

Pourquoi pas, après tout.

Il sort un petit appareil de sa trousse et le promène autour de la tête d'Oban, qui peut entendre un léger bourdonnement pendant le scan. Il sort ensuite un deuxième dispositif, attrape la main du garçon et lui pique le bout du doigt pour prélever un peu de sang. Après deux minutes, il livre ses conclusions.

Eh bien ! Vous êtes en parfaite santé, jeune homme. Rien à signaler, si ce n'est peut-être un léger déficit en magnésium. A l'évidence, vous menez une vie des plus saines. Félicitation à vos parents.

Ricanement du lieutenant...

Quoi ? Mais... C'est impossible !

Rien d'étonnant.
Ce genre de petit scanner détecte les tumeurs cérébrales. Imaginez une seconde que nous disions vrai... Regard vers le médecin et le lieutenant.
Une manipulation des souvenirs par de la télépathie soigneusement maitrisée ne serait pas détectable. Il aurait peut-être détecté un problème si l'intrusion avait été si violente qu'elle t'aurait transformé en légume.

J'ai bien raison, Doc ?

Tout à fait, jeune homme, tout à fait. Il faudrait un mapping synaptique complet pour détecter une manipulation de la mémoire par télépathie. Et encore, il faudrait avoir sous la main un mapping antérieur à ladite manipulation pour pouvoir comparer. C'est un sujet d'étude assez fascinant, en fait.

Oban grogne durant la réponse du docteur, et on peut le voir penser un peu trop fort. Puis se calmer, enfin.

... Et on peut savoir de quoi on nous accuse, au final ? A tous les coups, notre "dossier" a été modifié par les mecs qui veulent notre peau, mais autant savoir de quoi on nous accuse. Ça passera le temps.

Actes de terrorisme, homicides multiples, kidnapping, association de malfaiteurs, et autres délits moins graves. Mais c'est vrai que j'aimerai quelques détails sur ces accusations, moi aussi... Quand, où, visant qui, avec quels moyens...

Homicides ??? Multiples ??? Non mais... C'est de la folie ! Et on a kidnappé qui ? Elle est bonne celle-là. Terrorisme, non mais oh ! C'est moi le terrorisé !

Non mais vous avez fini, tous les deux ? Votre dossier est peut-être classifié secret défense, mais le chef a encore des amis en haut lieu qui lui ont donné un accès et j'ai vu les preuves, dit-il en désignant un disque de données sur son bureau. Alors arrêtez de jouer les innocents ! Et maintenant...

Mais à ce moment, la sonnerie de son communicateur l'interrompt. Il décroche.

Chef ?... Ok. Bien compris... Tout de suite.

Sam ? Ils arrivent par derrière en véhicule. Vas leur ouvrir.

J'y vais, fait Sam avant de se diriger vers la porte du fond et de passer celle-ci.


Dernière édition par Eric le Sam 28 Nov - 7:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Sam 28 Nov - 6:04

Quelques instants plus tard, Sam revient en compagnie du chef Sato et d'un petit groupe. Parmi eux, encadrés par des adjoints, dont trois qu'ils ne connaissent pas, et une femme policier (surement la dénommée Jordan) se trouvent Angelica et Netifer, menottes aux poignets. La cadette a l'air un peu perdue, tandis que la séclantie semble plutôt en colère.

Nos amis ont la surprise de constater que l'adjoint volontaire qui tient Netifer par le bras est Alexis, le serveur de l'hôtel.


C'est bon. Tu peux me lâcher maintenant, pédale ! fait-elle d'un air dégoutée.

Terroriste ET homophobe. Tu as tout pour plaire, toi, lâche-t-il avant de la faire assoir.

Cela suffit, Krantz. Taisez-vous.

A ce moment, Little Joe aperçoit quelque chose par la fenètre.

Heu... Chef ? Vous devriez venir voir. Ça sent pas bon.

Les policiers s'approchent pour regarder. De là où ils sont, Oban et Alekseï peuvent également voir ce qui se passe en se tortillant. Un transport de troupe de type militaire, mais sans immatriculation, descend du ciel et se pose sur la place. Cela provoque un mouvement de panique chez les habitants de la ville, qui se hâtent de quitter les lieux et vont se calfeutrer chez eux.
Par les portent latérales du véhicule descend une dizaine d'individus lourdement armés. Ils portent tous des tenues militaires, mais elles sont disparates, customisées, tout comme leur armement.


Bordel de merde !

Ils ne vont quand même pas attaquer un poste de police ?!? fait alexis qui à l'évidence commence à paniquer, comme les autres adjoints.

Non, je suis certain qu'ils viennent pour prendre le thé.  Oh putain, c'est la merde...

J'ai bien peur que si.

Bellock, emmène les prisonniers dans la cellule de sécurité maximum. Jordan, ouvre l'armurerie.
Docteur, prenez votre matériel. Vous passez à l'arrière aussi.

Un combat ne me fait pas peur, Hitashi. Tu le sais bien.

Je le sais, Kurt, mais si il y a des blessés, tu seras plus utile de cette façon.


Bellock et ses adjoints détachent Alekseï et Oban de leurs chaises et commencent à les emmener vers l'arrière. Oban commence à sérieusement avoir les nerfs qui lâchent.

Franchement, doc... On a plus l'air de terroristes que les mecs qui assaillent le commissariat ? C'est de la folie. Des terroristes qui sauvent des gens, en plus. Vilains nous, tiens.

Dès qu'il a été détaché de sa chaise, Alekseï s'arrange pour rester au plus près de Bellock, et lui parle sur le chemin de la cellule à voix basse. Il a l'air très calme et discipliné. Le jeune russe s'en étonne lui-même.

Lieutenant, je ne veux pas inquiéter les autres plus qu'il ne le sont déjà, c'est pour ça que je vous le dis discrètement, mais... J'ai vu par la fenêtre. Ce sont des mercenaires entraînés, en plus grand nombre que vous, avec un armement supérieur au votre et une position tactique avantageuse. La plupart de vos adjoints se pissent déjà dessus, et savent à peine se servir d'une arme.

Objectivement, ça va mal finir pour vous, à part un miracle ou une stratégie audacieuse.

En plus, il manquait leur chef, à l'avant. Je suis prêt à parier qu'il va vous prendre à revers en faisant sauter la porte du fond.
Laissez-nous vous aider. Au moins Netifer et moi. On a une formation militaire. On pourrait barricader l'arrière, par exemple.

Vous avez vu ces types... Vous savez très bien qu'ils ne laisseront pas de témoins de leur assaut. Réfléchissez-y.


T'inquiète pas, mon gars. On entre pas ici comme ça, et ce que les connards là dehors ne peuvent pas savoir, c'est que le vaisseau de la Flotte qui supervise ce secteur s'est dérouté de sa tournée exprès pour venir vous chercher. Il sera là dans moins de deux heures. Tout ce qu'on a à faire, c'est gagner un peu de temps. Après, l'enfer va leur tomber dessus.

Et maintenant, en cellule. Allez, avance ! finit-il en le poussant vers la porte du fond.


Dernière édition par Eric le Sam 28 Nov - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Sam 28 Nov - 20:52

Alors que Bellock, Sam et Alexis les emmènent vers l'arrière, Netifer murmure quelque chose au serveur/adjoint d'occasion, qui vire au rouge. Quoiqu'elle lui ait dit, cela suffit pour qu'il s'énerve et la pousse violemment contre un des bureaux. Elle bute contre celui-ci et le renverse avant de s'affaler au sol.

Alexis, ça suffit ! Gardez votre sang-froid !

Mais, chef, elle...

Non, Alexis. On ne maltraite pas un prisonnier. Jamais.

Alexis acquiesce en silence, un peu honteux. Il aide Netifer à se relever et la pousse vers le fond.

Suivis par le Doc qui a posé son sac sur sa civière, les prisonniers passent la porte blindée et arrivent dans le couloir des cellules. Ils passent devant la porte qui doit mener au garage et Bellock fait entrer le médecin dans une remise. Ce dernier ne semble pas apprécier le procédé mais y pénètre malgré tout pour y attendre. Nos amis sont quant à eux conduit vers le fond dudit couloir. Si la plupart des cellules semblent plutôt destinées au dégrisement des poivrots locaux, celle du fond est différente : Un peu plus spacieuse, avec deux couchettes et sans ouverture vers l'extérieur, elle est surtout dotée d'un champ de force en guise de porte.


Allez, tout le monde là-dedans !

Une fois que Alekseï, Oban, Angelica et Netifer sont à l'intérieur, il active le champ de force. Une barrière d'énergie bleutée vient fermer la petite pièce.

Sam, tu restes là et tu gardes un œil sur eux, compris ?

Compris, lieutenant. Et... Faites gaffe à vous, d'accord ?

T'inquiète pas, Sam, dit Bellock avant de retourner dans le commissariat avec Alexis.

Sam se retrouve seul dans le couloir. Toutefois il semble plus occupé à essayer d'écouter ce qui se passe devant qu'à surveiller nos amis.

Eh bien... Tout ça offre un nouvel éclairage sur notre situation, pas vrai ? fait Netifer d'un ton désabusé.

Pas que sur notre situation... Lâche Oban, tout bas, en détournant le regard de Netifer, visiblement déçu de la réaction de la Séclanti. Puis il se tourne vers Angelica :

Ca va, toi ?


Dernière édition par Eric le Sam 28 Nov - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Sam 28 Nov - 21:13

Non, ça ne va pas ! Ça ne peut pas être vrai ! Je... Jamais je n'aurais pu faire ce dont ils nous accusent. C'est contre tous mes principes.

C'est juste impossible !

Calme-toi, Angie. Personne ici ne croit que tu puisses être une meurtrière, je crois. Et avec un peu de chance, on en saura plus bientôt.

Qu'est-ce que tu veux dire ?

Tu crois que je me suis arrangée pour que le pédé m'envoie à terre par hasard ? Il y avait une liste de fichiers nous concernant sur l'ordinateur qui était sur ce bureau, et il n'y avait qu'un seul disque de données sur le lecteur, alors...

Elle laisse sa phrase en suspend en tapotant une de ses poches.

Maintenant, on n'a plus qu'à sortir d'ici.

Suffisamment bas pour que seul les résidents de la cellule entendent :

Bien joué, Netifer.
Oui, il faut sortir d'ici, et vite. Une frégate de la flotte arrive dans 2 heures, mais à mon avis, ils tiendront beaucoup moins longtemps. Une demi-heure, ce serait déjà pas mal.
L'un d'entre vous est un bon acteur ? Parce que la seule façon de sortir, c'est que Sam nous ouvre. Et la seule raison pour que Sam ouvre, ça serait pour faire entrer le Doc...
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7194
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Sam 28 Nov - 21:27

Je suis sur que c'est toi la salope terroriste qui nous a foutus dans la merde, sale homophobe militariste de mes deux !

Oban enchaîne sa tirade par un coup manqué vers le visage trop haut de la séclanti, en un clin d'oeil, quand elle se trouve entre lui et leur geôlier. Elle lui attrape facilement le poignet et le tord.

Je te déteste de m'obliger à faire ça, petit, lui glisse-t-elle à l'oreille, mais tu as raison... La seule façon d'être sûrs qu'ils ouvrent, c'est que ce soit le gamin qui soit blessé.

Et d'un mouvement sec, elle frappe de sa main libre et lui casse l'avant-bras !

Hiiiii ! crie spontanément Angelica devant l'atroce spectacle du bras d'Oban qui bénéficie maintenant d'un angle supplémentaire.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAhhhhhhhhhhhhhhh...

Et l'enfant s'évanouit, sous le coup de la douleur.



Alekseï, quant à lui, semble reculer devant l'accès de rage de la Séclantie. Le but est en fait de se positionner correctement pour le moment ou Sam entrera.


Dernière édition par Xavier le Sam 28 Nov - 21:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Sam 28 Nov - 21:56

Mais qu'est-ce que vous foutez, là-dedans ? crie Sam en se dirigeant vers eux.

Et merde !!! lâche-t-il en découvrant Oban inconscient. L'aspect de son bras ne laisse aucun doute quant à la réalité de sa blessure.

Vas te faire foutre connard ! Ce merdeux est une plaie ambulante. C'est à cause de lui qu'on est là ! Je rêvais de faire ça depuis longtemps ! fait Netifer en rage avant de balancer un bon coup de pied dans les côtes du gamin qui vole contre le mur. En fait, je crois que je vais le finir, et que mes amis n'y verront pas d'objection. Pas vrai les gars ?

Tout en parlant, elle s'agenouille sur Oban et lui attrape la tête, comme pour lui briser le cou.

Soudain complètement paniqué, Sam dégaine son pistolet et tape frénétiquement le code d'ouverture de la cellule. Le champ de force s'efface et il braque son arme sur Netifer avant qu'elle ne puisse mettre sa menace à exécution.

Lâche-le ! Mais lâche-le, bordel !!!

Et c'est à ce moment qu'Alekseï, qui se faisait oublier jusque là, jaillit sur le côté du dénommé Sam. De la main gauche, il détourne le pistolet de l'adjoint vers le plafond, place la main droite sur sa gorge et un pied derrière ses jambes, puis tire en arrière d'un coup sec afin de le faire chuter à la renverse. Finalement, les longues et éprouvantes leçons de "Systema" de son maître d'arme servent à quelque chose.

Dès que l'adversaire est au sol, l'adolescent enchaîne immédiatement en tentant un désarmement puis une clé de bras, profitant au maximum du choc et de l'effet de surprise. Le pistolet glisse sur le sol et l'adjoint se retrouve allongé face contre terre, un bras replié dans le dos.


Ne bouge pas, ne crie pas, et je te promets que tout va bien se passer... Dans le cas contraire, tu m'obligeras à prendre une décision que je regretterais toute ma vie. Nous nous comprenons, Sam ? Je vous en prie, Seigneur miséricordieux, qu'il ne m'oblige pas à faire ça... Surtout pas devant les filles et le gamin, je ne veux pas leur infliger ça. Pitié, Seigneur, daignez entendre ma prière. Et il resserre soigneusement sa prise.

Ok ! ok !

Pitié, me tuez pas. J'ai une famille !

Netifer ramasse le pistolet.

Ça ne dépend que de toi, Sam. Aucun de nous n'a envie de te tuer, alors tu vas nous aider en nous donnant le code de la cellule pour qu'on puisse t'enfermer. Qu'en dis-tu ?

D'accord ! D'accord ! C'est 789246 !

Bon garçon !

Moins d'une minute plus tard, Sam se retrouve attaché les mains dans le dos (avec son ceinturon) et baillonné (avec sa propre chemise). Le code est le bon et leur permet de l'enfermer derrière le champ de force.

Angelica, à l'évidence mal à l'aise devant tant de violence, évite le regard du russe et de la séclanti, s'intéressant davantage au blessé.

Oban revient à lui.



Puis, se penchant sur le garçon qui émerge peu à peu.

Ça va aller, Oban. Je vais te relever, d'accord ?

La douleur achève de le réveiller quand elle le soulève, malgré la douceur dont elle fait preuve. Oban serre les dents.

Et maintenant, le Doc, fait Netifer, arme à la main, en se dirigeant vers la porte de la remise où Sam a fait entrer le médecin.

Il nous faut... Juste... sa civière de téléportation...

Exactement !

Suivie d'Alekseï, puis d'Oban soutenu par Angelica, Netifer ouvre la porte d'un coup sec et pointe son arme sur le docteur. Celui-ci était appremment occupé à lire un livre de papier.

Qu'est-ce que... ?!?

Doucement, Doc. Pas de geste brusque et tout se passera bien. Posez votre livre et prenez votre trousse. Oban a besoin de soins, et vite !

Il renifle d'un air méprisant en soutenant le regard de la séclantie de ses yeux artificiels, puis se tourne vers le jeune garçon qui vient d'entrer, le bras pendant mollement à son côté.

Puis son côté professionnel reprend le dessus.


Très bien. Venez là.

Pendant qu'Angelica surveille la porte blindée menant au commissariat, il sort le même petit scanner que plus tôt et examine Oban avec.

La fracture du bras est propre et nette. C'est une chance. Vous avez aussi deux côtes félées. Rien de très grave.

Sous le regard acéré de Netifer, il sort un pistolet à injecter de sa trousse et l'approche du bras d'Oban.

Je suis désolé, doc. Vous savez, on est pas les gens décrits dans ces fichiers. On a fait de mal à personne. Et on vous en fera pas non plus. Ne serait-ce que pour prouver notre innocence. Mais on peut pas rester là, à laisser les gens se mettre en danger à cause de nous.

N'est-ce pas, Netifer ? On va baisser cette arme, le docteur fait bien son boulot, et on a aucune raison de lui faire de mal, pas vrai ?

écoutez... On va devoir fuir d'ici. Et vous et mois savons bien quel est le meilleur moyen, pas vrai ? Aidez-nous, s'il vous plaît. Volontairement. Vous pourrez raconter ce que vous voulez... Mais rappelez-vous James Stitch. Si on était d'ignobles terroristes, on ne vous l'aurait jamais ramené, sain et sauf. Ecoutez votre coeur, ou votre raison, ça revient au même.


Dernière édition par Eric le Dim 29 Nov - 15:28, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Dim 29 Nov - 16:25

Que vous disiez la vérité ou pas, je n'ai guère le choix, j'imagine ?

Il effectue l'injection. Ça fait mal !

Voilà, c'est fait. La fracture devrait se ressouder dans l'heure. Assurons-nous juste qu'elle le fasse correctement.

Il sort de son sac une attelle en plastique rigide et vient la fixer sur l'avant-bras du jeune garçon.

Et maintenant ?

Maintenant, vous nous téléportez vers votre clinique. Et pas d'initiative malheureuse. Comme l'a dit Oban, nous ne sommes pas les terroristes que vous croyez... Mais nous sommes désespérés, alors ne croyez pas que je ne vous tirerai pas dessus si vous m'y obligez.

Oh, je vous crois, jeune dame. Je vous crois.

Avec un soupir, il allume le panneau de commande de sa "civière".

Lequel de vous passe en premier ?

Le blessé, j'imagine. Et puis Angie. Merci, docteur. Un jour, on vous revaudra ça. Oban monte sur le pod.

Le médecin appuie sur le bouton de validation et Oban disparaît dans un éclair de lumière. Quelques instants plus tard, c'est au tour d'Angelica d'être téléportée à son tour.

Netifer reste seule avec le Doc et Alekseï. Elle fait signe à ce dernier d'y aller.


Vas-y. Je passe en dernier.


Dernière édition par Eric le Dim 29 Nov - 19:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Dim 29 Nov - 16:45

Dans la clinique...

Un peu désorienté, Oban réapparaît sur une table, dans ce qui ressemble à un bloc d'opération. Tout y est immaculé et bien rangé dans des armoires vitrées : Médicaments, outils chirurgicaux et divers dispositifs qu'il ne connaît pas. L'atmosphère est froide et sent l'antiseptique. Il n'y a qu'une seule porte, fermée.

Il descend de la table sous laquelle se trouve le pod récepteur. C'est la première fois qu'il se fait téléporter et il a maintenant une sensation étrange : Il est comme revigoré et la douleur s'est estompée. Ceci dit, c'est sûrement dû aux drogues que le Doc lui a injectées.

Quelques instants plus tard, Angelica apparaît à son tour.


Ouf ! On est au bon endroit !

Lorsqu'elle arrive, Oban est déjà en train d'ouvrir une des armoires. Il range quelques fournitures dans ses poches avant de se retourner vers elle.

Je ne sais pas ce qu'il y a dans ses produits, mais j'ai une de ces pêches ! Par contre, il va falloir ouvrir cette porte. Avant de toquer, on va attendre les autres... Et je vais voir si il y a un mécanisme quelconque. Dont acte.

Une commande vocale ? A moins que ça ne s'ouvre que de l'extérieur...

Mais il n'y a que deux boutons : un vert et un rouge. Si la porte peut être verrouillée avec un code, cela ne doit être que de l'extérieur.

Attends... Tu ne peux pas lui piquer ces médicaments ! C'est du vol !

Je peux. Et un anesthésiant, c'est super pratique. Si jamais l'un de vous était blessé par exemple. Par exemple...

Et c'est au tour d'Alekseï d'apparaître sur le pod, suivi de près par Netifer.

Celle-ci pointe immédiatement son arme sur le pod de téléportation et BAM ! Elle fait feu.


Et voilà. Personne ne nous suivra par là, dit-elle tandis que des étincelles et un petit panache de fumée sortent du dispositif.

Bon. On se prend une minute montre en main pour décider de la ligne à suivre. On ne peut pas quitter la planète pour l'instant, et on ne peut pas rester ici. Il va falloir se trouver un endroit...

Mais on ne peut pas non plus rester à Solitude. Quand le vaisseau de votre flotte sera là, si on est encore en ville on est cuit.

Par chance, Oban avait laissé à l'atelier une liste de ce qu'il lui fallait pour réparer "Dan" et j'ai eu le temps de passer payer et demander à ce qu'ils montent tout à bord avant d'être arrêtée. Maintenant il faut juste qu'on atteigne le vaisseau et qu'on trouve un endroit sur cette planète où se planquer pour réparer.

En fait, si on trouve le toît... On devrait pouvoir s'en sortir. Dan n'attend qu'un signal radio. Les smarcoms font ça, je pense. On doit pouvoir l'appeler. Mais les mecs qui nous chassent ont des vaisseaux aussi, et s'is n'ont pas saboté Dan, ils l'auront peut-être marqué. Malgré tout, en vol, on peut réparer.

Attends. Le poste de police est juste de l'autre côté de la place. Si Dan vient nous chercher ici, ils nous verront forcément et on va se faire allumer ! Il faut d'abord qu'on s'éloigne.

C'est vrai quoi qu'on fasse. Ils s'attendent à ce qu'on aille voir Dan. Et ils savent qu'on est là. On a peu de temps. 'Faut profiter de la "distraction" que les mercenaires apportent. Vite.

Très bien. On s'éloigne d'ici très vite, on essaye de choper un communicateur sur le chemin, et on appelle le vaisseau. Puis on part se mettre au vert en volant sous la couverture radar.
On y va.


Dernière édition par Eric le Dim 29 Nov - 19:20, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Dim 29 Nov - 19:27

Netifer s'avance et appuie sur le bouton vert, ce qui fait coulisser la porte... Et elle tombe nez à nez avec l'infirmière du Doc, qui se tenait de l'autre côté, la main en l'air, prête à ouvrir elle aussi !

Qu'est-ce que vous faites ici ?

La séclantie fait un pas en arrière et braque son arme sur elle.

Lève les mains et ne bouge p...

Avant qu'elle ne puisse finir sa phrase, la main gauche de la grande femme noire s'est détendue à une vitesse inouïe et fait voler le pistolet, tandis que la droite vient frapper Netifer à plat au milieu de la poitrine. Celle-ci décolle du sol en arrière, va percuter la table et retombe de l'autre côté, cul par-dessus tête.

Cela n'a duré qu'une seconde. Oban intervient avant que ça ne dégénère, tant que tout le monde est sous le coup de la surprise.


STOP ! Arrêtez, toutes les deux, on est tous dans le même camp ! C'est le docteur, Kurt, qui nous a envoyés ici. Il a bien compris qu'on en avait besoin, et il nous a dit que vous nous aideriez. Netifer, calme-toi, bon sang !

Alekseï, quant à lui, se déplace vers le pistolet de sa démarche féline, sans quitter "l'infirmière" des yeux. Il est prêt à combattre au corps à corps si son adversaire a la même idée que lui.

Vous mentez au sujet du docteur. De plus vous avez détérioré du matériel, dit-elle en regardant vers le pod qui fume encore. Je vais devoir vous retenir ici et prévenir les autorités.

Puis elle se tourne vers Alekseï et continue du même ton neutre, détaché.

Et ne tentez pas de prendre cette arme, sans quoi je serai probablement obligée de vous blesser.

Brusquement, Angelica écarquille les yeux, comme si elle venait de comprendre quelque chose.

Attendez ! Je sais !
Le Doc était médecin militaire sur la Fotte, pas vrai ? Et vous étiez à son service ?

Exact.

Alors il faut que vous sachiez : Il est coincé dans le commissariat avec les autres policiers ! Ils sont assiégés par des hommes armés. Le docteur Kurt pourrait être blessé... ou pire !

La femme à la peau noire dévisage Angelica un instant avant de lâcher un...

Merci.

...et de tourner brusquement les talons pour partir d'un pas décidé vers l'intérieur du bâtiment. D'un seul coup, elle semble les avoir complètement oubliés.

Pfiou ! On a eu chaud.

Alekseï ramasse l'arme et vérifie qu'une balle se trouve dans la chambre de combustion.

Saloperie de cyborg... Bon réflexe, Oban. Bon réflexe, Angelica. Je me serais fais démolir si vous n'étiez pas intervenus. J'allais essayer de me la prendre à mains nues. La plus mauvaise idée que j'aurais pu avoir... Merci.

Puis il se rend immédiatement au côté de Netifer. Voir si cette dernière n'est pas trop durement touchée. Heureusement, elle a l'air plus endolorie que réellement blessée. C'est sa fierté qui semble avoir le plus souffert.

Quelqu'un peu m'expliquer ce qui vient de se passer ? demande-t-elle pendant qu'Alekseï l'aide à se remettre debout.

Eh bien... je ne sais pas comment le Doc a pu la garder après avoir quitté l'armée, mais c'est un namec !

Un quoi ?!?

Ah oui, désolée. C'est comme ça qu'on les surnomme à l'Académie. Les androïdes de combats, je veux dire. Il y en a quelques-uns sur tous les vaisseaux de la flotte, et il y en a toujours un d'attribué au médecin en chef, comme infirmier et garde du corps. Et comme leur directive première est toujours de le protéger...

...Tu l'y as incitée. Bien vu.

Bon, j'imagine qu'il n'y a pas de honte à avoir à se faire aplatir par un robot de guerre ? dit-elle l'air passablement humiliée quand même.

Aucune honte à avoir. En fait, tu devrais être fière de t'être relevée aussi vite. Moi, je serai resté au sol. Tu peux marcher seule ? Tu peux t'appuyer sur mon épaule si tu en as besoin... Parce qu'il va falloir bouger vite, même si ce cyborg va foutre la pagaille chez les mercenaires !


Dernière édition par Eric le Dim 29 Nov - 23:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Lun 30 Nov - 9:34

C'est stressés et meurtris que nos amis sortent de la salle d'opération pour arriver dans les couloirs de la clinique. Mademoiselle Talla, le "namec", a déjà disparu, et il n'y a personne d'autre en vue. Sortir par devant les amènerait sur la place centrale de Solitude, où sont déployés les mercenaires. Ils se mettent donc à la recherche d'une porte de derrière.

C'est au détour d'un couloir, face à un distributeur de boisson et de nourriture, qu'ils tombent sur deux visiteurs. Même si elle a bien meilleur aspect que la dernière fois, ils reconnaissent immédiatement la petite fille, Lilo. La femme qui est avec elle est celle qu'ils ont pu voir sur une photo en compagnie de James Stitch et de la fillette.

Alekseï a juste le temps de cacher son arme.


Hé, bonjour ! fait Lilo d'un air joyeux en les apercevant. Regarde, Sybille. C'est eux qui nous ont sauvé !

Vraiment ? Bonjour, dit la jeune femme en leur souriant. C'est une chance de vous rencontrer enfin. Je... Vous allez bien ? demande-t-elle en voyant leur air épuisé.

LILO ! Ca me fait tellement plaisir de te voir, comment va ton père ?

Puis, réalisant qu'il manque à l'étiquette... Madame. Sybille, c'est ça ?

C'est ça. Tu dois être Oban, je suppose ? Lilo m'a beaucoup parlé de toi, tu sais ?

En bien, j'espère !

Salut, ma grande ! Et bonjour, madame. Mes hommages.
Tout va bien. Mais il faut bien avouer que nous avons eu une journée assez éprouvante.

Angelica et Netifer disent bonjour elles aussi.

Papa est presque guéri, vous savez ? Il faut que vous veniez le voir !

Ah ben, Oban, qu'est-ce qui est arrivé à ton bras ?

Cassé ! C'est pour ça qu'on est là. On pensait repartir bientôt. Vous savez, avec toutes ces réparations, on a à peine de quoi s'acheter à manger, alors c'est surement le moment de repartir, héhé.

Alekseï laisse Oban discuter encore quelques secondes, temps qu'il met à profit pour vérifier les environs. Entre autre la présence d'autres personnes ou de caméra de sécurité.

Eh bien dans ce cas, laissez-moi vous inviter à diner. Ce serait la moindre des choses.
Mais Lilo a raison : Vous devriez venir voir James avant, il voudra sûrement vous remercier.

Désolée, mais... Pour tout vous dire, nous avons des ennuis, et nous ne voudrions pas vous en attirer à vous aussi.

Des ennuis ? demande-t-elle l'air soudain inquiète. Qu'est-ce qui vous arrive ? Je peux vous aider ?

Eh bien... Il y a là dehors des gens dangereux qui nous veulent du mal. Il faut que nous rejoignons l'astroport au plus vite pour pouvoir partir. Si vous pouviez juste nous indiquer la sortie de derrière...

Bien sûr ! C'est par là, dit-elle en leur indiquant la direction.

Mais attendez... Elle réfléchit un instant, puis sort une carte métallique de sa poche. Vous allez sortir par le parking. Mon véhicule y est garé. C'est un vieux XP-38 bleu. Voilà la clef.

Attendez, fait Netifer, méfiante, Vous nous prêtez votre voiture comme ça ?

Évidemment ! James vous doit la vie, quand même !

Miss Sybille, vous nous sauvez la vie. Je m'en souviendrai. Oban s'approche de Sybille, et lui murmure :

Excusez Néti, elle vient d'un endroit où la confiance s'effrite facilement. Puis il profite d'être près de Lilo pour lui embrasser le front. Il la regarde un temps dans les yeux, un grand sourire aux lèvres, et s'en retourne avec ses compagnons.

Et passez nos voeux à James !

Et fait attention à toi. J'espère qu'on se reverra, Oban !

Alekseï ne dit pas un mot, mais semble retenir sa colère. Comme une bouilloire qui commence à siffler. Seule Netifer semble le remarquer et elle lui lance un regard étrange.

Merci. Merci beaucoup, ajoute Angelica à son tour, la clef dans la main.

Oui. Merci beaucoup. Allons-y...

Alekseï se dirige vers la sortie indiquée, et, dès qu'ils sont hors de portée des oreilles de Lilo et Sybille :

Vous êtes sûr, vous ne voulez pas vous manger une petite soupe chez les Stitch, avant ? Ou qu'on se fabrique une pancarte "on est en fuite. Si vous voulez nous trouver, on va à l'astroport" et l'agiter dans tous les sens ?
Je sais bien qu'ils sont sympas et que la discussion a tourné dans le bon sens, je sais bien que vous ne voyez le mal nul part, et c'est mignon. Mais sérieusement... Le jeune russe expire d'un ton exaspéré. La plupart des gens sont des salopards qui nous vendraient avec le sourire pour moins de 50 crédits !

Ta gueule, Alec. On peut profiter un peu de ce qui reste de bon dans l'humanité sans entendre ces conneries. Et puis on a pas de meilleur plan. Souris, une fois. Pour voir.

Les sourires, c'est pour mieux te poignarder dans le dos. Et la bonté dans l'humanité... En fait, ils cherchent tous uniquement leur profit ou des alliances. Les gens "biens", c'est des morts en sursis.
Mais tu as raison, je vais me taire. Tu comprendras mieux dans quelques années... En attendant, on file.

Enfin, Alekseï aperçoit la porte de sortie.

Je suis triste pour toi, Alekseï. Que ta vie t'ait enseigné qu'il y avait plus de mauvaises personnes que de bonnes. Tout dans la mienne m'a appris le contraire.

Tu as de la chance, Angelica. J'espère de tout mon cœur que la vie te confirmera ce que tu penses. Avec un peu de chance, tu déteindras sur moi...
En attendant, prie pour mon âme. Et celle des autres. Elles en ont sûrement besoin. Pourquoi je dis ça ? Maman, qu'est ce que je fais avec une arme sur moi, sur une planète inconnue ? Papa, pourquoi tu as mis tant d'énergie à me préparer à ça ? Des années à apprendre à tuer de toutes les manières possibles, à manipuler les autres, à calculer les points faibles des ennemis. Je n'ai jamais voulu ça... C'est mon frère, Serafim, le soldat implacable. Pas moi.
Moi, je voulais seulement danser... Avec Anissa. Je n'ai rien à faire là. Si Serafim était à ma place, il aurait déjà réglé tout ça !

Des larmes se profilent sur ses yeux. Il les retient. Il ne faut surtout pas que les autres les voient. Surtout pas le gamin et la Séclantie.

Puis il entrebâille la porte, et sa main se dirige vers son dos, là où se trouve fixé à sa ceinture le revolver. Il jette alors un coup d’œil à la ronde.
Si le chemin est dégagé, il ouvre grand le passage et se dirige vers le véhicule indiqué par Sybille.


Dernière édition par Eric le Lun 30 Nov - 23:13, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7194
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Mar 1 Déc - 9:42

Ils trouvent très vite la porte de derrière, qui en effet débouche sur un petit parking où seuls quatres véhicules sont garés. L'un est un tout-terrain à roues, les trois autres étant à antigravité. L'un de ces derniers est le vieux XP-38 de Sybille, un engin décapotable assez puissant, mais démodé depuis longtemps. Si ils avaient vécu au début sur la Terre d'avant l'éxode, cela aurait été l'équivalant d'une vieille Mustang.

Oban, éberlué par le comportement d'Alekseï et de Nétifer, ne pipe plus mot jusqu'à la voiture. Une fois dedans, toutefois, son sourire revient, et ses yeux partent sur le côté, alors qu'il pense déjà au jour où il pourra revenir à Solitude voir Lilo.

Angelica, tu conduis ?

Heu... C'est que... J'ai appris à conduire, mais... J'ai pas le permis.

Netifer est héberluée.

Et t'as peur de quoi ? Qu'on te foute une putain de contravention ?!?

Ca va aller, Angie. En plus si tu roules prudemment, personne ne nous suspectera. T'es la meilleure pour ce job, en fait. Détache juste tes cheveux, qu'on ne te reconnaisse pas. En plus je suis sur que ça t'irait bien.

Oban sourit à la jeune femme, mais dès qu'ele a détourné le regard, il fusille les deux autres du regard.

Laissez-la tranquille, maintenant. Certaines personnes fonctionnent mieux quand on leur fait confiance. Vous, on a surement dû beaucoup vous crier dessus, mais pas nous.


Dernière édition par Xavier le Mar 1 Déc - 23:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Mar 1 Déc - 23:53

Angelica glisse la clef dans la fente prévue à cet effet et appuie sur le bouton de démarrage. Le moteur électrique émet un doux ronronnement et le véhicule s'élève légèrement. La jeune femme met son clignotant et sort prudemment du parking.

Bon, Oban, tu disais que si tu pouvais contacter "Dan", il pouvait décoller tout seul pour venir nous chercher dans un endroit plus sûr que l'astroport ? Ça veut dire qu'il faut qu'on se trouve un communicateur.

Ben... On en a un, dit Angelica en appuyant sur un bouton du tableau de bord, allumant un petit holo-écran situé entre les deux sièges avants. Il y en a un dans presque toutes les voitures, chez nous, tu sais.

Oban ? Si tu veux appeler Dan...
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7194
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Mer 2 Déc - 0:00

Sans attendre, Oban entre les données de Dan dans l'appareil.

Dan est programmé pour répondre en m'appelant "monsieur", si jamais il y a un problème qu'il ne peut pas discuter en situation normale. On sera vite fixés. Oban lance la communication.

Dan, tu me reçois ? Tout va bien ?

La voix synthétique de Dan répond immédiatement.

Tout va bien, Oban. Je te reçois parfaitement. Que puis-je faire pour toi ?

Dis, Angelica,  Il y a aussi un lecteur intégré sur cette antiquité ? J'aimerai bien voir ce qui se trouve sur le disque qu'a récupéré Netifer, en attendant. Le ton d'Alekseï est assez détaché. Peut-être parce qu'il focalise son attention sur ce qui les entoure.

Heu... Elle regarde rapidement, tout en essayant de garder les yeux sur la route. Non, je ne crois pas. Et puis de toute façon, si nos dossiers sont classés secrets, ils seront probablement codés. On ne pourra pas les lire comme ça.

Le speeder s'est engagé dans les rues presque désertes de Solitude et Angelica les dirige tranquillement vers l'astroport. Pour y arriver sans repasser par le centre ville, il leur faudra passer le long du barrage. Ils ne croisent que peu de gens, à pied ou en véhicules, et personne ne semble faire attention à eux. En fait, dans cette partie de la petite cité, les habitants ne semblent même pas avoir conscience de ce qui se joue au centre ville, autour du commissariat.

Alors qu'Oban s'apprête à répondre à Dan, il entend soudain comme un petit vrombissement, assez loin au-dessus de leurs têtes. Levant les yeux, il aperçoit un petit objet volant qui passe à basse altitude au-dessus des toits de la ville.
Suivant son regard, quoiqu'ils n'aient rien entendus, Alekseï et Netifer le voient à leur tour.


Hé, c'est un drone de surveillance, ça, non ?

Que c'en soit un ou pas, peu importe. Oban se concentre sur son vaisseau.

Dan, on va devoir se rejoindre ailleurs qu'à ton emplacement actuel. Il va falloir que tu fasses des détours pour ne pas être suivi. On ne sait pas encore où on va, mais on te tient au courant. Ne laisse personne rentrer ou t'approcher de trop près, frérot. Il ne s'est rien passé d'inhabituel en mon absence ?

Si. Des gens sont venus déposer des caisses à bord. Du matériel technique. Rien d'autre.

Je mets les moteurs en chauffe et je décolle. Mais il va me falloir les coordonnées du point de rendez-vous.


Non, non, attends. Et qu'est ce que tu racontes ? Personne ne devait monter à bord.

Je t'avais bien dit que j'avais demandé aux employés de l'atelier de charger le matériel pour réparer, Oban. Au moins, ils sont consciencieux et ont fait vite.

Pour le drone, il vient soit de la flotte, soit des chasseurs de primes. La flicaille est trop occupée.
Il est loin, on se déplace et lui aussi... Je n'arriverai pas à l’abattre du premier coup. De toute façon, il y a de forte chance qu'il ne s'intéresse pas à notre voiture pour l'instant. Et s'il a un doute, il approchera pour faire une reconnaissance faciale.
Là, je ne le louperai pas.

Pour quoi faire ? On va juste se faire remarquer. Donnez-moi plutôt des coordonnées pour qu'on retrouve Dan. Angie, tu as maté le plan de la ville, et tu conduis. Qu'est-ce que t'en penses ?


Dernière édition par Xavier le Mer 2 Déc - 1:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Mer 2 Déc - 1:32

Angelica rappuie sur quelques boutons et le plan de la ville s'affiche en trois dimensions.

Attendez... Eh bien... Sur le barrage lui-même. C'est dégagé, Dan aura la place pour se poser et il ne devrait pas y avoir grand monde là-bas, je suppose.

Alekseï, qui gardait les yeux fixés sur le petit objet volant, vous soudain celui-ci faire demi-tour et descendre en se rapprochant d'eux. Il est encore à une trentaine de mètres... Mais il commence clairement à les suivre.

On est repérés. Fais venir ton vaisseau n'importe où. Ici, c'est bien. De toute façon, dès qu'il décollera, il sera verrouillé et suivi...
Alekseï sort son arme et vise soigneusement. Il inspire calmement, et expire lentement. Au bout de son expiration, il appuie sur la gâchette, comme au stand de tir.

Sa balle fait mouche, faisant jaillir une gerbe d'étincelles du petit drone qui commence à fumer et à tanguer avant de perdre de l'altitude.


Dan, t'as entendu ? Le barrage, à la sortie de la ville. On est pas trop loin. Oublie les détours, il va falloir faire vite.

Compris, Oban. J'y serai avant vous. Et non, je ne crois pas être suivi, Alekseï. Mes capteurs n'indique rien de tel.

Désolée, Angie. Cours de conduite accélérés.

Netifer, Assise à côté d'Angelica, se déhanche et pose son pied sur l'accélérateur avant d'appuyer à fond. Le speeder fait une embardée, les collant au fond de leurs sièges.

Hé ! T'es folle ! crie la conductrice alors que le véhicule file maintenant à toute allure.

Ça va aller, Angelica ! C'est tout droit ! Et on a une bonne nouvelle : si le vaisseau n'est pas verrouillé, c'est que la flotte est hors de portée de scanner ! Il ne reste plus qu'a éviter les radar du spatioport, en volant à basse altitude. Compris, Dan ? Et aussi les drones, mais ça, je m'en charge.

On a de bonnes chances de réussir à disparaître dans la nature !

...Dit Alekseï juste avant qu'Oban n'entende un vrombissement suspect. Une seconde plus tard, un speeder militaire gris surgit en trombe d'une rue adjacente, une vingtaine de mètres derrière eux. Dessus sont perchés deux hommes, le pilote et un passager, tous deux en armures de combat customisées : Des chasseurs de primes !

Tu pouvais pas la fermer, hein ?

Le conducteur du speeder, penché en avant comme un pilote de course derrière sa verrière, tourne sa poignée d'accélération à fond et met les gaz. L'autre homme assis derrière lui brandit un fusil à particules et commence à essayer de les mettre en joue alors qu'ils se rapprochent.

Baissez la tête ! Et trouvez moi un petit objet compact qu'on pourrait balancer en criant "grenade !"... Tout en disant ça, Alekseï s'affale sur la banquette arrière pour se mettre à couvert et s'assurer une meilleure stabilité. Il vise les parties sensibles du speeder et ouvre le feu, de manière contrôlée.

Il vide la moitié de son chargeur et plusieurs de ses balles font mouche : Deux touchent l'avant de l'engin et une troisième le casque du tireur. Malheureusement, aussi bien le blindage du speeder que l'armure du mercenaire sont à l'épreuve des munitions de petit calibre. Autant leur tirer dessus avec un pistolet à eau !

Le fusil à particule du chasseur de prime, au contraire, a toute la puissance nécessaire : Il lâche plusieurs rafales dans leur direction et deux de ses tirs font mouche. Par chance, il ne touche aucun des passagers, mais le XP-38 perd son aile arrière droite et même le pare-brise avant lorsqu'un des faisceaux d'énergie passe juste à côté d'Angelica.


Ahiiiii ! fait la jeune femme en tentant de zigzaguer tant bien que mal dans la rue étroite pour éviter les tirs.

On est presque au barrage. Tiens bon !!!

Quant à alekseï, il ne trouve qu'une canette de soda vide à lancer.

... Et il prend un risque. Il attend d'entendre un nouveau tir du fusil à particule pour se relever à la vue des mercenaires, faire mine de retirer une goupille, et laisse tomber la canette derrière le XP-38. Il crie alors :

Fire in the hole !!! Si ça permet de gagner trente secondes, et c'est ambitieux, c'est déjà ça. Puis il se remet à couvert.


Dernière édition par Eric le Mer 2 Déc - 21:49, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Mer 2 Déc - 23:13

Du coup, je prends le premier jet de Nico (le 5)

Leurs poursuivants font une légère embardée, probablement plus surpris qu'autre chose par le fait qu'Alekseï leur balance une pauvre canette de soda. Cela a au moins le mérite de leur faire perdre quelques secondes.

Puis ils recommencent à tirer : La porte du coffre est arrachée et quelques éclats viennent frapper les passagers arrières, Oban et Alekseï, leur causant de menues brulures et écorchures. Il devient évident que c'est le véhicule qu'ils visent, et non ses passagers.

Nos amis aperçoivent le bout de la rue : Encore trente secondes avant d'arriver sur le haut du barrage... Et c'est très long, trente secondes, quand on se fait tirer dessus !

Le calibre de son arme n'y faisant rien, Alekseï se dit que les aveugler pourra être plus efficace. Il retire son gilet, et le jette vers le speeder, en espérant qu'il s'accroche à eux et les gêne.

Plus par désespoir qu'autre chose, il tire de nouveau de nouveau une ou deux balles vers les poursuivants.

Salopards !

Par pure chance, son gilet vient se loger en plein sur la verrière du speeder. Son pilote est obligé de lever le pied pour tenter de l'en arracher, avec difficulté. Cela suffit à angelica pour s'engager sur la grande esplanade qu'Oban connaît déjà : Ils sont maintenant sur le haut du barrage. Au-delà du rebord, un grand nuage d'écume s'élève, causé par les immenses chutes d'eau.

Mais surtout, Dan est là, flottant à quelques mètres au-dessus du sol en vol stationnaire. Il ne leur reste que deux cents mètres à franchir quand un nouveau tir passe au-dessus de leurs têtes. Leurs poursuivant les rattrapent de nouveau !


On n'arrivera jamais à embarquer !!!

Embarquer ? Qui parle d'embarquer ? Saute dans le vide, Angie !

Dan, descend et ouvre le sas, on va sauter avec le véhicule !

Ou on fout le XP-38 en travers de la route pour les bloquer, et on finit en courant ! On ne va pas sauter dans le vide en espérant que le vaisseau nous rattrape ! Ce gamin est cinglé !



Dernière édition par Eric le Mer 2 Déc - 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Jeu 3 Déc - 0:52

Devant eux Dan s'élève brusquement, réacteurs à fond, et plonge hors de vue, vers les chutes.

J'ai compris, Oban. J'ouvre la soute. Ne vous ratez pas.

Soudain sereine, d'un calme olympien malgré les faisceaux de particules qui continuent de fuser autour d'eux, Angelica file tout droit vers le rebord, ignorant la suggestion d'Alekseï.

Un saut de la foi, Oban ? D'accord.

Tout en accélérant encore, elle murmure pour elle même.

Ô Lumière puisses-tu nous éclairer et guider nos pas. Nous sommes les vertueux et nos actions sont justes. Nous nous en remettons à toi dans l'adversité. Que ta volonté s'accomplisse. Que les ténèbres se dissipent devant toi. Que l'amour de la vie triomphe en cet instant...

Pour la première fois, on voit de la terreur sur le visage de Netifer qui s'accroche désespérément à son siège alors qu'ils foncent vers le vide.

Un instant plus tard, il n'y a plus rien en dessous d'eux si ce n'est cinq cents mètres de chute libre... Et ils tombent !


Nooon ! Bande de tarés ! Lui aussi tente de s'accrocher à ce qu'il peut. Le siège devant lui. Ces bras enserrent le-dit siège, et par extension le torse de Netifer...

Daaan ? Grappin magnétique ! Grappin magnétique !

Désolé, Oban, mais tu ne l'as pas encore réparé...


Dernière édition par Eric le Jeu 3 Déc - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Jeu 3 Déc - 21:15

En un instant, il n'y a plus que du blanc autour d'eux : Ils viennent de plonger dans le nuage d'écume du barrage. L'air et l'humidité fouettent leurs visages et le bruit du vent couvre leurs cris.

...

Soudain, une masse sombre en dessous d'eux. Une fraction de seconde plus tard, leur véhicule passe par la porte grande ouverte de la soute de Dan, qui les attendait, mais non sans violemment percuter le sol avant de faire un tonneau à l'intérieur du vaisseau. Les quatre passagers sont éjectés !

Angelica roule sur le sol en pente et touche le mur sans trop de dommages, juste avant d'amortir la chute d'Oban qui atterrit littéralement dans ses bras.

Netifer et Alekseï ont moins de chance : Ils viennent percuter un tas de caisses arrimées à la paroi. Alekseï sent son épaule se déboiter et plusieurs de ses côtes se briser.

Par bonheur, le XP-38 de Sybille ne vient écraser personne.
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7194
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Jeu 3 Déc - 21:20

Fourbu, épuisé, Oban n'attend pas de savoir s'il est blessé. Il lance au vaisseau :

Dan ! Bien joué ! On est cachés là ? Si oui, attendons un peu, mais sinon, mets les gaz, et tirons-nous d'ici, dans une zone dépeuplée où on pourra te réparer.

Oui, nous sommes hors de vue, Oban.

Attends... fait Angelica avec difficulté. Le speeder... Largue le speeder dans les chutes...

Bien vu, ils l'auront marqué avec un traceur...
Ensuite vient l'inventaire personnel des blessures, et enfin, celui des autres membres du groupe.

Une fois le speeder largué, après avoir incliné Dan pour pousser moins fort, Oban demande à son frère :


Ils sont encore au-dessus ?

Difficile à dire. Mes capteurs sont brouillés par l'écume et la chute d'eau au-dessus de nous. Mais nous sommes toujours hors de vue. En fait, je devrais pouvoir descendre puis contourner la falaise sans être visible.

Ouais, faisons ça. Merci, Dan.

Une trentaine de secondes après le " Dan, Bien joué !" la voix d'Alekseï  se fait entendre à l'arrière.

Vous... Alexis pousse un gémissement qu'il essaye de retenir entre ses mâchoires. ... Allez bien... Tous ? Oban... Angelica ? ... Netifer ? Chaque respiration, chaque mot lui semblent comme une torture, comme des coups de poignards dans le côté. Respiration après respiration. Et tout est trouble autour de lui. Trop lumineux, trop blanc.

Ça va aller, répond la jeune femme qui se remet debout avec peine. Et toi ?


Au son de sa voix, Oban va bien. Angelica est consciente, en état de parler. Mais n'ayant pas entendu celle de la Séclantie, il la cherche des yeux, grimaçant de douleur lorsqu'il tourne lentement son cou. Et il ne voit rien. C'est d'une voix saccadée qu'il reprend :
Ça va...  Pour moi.   Mais je suis... Hors de Combat...

Netifer ? Et il se recourbe de douleur d'avoir haussé le ton.

Mais la jeune femme ne répond pas. Elle gît sans connaissance à trois mètres de lui, face contre terre.

Oh par tous les saints. Alec, Neti !

Alors que la soute achève de se refermer avec un "CLANG !" sonore et que Dan amorce la descente vers le bas des chutes pour pouvoir s'éloigner sans être aperçu, les trois fugitifs encore conscients se penchent sur Netifer.

La séclantie a une plaie ouverte à la tête, et du sang coule de son nez et de ses oreilles...


Oh non ! Netifer !

Oban commence par sortir les anesthésiants  et autres fournitures volées à l'hôpital, et les remet à Angelica. Puis il se hâte vers la boîte de premiers soins.

De son côté, Alekseï se relève lentement.


Heu... fait la jeune femme en examinant les fioles qu'Oban a sorti de ses poches. Ethanédryl, stélonorbital, anélodium... Désolée, mais je ne connaît aucun de ceux-là.

A vrai dire, Oban et Alekseï non plus. Personne n'a les connaissances nécessaires en pharmaceutique.

Elle doit avoir une fracture du crâne et une commotion cérébrale. Je ne sais pas si on peut la bouger.

La voix de Dan les interrompt.

Oban, il me faudrait une destination.

Dan, tu peux te connecter au réseau publique de Solitude ? Il doit y avoir des informations sur les régions environnantes. Il nous faudrait un endroit que tu peux rejoindre en moins d'une heure et où nous ne serons pas repérables par un scanner orbital.

Après quelques secondes...

J'ai deux destinations possibles : Il y a une ancienne mine d'osmium, épuisée depuis une cinquantaine d'années. Il y a aussi un canyon creusé par la rivière où on trouve de nombreuses grottes naturelles.


Tout en revenant, Oban répond à son frère :

Les grottes, Dan ! Et évite les trous d'air s'il te plaît, on doit éviter de trop la bouger !

Il s'agenouille auprès de Netifer, et de son bras valide, entreprend d'ouvrir la boîte qui, il le réalise, ne contient peut-être rien. Après tout, ça fait plus d'un an qu'il n'a pas de souvenir de l'avoir utilisée !


Dernière édition par Xavier le Ven 4 Déc - 23:03, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9460
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Mer 9 Mar - 10:28

Expérience : 20 XPs

Compétences :

Oban :

10 points dans Technologie OU "Vaisseaux spatiaux"

20 points en Comédie

5 points en Cultures Humaines

5 points en Discrétion

40 points libres

Alekseï :

10 points en Observation

10 points en Comédie

5 points en Discrétion

5 points en Cultures humaines

5 points en Tir

5 points en Psychologie

40 points libres
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solitude   

Revenir en haut Aller en bas
 
Solitude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Éternelle solitude | Lumi |
» Dans la solitude du desert.
» joséphine ▬ « La solitude effraie une âme de vingt ans »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyager NG :: Voyager NG :: Deuxième Âge : Roleplay-
Sauter vers: