Voyager NG

Le space opera nouvelle génération
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Solitude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Solitude   Sam 19 Sep - 7:11

Après avoir démonté le campement et rassemblé tout ce dont ils disposent, nos quatre protagonistes embarquent sur Dan. Conformément aux prévisions d'Oban, celui-ci vole bel et bien sans problème, du moins tant qu'il reste à basse altitude. Ce sont donc quatre étrangers mal assortis que le destin a réuni de bien étrange façon qui prennent la direction de la civilisation à la recherche de réponses. On sent une légère tension régner à bord, dûe à l'incertitude quand à ce qui les attend dans un avenir immédiat autant qu'à ce qu'ils risquent de découvrir sur leur passé proche.

Assez vite le paysage change sous leurs pieds, la forêt s'éclaircissant puis laissant place à une plaine couverte de hautes herbes courant à perte de vue. Bientôt ils aperçoivent des animaux, des bovins de grande taille regroupés en troupeaux d'une vingtaine de bêtes au plus. Ceux-ci s'égaillent lorsque le vaisseau passe en rase-motte un peu trop près.



Après une centaine de kilomètres, franchis en très peu de temps, ils repèrent d'où viennent les signaux captés par Angelica : Sur le radar s'affichent des objets volants, peu nombreux et de petites tailles. Lorsqu'ils finissent par en avoir un en visuel, ils constatent qu'il s'agit d'un vieux drone de surveillance. Celui-ci suit un des troupeaux pendant quelques minutes, avant de se mettre en route vers le suivant. A l'évidence, les colons de ce monde pratiquent l'élevage en liberté et utilisent ces appareils pour garder un oeil sur leur bétail de manière automatisée. L'exploitation que le vaisseau survole en ce moment doit faire plusieurs dizaines de milliers d'hectares et les bêtes ne doivent probablement quasiment jamais voir d'être humain.

Bientôt, Angelica commence à capter de nouveaux types de transmissions, différents de ceux des drones. Cette fois, il s'agit de communications qui, quoique brouillées, sont clairement des appels radios. Ils proviennent de très loin, sûrement encore plusieurs centaines de kilomètres, mais à la vitesse où ils volent ils y seront en quelques heures tout au plus.

Hé, qu'est-ce que c'est ? Regardez là-bas.

A travers la vitre du cockpit, ils aperçoivent à peut-être une dizaine de kilomètres un panache de fumée noire, qui semble tout sauf naturel.


Dernière édition par Eric le Ven 20 Nov - 18:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Sam 19 Sep - 10:35


Qu'est-ce que c'est que ce truc....

On va ralentir un peu, accrochez-vous !

Dont acte. Il semble que, même s'il pilote assez bien, Oban n'aie pas vraiment l'habitude d'avoir des passagers. Il est un peu lourd sur le frein, et ceux qui n'ont pas pris le temps de s'accrocher peinent à rester debout...

Alekseï se tient fermement aux structures du vaisseau. Mais il reste au niveau du cockpit, et ne détourne pas le regard de la colonne de fumée. Il a toujours l'absence de "la 5ème" en tête...


On peut pas aller très très haut, tu sais. Et puis s'il faut descendre ou faire monter quelqu'un... Il faut faire du rase mottes.

Attends, il y a peut-être quelqu'un, là-bas. On devrait au moins jeter un oeil, non ?


Dernière édition par Xavier le Dim 20 Sep - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Sam 19 Sep - 19:32

Oban fait approcher le vaisseau à vitesse réduite de l'origine de la colonne de fumée noire. Lorsqu'ils ne sont plus qu'à quelques centaines de mètres, tous peuvent apercevoir un petit appareil volant qui s'est à l'évidence crashé. Il a laissé dans la plaine un long sillon de terre retournée et l'un de ses moteurs est en flammes. Difficile de dire exactement de quel type d'engin il s'agit : Il est vraiment en piteux état. Seule la cabine et la partie centrale du fuselage sont encore entiers.

Oban ralenti encore et descend, soulevant un nuage de poussière. A ce moment, on peut voir une petite silhouette s'extraire avec peine du cockpit de l'appareil en ruines. Celle-ci se dirige vers le vaisseau en approche en faisant de grands gestes désespérés.

L'air un peu emmerdé, Oban déclare malgré tout :


Règle numéro Un du voyageur : on aide les gens en détresse.

Puis, probablement pour lui-même, bien que tout le monde puisse entendre :

Règle numéro deux, on y va armé.

Sauf que l'on n'a pas de vraies armes, donc on va y aller sans. De toute façon, le pilote à l'air seul, sonné, et pas très agressif.

Tu veux bien nous poser, Oban ?

Ouais. Je garde le moteur allumé. Qui y va ?

E dim 14:01
Je descend. Alekseï, avec moi. Angelica, vous restez à bord avec Oban, dit Netifer d'un ton sans réplique.

Alekseï se fige, jette un regard glacial à la Séclanti en haussant un sourcil...
Un silence s'installe l'espace d'une seconde.
Puis il a un petit rire de gorge, chaud et discret.


On y va. Dont acte. Alekseï ouvre la trappe et fait signe de la main. Les demoiselles d'abord.

Oh ? Eh bien passe devant, dans ce cas ! lui lance-t-elle avec un clin d'oeil.

Ah ? J'aurais pourtant juré que tu faisais partie de la gente féminine. C'est incroyable comme on peut se faire avoir par les apparences, parfois...

Et, sans aucune gêne, Alekseï passe le premier et se laisse glisser le long de l'échelle.


Dernière édition par Eric le Ven 20 Nov - 18:24, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Lun 21 Sep - 0:10

Dans le vaisseau...

Une fois les autres dehors...

Bon, j'imagine que la team "action" n'a pas besoin du gosse, ni de la jolie fille.

Je vais scanner leur carcasse, tiens. Y'a peut-être des trucs à récupérer sur leur engin, là.

Regarde! Alekseï et Netifer s'approchent de lui! lança-t-elle en se penchant pour voir par le hublot.

Bah, dès qu'on saura que c'est pas un pirate de l'esp... du sol... Bref, quand on sera en sécurité, quoi, pas de souci. Même si je préfèrerais attendre d'être dans l'espace, quand même. En attendant, regarde : on va manœuvrer pour se mettre face à eux, façon menaçante, tu sais ? Comme si on était armés. Ça fera pas de mal...


Dernière édition par Xavier le Ven 20 Nov - 21:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Mar 22 Sep - 11:51

Dans la plaine, près du site de crash...

Netifer et Alekseï sont descendus et, traversant le nuage de poussière soulevé par le vaisseau, se dirigent rapidement vers la petite silhouette qui continue de leur faire de grands gestes d'appel au secours.

Quand ils arrivent à sa hauteur, ils constatent qu'il s'agit d'une enfant, de peut-être dix ans, habillée d'une combinaison de vol usée et couverte de suie, de terre... et de sang ! Elle est en larmes, complètement paniquée, et quoique un peu intimidée par la présence du vaisseau d'Oban qui plane au-dessus d'eux comme un rapace menaçant, elle tente de leur parler entre deux sanglots.


A... A l'aide ! S'il vous plait ! C'est... sob... C'est mon papaaaa ! Il est... Il est coincé à l'intérieur. Je... Je n'arrive pas à le faire sortiiiiir !!!

Fucran ! lache Netifer avant de faire signe à Oban de se poser avec les bras. Ce dernier, regardant la scène via le hublot et les différentes caméras, vérifie d'abord les senseurs, mais ne tarde pas à s'exécuter.

Ne pleure pas, petite. On va sortir ton père de là. Alekseï se dirige rapidement vers l'entrée du vaisseau. Juste avant de rentrer, il retire sa veste et lance en direction de Netifer :
On aura peut-être besoin d'un extincteur et d'un pied de biche...

Netifer pose la veste d'alekseï sur les épaules de la petite...

Viens par là, toi, dit-elle à l'enfant en la soulevant pour l'emmener vers l'appareil d'Oban.


Dernière édition par Eric le Ven 20 Nov - 18:30, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Mar 22 Sep - 11:52


À présent qu'ils sont certains qu'il n'y a pas de danger, Oban sort le matériel requis, et tout le monde se relaie avec précipitation pour porter assistance. De l'intérieur, le jeune garçon observe avec inquiétude, impuissant.

Alekseï repart avec les outils et un extincteur, tandis que Netifer dépose la fillette dans les bras d'Angelica.

Occupez-vous d'elle ! lache-t-elle avant de ressortir pour rejoindre Alekseï qui est déjà presque arrivé à l'épave.

Les flammes qui jaillissent d'un moteur éventré commencent à se propager vers le corps de l'épave. La verrière de la cabine de pilotage a explosé et à l'intérieur on peut distinguer un homme affalé, la tête en sang. Il est encore attaché par son harnais, mais son siège semble s'être détaché, ce qui l'a projeté contre le pupitre du poste de commande. L'accès à la cabine en partie écrasée va être difficile.

Une fois que Netifer a rejoint Alekseï, il s'adresse à elle.

Je crois que je peux réussir à rentrer par la verrière éclatée. Je suis vraiment souple, tu sais... Mais il faudra que tu me passes les outils après, et que tu m'aides à le sortir, à partir de l'extérieur. Le temps que je le libère, il faudrait aussi finir de dégager les morceaux de verre encore accrochés au cockpit. Ça te va ?

Je m'en occupe.
Elle se dirige vers l'exterieur du cockpit et commence à enlever les morceaux de verre restants, utilisant son coude pour briser les plus resistants.

Alekseï commence ses contorsions tout en ajoutant : Avec le choc que ce gars vient de se prendre, il faudrait un harnais pour maintenir sa tête, mais... On a pas le temps. Si le feu atteint le carburant, on est tous morts ! On va faire au plus rapide.

Je m'occupe du feu, dit-elle en s'emparant de l'extincteur avant de se diriger vers l'incendie.

Alekseï dégage rapidement les morceaux de plexiglas encore accrochés à l'armature tordue de la verrière du poste de pilotage et parvient à se faufiler jusqu'à l'homme. Le père de Lilo est encore en vie, quoique inconscient et en piteux état. Il a probablement une fracture du crâne et un de ses bras fait un angle étrange. Il est encore sanglé dans son harnais : Ce sont les fixations de son siège qui ont lâché. Le sortir ne sera pas facile, et il faut commencer par le détacher.

Alekseï commence donc par détacher le harnais de manière classique, en libérant l'attache. Si cette dernière est grippée, il attaquera la sangle au couteau. Il profite de ce moment où il effectue une tâche simple pour jeter un coup d’œil rapide à l'intérieur du vaisseau.


Dernière édition par Eric le Ven 20 Nov - 18:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Mar 22 Sep - 12:14

Pendant ce temps, dans le vaisseau...

Euh... Salut. Est-ce que... ça va ? Tu sais comment tu t'appelles ? T'as mal quelque part ?

Je... Je m'appelle Lilo. Je suis pas blessée. Est-ce qu'ils vont sauver mon papa ??? demande-t-elle avec anxiété en regardant dans la direction du crash.

Mais oui, ne t'inquiète pas. Ils sont super forts, tu sais ? Je suis sûre que ton père sera avec nous dans pas longtemps, lui répond gentiment Angelica en l'examinant tout de même pour s'assurer qu'elle n'a rien.

Comment ça vous est arrivé ? Y'a pas d'obstacles dans le coin... On vous a attaqués ?

Hein ? Non. On a... Papa a juste eu le temps de me dire que les moteurs étaient en panne... Et puis on est tombés.

Okay. On va faire tout ce qu'on peut. Tu m'aides ? On va sortir tout le matériel de soins dont on dispose, comme ça quand ils ramèneront ton père, on aura pas à chercher. Sol, tu peux sortir la couchette dans ma chambre, à côté ? Il doit y avoir des draps propres dans l'armoire, et on aura surement besoin d'eau chaude ; je vais chercher les médicaments.


Dernière édition par Xavier le Ven 25 Sep - 11:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Dim 27 Sep - 21:04

Alekseï est obligé de trancher les sangles du harnais. C'est seulement ensuite qu'il parvient à extraire le blessé du cockpit, non sans prendre de grandes précautions. Alors qu'il fait descendre l'homme inconscient jusqu'au sol, il jette un dernier coup d’œil dans la cabine, mais n'y trouve que des débris et du matériel que l'on s'attend à trouver dans un poste de pilotage, si ce n'est une photo sur papier. Sur celle-ci on voit la petite fille et son père en compagnie d'une femme : Peut-être bien sa mère, car les trois semblent former une famille heureuse. Alekseï la glisse dans sa poche avant de sortir à son tour du cockpit, tandis que Netifer emmène déjà le blessé.

Quelques minutes plus tard, à l'intérieur de Dan...

Papa... Il va s'en sortir, hein ?

Ne t'inquiète pas, Lilo. Ça va aller, lui répond Angelica.

Elle et Netifer ont pris en main les soins : Elles semblent toutes deux avoir bénéficié d'une formation médicale de terrain; mais si les paroles de la fille blonde visent à rassurer la fillette, il est évident que l'état du blessé est critique.


Dernière édition par Eric le Ven 20 Nov - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Dim 27 Sep - 22:55

Bon... On va pas rester là, on a besoin d'un vrai docteur. C'est reparti pour la civilisation. Sécurisez le malade, je vais essayer de décoller en douceur.

Excellente initiative, navigateur.

Dan s'élève, et c'est un Oban clairement de plus en plus stressé qui pilote. Entre la perte de son frère, l'amnésie, et l'urgence, on sent bien que ce n'est qu'un enfant, même s'il tente de garder une contenance.

Un coup d’œil circulaire du jeune russe au groupe, pensif et tendu. Пиздец ! ("pizdets" : l'équivalent de l'interjection "Putain !", signe d'agacement ou de dépit en russe)

Bon, tout va bien... Il dit ça plus pour les autres que par intime conviction, même si ce n'est pas forcément sensible. Alekseï a appris à cacher ses émotions depuis son plus jeune âge. Par les coups de fouet de son père, s'il le fallait. Mais là, il n'est pas forcément convaincant. Même s'il essaye de toutes ses forces. Ne pas laisser s'effondrer le moral des troupes. Première règle. La seconde règle que lui a enseigné son père, il ne veut jamais avoir à l’appliquer par lui-même. C'est son cauchemar de "futur dirigeant". Et elle n'est de toute façon pas à l'ordre du jour.

Pas un geste pour attacher le blessé. Quelqu'un le fera bien à sa place. Les filles qui sont à côté de lui, par exemple.
Il s'assoit plutôt dans un coin, juste à côté des autres, en entrainant avec lui la gamine. Lilo, d'après ce qu'il a compris.


Enchanté, petite. Lilo, je crois ?
Tu veux que je te présente l'équipage ? Sans attendre la réponse, il continue... Celui qui est aux commandes, qui a presque ton âge, c'est Oban. C'est un pilote de première envergure. Il va vite nous emmener vers un hôpital où l'on va pouvoir aider ton papa.

Sèche tes larmes, ma puce. Et il lui tend la manche de sa veste, celle que porte en ce moment Lilo.

La dame blonde à la voix douce qui soigne ton papa, c'est Angelica. Future officier supérieur de la flotte Humaine. Et celle qui l'aide, qui crie tout le temps et qui est musclée comme un garçon, c'est Netifer. Tu vas voir, elle gentille aussi, même si on ne dirait pas... Un sourire et un clin d’œil furtif adressé à la brune. Une Séclanti. Tu te rends compte !? Les humains les plus "durs-à-cuire" de la galaxie !

Moi, c'est Alekseï.

Tu sais, j'ai une de mes petites sœurs qui à le même âge que toi. C'est la petite princesse de la famille Ivanovna ! Et elle te ressemble beaucoup... Elle s'appelle Svetlana. Je te la présenterai un de ces jours, si tu veux, dit-il en lui passant un bras sur l'épaule d'un geste rassurant et protecteur.
Tout va bien se passer. On est tous là avec toi.

Tiens... J'ai ça pour toi. Je l'ai trouvé dans ton vaisseau. Je me suis dit que c'était important pour ton père et toi. Alekseï lui donne la photo qu'il a récupéré et, alors qu'elle a son attention portée sur l'objet, jette un regard inquiet vers les systèmes de Dan.

Puis se tait.


Merci. C'est papa et moi, et Sybille, dit-elle avec un regard reconnaissant.

C'est ta maman ?

Sybille ? Non. C'est l'amoureuse de papa. Ma maman, elle est partie.

Marrant, cet accent. C'est plus prononcé quand tu repense à chez toi, j'imagine, dit Oban à Alekseï Ça vient d'où ? Demande-t-il pour détendre l'atmosphère.

On ne m'a jamais dit que j'avais un accent. A part les marchands Sélucéens. Leur langue n'est pas facile à prononcer.
J'imagine que ce doit être l'accent russe. On ne parle pas ce dialecte bâtard qu'est le Terran, à la maison.


Dernière édition par Xavier le Lun 28 Sep - 8:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Lun 28 Sep - 20:13

Le vaisseau reprend son vol en direction de la civilisation.

Dis-donc, petite, il y a une ville, par là ? Avec un médecin ?

Oui. Ça s'appelle Solitude. On y va souvent avec papa. Et il y a un docteur. Il est un peu bizarre mais il est gentil.

Dites, j'essaie d'envoyer un message radio pour prévenir de notre arrivée ?

Ça peut aider son père si ils sont prêts quand on arrive... Comment c'est, le nom de ton père, au fait ?

Le nom ce n'est pas le plus important pour l'instant !
Angelica, tu transmets simplement que nous avons un blessé grave, avec un trauma crânien, un bras brisé, certainement des côtes fêlées, et de possibles hémorragies internes. Et que nous arrivons dans...  Dans combien de temps arrivons nous ?

Ça leur suffira pour préparer le bloc opératoire !
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Lun 28 Sep - 23:31

Au fait Alec, j'ai une question ou deux, si tu permets ?

Je t'écoute. Et je préfère que tu m'appelles Alekseï...

Je sais.

Tu comptes repartir dans mon vaisseau, ou rester là-bas avec ton armée imaginaire ?

Parce que, si je me souviens bien, le capitaine ici, c'est moi.  Et je dis que personne n'a à obéir à qui que ce soit ici... Du coup, quand je parle à Lilo, j'aimerais qu'elle puisse au moins choisir de me répondre, si elle veut.

Comme ça, Angie pourra dire au doc que c'est son ami qui est blessé. Ça le mettra surement dans de bonnes dispositions. Vu comme on ne sait pas où nous sommes ni si les gens nous connaissent ... en bien ou en mal...

Et pour finir... Il est bien sanglé, le patient, n'est-ce pas ?

Un vague sourire sans joie, puis, d'un ton blasé mais ferme :

Si tu savais à quel point je me fout de l'endroit où je pourrais me retrouver ! Partout à part Ba...

... Bon, passons. Pour ta gouverne :

Selon la loi terrienne, le capitaine d'un vaisseau spatial est le maître à bord. Sauf s'il est destitué par une mutinerie ou par ordre d'un de ses supérieurs. Ou même d'une motion majoritaire au deux-tiers de l'équipage soutenue par un officier supérieur capable de reprendre les fonctions de capitaine. Ce qui équivaut à une mutinerie, dans les faits...
J'espère que nous n'arriverons pas à une situation aussi désagréable dans un futur proche... Pour l'instant, l'objectif principal est d'atteindre ce docteur dont vient de nous parler Lilo.

Docteur qui, toujours selon les lois terriennes, est censé soigner toute personne dans le besoin. Le serment d'Hippocrate. Qu'il soit l'ami du père de Lilo, ou pas. Dans le cas contraire, il serait destitué de sa fonction et de son droit d'exercer.

Quant au droit de chacun de s'exprimer, Lilo, toi, moi, ou un autre, il est acquis par les chartes constitutionnelles terriennes. Ainsi que que par le bon sens.


... Au lieu de dire des bêtises, trop jeune "capitaine" Cross, reste calme, continue de piloter et fait attention à ton cap. Je t'apprendrai les lois, les usages, et les bonnes manières plus tard, lorsque nous aurons le temps.

Et oui, tu as tout à fait raison sur un point : le père de Lilo est bien sanglé ? C'est le plus important, pour l'instant. Content que tu n'aies pas oublié ça.

Alekseï, l'air passablement énervé par tant d'ignorance, d'arrogance et de stupidité, s'éloigne du cockpit pour rejoindre un coin du vaisseau plus tranquille. Oban, lui, reste bouche bée devant cette réponse.

E mar 05:45
Ce qu'Alekseï n'a pas remarqué, c'est que quelques secondes après le début de son laïus, Netifer a commencé à le singer dans son dos, en prenant un air éminent et en faisant "Bla bla bla" avec la main, à l'intention d'Oban et des autres. Elle s'arrête juste à temps et le jeune homme ne remarque rien, si ce n'est quelques sourires amusés.

Allez, vas-y Angelica, appelle. Oh et, Lilo, comment s'appelle ton père déjà ? dit-elle avec un clin d'oeil à Oban.

C'est James. James Stitch.

Dis-leur ça, Angie. Le gamin a raison : Il seront peut-être plus disposés à nous laisser atterrir sans faire d'histoires si ils connaissent le nom du blessé.

D'accord.

Merci, Neti. Non mais vous y croyez, à ce type ? On est dans un vaisseau non-immatriculé, je sais pas s'il se rend bien compte...

Angelica allume son micro et commence à diffuser. Allo ? Est-ce que quelqu'un m'entend ?

Elle insiste en variant les fréquences, jusqu'à ce qu'une voix masculine réponde sur les haut-parleurs :

Ici la tour de contrôle de Solitude. Je vous reçois. Vous émettez sur une fréquence non-autorisée. Identifiez-vous. Quel est votre numéro de vol ?

On a pas de numéro, désolée, mais on a une urgence. Nous avons un blessé grave à bord, quelqu'un de chez vous. Son nom est James Stitch. Son appareil s'est écrasé et il a probablement une commotion cérébrale et plusieurs fractures.

La voix change de ton, passant du sérieux à l'inquiétude :

James ? Oh merde ! Attendez, je vous envoie un signal de guidage !


Dernière édition par Xavier le Jeu 1 Oct - 18:54, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Mar 29 Sep - 0:21

Je l'ai. Mais sans le cerveau de Dan, on va devoir le suivre en manuel. On devrait pas en avoir pour bien longtemps.

Et en effet, l'équipage sent le vaisseau bifurquer de quelques degrés. Au bout d'un petit moment, ils aperçoivent...


Dernière édition par Xavier le Mer 30 Sep - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Jeu 1 Oct - 22:16

...Ils aperçoivent une ville qui forme comme un îlot au milieu de la plaine. La cité est d'apparence surprenante : Elle est bâtie sur un énorme barrage, lui-même adossé à une colline dans laquelle est fichée une gigantesque épave de vaisseau spatial. Elle ne doit pas compter plus d'un demi-millier d'habitants.


Ça alors ! C'est... Mais oui, c'est une arche !!!

Une arche ?

Un des vaisseaux qui ont pris part à l'Exode, il y a un siècle et demi !

Eh bah c'est cool...

De l'arrière du vaisseau, la voix d'Alekseï se fait de nouveau entendre.

A haute voix, mais clairement énoncé pour lui-même : Voir trois vaisseaux différents écrasés en une journée, c'est une première pour moi. J'espère que c'est une coïncidence. Puis...

Au fait, vous tous, vous avez évidemment réfléchi à ce que vous allez dire aux officiels quand ils nous poseront des questions ?
Sinon, je vous conseille de vous y mettre... Et que nos versions concordent. Parce que sinon, ça va être compliqué, avec notre navette non-immatriculée.

Le pilote, héberlué par cette remarque, claque sa paume contre son front en guise de commentaire.

Tu auras peut-être à nous aider à ton tour, Lilo...

Heu... D'accord. Qu'est-ce que vous voulez que je fasse ?

A ce moment, la voix sort à nouveau des haut-parleurs :

Ok. Vous devriez voir des plates-formes d'atterrissage du côté sud. La toute première vous est réservée. Le doc est en route. Comment va James ?

Toujours en vie, monsieur. On sera posés dans quelques minutes.


Dernière édition par Eric le Ven 20 Nov - 18:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Ven 2 Oct - 13:35

Le jeune pilote fait de son mieux ; mais bien qu'on sente l'expérience, il ne peut éviter que quelques gouttes de sueur perlent sur son front. Avec une minutie exagérée, il vient poser l'appareil sur la piste indiquée, avec une douceur relative. Il a l'habitude d'être assisté...

Pfuuuuu.... Je ferais pas ça tous les jours. Sas ouvert, je fais signe au doc de monter. Oban coupe les moteurs, enclenche les sécurités, et après avoir fait signe aux gens à l'extérieur que tout est okay, entreprend de sortir de l'appareil avec Lilo. Deux enfants, quoi de plus inoffensif ?
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Sam 3 Oct - 23:05

Quelques instants plus tard, ce sont trois personnes qui montent la rampe d'accès du vaisseau et viennent à la rencontre du petit groupe. Près d'eux flotte une civière à antigravité. Deux d'entre eux portent des blouses médicales : Le médecin est un homme sec, d'une soixantaine d'années, doté d'implants occulaires. Son infirmière est une grande femme à la peau noire. Le troisième personnage est un asiatique en tenue de policier.

Alors, où est mon patient ? fait le médecin sans s'embarasser avec les présentations.

Par ici, répond Angelica en s'écartant pour leur permettre de voir l'homme toujours inconscient.

Parfait ! Mademoiselle Talla, mes instruments.

Tout de suite, docteur.

Il se penche sur le père de Lilo et, muni d'une sonde de diagnostic, commence à évaluer son état, sans se préoccuper de qui que ce soit d'autre.

Ne t'inquiète pas, Lilo, ça va aller, dis gentiment l'homme de loi à la fillette pour la rassurer. Le Doc connait son travail.

Puis il s'intéresse à l'équipage du vaisseau et s'adresse à eux en inclinant respectueusement la tête.

Bonjour, jeunes gens, et merci pour ce que vous venez de faire.

Je suis le chef Sato. Puis-je savoir à qui j'ai l'honneur ?

On est des étudiants de l'adacémie militaire de Babylone, m'sieur. On cherche à rentrer chez nous. Oban, m'sieur. Oban Cross, s'empresse de dire le gamin, en tendant la patte au gentil monsieur.

Alekseï se relève dignement, avance de façon directe vers Sato.

Alekseï Yevgenyrovitch. Mes respects, officier supérieur de sécurité Sato. Il salue à la façon militaire, puis incline brièvement mais respectueusement la tête à la mode asiatique. Nous vous remercions d'être intervenu aussi rapidement pour nous prêter assistance, ainsi qu'au père de Lilo.
Je laisse l'honneur aux autres membres de notre équipage de se présenter à vous. Il indique de la main ceux qui n'ont pas encore pris la parole.


Dernière édition par Eric le Ven 20 Nov - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Lun 5 Oct - 17:39

Bonjour, chef, enchaîne la séclanti, parfaitement à l'aise. Je suis Netifer. Netifer Krantz. Voilà Jessica Catalani...

Heu... Bonjour ! C'est moi que vous avez eu à la radio, fait-elle un peu mal à l'aise.

Ils ont vraiment été super, chef ! Ils ont sorti papa de la cabine alors que ça brulait et tout !

Eh bien ! Une intervention héroïque, alors !

...

Puis-je savoir ce qui vous amène dans notre modeste colonie ?

A vrai dire, chef, on n'avait pas vraiment prévu cet arrêt. Pas que votre colonie n'ait pas l'air charmante, ceci dit, mais... Nous avons eu quelques ennuis sur la route.

Oh ? Des ennuis, vraiment ?


Dernière édition par Eric le Ven 20 Nov - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Xavier
Maître
avatar

Messages : 7124
Date d'inscription : 31/03/2008
Age : 38
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Lun 5 Oct - 20:27

Ouais... A vrai dire, on est perdus. On ne sait même pas où on est, et pour tout vous avouer, ce vaisseau, on l'a bidouillé à partir de matériaux de récupération. D'où l'absence de marquage et d'immatriculation...

Je suis désolé, c'est ma faute, je sais bien que c'est pas dans le règlement de voler avec, mais vous comprenez... On doit rentrer.

"90% de vérité dans un mensonge, c'est un bon ratio", pense Oban. Mieux que d'habitude.

Vous avez fabriqué cet engin ? Sérieusement ?

Pourquoi croyez-vous qu'Oban soit entré si jeune à l'accadémie ? C'est un petit génie, tout simplement.

Allez, arrête de dire ça...

Par contre, même un prodige a besoin de pièces de rechanges pour réparer, et là nous en aurions bien besoin. Vous savez où nous pourrions trouver ça ?

Bien sûr. Les ateliers de mécanique sont juste à côté. Ce sont les grands hangars blancs. Vous ne pouvez pas les manquer.
Mais dites-moi... Je suis un peu curieux de savoir comment vous avez pu vous perdre. Et ne sont-ce pas des traces de tirs sur votre coque ?

Euh... on a pas trouvé que des pièces parfaites dans la décharge, alors...

A ce moment, la conversation est interrompue par le Doc.

Bien. Le patient est stable, chef. Nous allons devoir opérer, toutefois. Je l'envoie à la clinique. Mademoiselle Talla, si vous voulez bien procéder.

Oui docteur.

L'infirmière manipule ce que nos jeunes amis prenaient pour une civière flottante, mais qui n'en est pas une. En effet, une fois que la femme l'a amenée à la verticale du blessé, elle appuie sur une série de commandes et James Stitch est aussitôt nimbé de lumière avant de disparaître, téléporté.


Dernière édition par Xavier le Lun 5 Oct - 23:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Nicolas
Source
avatar

Messages : 2947
Date d'inscription : 03/04/2008
Age : 36
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Solitude   Mar 6 Oct - 0:20

Alekseï a un imperceptible froncement de sourcil.

Bien. Je suis soulagé que James soit pris en charge. Peut-être que nous pourrions nous rendre à un endroit où nous aurions l'occasion de nous restaurer, et de communiquer avec nos supérieurs, en attendant d'avoir le diagnostic définitif du père de Lilo ?

Soudainement emballé, surtout par l'opportunité de passer à un autre sujet, Oban se tourne vers la pauvre petite...

Oh oui, manger ! Lilo, tu connais le coin ? tu nous montres ?

Désolé, mais j'ai bien peur que je doive emmener Lilo avec moi.

Je vais te laisser chez Sybille. Et tu pourras aller voir ton père dès qu'il ira mieux, d'accord ? dit-il à la fillette.

D'accord.

Merci, dit Lilo à nos amis. Vous... Vous nous avez sauvés.

Comme mue par une impulsion, elle va planter un bisou sur la joue d'Oban avant de retourner vers le chef Sato, pendant qu'Oban change de couleur.

Pour ce qui est de vous reposer et de manger, il y a un hôtel pour voyageurs, juste après les ateliers de maintenance. La patronne s'appelle Meira. Dites-lui que vous venez de ma part et elle vous fera un prix. Si vous avez besoin de contacter vos parents ou vos supérieurs, vous pourrez le faire de là. Nous reparlerons demain : Je vais devoir mener une enquête sur l'accident et j'aurai d'autres questions pour vous.

Bonne journée.

Il salue et prend Lilo par la main pour l'emmener avant de sortir en compagnie du Doc et de son infirmière.

Quelques instants plus tard, les voilà seuls.


Bon... Ça aurait pu se passer plus mal.

Maintenant, ravitaillement. Il va nous falloir ces pièces de rechange, du carburant, des vivres, et de quoi payer tout ça !

Et comme ça a l'air d'être le seul spatioport dans le coin, si quelqu'un voulait quitter la planète...

Oui. Tu penses à la fille aux cheveux blancs, j'imagine ?
Et il va aussi falloir se documenter sur ce qui s'est passé depuis un an, en particulier sur ce qui est en rapport avec nous.

Mais la priorité, c'est les crédits.
Oban ne doit pas avoir de compte. Celui d'Angelica, le tien et le mien sont plus prometteurs. Par contre, si on transfère des fonds, ça va se voir.
Bah, pas le choix de toute façon... Il nous faut trouver un terminal bancaire.

Les yeux perdus au loin, Oban n'écoute que d'une oreille. Mais de toutes façons, il n'a pas grand chose à dire, fauché comme il est...


Dernière édition par Nicolas le Jeu 8 Oct - 17:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Jeu 8 Oct - 18:26

Heu... Je suis entrée à l'académie avec une bourse, vous savez ? J'ai peut-être de quoi nous payer à manger et le logis pour la nuit, mais du carburant pour vaisseau ou des pièces pour réparer...

Eh bien les frais seront pour toi et moi, Alekseï, je suppose.

Oban, et si tu prenais quelqu'un avec toi pour aller aux ateliers voir ce qu'il te faut ?

Eh, moi quand je dois changer les pièces j'ai de quoi faire l'échange en avance. Et avant de vous rencontrer, des pièces, j'en avais. Au pire des fois, je trouve une décharge, et pouf, c'est fait. Je pourrai pas vous rembourser, vous savez ça, j'espère...

Bref. Qui veut, vient.

Et pendant ce temps, Netifer et moi sortons tout le cash que nous pouvons. Si nos comptes sont encore approvisionnés...
J'imagine que tu pourrais faire une recherche sur les événements de l'année, Angelica ? Et on se retrouve tous dans deux heures à l'hôtel de Meira, puis on fait un petit débriefing.

Au fait, ne t'inquiète pas pour le remboursement, Oban. Ce n'est que de l'argent. On s'en fiche... , dit Alekseï avec un geste nonchalant.
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Sam 10 Oct - 13:45

Un peu plus tard, en ville...

Netifer et Alekseï quittent la zone portuaire, qui se révèle assez grande par rapport à la taille de la ville de Solitude. Le commerce va bien, dirait-on : De nombreux transporteurs viennent charger ici, principalement des denrées agricoles et du bétail vivant ou déjà tué et conditionné. Les deux jeunes gens doivent d'ailleurs passer près des abattoirs pour se rendre en ville.
Solitude se révèle être une petite cité plutôt agréable. La population est plutôt habituée aux voyageurs, semble-t-il, et est généralement accueillante. On les salue sur leur passage et un employé du spatioport leur indique facilement l'établissement bancaire le plus proche. Celui-ci est situé non loin de l'hôtel que le chef Sato leur a conseillé, à la limite entre la zone portuaire et les premiers quartiers d'habitations des gens du cru. Ceux-ci semblent en général vivre plutôt simplement mais ne semblent manquer de rien et ont l'air plutôt heureux.


Alors c'est à ça que ressemblent les colonies terriennes ? C'est... plutôt calme, non ? Il n'y a pas de forces de sécurité dans les rues. C'est bizarre.

Ce n'est pas vraiment bizarre, tu sais !
Je ne sais pas où se situe cette planète sur la carte galactique, mais la plupart des colonies terriennes éloignées des frontières, agricoles qui plus est, sont paisibles. Il n'y a jamais beaucoup de forces de l'ordre.
Tant mieux pour nous.
Le peuple Séclanti vit dans dans un endroit dangereux de la galaxie. Je pense qu'il est normal de voir plus de troupes dans les rues de vos cités. Même si chez moi, on voit beaucoup de militaires aussi, à tout bout de champ.

Alekseï cherche son chemin vers la banque et en profite pour discuter avec Netifer. Il lâche, l'air de rien, cette phrase :

Dis, comment ça va se passer entre toi et moi ? Tu es intelligente, tu sais comment nous sommes, tous les deux... J'imagine qu'on a le même genre de parents, et le même genre d'éducation. J'attendais un moment en privé avec toi pour en parler.

Elle a un sourire amusé.

Haha ! Je doute que toi et moi ayons eu la même éducation, tu sais. Mais admettons... Où est-ce que tu veux en venir, exactement ?

C'est pas compliqué. Tu as subie une éducation qui t'as poussée à devenir une leader. Moi aussi. J'ai simplement envie que l'on ne se marche pas sur les pieds, toi et moi.
J'ai déjà vécu ça avec mon frère... Une guerre continue qui ne dit pas son nom. Ça s'est mal passé. J'ai failli le tu... Le... Perdre notre lien fraternel, on va dire. Parfois, je m’énerve, et je deviens un sale type, tu sais... Il baisse les yeux l'espace d'une seconde.

J'ai pas envie que ça recommence avec quelqu'un d'autre. Je ne sais pas combien de temps on va rester ensemble, mais ça va sembler long si on n'arrive pas à trouver un équilibre. L'Alekseï qui semble fait de glace respire plus lourdement, depuis le début de cet échange. Il ne se sent pas bien. Même s'il essaye de rester imperturbable, l'image qu'il donne de lui-même est révélatrice.

...

Laisse tomber, je ne sais même pas pourquoi je te parle de ça. Oublie ce que je viens de te dire.

Allons sortir nos crédits, si nous en avons encore.

Oui, faisons ça.

Et tu sais quoi ? Je crois que tu réfléchis trop, Alekseï. Si une situation survient où un leader est nécessaire, il s'imposera de lui-même.

Sourire et haussement d'épaule.

Évidemment. C'est la définition, à part chez les militaires "bas-du-plafond". Et encore.

Mais tu as mal compris ce que je voulais dire. Je n'en ai rien à foutre de qui jouera le rôle du leader. Après tout, les gens apprécient d'être chef quand il s'agit d'avoir la meilleure cabine, beaucoup moins quand il faut prendre la bonne décision que tout le monde rejette. Ton blasé.

Je voulais simplement te dire que je viens d'un endroit ou ceux qui reçoivent les ordres sont les larbins. Et ce ne sera jamais mon cas. Jamais.
Je n'aime pas que l'on me donne des ordres.
Voilà, c'est dit. A bon entendeur...

...

Ah ! Ça doit être ici la banque, non ?


Dernière édition par Eric le Mer 14 Oct - 16:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Sam 10 Oct - 14:12

Un peu plus tard, aux ateliers du spatioport...

Oban trouve sans problème les grands hangars blancs que le chef Sato leur a indiqués. Des panneaux indiquent où se trouve l'accueil et il n'a qu'à les suivre pour trouver un atelier aux portes grandes ouvertes. A l'intérieur il découvre un bric-à-brac impressionant : Des rayonnages sont remplis d'outils et de pièces mécaniques, plusieurs petits véhicules à antigravité ou à roues sont en partie démontés, etc. Cela rappelle beaucoup à Oban les ateliers situés autour de la décharge où il a grandi, quoiqu'en un peu plus propre et avec du matériel un peu plus moderne.

Deux employés, un homme en chemise à fleurs et une fille en combinaison de mécano, sont occupés à remonter un moteur sur ce qui semble être un speeder de course, qui détonne un peu au milieu du reste.


Mais attends ! Cet accouplement, c'est au moins 10 pour cent de puissance en plus. Avec ça, tu gagnes au moins quinze secondes par tour ! fait avec véhémence un homme un peu fort au visage jovial.

Sûr. Jusqu'à ce qu'il me claque dans les pattes et que je sois forfait, ou pire. Non merci !

Mais tu ne gagneras jamais avec... Oh, attends, on a de la visite, dit-il en remarquant Oban.

Bonjour ! On peut t'aider, p'tit gars ?

Salut... J'ai besoin de pièces détachées, si c'est possible...

Bien sûr, mon gars. On est là pour ça ! Alors, qu'est-ce qu'il te faut, exactement ?

Pendant ce temps, la fille le dévisage en faisant la moue.

Excuse-moi, mais... Tu ne serais pas Oban Cross, par hasard ?

En chair et en os, miss. En quoi je peux vous être utile, miss... ? Je n'ai pas saisi votre nom.

Pas une hésitation. Pas une crainte. La fierté et la frime passent avant les reflexions et les soupçons, chez Oban.

Carrie. Et lui c'est Marc, fait-elle en désignant le type en chemise à fleurs, qui affiche un large sourire à l'évocation de son nom.

L'équipe de nuit nous a laissé une note à ton sujet. Il paraît que tu as du matériel à récupérer, dit Carrie en désignant un coin du hangar, où une bâche recouvre un ou plusieurs objets volumineux. Ils ont écrit que tu passerais sûrement ces jours-ci pour reprendre ça.

Je peux voir si y'a tout ? demande un Oban presque frétillant, à l'idée que Dan est peut-être là, sous cette bâche. Vous savez qui a déposé ça ici ? Une femme ? Ou un homme ?

Aucune idée. On a juste une note de service. aucun détail. Mais vas-y, vérifiez.

Oban attrappe un côté de la bâche et tire. Dessous, il découvre un moto-speeder encore couvert de poussière. Oban se souvient immédiatement du moteur qui est un peu surdimensionné : Un convecteur ionique qu'il a récupéré dans la décharge un jour et qu'il avait commencé à réparer. Le reste a été assemblé autour par ses soins; Il reconnaît sa patte.

Waow ! Sacré engin ! fait Marc, impressionné. Tu pilotes quand même pas ça, dis, petit ?

La clé de contact est enfoncée dans le démarreur, et deux sacoches sont fixées à l'arrière.


Nom d'un...  y'a même le panneau arrière qui s'enlève pour un passager. Et le coffre secret, comme je voulais, où je le voulais ! On a dû trouver un sacré paquet de peinture rouge, je te le dis... Pour faire un habillage comme ça... Ouais, j'ai bien dû y passer l'année.

Bien qu'occupé par son grand-huit émotionnel, le cerveau d'Oban finit par entendre les mots de Marc.

Mon cher Marc... Ce que je fabrique, je le pilote. Si ce bijou existe, c'est pour mes fesses et mes mains. D'ailleurs le guidon serait trop près pour un adulte. Vous disiez qu'il y a des courses dans le coin, c'est ça ?

Ses yeux s'affinent : Oban veut tester cette merveille.


Dernière édition par Eric le Dim 11 Oct - 18:46, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Lun 12 Oct - 9:16

Une fois passé l'émerveillement devant le travail qu'il a accompli en montant ce speeder, Oban ouvre fébrilement les sacoches. La première ne contient que quelques rations déshydratées et une gourde d'eau. La seconde, par contre, renferme un rack de la taille d'une petite valise et pesant une dizaine de kilos, le tout muni d'une poignée et fermé par un loquet. Il le sort, ouvre son couvercle... Et découvre un cristal psychique de la taille d'une noix entouré d'une matrice de circuits qui remplissent toute la "valise" : L'empreinte psychique de Dan y est stockée ! S'ensuit une danse irrégulière ponctuée de plusieurs itérations de "Dan !" sur des tons différents. Oban est un peu déconnecté de la réalité, occupé à caliner le conteneur.

Pendant ce temps, Marc semble soudain réaliser quelque chose.

Hé mais attends ! C'est toi ! C'est toui qui as ramené James Stitch après son accident ! J'me trompe pas, hein ?

Non, vous avez raison. Vous connaissez James Stitch ?

Tu parles ! Tout le monde ici connait James. Vraiment un brave type. Il est gravement blessé, il paraît ? fait-il avec l'air inquiet, ce qui aide le jeune garçon hilare à redescendre sur la terre ferme.

Il est stable. Il a une bonne raison de rester en vie. Et puis, il a un docteur. Je ferai une prière au Berger pour lui, mais c'est vraiment tout ce qu'on peut faire, maintenant.

Et vous savez comment ça s'est passé, cet accident ?

Non, mais c'est louche. J'imagine qu'il a dû faire un malaise parce que dans le coin, y'avait pas d'obstacles. Il faudrait demander à Lilo, mais quand j'ai essayé elle avait encore trop peur.

Ouais, ça peut être que ça, parce qu'on lui a fait la révision complète pas plus tard que la semaine dernière, dit-il tristement. Pas vrai Carrie ?

Mouais... fait-elle avec une moue contrariée. Oban ne comprend pas ce qui la contrarie, aussi, il essaie de se souvenir des mots exacts de la petite. Et ça lui revient. Elle avait bel et bien parlé d'une avarie des moteurs ! Avant de le leur répéter, il joue la carte de la prudence, et poursuit son investigation...

Attendez ... c'est vous qui avez réparé ses moteurs ? Ou c'est un de vos gars ?

C'est moi, et j'ai juste eu besoin de les réviser, pas de les réparer. Pourquoi ?

Oban met un moment à préparer sa réponse, l'air grave, calculateur. Il se retourne, observe les lieux. Se demande où on travaille, sur quoi. Il se met à la place du technicien. Il lui faut déterminer si cette fille pourrait avoir bidouillé les moteurs, mais sans qu'elle s'en rende compte.


... C'était quel genre de moteurs ? Genre Fus-Apes 250, asservis deux par deux ? Dur à estimer, vu l'état des restes qu'il a pu observer. Mais sur ce genre de bestiau, c'était ça ou deux Vrombo22, qui sont plus chers.

Oui, c'est ça. Tu t'y connais vraiment, petit, pour quelqu'un de ton âge !

Et sa prochaine question s'enchaîne, elle était déjà prête...

Vous connaissez sybille ? Maintenant, Oban tente vraiment de déchiffrer cette fille. Comment elle réagit à ce nom.

Elle semble plus intriguée qu'autre chose.

Sybille ? Bien sûr. C'est la copine de James. Pourquoi ?

Rha... Je sais pas.  Oban s'ébourrife les cheveux, à force, et regarde les adultes tour à tour, avant de se mettre à faire l'inventaire mental des évènements.

Des Fus-Apes 250, ça peut pas s'arrêter comme ça, pas comme la petite m'a décrit. Surtout si la révision a été faîte. C'est deux moteurs apesanteur couplés avec deux petits moteurs à fusion, c'est super stable. Et il faudrait en zigouiller deux du même côté de l'appareil pour obtenir cet accident. Donc c'est un sabotage. Forcément. Bah, j'imagine que c'est pas grave.

Oban laisse à Carrie et Marc la liste des pièces de rechange qu'il lui faut avant de prendre la sortie. Ils promettent de les lui préparer et de faire le plein de son appareil (ainsi que la facture, pour laquelle ils lui annonce une somme autour des 7.000 crédits !), et de lui garder précieusement son speeder jusqu'à ce qu'il vienne le chercher.


Dernière édition par Eric le Mar 20 Oct - 15:30, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Ven 16 Oct - 17:10

Pendant ce temps, à la banque...

Ce qui doit être le seul et unique établissement bancaire de Solitude appartient au Sélénium, dont le logo orne le porche d'entrée. A l'intérieur, un hall d'une centaine de mètre carrés renferme plusieurs banquettes où sont assis plusieurs clients qui attendent un rendez-vous dans l'un des deux bureaux du fond. Toutefois, l'essentiel de l'espace est occupé avant tout par quatre bornes automatiques munies d'interfaces psychiques et d'une IA limitée. L'essentiel des opérations courantes peuvent y être effectuées : Ouvertures et fermetures de comptes, approvisionnement de créditubes, transferts d'argent, souscription de crédits, etc.

Alekseï et Netifer n'ont à attendre que quelques minutes pour que l'une d'entre elles se libère.

Je connais les numéros des comptes que nous avons ouvert chez les terriens avant notre départ pour Babylon, mais je ne me suis encore jamais servie d'un de ces trucs. Tu me montres ?

Euhh... Oui, bien sûr. C'est simple. Tu poses ta main ici, et tu la laisses posée le temps de la transaction. Ça identifie ton identité psychique et biologique. Après tu n'as qu'à "penser" ton numéro de compte. Toutes les informations t'arrivent directement dans ton esprit, et il suffit de "vouloir" ce que tu désires faire. Dans notre cas, transférer de l'argent dans un créditube. Il sortira ici...

Mais avant ça, tu fais une petite prière pour que ton compte n'ai pas été mis en surveillance, pour une raison ou une autre, par les services financiers... Alekseï adresse un petit sourire "mi-figue, mi-raisin" à la Séclanti.

Et il pose sa main. Le but est de sortir le montant maximum autorisé de son compte personnel vers le créditube... Si ce n'est qu'il constate avec stupeur que tous ses comptes sont vides. Plus un seul crédit !

Qu'est-ce qui se passe ?

Ce que je craignais. Mes comptes sont vides. Je ne sais pas ce qui s'est passé pendant un an... J'ai peut-être déjà tout retiré. Ou je suis peut-être considéré comme mort, et donc, ça a été transféré à ma famille, je... Il serre les poings. Меня это заебало ! Aucun doute quant au sens de cette phrase. Alekseï a l'air très énervé.

Si tu essayais à ton tour ?
Rapidement. Parce que même si je n'ai rien retiré, la demande a été enregistrée... Pµt@in !

Imitant Alekseï, la séclantie pose sa main sur l'interface et ferme les yeux pour mieux se concentrer. La manœuvre lui prend davantage de temps, par manque d'habitude. Au bout de quelques minutes, elle rouvre les yeux, au moment où la machine éjecte un créditube.

Et voilà. Pas si difficile à utiliser, finalement. J'ai pu sortir 3.000 crédits... Et j'ignore totalement ce que représente cette somme, en fait !

D'après ce qu'en sait Alekseï, cela couvrirait peut-être un plein de carburant pour Dan, mais sûrement pas tous les frais de réparations.

C'est... Infiniment plus que ce que j'ai pu avoir.
Mais ça ne sera pas assez. Peut-être la moitié de ce que nous avons besoin. Moins, à mon avis... En tout cas, tu as ma parole d'honneur, dès que nous sommes sortis d'ici, je te fais une reconnaissance de dette du double de ce que tu as retiré.

Mais il faut que je vérifie d'où vient le problème, avant ! J'aurais dû pouvoir tirer au moins 50.000 crédits...

Alekseï repose la main sur le capteur, et, cette fois-ci, se concentre sur les mouvement de capitaux, les signatures de ceux qui ont utilisé son compte, les dates de sorties de cash, ce genre de choses... Le plus rapidement possible.

Il découvre que l'intégralité des sommes présentes sur ses comptes ont été transférées sur créditube il y a environ huit mois. L'opération a été effectuée par lui-même sur un terminal bancaire situé sur Babylon. Il n'y a pas eu d'autre opération depuis.

Déconnexion psychique.

Bon. Selon les informations du terminal, j'ai déjà vidé mon compte il y a huit mois, à partir de la station Babylon.
C'est déjà un début d'information... Je l'ai transféré sur un créditube. Je devrais encore l'avoir sur moi, même s'il était vide.
Je ne comprend pas ce qui a pu se passer... Il est livide. Plus encore que d'habitude. C'est la première fois qu'il est sans argent, redevable, et surtout, humilié financièrement.

Il ne faut pas trop traîner ici. Retournons voir les autres.

D'accord. Allons à l'hôtel. Les autres devraient nous y retrouver.

J'espère qu'Oban et Sol ont pu nous avoir un prix sur ces pièces !


Dernière édition par Eric le Sam 17 Oct - 8:32, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Mar 20 Oct - 15:56

A l'hôtel...

Alekseï et Netifer retrouvent Angelica à l'Hôtel de l'Etoile, où ils se sont installés à une table de la grande salle à manger. Situé sur une petite hauteur de la ville, l'établissement est spacieux, propre et bien éclairé grâce à une grande baie vitrée qui remplace trois murs sur quatre. Si l'architecture est typique des bâtiments coloniaux (tout en métal, plastacier et fibres de synthèse), le grand bar et les tables en bois massif apportent une petite touche chaleureuse à l'ensemble. Les chambres doivent être situées dans les étages supérieurs (l'hôtel en compte quatre) et sont accessibles par ascenseur ou escaliers.

Les clients ne sont pas nombreux en ce milieu de matinée. La salle doit pouvoir accueillir environ deux cents couverts, mais seule une vingtaine de personnes sont présentes et la plupart sont assises au bar. Presque tous ressemblent à des gens de passage : voyageurs de commerce, pilotes de transporteurs, etc. Il y a même un égérian, qui soigne son mal de terre à grand coup de gnôle locale. Le barman, un gros type barbu à l'air jovial et à la voix forte, est aidé d'un serveur d'à peine vingt ans qui est en train de prendre la commande d'Angelica.


Alors ... une limonade sans sucre, s'il vous plaît.

Tout de suite, mademoiselle, répond le jeune homme d'une voix légèrement efféminée.

Oh, les amis que vous attendiez, je suppose ? ajoute-t-il en voyant arriver Alekseï et Netifer. Bonjour et bienvenue à l'hôtel de l'étoile, dit-il aux nouveaux arrivants. Il passe rapidement sur la séclanti avant de jauger le jeune russe d'un air appréciateur.

Mmmm ! Je suis Alexis. A votre service. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à me demander, dit-il à Alekseï de manière entendue. Encore un peu, il lui faisait un clin d'oeil !

Alekseï. Si vous pouviez m'apporter un citron pressé, pour commencer ? Avec un glaçage du verre au sel, s'il vous plaît, Alexis. Merci d'avance. Sourir et petit signe de tête.

Le serveur lui sourit en retour et avec un dernier regard en coin, retourne vers le bar... Sans même prendre une commande pour Netifer !

Celle-ci ne se gène pas pour le héler :


Et un thé pour moi ! Putain de dégénéré...

Alexis se retourne pour répondre, mais se fige en croisant son regard et file avec l'air penaud.

Dès que le serveur s'est éloigné, Alekseï s'assoit et engage la conversation avec Angelica sur le sujet qui lui brûle a langue :


Tu as eu accès à l'hypernet ? Des informations sur nous ?

Rien pour le moment... Et quand je dis rien, c'est rien. Rien n'indique qu'on ait même disparu ou que nos familles se soient inquiétées de notre absence.

Alekseï fixe la table et se met à marmonner, comme s'il se parlait à lui-même.

C'est impossible. Il doit y avoir quelque chose la-dessous. Oban, bien sûr, on ne parlerait pas de lui. je ne sais pas.
Mais pour toi, moi, et Netifer, c'est impossible... Le bon côté, c'est que le rendez-vous de demain avec Sato en sera sûrement simplifié.

J'ai envie de contacter ma famille via l'hypernet, mais... J'ai le sentiment que c'est une mauvaise idée, puisqu'on ne trouve rien sur nous dans le réseau. C'est comme si on avait été effacés à dessein. Je n'ai pas envie d'apporter des problèmes aux miens.

Et cette fille aux cheveux blancs, pourquoi est-elle partie sans rien dire... ? Non... Ça ne colle pas. Rien ne colle.

Il se redresse et fixe les filles.

Qu'est ce que vous pensez de tout ça, vous ? A un moment ou à un autre, la question va se poser. Autant le faire tout de suite. On tente quand même de prendre contact ? S'il faut mon avis, je suis contre. Pour l'instant, du moins. A vous de voir. Et il expire. Il sait qu'il propose le chemin difficile. Pour plusieurs d'entre eux au moins, dont lui.

Honnêtement, je... Tiens, Voilà Oban.

En effet, le jeune homme et le garçon viennent de passer la porte de l'hôtel, interrompant momentanément la conversation. Une minute plus tard, les voilà assis à leur tour.

Alors, comment ça s'est passé de votre côté ?

Ça fera 7000 cred'. Et vous ?

Pas très bien. Netifer a réussi à sortir 3000 crédits. De mon côté, j'avais déjà vidé tous mes comptes il y a 8 mois.

...                 Okay, je pourrai peut-être y faire quelque chose. Demain. Il y a de quoi manger, ici ?

Évidemment. On est dans un hôtel-restaurant, Oban... Appelle le serveur. Son nom, c'est Alexis. Et, pour information, qu'est-ce que tu compte faire demain ? Le regard d'Alekseï croise celui d'Angelica, comme s'il attendait la conclusion de sa phrase laissée en suspens autant que la réponse d'Oban. Une réponse qui arrive une fois que l'enfant, ayant observé que les deux employés avaient la tête ailleurs, revient avec le reste d'un petit bol de cacahuètes trouvé sur le bord d'une table.

Bah, je suis pas mathématicien, mais j'pensais que c'était évident. On va devoir trouver 4000 credits. Un peu plus, vu qu'on va devoir payer l'hôtel. Quand à comment je vais faire ça... Ca n'a pas d'importance, tant qu'on repart d'ici, pas vrai ?


Dernière édition par Eric le Mer 21 Oct - 7:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Eric
Maître
avatar

Messages : 9404
Date d'inscription : 01/04/2008
Age : 42
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine... La Sarthe, quoi !

MessageSujet: Re: Solitude   Jeu 22 Oct - 10:36

En fait, si, c'est important, Oban. Tu ne peux pas simplement nous dire que tu as une solution et nous laisser dans l'expectative. Tu es peut-être un petit génie de la mécanique, mais tu n'as que douze ans, je te le rappelle, alors laisse nous juger si ton idée est bonne. Et puis si c'est le cas, on peut peut-être t'aider au lieu de rester les bras croisés !

Ooookay... Bon, j'ai plusieurs plans.

J'ai laissé des affaires au mécano avant de perdre la mémoire. Il y a un speeder qui m'attend là-bas. Je pourrais le vendre.

OU ALORS.... Je pourrais participer à une de ces courses de speeder qu'ils semblent avoir par ici. Ca serait pas mal aussi, ça.

Et au passage, l'appareil de la petite a été saboté, j'en suis certain. Du coup, vu que ce sont les mécanos de ce garage qui ont révisé le moteur, c'est soit eux les coupables... Mais je n'ai pas l'impression...  soit quelqu'un est entré chez eux et a saboté le moteur. Hier, dans l'atelier. Et si on le trouve, ça peut nous faire des ronds.

Ou encore... C'est nous les coupables, et on ne le sait même pas. Et on se met dans la merde en restant là. Parce que si on est déjà passés ici, on connait des gens. Et on ne le sait pas.

Je pensais parler de ça ailleurs, plus tard, mais bon...

On n'est pas coupables. Aucun d'entre nous ne s'abaisserait à saboter le véhicule d'un particulier. J'en suis persuadé.

Quant à la course de speeder... est-ce que ça ramène beaucoup de crédits, et ça coûte combien pour s'inscrire ? Parce que tu ne connais pas le terrain, ni les autres participants, ni leurs machines. C'est risqué.
Revendre ton engin, pff... Faut voir s'il vaut suffisamment. Mais si c'est le cas, ça vaut peut-être le coup.

Et je vous rappelle que nous serons interrogés par Sato, demain.

Oui, c'est vrai. Il faudra lui dire, d'ailleurs, pour le sabotage.

Personnellement, je n'aime pas ça... Être interrogés par ce policier, je veux dire. J'ai comme un mauvais pressentiment.

Pourquoi ? Alekseï a raison. Aucun de nous n'est du genre à commettre un crime, donc on n'a probablement rien à se reprocher.

Euh... Je n'ai pas "exactement" dit ça. Je pense que si l'un d'entre nous avait commis un crime, se serait d'une façon moins... Sournoise, on va dire.
Je reste persuadé que nous ne sommes pour rien dans un éventuel sabotage. Mais je suis d'accord avec Netifer. L'interrogatoire, je ne le sens pas non plus.
On est les nouveaux venus. Parfois, quand ils n'ont aucune piste, les forces de sécurité mettent tout sur le dos du vagabond qui traîne dans le coin. Histoire de faire croire qu'il gèrent la situation.
Dans ce cas, précis, nous sommes les vagabonds... Je pense qu'il vaut mieux garder cette histoire de sabotage pour nous.

En tous cas moi j'aurais fait comme ça. Sabotage égale meurtre parfait. Et vu ma taille, de toutes façons... Ouais, précisément comme ça.


Et je suis passé là bas. J'aurais vraiment pu le faire. Pourquoi je leur aurais laissé des trucs si importants..? Qui a tiré sur Dan..? Comment on s'est réveillés... ensemble, disons ? Il faut mettre ça dans l'ordre. En tous cas si j'ai déposé mes affaires les plus class en dépôt, c'est que je savais qu'il allait arriver un truc sur Dan.

Je crois que je vais aller au vaisseau, ensuite. Je dormirai mieux là-bas.

Ouioui... J'espère juste que ta petite copine Lilo ne va pas apprendre que tu es l'infâme génie du mal qui a saboté le vaisseau de son père pour commettre le meurtre parfait. Sinon, votre relation va devenir compliquée. Ça risque de faire une sacrée scène de ménage. Alekseï a évidemment un petit sourire amusé. Mais ne t'inquiète pas. Bouche cousue, pour moi.

Bon, plus sérieusement, c'est vrai que c'est étrange que tu aies déposé tes affaires importantes là-bas. Tu n'as pas réussi à tirer les vers du nez des responsables du hangar ? Et en parlant d'affaires importantes, une idée lui vient. Lui, s'il était déjà passé dans cette ville, où aurait-il déposé ses affaires ? Un instant de réflexion...

A moins bien sûr que ce ne soit pas Oban qui ait laissé son speeder là-bas. Notre cinquième compagnon de voyage aurait très bien pu l'emprunter pour quitter notre lieu d'atterrissage et rejoindre la ville. En fait, ça me paraît être une explication plus probable. Non ?

Mouais. A priori, ça semble assez logique. Ce qui voudrait dire que l'on devrait rechercher la cinquième ici-même. En ville, voir même dans cet hôtel.

D'ailleurs, tant que nous y sommes pour les questions, les suppositions, et les choses qui ont attiré notre attention... Je suis le seul à avoir trouvé le médecin et son assistante vraiment bizarres ?

C'est sûr qu'ils sont un peu étranges, mais Lilo nous l'avait bien dit. Je suppose que toutes les villes ont leur lot de personnalités... uniques.

Bon, assez de digressions. On va rester centrés sur nos objectifs, d'accord ?

D'abord, savoir si notre "amie" aux cheveux blancs est passées ici. Il va falloir commencer à poser des questions, en commençant à l'atelier de l'astroport. Il faut aussi savoir si elle a pu prendre un vol pour quitter la planète récemment.

Ensuite, quitter cette planète, donc nous financer. Oban, cette histoire de course me semble un rien aléatoire. Payer des frais d'inscription sans garantie de gagner ? Je suis contre. Sans compter que c'est probablement dangereux. Désolée, petit, mais on ne va pas te laisser prendre le risque de te blesser ou pire. Vendre ton speeder serait probablement plus sûr. Et si ça ne suffit pas, je suppose qu'on va devoir trouver des solutions alternatives.

Tu veux dire trouver du travail ? demande Angelica.

Netifer soupire devant tant de naïveté.

C'est... Ce serait une bonne idée si nous avions du temps. Mais travailler veut dire salaire, donc longue durée, donc frais d'hébergement et de nourriture, donc encore plus de temps... On en aurait pour des années. Je crois que Netifer pense à des solutions plus... rapides.

Ca y est, vous avez fini ? Alors une fois de plus, et j'espère pour la dernière fois, on va mettre les choses au clair : Je. Fais. Ce. Que. Je. Veux. Je ne...

ÇA SUFFIT, OBAN ! fait Netifer d'un ton sans réplique. Non. Tu. Ne. Fais. Pas. CE. Que. Tu. Veux ! Ajoute-t-elle en l'imitant, pleine d'une colère contenue. Il y a quelque chose dans son regard qui effraie sincèrement le jeune garçon.
Tu veux que les choses soient claires ? Alors voilà : Tu as douze ans, alors tu te tais et tu obéis aux grandes personnes. Et estime-toi heureux de ne pas être chez moi : Un enfant qui s'adresse de cette façon aux adultes aurait droit au fouet !

Je ne vois pas d'adultes ici.

Cette conversation est terminée, aussi Oban tourne-t-il les talons avec ses sacoches.

Oban, tu t'assieds tout de suite, dit Netifer d'une voix qui charrie des glaçons. Je ne le dirai qu'une fois.

Moment de silence...

Il va falloir enfreindre les lois locales, si tu veux mettre tes menaces à exécutions. Et tu sais ce que je sais faire mieux que toi ?

L'enfant se tient la joue, et se recroqueville. Il retourne vers la brune un visage transformé, déformé par la douleur et la peur. Et il hausse le ton :

Elle... Oh mon dieu elle m'a frappé ! Si fort ! Pourquoi ? Je ne suis qu'un enfant ! Au secours ! Au secours ! Ne la laissez pas s'approcher, je vous en supplie !

Arrête ton cinéma. Elle ne t'a pas touché, et il y a au moins dix témoins qui peuvent en assister. Tu es ridicule, Oban...
Heureusement qu'elle ne t'a pas touché, d'ailleurs. Je crois que tu ferais moins de bruit...

Puis Alekseï se penche discrètement vers Angelica, et lui murmure à l'oreille... Personne à par elle n'entend.

C'est à toi d'intervenir et de le soutenir en douceur, si tu veux qu'il se calme. J'étais comme lui quand j'étais gamin, en un peu moins stupide et manipulateur, mais je sais de quoi je parle. Il a besoin d'une présence féminine. Hum... Fais ce que tu peux, s'il te plaît.

Mais le temps qu'Alekseï s'adresse à Angelica, Netifer s'est levée d'un bond et en quelques enjambées furieuses a franchi la distance entre Oban et elle. Son attitude ne laisse aucun doute au garçon qui sent venir le coup et se protège d'instinct...

...Mais la mais qui filait vers lui se contente de saisir son oreille entre le pouce et l'index et de pincer un peu fort (ce qui reste étonnamment douloureux), avant de tirer derrière elle un Oban qui se voit obligé de marcher sur la pointe des pieds.


Toi, je te préviens, tu es puni !

Ah ! Lâche-moi ! T'es qu'une inconnue, je dois pas parler aux inconnus ! T'es même pas une adulte, lâche-moi putain, je te jure que je vais te faire payer ça ! aïe !

Attends, Netifer, dit Angelica d'une voix hésitante. Tu ne crois pas que...

Vous avez réservé des chambres ? la coupe la séclanti.

Heu... Oui, mais...

AU SECOUUUUURS ! A L'AIDE ! ON ME KIDNAAAAAPPE ! Cette fois, Oban ne crie plus, il hurle.

Alors on va aller s'expliquer là-haut ! dit-elle en tordant un peu plus fort l'oreille d'Oban pour l'obliger à la suivre tandis qu'elle prend la direction des ascenseurs.

Alekseï soupire, puis se lève calmement. Il se dirige à la suite de ces deux là vers l’ascenseur.

A tout à l'heure. J'espère que l'on pourra discuter plus calmement.


Dernière édition par Eric le Sam 24 Oct - 4:45, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://voyagerng.jdrforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solitude   

Revenir en haut Aller en bas
 
Solitude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Éternelle solitude | Lumi |
» Dans la solitude du desert.
» joséphine ▬ « La solitude effraie une âme de vingt ans »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voyager NG :: Voyager NG :: Deuxième Âge : Roleplay-
Sauter vers: